Shi Zhengli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Shi Zhengli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
石正丽Voir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
BatwomanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
World Society for Virology (en)
Chinese Society for Microbiology (d)
Société américaine de microbiologie ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Jean-Robert Bonami (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Chevalière de l'ordre des Palmes académiques ()
National Natural Science Awards (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Shi Zhengli, née le , est une virologue chinoise qui a acquis une renommée internationale lors de la pandémie de coronavirus 2019-2020 pour son travail sur les virus de la chauve-souris[1].

Shi Zhengli est chercheuse à l'Institut de virologie de Wuhan (WIV), à l'Académie chinoise des sciences (CAS). Elle et son collègue Cui Jie ont découvert que le virus de la covid-19 provenait de chauves-souris[2]. Shi Zhengli est membre du comité de virologie de la Société chinoise de microbiologie. Elle est éditrice en chef de la revue Virologica Sinica[3], et éditrice du Chinese Journal of Virology et du Journal of Fishery Sciences of China .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Shi est née en mai 1964 dans le district de Xixia dans la province du Henan en Chine[4]. Elle est diplômée de l'Université de Wuhan en 1987. Elle a obtenu sa maîtrise à l'Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences (CAS) en 1990 et son doctorat de l'Université Montpellier 2 en France en 2000.

Recherche[modifier | modifier le code]

SRAS[modifier | modifier le code]

En 2005, une équipe dirigée par Shi Zhengli et Cui Jie a découvert que le virus du SRAS provenait de chauves-souris[5]. Leurs résultats ont été publiés dans Science en 2005[6] et dans le Journal of General Virology en 2006[7].

En 2014, Shi Zhengli a participé à une enquête sur les coronavirus de chauve-souris[8], spécifiquement des expériences de gain de fonction impliquant à la fois le SRAS et les coronavirus de chauve-souris. Ce fut une recherche conjointe entre l'université de Caroline du Nord et de l'Institut de virologie de Wuhan, avec Ralph S. Baric comme chercheur principal[9]. La même année, le financement du projet aux États-Unis avait été suspendu[10] en raison du moratoire sur les études de virologie à risque avec les virus de la grippe, MERS et SRAS, annoncé par le gouvernement américain cette année-là[11].

Covid-19[modifier | modifier le code]

Au cours de la pandémie de coronavirus 2019-2020, Shi et d'autres scientifiques de l'Institut ont formé un groupe d'experts sur la recherche du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). En février 2020, des chercheurs dirigés par Shi Zhengli ont publié un article dans Nature intitulé Une épidémie de pneumonie associée à un nouveau coronavirus d'origine probable de chauve-souris[12]. Dans un preprint sur bioRxiv, ils avaient préalablement estimé que ce qui s'est avéré être le virus SARS-CoV-2, agent causal de la Covid-19, est proche mais distinct de l'agent causal du SRAS, et plus proche d'un virus trouvé chez les chauves-souris[13], ce qui suggère une voie d'émergence ayant répété celle du SRAS, plutôt que l'ayant continuée. En février 2020, son équipe a publié un article dans Cell Research montrant que le Remdésivir, un médicament expérimental appartenant à Gilead Sciences, avait un effet positif sur l'inhibition du SARS-CoV-2 in vitro, et a déposé une demande de brevet pour le médicament en Chine au nom du WIV[14],[15],[16]. Shi est co-auteur d'un article étiquetant le virus comme la première maladie X[17].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En février 2020, le South China Morning Post (SCMP) a rapporté que le travail de Shi pendant une décennie pour constituer l'une des plus grandes bases de données au monde de virus liés aux chauves-souris avait donné à la communauté scientifique une « longueur d'avance » pour comprendre le virus. Le SCMP a également rapporté que Shi était au centre d'attaques personnelles dans les médias sociaux chinois qui ont affirmé que le WIV était la source du virus, ce qui a conduit Shi à publier : « Je jure de ma vie, [le virus] n'a rien à voir avec le laboratoire », et lorsque le SCMP lui a demandé de commenter les attaques, Shi a répondu : « Mon temps doit être consacré à des questions plus importantes ». Caixin a rapporté que Shi a fait de nouvelles déclarations publiques contre les « théories supposées du chapeau de papier d'aluminium sur la source du nouveau virus », la citant comme disant : « Le coronavirus 2019 est la nature punissant l'humanité pour avoir gardé des habitudes de vie non civilisées. Moi, Shi Zhengli, jure sur ma vie que cela n'a rien à voir avec notre laboratoire »[18].

Dans une interview accordée en mars 2020 à Scientific American, où elle était surnommée la « femme chauve-souris » de la Chine, Shi a déclaré que « les coronavirus transmis par les chauves-souris provoqueront davantage d'épidémies » et « nous devons les trouver avant qu'ils ne nous trouvent »[1]. En 2015, d'autres scientifiques se sont demandé si l'équipe de Shi prenait des risques inutiles, selon un article d'opinion d'avril 2020 de Josh Rogin dans le Washington Post[19]. Selon Rogin, des responsables américains envoyés au WIV avaient renvoyé deux télégrammes diplomatiques à Washington en 2018 qui « mettaient en garde contre les faiblesses de la sécurité et de la gestion au laboratoire WIV », et le télégramme notait que les responsables américains avaient rencontré Shi Zhengli. Les télégrammes déclaraient également : « les chercheurs ont également montré que divers coronavirus de type SRAS peuvent interagir avec ACE2, le récepteur humain identifié pour le coronavirus du SRAS. Cette découverte suggère fortement que les coronavirus de type SRAS des chauves-souris peuvent être transmis à l'homme pour provoquer des maladies de type SRAS ».

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jane Qiu, « How China's Bat Woman Hunted Down Viruses from SARS to the New Coronavirus », Scientific American, .
  2. (en) 刘珊珊, « Scientists close in on origin of SARS », China Daily (consulté le ).
  3. (en) « Editorial Board », Virologica Sinica (consulté le ).
  4. (zh) « Archived copy », sciencenet.cn,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) David Cyranoski, « Bat cave solves mystery of deadly SARS virus — and suggests new outbreak could occur », Nature, vol. 552, no 7683,‎ , p. 15–16 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/d41586-017-07766-9, lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) Li, Shi, Yu et Ren, « Bats Are Natural Reservoirs of SARS-Like Coronaviruses », Science, vol. 310, no 5748,‎ , p. 676–679 (PMID 16195424, DOI 10.1126/science.1118391, Bibcode 2005Sci...310..676L).
  7. (en) Ren, Li, Yu et Hao, « Full-length genome sequences of two SARS-like coronaviruses in horseshoe bats and genetic variation analysis », J Gen Virol, vol. 87, no 11,‎ , p. 3355–3359 (PMID 17030870, DOI 10.1099/vir.0.82220-0).
  8. (en) Yang, Yang, « Two Mutations Were Critical for Bat-to-Human Transmission of Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus », Journal of Virology, vol. 89, no 17,‎ , p. 9119-9123 (DOI 10.1128/JVI.01279-15, lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) Menachery, Yount, Debbink et Agnihothram, « A SARS-like cluster of circulating bat coronaviruses shows potential for human emergence », Nature Medicine, vol. 21, no 12,‎ , p. 1508–1513 (ISSN 1546-170X, PMID 26552008, PMCID 4797993, DOI 10.1038/nm.3985).
  10. (en) Jocelyn Kaiser, « Letters from NIH and NIAID telling 14 institutions to halt projects » [PDF], Science | AAAS, .
  11. (en) Kaiser, « Moratorium on risky virology studies leaves work at 14 institutions in limbo », Science | AAAS, (consulté le ).
  12. (en) Shi Zhengli et Team of 29 researchers at the WIV, « A pneumonia outbreak associated with a new coronavirus of probable bat origin », Nature, vol. 579, no 7798,‎ , p. 270–273 (PMID 32015507, PMCID 7095418, DOI 10.1038/s41586-020-2012-7).
  13. (en) Zhou, Yang, Wang et Hu, « Discovery of a novel coronavirus associated with the recent pneumonia outbreak in humans and its potential bat origin », bioRxiv,‎ , p. 2020.01.22.914952 (DOI 10.1101/2020.01.22.914952, lire en ligne, consulté le ).
  14. (en) Shi Zhengli et Team of 10 researchers at the WIV, « Remdesivir and chloroquine effectively inhibit the recently emerged novel coronavirus (2019-nCoV) in vitro », Cell Research, vol. 30, no 3,‎ , p. 269–271 (PMID 32020029, PMCID 7054408, DOI 10.1038/s41422-020-0282-0).
  15. (en) « China Wants to Patent Gilead's Experimental Coronavirus Drug », Bloomberg News (consulté le ).
  16. (en) Denise Grady, « China Begins Testing an Antiviral Drug in Coronavirus Patients », The New York Times, (consulté le ).
  17. (en) Shi Zhengli et Jiang Shibo, « The First Disease X is Caused by a Highly Transmissible Acute Respiratory Syndrome Coronavirus. », Virologica Sinica,‎ (PMID 32060789, DOI 10.1007/s12250-020-00206-5).
  18. (en) Yang Rui, Feng Yuding, Zhao Jinchao et Matthew Walsh, « Wuhan Virology Lab Deputy Director Again Slams Coronavirus Conspiracies », Caixin, (consulté le ).
  19. (en) John Rogin, « State Department cables warned of safety issues at Wuhan lab studying bat coronaviruses », The Washington Post, (consulté le ).
  20. (zh) « 法国驻华大使亲临武汉病毒所为袁志明、石正丽研究员授勋 » [« L'ambassadeur de France en Chine a visité le Wuhan Virus Research Institute pour honorer Yuan Zhiming et Shi Zhengli »], sur Wuhan Institute of Virology,‎ .
  21. a et b (zh) Huang Haihua, « Le nouveau coronavirus peut provenir de chauves-souris ! Batwoman Shi Zhengli a découvert qu'il est homologue à 96% au coronavirus de chauve-souris », Sina Technology, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]