She Loves Control

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

She Loves Control est une œuvre multimédia de l’artiste Franck Ancel constituée d’un multiple en néon, un ebook, une série de badges, un catalogue numérique.

Création[modifier | modifier le code]

L’œuvre en néon a été créé en date du 14 février 2014, pour le centenaire de la naissance de William S. Burroughs et proposée aux 23 FRAC, Fonds Régionaux d’Art Contemporain en France, sous forme de 23 propositions d’un multiple, bleu, blanc et rouge, par 23 lettres postales aux 23 fonds d’acquisition. Cette œuvre s’inscrit dans le catalogue d’œuvres au néon de Franck Ancel, au nombre de sept pièces originales produites entre le centenaire de la création de cette technique en 2010 et 2017.

Pour le lancement de son pamphlet She Loves Control, mis en page par Nancy Dorking et publié sur Google Play par les éditeurs EBK[1], Franck Ancel distribue gratuitement 230 badges She Loves Control à l’occasion du vernissage du salon du livre de Paris, le 20 mars 2014, pour sensibiliser à la culture numérique. Un article a été publié sous ce titre dans la revue électronique du centre d’art numérique Le Cube[2] en France.

Du 3 au 21 juin 2014, l’œuvre She Loves Control a été exposée à la Friche Belle de Mai à Marseille avec un entretien sur Radio Grenouille[3] dans le cadre du centenaire William S. Burroughs. À cette occasion l’universitaire Clémentine Hougue[4] a écrit un texte sur les liens entre She Loves Control et l’auteur de La révolution électronique William S. Burroughs qui influença Joy Division. Franck Ancel a donné une conférence She Loves Control à l’École Supérieure d’Art d’Aix en Provence le 13 novembre 2014 pour expliquer la dimension virale de ce projet à l’invitation de Colette Tron qui fut à l’initiative de ces trois rendez-vous.

Postérité[modifier | modifier le code]

Suite à sa publication le 23 juillet 2014 sur le blog Visual Poetry via le Tumblr de Franck Ancel, l’œuvre She Loves Control se propage comme un virus sur toute la planète de blog en blog jusque sur le compte Instagram de The Academy New York[5] ; à chaque fois le nom de Franck Ancel est associé avec l’œuvre She Loves Control sur des milliers de sites sur Internet[6]. Puis Franck Ancel a décidé de supprimer sa publication sur son Tumblr.

L’œuvre She Loves Control est évoquée par Franck Ancel dans l’émission L'atelier du son de Thomas Baumgartner sur France Culture[7] le 5 septembre 2014. À l’occasion de l’accrochage du néon dans la librairie-galerie Mona Lisait à Paris, un vernissage She Loves Control a été organisé le 23 octobre 2014 avec 23 performances[8] faisant suite à la présentation du livre de Clémentine Hougue Le cut-up de William S. Burroughs – Histoire d’une révolution du langage[9]. Un catalogue numérique gratuit She loves Control a été édité par Books Factory à cette occasion et il est toujours téléchargeable en ligne[10].

Lors de la première vente-exposition aux enchères[11] Mouvement Art Technologie,  MAT#1, imaginée par Franck Ancel, She Loves Control a été exposée et mise en vente au 19 Côté Cour[12] à Paris le week-end du 19 juin 2016. L’un des 23 exemplaires du néon She Loves Control en version bleu, blanc et rouge fait partie d’une collection privée à Paris depuis janvier 2017.

Le 4 juillet 2017, la chanteuse Camila Cabello publie une image du néon She Loves Control sur ses comptes personnels Twitter et Instagram sans mentionner l’artiste Franck Ancel[13]. La communication virale est de nouveau instantanée jusqu’à la publication de son premier album solo dont She Loves Control est la chanson phare. Dans un entretien du 2 février 2018, le journaliste Nick Levine, pour le NME en Angleterre, demande « For lots of your fans, ‘She Loves Control’ is probably the album’s standout song. Where did the idea come from? I think ‘She Loves Control’ is such a genius title for a pop song. » Camila Cabello répond « Me too! Me. Too. I really, really wanted to make a song called ‘She Loves Control’[14]

On a pu voir aussi le 8 janvier 2018, vers la 45ième minute, le néon She Loves Control de Franck Ancel apparaître dans l’émission Stupéfiant! Intégrale : l'art de la comédie sur France Télévision[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. She loves control (ISBN 9782954884707, lire en ligne)
  2. « she loves control - Le Cube », sur Le Cube (consulté le 10 avril 2018)
  3. CUT UP – AUTOUR DE WILLIAM BURROUGHS (lire en ligne)
  4. Clémentine Hougue, « Un texte sur l'oeuvre en néon de Franck Ancel, "She Loves Control" », academia,‎ (lire en ligne)
  5. « THE ACADEMY NEW YORK sur Instagram : © Franck Ancel », sur Instagram (consulté le 10 avril 2018)
  6. (en) « Visual-Poetry — »she loves control« by franck ancel ... », sur Visual-Poetry (consulté le 10 avril 2018)
  7. « Franck Ancel + Le Cacao qui tue », France Culture,‎ (lire en ligne)
  8. Jérome Depys, Mothi Limbu, « Anna BYSKOV - Documents d'artistes PACA », sur www.documentsdartistes.org (consulté le 11 avril 2018)
  9. « Clémentine Hougue : Le cut-up de William S. Burroughs – Les presses du réel (livre) », sur www.lespressesdureel.com (consulté le 10 avril 2018)
  10. « She Loves Control », Issuu,‎ (lire en ligne)
  11. « Mouvement Art Technologie – MAT#1 - gravitons = plateforme d'édition contemporaine », gravitons = plateforme d'édition contemporaine,‎ (lire en ligne)
  12. (en-US) « MAT #1: Back to the Future », ArtPremium,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « She Loves Control », Camila Cabello Wiki,‎ (lire en ligne)
  14. (en-US) « Camila Cabello on solo success, chasing a buzz & Fifth Harmony | The Big Interview », NME,‎ (lire en ligne)
  15. « Stupéfiant! Intégrale : l'art de la comédie », (consulté le 10 avril 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Présentation de l'œuvre dans la revue Le Cube