Kartlie intérieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shida Kartli)
Aller à : navigation, rechercher
Kartlie intérieure
(ka) შიდა ქართლი
Carte de localisation de la Kartlie intérieure (zone rouge hachurée: zone contestée de la région)
Carte de localisation de la Kartlie intérieure
(zone rouge hachurée: zone contestée de la région)
Administration
Pays Drapeau de la Géorgie Géorgie
Type Région de Géorgie
Capitale Gori
ISO 3166-2 GE-SK
Démographie
Population 263 800 hab. (2016)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Superficie 6 200 km2

La Kartlie intérieure[Note 1], parfois Karthlie intérieure, (en géorgien : შიდა ქართლი, phonétiquement chida kartli), est une région administrative qui appartient à la province historique de Kartlie, au centre de la Géorgie. Son chef-lieu est Gori.

Géographie[modifier | modifier le code]

De jure elle est bordée au nord par la Russie, à l'est par la Kakhétie, au sud par la Basse Kartlie et la Samtskhé-Djavakhétie, à l'ouest par l'Iméréthie et la Ratcha-Letchkhoumie et Basse Svanétie.

De facto la sécession de la République autoproclamée d'Ossétie du Sud l'a amputé de la moitié de son territoire et a fait disparaitre ses frontières avec la Russie (tunnel de Roki) et la Ratcha-Letchkhoumie et Basse Svanétie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La forteresse de Gori

Après la chute de l'URSS, de janvier 1991 à juin 1992, la région a été le théâtre d'un premier conflit armé entre forces ossètes et forces géorgiennes : il s'est conclu par un accord de cessez-le-feu et l'implantation d'un contingent militaire russe sur la partie nord du territoire.

En août 2008, un deuxième conflit, entre forces ossètes et russes d'une part et forces géorgiennes d'autre part, a vu le jour : il s'est conclu par un cessez-le-feu lui aussi, l'amputation de deux districts complets (Tskhinvali et Djava) et d'une partie d'un troisième district (Kareli), la reconnaissance par la Russie, le Vénézuela, le Nicaragua et les îles Nauru de la République autoproclamée d'Ossétie du Sud[1].

Article détaillé : Deuxième guerre d'Ossétie du Sud.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Pour les autorités géorgiennes, la région est composée de 5 districts

et d'une ville à statut particulier Tskhinvali.

Pour les autorités ossètes (et russes), la République d'Ossétie du Sud est composée des districts de Tskhinvali et de Djava, et d'une partie du district de Kareli, auxquels s'ajoutent le district de Leningor (Mtskheta-Mtianeti) et une partie des districts d'Oni (Ratcha-Letchkhoumie et Basse Svanétie) et de Satchkere (Iméréthie).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population (2011 à 2016)[modifier | modifier le code]

Du au , la population a diminué de 50 000 personnes. Si les surestimations administratives en sont une cause, la sous-estimation du phénomène de migration en est une autre : les mouvements de population des campagnes vers les villes (essentiellement Tbilissi) et des villes vers l'étranger se poursuivent, sans oublier les conséquences de la guerre d’août 2008[Note 2].

Population[2]
Année Urbaine Rurale Totale
2011 120 900 192 100 313 000
2012 121 600 193 000 109 700
2013 121 200 192 300 313 500
2014 121 300 192 500 313 800
2015 105 200 158 200 263 400
2016 105 400 158 400 263 800

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’orthographe des lieux géographiques utilisée est celle définie dans l’« Atlas géopolitique du Caucase » de Jean Radvanyi, géographe, professeur des universités à l’INALCO, Éditions Autrement Collection Atlas/monde, 2009, (ISBN 978-2-7467-1296-6), orthographe alignée sur celle des voyageurs francophones des XIX et XXe siècles dans le Caucase
  2. Le nombre d’habitants au 1er janvier de chaque année est une estimation, à l’exception du 1er janvier 2015 qui correspond au recensement de la fin d’année précédente.

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]