Shashi Deshpande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shashi Deshpande
Shashi Deshpande1.jpg
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Elphinstone College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Distinctions
Padma Shri in literature & education
Sahitya Akademi Award (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Small Remedies (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Shashi Deshpande, née en 1938, est une romancière indienne, écrivant en langue anglaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît le à Dharwad, dans l’État de Karnataka, et est la deuxième fille d’un dramaturge et écrivain de langue kannada[1]. Elle effectue des études à Bombay et Bangalore, en économie et en droit. A Bombay, elle étudie le journalisme à la Vidya Bhavan et travaille pendant quelques mois comme journaliste pour un magazine, Onlooker[2].

Elle publie son premier recueil de nouvelles en 1978 et son premier roman, The Dark Holds No Terror, en 1980. Elle remporte le Sahitya Akademi Award pour le roman That Long Silence en 1990 et se voit remettre la Padma Shri en 2009[3]. Son roman Shadow Play est nominé pour le Prix littéraire hindou en 2014[4].

Elle a écrit quatre livres pour enfants, un certain nombre de nouvelles et neuf romans, ainsi que plusieurs essais. La condition féminine dans la classe moyenne indienne est une thématique que l’on retrouve en arrière-plan de la plupart des ses œuvres, ses héroïnes évoluant entre tradition et modernité, et étant souvent conscientes d'être victimes de discrimination sexuelle. Bien que parlant le marathi, la langue de sa mère, et le kannada, langue de son père, elle choisit d’écrire en anglais, et a étudié dans plusieurs de ses essais, le rôle de cette langue dans la littérature indienne contemporaine[1],[5],[6],[7].

Le , elle démissionne de son poste au conseil de l'Académie de Sahitya et rend son Sahitya Akademi Award. Ce faisant, elle se joint à une protestation plus large d'autres écrivains contre l'inaction et le silence perçus de cette académie sur le meurtre, sans doute par une organisation hindouiste radicale, de Malleshappa Madivalappa Kalburgi, un universitaire connu pour son « rationalisme »[3],[8]. Le , lors de son discours inaugural de la neuvième édition du Goa Arts and Literature Festival (en) (GALF), elle exhorte les Indiens à réfléchir aux conséquences de l’extrémisme hindou, et rappelle aux personnes présentes la violence et le carnage causés par la partition indo-pakistanaise[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Josyane Savigneau, « Un siècle au féminin, Shashi Deshpande et Anita Rau Badami : destins de femmes dans un pays troublé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Rachana Yadav, Emergence of new women in the novels of Shashi Deshpande and Anita Desai, Laxmi Book Publication, (lire en ligne), p. 15
  3. a et b (en) « Writer Shashi Deshpande resigns from Sahitya Akademi in protest against silence over Kalburgi murder », India Today,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Here's the shortlist », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Siddhartha Sharma, Shashi Deshpande's Novels : A Feminist Study, Atlantic Publishers & Dist,
  6. (en) Sarita Prabhakar, Fiction and Society: Narrativisation of Realities in the Novels of Shashi Deshpande and Githa Hariharan, Rawat Publications,
  7. (en) Shankar Kodadur, Shashi Deshpande as short story writer : a study, Laxmi Books Publivation, , p. 102-103
  8. (en) Anuradha Raman, « After Sashi Deshpande steps down, Akademi explains its silence », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Hope idea of Hindutva is rejected in upcoming polls : Author who returned Sahitya Award », The Goan Everyday,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]