Shara Gillow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shara Gillow
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes professionnelles
Principales victoires

Shara Gillow (née le à Nambour dans le Queensland) est une coureuse cycliste australienne, membre de l'équipe FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope. Elle est notamment championne d'Australie du contre-la-montre en 2011 et 2012. C'est une spécialiste du contre-la-montre, ainsi qu'une bonne grimpeuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Shara est la fille de David Gillow, un coureur cycliste qui a représenté le Zimbabwe aux Jeux olympiques de Moscou. Elle étudie les langues au Western Sydney Institute et est titulaire d'une licence. En 2012, elle habite à Belli[1].

Son entraîneur est Martin Barras à partir de 2010[1].

En 2013, elle s'impose en solitaire dans la troisième étape du Tour du Trentin en devançant ses suiveuses de plus d'une minute[2].

Sur le Tour d'Italie 2013, elle termine dixième de la troisième étape à un peu plus d'une minute de Marianne Vos. Elle est douzième le lendemain, à vingt-deux secondes de la Néerlandaise. Lors de la cinquième étape, elle est cinquième à deux minutes trente-huit de Mara Abbott et remonte à la sixième place du classement général. Elle est septième le lendemain et gagne encore une place au classement général grâce au déclassement de Fabiana Luperini. Sur le contre-la-montre de la dernière étape, elle termine troisième. Cela lui permet de passer Francesca Cauz au classement général tout en maintenant à dix secondes Evelyn Stevens deuxième du contre-la-montre. Elle termine donc ce Tour d'Italie à la quatrième place[3].

Au Tour de Thuringe, alors que sa coéquipière Emma Johansson porte le maillot de leader, elle remporte le contre-la-montre de la quatrième étape et remonte à la deuxième place du classement général à cinq secondes de la Suédoise. Elle conserve cette place jusqu'à la fin de l'épreuve[4].

En 2016, lors de l'Open de Suède Vårgårda, un groupe de neuf coureuses avec les principales équipes représentées part à mi-course. Il est constitué de : Emilia Fahlin, Amy Pieters, Chantal Blaak, Lotta Lepistö, Maria Giulia Confalonieri, Hannah Barnes, Amanda Spratt , Julia Soek et Shara Gillow. Même si l'avance de cette échappée ne dépasse jamais deux minutes, la poursuite ne s'organisant pas, elle se dispute la victoire. Emilia Fahlin anticipe le sprint et s'impose seule. Shara Gillow est neuvième[5].

En 2017, elle quitte Rabo Liv pour rejoindre l'équipe française FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope. Aux Strade Bianche, une sélection s'opère dans l'avant-dernier secteur gravier et seules cinq coureuses sont en tête : Elisa Longo Borghini, Elizabeth Deignan, Katarzyna Niewiadoma rejointes immédiatement par Annemiek van Vleuten et Katrin Garfoot. En l'absence d'information de course, les cinq coureuses se font surprendre par le retour de Lucinda Brand et Shara Gillow à trois kilomètres de l'arrivée. Les deux athlètes attaquent immédiatement et obtiennent une avance de quelques secondes au pied de la montée finale. Les cinq poursuivantes recollent cependant dans la partie la plus pentue de la Via Santa Caterina. Shara Gillow se classe sixième[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Par années[modifier | modifier le code]

Lors du contre-la-montre des Jeux olympiques de Londres

Classements UCI[modifier | modifier le code]

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement UCI[7] 228e 126e 23e 43e 25e 85e 107e 81e 25e 78e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « London 2012 – Shara Gillow », sur Australian Olympic Committee (consulté le 3 octobre 2016)
  2. North 2014, p. 196
  3. Alfred North, Tout le cyclisme féminin performances 2013, , p. 212
  4. North 2014, p. 216
  5. (en) « Fahlin wins Crescent Vargarda WorldTour race », sur cycling news (consulté le 22 août 2016)
  6. (en) « Longo Borghini wins Strade Bianche Women », sur cycling news (consulté le 5 mars 2017)
  7. (en) « World Cup - Results - Cycling - Road 2012 », sur UCI (consulté le 29 septembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :