Shaft (film, 2000)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shaft (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shaft.
Shaft
Titre original Shaft
Réalisation John Singleton
Scénario Shane Salerno
Richard Price
John Singleton
Sociétés de production New Deal Productions
Paramount Pictures
Scott Rudin Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Policier
Durée 100 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Shaft est un film d'action américain réalisé par John Singleton, sorti en 2000. Il s'agit du quatrième film consacré à John Shaft, le premier étant Les Nuits rouges de Harlem (Shaft) réalisé en 1971 par Gordon Parks.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une nuit, dans un bar de Manhattan, l'inspecteur J. P Shaft (neveu de John Shaft), flic noir aux méthodes peu orthodoxes, est appelé à la suite d'une agression raciste. Quelques minutes après son arrivée sur le lieu du crime, la victime - l'étudiant noir Trey Howard - succombe à un traumatisme crânien. La barmaid Diane Palmieri, unique témoin oculaire du drame, désigne discrètement à Shaft le coupable : Walter Wade Jr., fils d'un riche promoteur immobilier qui invoque avec arrogance la légitime défense et défie ouvertement le policier. Shaft arrête Wade, mais son avocat obtient sa libération immédiate, moyennant une caution substantielle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le réalisateur John Singleton souhaite initialement que le personnage principal soit le fils de John Shaft et que père et fils travaillent ensemble. Cela déplait cependant au studio. Scott Rudin demande que le personnage original devienne l'oncle John Shaft et que sa présence ne soit réduite qu'à une petite participation[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Alors que John Singleton voulait Don Cheadle pour le rôle-titre, le producteur Scott Rudin insiste pour avoir un acteur davantage connu[3]. Alors que Wesley Snipes et Will Smith sont envisagés[3], le rôle revient finalement à Samuel L. Jackson. Il incarne le neveu du personnage de John Shaft, incarné jadis par Richard Roundtree. Le réalisateur John Singleton déclare :

« Jusque-là, nous n'avions guère qu'un héros afro-américain : Sidney Poitier. L'entrée en scène de Richard Roundtree nous fit l'effet d'un électro-choc. Dès lors, chacun voulut l'imiter. Aujourd'hui, très peu d'acteurs sont capables de jouer ce type de personnage. Sam Jackson domine le lot. Shaft est un personnage éminemment contemporain qui évolue avec une suprême aisance entre plusieurs mondes. Il est aussi à l'aise dans les bas-fonds de New York que dans les boîtes chics de Manhattan. C'est ainsi que le rôle fut conçu à l'origine, et c'est ainsi que Sam le joue[4]. »

John Leguizamo est initialement choisi pour incarner Peoples Hernandez. Il préfère cependant s'engager sur Moulin Rouge[3]. Le rôle revient alors à Jeffrey Wright.

Richard Roundtree, qui interprétait John Shaft dans les premiers trois épisodes et la série télévisée, tient ici le même rôle, devenu l'oncle John de Samuel L. Jackson. Par ailleurs, Gordon Parks, réalisateur des deux premiers films, fait une apparition dans le rôle du patron du Lenox Lounge où Shaft se rend pour retrouver ses amis. On retrouve également Isaac Hayes, qui fait un caméo. Pendant le film, on peut entendre à plusieurs reprises son Theme from Shaft qu'il a composé pour Les Nuits rouges de Harlem (1971).

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu de septembre 1999 à mars 2000. Il se déroule à New York, notamment à Brooklyn (Gerritsen Beach, Sheepshead Bay, Navy Yard), à Manhattan (Lenox Lounge à Harlem, Chelsea), dans le Queens (College Point). Quelques scènes sont tournées dans le New Jersey, notamment à Jersey City et Newark[5].

Musique[modifier | modifier le code]

Music from and inspired by
Shaft
Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 74:41
Genre musique de film, soul, funk, rap, R'n'B
Label New Deal, Ghet-O-Vision, LaFace, Arista
Critique

Bandes originales de Shaft

L'album de la bande originale, Music from and inspired by Shaft, contient des chansons d’artistes rap-R'n'B. Le premier single est Bad Man de R. Kelly. L'album contient par ailleurs le Theme from Shaft, composé par Isaac Hayes pour Les Nuits rouges de Harlem (1971), le premier film sur Shaft.

No Titre Producteurs Durée
1. Theme from Shaft (Isaac Hayes) Isaac Hayes 4:38
2. Bad Man (R. Kelly) R. Kelly 4:03
3. Up and Outta Here (R. Kelly) R. Kelly 4:25
4. Do What I Gotta Do (Donell Jones) Edward Ferrell 4:46
5. Rock wit U (Alicia Keys) Lellow 5:46
6. We Servin' (Big Gipp) Rondal Rucker 3:24
7. Tough Guy (OutKast featuring UGK) Earthtone III 5:44
8. 2 Glock 9's (T.I.P. featuring Beanie Sigel) PA 4:03
9. Summer Rain (Carl Thomas) Heavy D, Warryn Campbell (co.) 4:57
10. Automatic (Sleepy Brown featuring Backbone & Big Rube) Organized Noize 4:14
11. Pimp Shit (Too $hort) DJ Silk 4:12
12. Cheatin' (Liberty City) Larry "Rock" Campbell, Timmy Allen 3:54
13. Fix Me (Parle featuring Eve & Jadakiss) Chad "Dr. Ceuss" Elliot 3:45
14. How You Want It? (Mil) The Legendary Traxster 4:00
15. Ain't Gonna See Tomorrow (Mystikal) Earthtone III 4:33
16. My Lovin' Will Give Your Something (Angie Stone) Gerry DeVeaux 4:42
17. Serenata Negra (Fulanito) Dose, Win 3:37

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Shaft reçoit des critiques plutôit partagées. Il obtient 68% d'opinions favorables sur l'agrégateur Rotten Tomatoes[7]. Sur Metacritic, il décroche une note moyenne de 50100 pour 33 critiques[8]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 746 373 entrées[9]
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
70 334 258 $[1] [10] 16
Alt=Image de la Terre Mondial 107 196 498 $[1] - -

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Dans une scène, Samuel L. Jackson prononce la phrase « This is some repugnant shit », qu'il prononçait aussi dans Pulp Fiction (1994) et Jackie Brown (1997), deux films de Quentin Tarantino[3].

Suite[modifier | modifier le code]

Le réalisateur John Singleton prévoyait une suite dans laquelle Shaft affronterait des trafiquant de drogue en Jamaïque. Cependant, suite aux résultats décevants du film au box-office, le projet ne se concrétisera pas[3]. Cependant, en 2019, le personnage est de retour dans Shaft. Trois « générations » de Shaft s'y croiseront, interprétés par Jessie Usher, Richard Roundtree et Samuel L. Jackson.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Shaft », sur Box Office Mojo (consulté le 18 avril 2018)
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. a, b, c, d, e et f (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. Secrets de tournage - Allociné
  5. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Music from and inspired by Shaft sur AllMusic
  7. (en) Shaft sur Rotten Tomatoes
  8. (en) Shaft reviews - Metacritic
  9. « Shaft », sur JP box-office.com (consulté le 18 avril 2018)
  10. (en) « Shaft - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 18 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]