Sheng-yen Lu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sheng-yen Lu en 2004.

Le bouddha vivant Lian-sheng, Sheng-yen Lu 蓮生活佛盧勝彥
Date et lieu de naissance : le , à Chiayi, République de Chine.
Nationalité : chinoise .
Domicile : Taïwan, R.O.C. et Seattle, États-Unis
Ouvrages : « Collection des œuvres de Sheng-yen Lu », actuellement 232 livres publiés en version chinoise, 7 livres en français, 18 livres en indonésien et des livres dans de différentes langues.
Titre : Fondateur de la True Buddha School (école du Vrai Bouddha).
Branche religieuse : Bouddhisme tantrique.
Site Internet : True Buddha School Net
Sheng-yen Lu, né en 1945 à Chiayi, dans la province de Taïwan, est le fondateur de l'école du Vrai Bouddha du bouddhisme tantrique. À la période de sa jeunesse, il était actif dans le milieu littéraire ; dans l'armée, il travaillait comme journaliste pour des journaux comme Youth Daily News, Min Shêng Daily News, Fei T'o Pao et Kan Ch'êng Pao. Comme il écrit tous les jours, il a déjà publié 232 livres aujourd'hui. À l'âge de cinquante ans, il a commencé à peindre, il a vu ses 16 albums de peintures paraître, plus de mille œuvres picturales y sont consignées. En regardant le monde de la religion et le monde littéraire, on peut dire que ses ouvrages sont lui-même et que personne ne peut rivaliser avec lui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sheng-yen Lu, diplômé de l'École de topographie Faculté des Sciences de l'Université, marié avec Li-hsiang Lu, deux enfants : un garçon et une fille, était chrétien et précepteur de la Bible. Il était un officier militaire de la topographie, il a quitté l'armée sous le grade de lieutenant. À l'université, Sheng-yen Lu était le rédacteur en chef du magazine universitaire Littérature et Art de la Topographie, il a publié quatre ouvrages : Tan Yen Chi (« Recueille de la fumée légère »), Mêng Yüan Hsiao Yü (« Les petits propos du jardin de rêve »), Fei San Lan Mêng (« Le Rêve bleu part en volant ») et Fêng Chung Yeh Fei (« Les Feuilles volantes au vent ») ; en même temps, il a rédigé des articles dans le Min Shêng Daily News et le Taiwan Daily, il les a recueilli en deux ouvrages : l'un s'intitule Kei Li Hsiao Cha (« Les petites lettres à Li »), l'autre Ling De Shih Chieh (« Le Monde des esprits »). Dans son livre Ling Chi Shên Suan Man T'an (« Les Propos décousus sur la prédiction prodigieuse d'ingéniosité »), il a raconté qu'à l'âge de vingt-cinq ans, par la conduite de la dame Lin Ch'ien-dai, au Yü Huang Kung (Palais de Jade) de Tai-chung, Yao Ch'ih Chin Mu (la Mère d'or de l'Étang de jade) a ouvert son œil céleste, et grâce à cela qu'il a reconnu qu'il est l'incarnation du Padmakumara Blanc du maha Étang au Double Lotus situé dans le Monde Sukhâvatî (le Monde de la béatitude parfaite de l'Ouest). Plus tard, il a appris le feng-shui et le dharma taoïste chez le chef taoïste Ch'ing-chen (le bonze Liao-ming) dans la montagne de Chi-chi ; après, il a rendu public dans ses livres les connaissances du feng-shui, de la géomancie chinoise, des méthodes taoïste et des talismans du taoïsme qui étaient inconnues au monde.

En 1971, Sheng-yen Lu était l'officier topographe dans le régiment de topographie, dans l'armée de terre de la République de Chine, il monta sur les îles Diaoyutai avec un sous-chef de compagnie Wei Ch'ing-p'ing et plusieurs soldats topographes pour en faire la topographie.

En 1974, Sheng-yen Lu a pris refuge auprès du révérend Yin Shun. En 1975, à l'âge de 31 ans, il a publié en l'espace d'une année cinq livres spirituels dans lesquels sont consignées ses expériences qu'il a éprouvés dans le monde des esprits. En 1976, il a fondé l'école Ling Shen et continué à écrire des livres sur des événements surnaturels, le dharma taoïste et le dharma bouddhique qui provoquaient de grands retentissements. Après cela, Sheng-yen Lu a écrit beaucoup d'articles sur le dharma du bouddha, notamment le dharma tantrique. Il a déjà composé plus de 230 livres aujourd'hui. Sheng-yen Lu a indiqué dans ses ouvrages comme Mi Chiao Ao I Shu (« Le Livre mystérieux du bouddhisme tantrique »), Liu Hsing Yü Hung Fêng (« Les Feuilles rouges de l'érable et l'étoile filante »), Mi Chiao Chih Hui Chien (« Le Glaive de sagesse du bouddhisme tantrique ») que la méthode de Karmamudrâ n'est pas préconisée. Sheng-yen Lu a mentionné dans ses livres ses maîtres de conversion, ils sont le bonze Liao-ming, le 16e Gyalwa Karmapa, le gourou Thubten Tærchi et Deshung Rinpoché de l'école Sakyapa.

En juin 1982, à l'âge de 38 ans, Sheng-yen Lu a immigré aux États-Unis et séjourne à Seattle ; son école a changé le nom en True Buddha School (école du Vrai Bouddha). Il a pris refuge à Hong Kong auprès du gourou Thubten Tærchi de l'école Gelugpa, le nom laïc de ce dernier est Li T'ing-kuang qui a appris le dharma tantrique en suivant Thubten Tiehli, qui est en Mongole une branche de la transmission de lignée de l'école Gelugpa. Il s'est avéré que Sheng-yen Lu a atteint l'état d'Anuttara-Samyaksambodhi (l'Illumination parfaite et universelle) auquel le bouddha Sâkyamuni est parvenu, et qu'il est aussi honoré et vénéré par ses adeptes et ses cinq millions de disciples qui se répandent dans le monde entier. La transmigration de Sheng-yen Lu est approuvée par ses maîtres de transmission de lignée ; cette façon d'approuver sa transmigration est différente de celle que l'on utilise pour reconnaître la réincarnation d'un Rinpoché tibétain.

En 1986, Sheng-yen Lu s'est fait bonze dans le temple Ling Shen Ching Tze, à Seattle, son maître de rasage était son disciple, maître officiant Kuo Hsien. Sheng-yen Lu était bien conscient qu'il est l'incarnation du Padmakumara Blanc du Monde Sukhâvatî. À la première période de sa carrière religieuse, les gens l'appelaient honorifiquement « Bouddha vivant ». Plus tard, il a donné l'onction à son épouse qui deviendrait l'acharya Lian-hsiang, sa compagne de pratique et l'acharya dirigeant de la l'école du Vrai Bouddha. Sheng-yen Lu fait rayonner l'école du Vrai Bouddha : en plus de l'écrit et de la peinture, il y a des sites Web, des chaînes et des émissions de télévision. Plusieurs comédiens taïwanais comme Kuo Tzu-ch'ien, T'ai Chih-yuan, Hsü Ya-chi, Chao Shun, Shih Wên-pin, Hsin Lung, etc. ont pris refuge auprès du bouddha vivant Lian-sheng, Sheng-yen Lu. Ses disciples occupant tous les rangs sociaux se répandent dans le monde ; le professeur Chu Shih-i, académicien de l'Academia Sinica (Académie nationale de la République de Chine) a de grand estime pour son maître de conversion, le bouddha vivant Lian-sheng, Sheng-yen Lu ; il a donné en 2009 une conférence en exposant un article intitulé Fo Hsüeh Kuan Yü K'o Hsüeh Kuan Te Chên K'ung (« Le vide sous le regarde du bouddhisme et de la science »), et il assiste souvent aux cérémonies religieuses présidées par le bouddha vivant Lian-sheng. Sheng-yen Lu est l'auteur de la rubrique « Glaive polémique du Vrai Bouddha » publié dans le journal True Buddha News ; Enlightenment Magazine annonce régulièrement les informations sur la propagation du dharma du bouddha vivant Lian-sheng.

Le vœu[modifier | modifier le code]

Sheng-yen Lu a fait le vœu miséricordieux de « porter secours aux êtres vivants jusqu'à ce que son corps soit broyé et ses os pulvérisés » ; ce genre de vœu est rare depuis l'Antiquité jusqu'à aujourd'hui. Dans le monde des bouddhistes, les patriarches fondateurs des générations passées étaient tous émus et entraînés par le vœu du bodhisattva Ksitigarbha : « L'enfer ne s'étant pas évacué, je renonce à atteindre l'état de bouddha » ; il existe très peu de gens qui ont fondé un tel vœu dans le Monde Sahâ (le monde des humains).

L'enseignement et la prédication[modifier | modifier le code]

Sheng-yen Lu a enseigné A Mi Tuo Jing (« Sûtra du bouddha Amitâbha »), Xin Jing (« Sûtra du cœur »), Ti Ts'ang Jing (zh) (« Sûtra du vœu primordial du bodhisattva Ksitigarbha »), Yüan Chüeh Jing (« Sûtra de l'Éveil parfait »), Ngagrim Chenmo (« La Grande Explication du mantra secret »), Liu Tsu T'an Jing (« Sûtra de l'estrade du joyau de la loi du sixième patriarche ») ; il continue à enseigner en 2013 Hevajra Tantra—la vacuité de la grande joie. Son enseignement du dharma et les cérémonies du homa qu'il préside sont diffusés en direct sur Internet. Tous ses enseignements sont enregistrés et recueillis en « Collection des enseignements dharmiques de Sheng-yen Lu ».

Services publics[modifier | modifier le code]

Sheng-yen Lu Foundation[modifier | modifier le code]

Secourir les sinistrés[modifier | modifier le code]

Avec les dons d'argent offerts par ses disciples et des adeptes, Sheng-yen Lu a créé en 2009 la « Sheng-yen Lu Foundation » qui est inscrite aux États-Unis pour une fondation charitable, non lucrative. En suivant la doctrine et l'esprit bienfaisant de la religion bouddhique, en estimant que tous les êtres sont égaux, Sheng-yen Lu fait de bonnes œuvres en attribuant des secours, des aumônes, il a fait des dons d'argent à certaines organisations médicales et éducatives. Jusqu'en décembre 2012, la Sheng-yen Lu Foundation, actuellement présidée par la docteure Fo-ching Lu, a fait un don de vingt millions de dollars taïwanais.
Voici la liste des organisations qui ont reçu un don d'argent distribué par charité par la Sheng-yen Lu Foundation :
1. En 2009, à cause du typhon Morakot, la Sheng-yen Lu Foundation, le temple Ling Shen Ching Tze et la Chambre de commerce de Taïwan à Seattle ont recueilli un fond de quarante-sept mille dollars américains et subventionné aux besoins des sinistrés ; cette œuvre caritative est applaudie par le Conseil des affaires chinois d'outre-mer (en) à Seattle en lui attribuant une médaille d'or et une médaille d'argent[1]
2. En 2010, un séisme est survenu à Haïti, la Sheng-yen Lu Foundation a effectué un don de vingt mille dollars américains aux sinistrés, elle a aussi récolté avec Lotus Light Charity Society situé à Vancouver vingt mille livres de riz blanc et les a distribués aux orphelins de Haïti.
3. Le 2 avril 2011, la Sheng-yen Lu Foundation et le temple Ling Shen Ching Tze ont ensemble fait un don de soixante mille dollars américains à la Croix-Rouge américaine pour secourir les sinistrés du tsunami issu du séisme de 2011 au Japon[2]

Éducations et soins médicaux[modifier | modifier le code]

1. Le 4 septembre 2010, la Sheng-yen Lu Foundation a versé un don de cent trente-quatre mille dollars américains aux trois établissements éducatifs et aux quatre établissements médico-social : 826 Seattle, First Place School et Powerful School, ainsi que HealthPoint, International Community Health Services, Jubilee Reach Center et Neighborcare Health.
2. Le 17 octobre 2010, la Sheng-yen Lu Foundation a octroyé un don de sept mille dollars américains au Children's Hospital at Westmead, à Sydney, en Australie, pour l'aider à améliorer la qualité de leurs soins médicaux.
3. Le 27 août 2011, dans le Meydenbauer Convention Center de Seattle, aux États-Unis, la Sheng-yen Lu Foundationa distribué une subvention de deux cent vingt-six mille dollars américains aux quatre établissements parascolaires et six établissements non lucratifs de santé : 826 Seattle, Powerful School, Technology Access Foundation, The College et Access Project, ainsi que Neighborcare Health, PATH et Smile Partners. La Sheng-yen Lu Foundation aide les organisations qui prennent soin des gens qui n'ont pas de droit à l'Assurance-maladie de couche inférieure de la société, pour qu'ils puissent avoir de bonne qualité des soins médicaux et dentaires.
4. Le 15 septembre 2012, dans le Meydenbauer Convention Center de Seattle, aux États-Unis, la Sheng-yen Lu Foundation a distribué une subvention de deux cent vingt-six mille dollars américains aux huit établissements parascolaires et sept établissements non lucratifs de santé :826 Seattle, City Year, Powerful School, Renton Area Youth & Family Services, Technology Access Foundation, The College Access Project, Treehouse et Year Up, ainsi que Crisis Clinic, HealthPoint, Jubilee Reach Center, Kin On Community Health Center, Neighborcare Health, Smile Partners et Youth Eastside Services. Le don d'argent effectué par la Sheng-yen Lu Foundation est destiné à aider les familles d'un salaire inférieur au SMIC pour qu'elles puissent obtenir de meilleurs soins de santé.

Lotus Light Charity Society[modifier | modifier le code]

Le 30 juillet 1993, en suivant la volonté du bouddha vivant Lian-sheng, Sheng-yen Lu, Shih Lian-tz'u a créé à Vancouver, au Canada, la Lotus Light Charity Society. Pour réaliser l'idée fondamentale du Bouddha, autrement dit, « développer la grande compassion en s'appuyant sur les facteurs non conditionnés et la grande miséricorde en se basant sur la nature commune de tous les êtres », Shih Lian-tz'u se dévoue aux quatre aspirations, autrement dit, quatre œuvres de bienfaisance : promouvoir les soins médicaux, les œuvres caritatives publiques, l'éducation et la culture. Elle dispose actuellement de 88 filiales qui se répandent dans le monde entier.

Certificats d'honneurs[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 2000, la Commission aux affaires des Chinois d'outre-mer de la République de Chine a manifesté sa reconnaissance à Sheng-yen Lu qui a fait un don de cinquante-six mille dollars américains pour secourir les sinistrés du séisme 911 qui avait eu lieu le 21 septembre 1999 à Taïwan.
Le 2 avril 2011, la Croix-Rouge américaine a décerné des certificats d'honneurs à la Sheng-yen Lu Foundation en lui témoignant de la reconnaissance d'avoir secouru les sinistrés du séisme qui avait frappé le Japon le 11 mars 2011.

Écrits[modifier | modifier le code]

Sheng-yen Lu a publié en 1967 son premier livre intitulé Tan Yen Chi (« Recueille de la fumée légère »), et aujourd'hui, plus de 230 ouvrages chinois et 7 livres en version française sont édités. Ses livres écrits en début de carrière d'écrivain sont publiés par l'éditeur Hsin Shih Chieh, la librairie Hsüeh Hai et la maison d'édition Ch'ing Shan ; après, ce sont les maisons d'édition Ta Jih, Lien K'ui et Chên Fo Tsung qui ont édité ses ouvrages. Depuis 1999, Daden Culture de Taïwan s'occupe de l'édition de ses livres et de la réédition de ses écrits de jadis. Au Salon International du Livre de Taipei qui a lieu annuellement, des milliers de lecteurs sont présents pour le rencontrer. Il écrit un article par jour, et il modifie très rarement son manuscrit. Ses livres sont traduits en anglais, en français, en japonais, en indonésien, en taïlandais, en portugais, ses livres multilingues sont publiés dans de différents pays.

Livres classés dans la bibliographie de recherche universitaire[modifier | modifier le code]

  • Chêng Chih-ming, T'ai Wan Tang Tai Hsin Hsing Fo Chiao (« Le bouddhisme contemporain de Taïwan »), chapitre « le Groupe de la pratique », Centre de recherche de la culture religieuse de l'université Hua-nan de Chiayi, 2000[3].
  • T'an Wei-lun, Fo Chiao Chên Fo Tsung Te Tsung Chiao Ching Yen Chih Yen Chiu (« La recherche sur les expériences religieuses vécues par l'école du Vrai Bouddha de la religion bouddhique »), 2000[4].
  • Ting Jên-chieh, Shê Hui Fên Hua Yü Tsung Chiao Chih Tu Pien Ch'ien — Tang Tai T'ai Wan Hsin Hsing Tsung Chiao Hsien Hsiang Ti Shê Hui Hsüeh K'ao Ch'a (« La divergence de société et le changement du système de religion — enquête sociologique sur les nouvelles religions contemporaines de Taïwan »), édition Linking Publishing, 2004[5].

La collection des œuvres de Sheng-yen Lu[modifier | modifier le code]

Les ouvrages de Sheng-yen Lu renferment la spiritualité, le dharma du taoïsme, le talisman liturgique, le bouddhisme exotérique, le bouddhisme tantrique, la voie de salut de la Terre pure, l'école du zen, la philosophie, etc., le style de son écrit est varié, il écrit de la prose, des stances poétiques, des romans, des essais, des critiques. La collection des œuvres publiés de Sheng-yen Lu comprend actuellement plus de 230 titres chinois, 7 titres en version française, 5 titres en anglais, 18 titre en indonésien et 9 titres en thaïlandais.

La collection des enseignements de Sheng-yen Lu sur le dharma bouddhique[modifier | modifier le code]

La collection des enseignements de Sheng-yen Lu est assez riche. En plus de l'enseignement du dharma bouddhique, il enseigne également des livres canoniques du bouddhisme, comme Sûtra du bouddha Amitabha, Sûtra du vœu primordial du bodhisattva Ksitigarbha (en), Sûtra de l'Éveil parfait, Sûtra de l'estrade du joyau de la loi du sixième patriarche, etc. Il professe aussi des livres canoniques de l'école ésotérique, comme La Grande Explication du mantra secret de Tsongkhapa ; Sheng-yen Lu est le premier Chinois qui a enseigné ce livre.

Albums de peintures[modifier | modifier le code]

En 1993 (à l'âge de 50 ans), Sheng-yen Lu a commencé à apprendre le lavis. Son disciple Chu Mu-lan, qui était elle-même une brillante élève du grand peintre Chao Shao-an de l'école de peinture Lingnan, lui a transmis les techniques de la peinture. Il a présenté des expositions de peinture ; certaines de ses œuvres picturales sont parues dans le magazine de l'art contemporain Chung Kuo Mei Shu (« L'Art chinois »). Il a vu paraître aujourd'hui 16 albums de peintures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Bureau économique et culturel de Taipei à Seattle, le temple Ling Shen Ching Tze, la Chambre de Commerce de Taiwan à Seattle et la Sheng-yen Lu Foundation ont amassé en don la somme d'argent de plus de 100 000 dollars américains aux sinistrés du typhon Morakot.
  2. World Journal — le temple Ling Shen Ching Tze a fait don d'argent aux sinistrés du Japon.
  3. 鄭志明 « 臺灣當代新興佛教:修行團體篇 », “參考書目” 南華大學宗教文化研究中心, 嘉義 2000.
  4. « 哲學門 », 第18期, 第199~215, 北京, 2009年.
  5. 丁仁傑著 « 社會分化與宗教制度變遷:當代臺灣新興宗教現象的社會學考察 », “參考書目” 聯經, 臺北 2OO4年.

Liens externes[modifier | modifier le code]