Shamardal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Shamardal (2002-2020) est un cheval de course pur-sang, spécialisé dans les courses de plat. Appartenant à l'écurie Godolphin, il fut un champion à 2 et 3 ans avant de devenir un grand étalon.

Shamardal
Image illustrative de l’article Shamardal
Casaque de l'écurie Godolphin

Race Pur sang
Père Giant's Causeway
Mère Helsinki
Père de mère Machiavellian
Sexe Mâle
Robe Bai
Naissance 27 mars 2002
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort 16 avril 2020
Pays d'entraînement Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Éleveur P. McCarthy, F. Hertrich & J. Fielding
Propriétaire Abdulla Buhaleeba
Godolphin
Entraîneur Mark Johnston
Saeed bin Suroor
Rating FIAH 125
Timeform 129
Nombre de courses 7
Nombre de victoires 6
Gains en courses £ 1 099 290
Récompense 2 ans de l'année en Europe (2004)
Production Pinatubo
Principales victoires Dewhurst Stakes
Poule d'Essai des Poulains
Prix du Jockey Club
St. James's Palace Stakes

Carrière de course[modifier | modifier le code]

Élevé à Watercress Farrms dans le Kentucky, Shamardal passe aux ventes de Keeneland à l'âge de six mois où les enchères s'élèvent à $ 485000[1], un montant qui n'atteint pas le prix de réserve décidé par les vendeurs pour ce foal au pedigree exceptionnel. L'année suivante, alors qu'il est préparé pour les ventes de yearlings, on lui diagnostique une grave malformation au niveau des vertèbres, le Wobblersyndrom ou maladie du chien, une pathologie souvent fatale pour les chevaux, qui leur ferme en tout cas toute perspective de carrière de course. Les éleveurs se retournent alors vers leur assureur, qui récupère la propriété du poulain et dépêche auprès de lui Richard Ketch, ancien entraîneur de chevaux de saut d'obstacles et maréchal-ferrant, désormais expert en sinistre auprès des assurances. Celui-ci, partisan des méthodes alternatives, s'adjoint les services d'un "guérisseur énergétique" et ensemble ils remettent le poulain sur pied[2]. Une guérison sujette à caution (10 à 15% des chevaux atteints de cette malformation en guérissant spontanément en quelques mois), mais toujours est-il que le poulain, dont le pedigree aurait assuré un très bon prix de vente, n'était son lourd dossier médical, est envoyé aux ventes de Newmarket où il est acquis par l'entraîneur Mark Johnston pour le compte de Gainsborough Stud, le haras de Maktoum Al Maktoum, pour une somme modique, 50 000 Guinées, qui s'explique, outre que le poulain est un miraculé, par un test endoscopique laissant craindre, à tort, des problèmes respiratoires[2].

Shamardal, dont la carrière de course est louée à Abdulla Buhaleeba, effectue pour Mark Johnston de spectaculaires débuts à 2 ans, en s'envolant dans un maiden disputé sur l'hippodrome écossais de Ayr. Fin juillet, il confirme ses promesses en remportant avec autorité un groupe 2, les Vintage Stakes, dans lesquels il devance Wilko, futur lauréat du Breeders' Cup Juvenile. Puis, en octobre, il s'impose dans les Dewhurst Stakes, qui réunissent traditionnellement les meilleurs poulains britanniques, une victoire qui fait de lui l'incontestable numéro un de sa génération, et il est naturellement sacré meilleur 2 ans européen. Lors de sa victoire, il arborait la casaque de Gainsborough Stud, l'association avec Abdulla Buhaleeba s'étant achevé.

Et c'est sous d'autres couleurs, celles de Godolphin, la toute puissante écurie de la famille Maktoum, et l'entraînement de Saeed bin Suroor, que Shamardal fait sa rentrée en 2005 à Dubaï, où il a hiverné, dans le Derby des Émirats, sur le dirt. L'idée est de le faire participer au Kentucky Derby. Mais le poulain ne semble guère apprécier le dirt et termine loin du vainqueur, son jockey Frankie Dettori n'insistant pas. Il est alors redirigé vers l'Europe et, plutôt que vers les classiques britanniques auxquels il semblait destiné, vers la Poule d'Essai des Poulains à Longchamp. Il s'y impose à la lutte, face à un lot qui n'est pas exceptionnel. Puis il se présente au départ d'un Prix du Jockey Club new look, qui passe pour la première fois cette année-là de la distance classique de 2 400 mètres à celle, intermédiaire de 2 100 mètres, une petite révolution qui fait couler beaucoup d'encre et pousse les milers dotés de tenue à défier les poulains classiques portés sur la vitesse. Cette fois, il a un vrai challenger, le meilleur 3 ans français Hurricane Run, qui s'avèrera, lui, un vrai poulain de distance classique puisqu'il s'offrira le Prix de l'Arc de Triomphe à l'automne. Mais Hurricane Run a un défaut, il a tendance à pencher sous l'effort, ce qu'il ne manque pas de faire lorsqu'il s'explique avec Shamardal dans la ligne droite. Celui-ci s'impose d'une encolure, réussissant ainsi un splendide doublé Poule d'Essai / Jockey Club, que le raccourcissement de distance a rendu plus abordable : avant Shamardal, seuls cinq poulains l'avaient réussi (Heaume en 1890, Perth en 1899, Retz en 1902), Dagor en 1913 et Right Royal en 1961), après lui trois y parviendront en quinze ans (son fils Lope de Vega en 2010, Brametot en 2017 et St Mark's Basilica en 2021).

Preuve que les 2100 mètres sont le bout du monde pour lui, Shamardal ne tarde pas à revenir sur le mile en disputant, seulement neuf jours plus tard, les St. James's Palace Stakes qui ont lieu à York, Ascot étant en travaux. Il remporte la course avec aisance, de trois longueurs devant Ad Valorem et Oratorio, futur vainqueur des Eclipse Stakes et des Irish Champion Stakes, confirmant son hégémonie sur ses contemporains. Une hégémonie qu'il compte bien assoir encore un peu plus dans les Eclipse Stakes mais une blessure à l'entraînement en décide autrement[3] et Shamardal se retire de la compétition invaincu en Europe et sur le gazon, avec quatre victoires de groupe 1 dans la besace dont une aux dépens de Hurricane Run, lequel lui ravit les titres de 3 ans européen et de cheval de l'année en Europe.

Résumé de carrière[modifier | modifier le code]

Date Hippodrome Pays Course Statut Distance Jockey Partants Place Écart Vainqueur ou deuxième Temps
2004, 2 ans
Ayr Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Maiden 1 200 m J. Fanning 7 1er 8 No Commission 1'11"63
Goodwood Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Vintage Stakes Gr. 2 1 400 m J. Fanning 10 1er 2 ½ Wilko 1'27"41
Newmarket Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Dewhurst Stakes Gr. 1 1 400 m K. Darley 9 1er 2 ½ Oratorio 1'27"16
2005, 3 ans
Nad Al Sheba Drapeau de Dubaï Dubaï UAE Derby Gr. 2 1 800 m L. Dettori 12 9ème Blues And Royals 1'50"50
Longchamp Drapeau de la France France Poule d'Essai des Poulains Gr. 1 1 600 m L. Dettori 15 1er tête Indesatchel 1'39"20
Chantilly Drapeau de la France France Prix du Jockey Club Gr. 1 2 100 m L. Dettori 17 1er encolure Hurricane Run 2'09"00
Ascot Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni St. James's Palace Stakes Gr. 1 1 600 m K. McEvoy 8 1er 3 Ad Valorem 1'37"18

Au haras[modifier | modifier le code]

Installé à Kildangan Stud en Irlande, Shamardal est proposé à 40 000  la saillie pour ses débuts, et s'affirme vite comme un étalon de premier plan. Son tarif va augmenter jusqu'à 70 000  avant d'être "privé", c'est-à-dire qu'il n'est plus rendu public mais se négocie pour une somme à cinq chiffres. Il est l'auteur de près de 30 lauréats de groupe 1.

Parmi ses meilleurs produits, citons (avec entre parenthèses le nom du père de mère) :

Shamardal meurt précocément en 2020[4], euthanasié suite à de lourds problèmes de santé[5].

Origines[modifier | modifier le code]

Shamardal est issu de la première génération du champion et grand étalon Giant's Causeway, cheval de l'année en Europe, lauréat de six groupe 1 et trois fois tête de liste des étalons américains. Sa famille maternelle est remarquable, marquée par la présence du champion et grand étalon Street Cry, et permet de comprendre pourquoi ses éleveurs espéraient davantage que les $ 485 000 qui leurs furent proposés aux ventes de foals. On peut la retracer à partir de Waterway, une pouliche française classique qui fut envoyée à la reproduction en Angleterre puis en Irlande, où elle devint une jument-base de Ballymacoll Stud Farm.

  • Waterway (1976) : Prix du Calvados. 2ème Prix de la Porte-Mailot (Gr.3), Prix de Sandringham. 3ème Poule d'Essai des Pouliches, Prix du Rond-Point. Mère de :
    • Helen Street (1982) : Irish Oaks, Hoover Fillies Mile Stakes (Gr.3), Prix du Calvados. 3ème Yorkshire Oaks. 4ème Champion Stakes, Washington D.C. International. Mère de :
      • Street Cry (Machiavellian) : Dubai World Cup, Stephen Foster Handicap (Gr.1), UAE 2000 Guineas (Gr.2), Al Maktoum Challenge-Round 3 (Gr.2). 2ème Whitney Handicap (Gr.1), Del Mar Futurity (Gr.2), Norfolk Stakes (Gr.2). 3ème Breeders' Cup Juvenile, UAE Derby (Gr.2). Étalon de premier plan, père des légendaires Winx et Zenyatta.
      • Grecian Slipper (Sadler's Wells), mère de :
        • Magna Gracia (Warning) : Prix de Barbeville (Gr.3).
        • Graikos (Rainbow Quest) : Prix de Condé (Gr.3). 3ème Prix des Chênes (Gr.3).
      • Helsinki (Machiavellian), vendue 3,9 millions de dollars pleine de Cherokee Run en novembre 2004. mère de :
        • Geoffrey Chaucer (Montjeu) : Beresford Stakes (Gr.2). 3ème Derby Trial Stakes (Gr.3).
        • Diamond Necklace (Unbridled's Song), mère de :
          • Dogtag (War Front) : Royal Heroine Stakes. (Gr.2), Yellow Ribbon Handicap (Gr.2), John C. Mabee Stakes (Gt.2). 3ème Rodeo Drive St (Gr.1)
        • Shamardal
Origines de Shamardal (USA), mâle, bai, 2002
Père
Giant's Causeway
1997
Storm Cat
1983
Storm Bird Northern Dancer
South Ocean
Terlingua Secretariat
Crimson Saint
Mariah's Storm
1991
Rahy Blushing Groom
Glorious Song
Immense Roberto
Imsodear
Mère
Helsinki
1997
Machiavellian
1991
Mr. Prospector Raise a Native
Gold Digger
Coup de Folie Halo
Raise The Standard
Helen Street Troy Petingo
La Milo
Waterway Riverman
Boulevard[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mort de Shamardal, le génie miraculé à grosse tête ! », sur France sire (consulté le )
  2. a et b « ESPN.com - Horse Racing - After a shaky start, Shamardal looks for a rosy future », sur www.espn.com (consulté le )
  3. « Multiple Group 1 winner and top-class stallion Shamardal dies aged 18 », sur www.racingpost.com (consulté le )
  4. (en) « Shamardal dies at 18 », RTE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « Top sire and multiple champion Shamardal dies, aged 18 », sur Sky Sports (consulté le )
  6. « Pedigree de Shamardal », sur www.pedigreequery.com (consulté le )