Shōshō Chino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shōshō Chino
Cino Syōsyō.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
茅野蕭々Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Shōshō Chino (茅野 蕭々?), nom véritable Chino Gitarō (茅野 儀太郎), à Suwa - à Tokyo, est un germaniste et traducteur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses études secondaires terminées, Chino étudie la germanistique à l'Université de Tokyo de 1905 à 1908. À partir de 1917 il est professeur d'allemand à la Daisan Kōtō Gakkō[1] (aujourd'hui Université de Kyoto), puis maître de conférences au Nihon Joshi Daigaku à Tokio et de 1920 jusqu'à sa retraite en 1944, il est professeur d'études germaniques à l'Université Keiō. Son travail se concentre sur le romantisme allemand, les œuvres de Goethe et la poésie moderne. En compagnie de son épouse il compose des poèmes, des tanka et des critiques littéraires pour la revue Myōjō (明星) dirigée par Tekkan Yosano.

Outre la première traduction en japonais du Divan occidental-oriental (1937) de Goethe, Chino traduit également Werther et Les Affinités électives du même auteur, des poèmes de Rilke (1927) et des pièces de Strindberg, le Schimmelreiter de Storm et Maria Stuart de Schiller. Par ailleurs, il est aussi connu comme poète. Il était marié avec la germaniste et poétesse Chino Masako.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1926 Faust monogatari
  • 1931 Doitsu romanshugi bungei (Œuvres des romantiques allemands)
  • 1936 Goethe Faust
  • 1936 Doitsu roman shugi (獨逸浪漫主義, Le romantisme allemand)
  • 1936 Goethe to tetsugaku (ゲョエテと哲学, Goethe et la philosophie)

Référence[modifier | modifier le code]

  • Christoph König : Internationales Germanistenlexikon : 1800–1950. Volume 1: A–G, Walter de Gruyter, 2003, (ISBN 3-11-015485-4), p. 328 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « 茅野蕭々 » (consulté le 19 juillet 2012)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]