Shōjirō Ishibashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shōjirō Ishibashi
Shojiro Ishibashi 01.jpg

Shōjirō Ishibashi

Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
collectionneur d'art, entrepreneurVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Yasuko Hatoyama (en)
Kan'ichirō Ishibashi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Shōjirō Ishibashi (石橋 正二郎, Ishibashi Shōjirō?, - ) est un homme d'affaires japonais, fondateur de la société Bridgestone, plus grand fabricant mondial de pneus[1], en 1931 dans la ville de Kurume, préfecture de Fukuoka au Japon. Bridgestone tient son nom de celui de son fondateur : En japonais ishi signifie « pierre » et bashi(/hashi) « pont »[1], d'où l'origine du nom de la société en anglais[1].

Yasuko Hatoyama (en), fille d'Ishibashi, devient héritière de sa considérable fortune et utilise l'héritage pour financer les causes politiques de sa famille[1]. Elle épouse Iichirō Hatoyama, ancien ministre des affaires étrangères du Japon [1]. Le couple a deux fils, les petits-enfants d'Ishibashi - les politiciens Kunio Hatoyama, qui sert comme ministre des affaires intérieures et des communications, et Yukio Hatoyama, premier ministre du Japon du 16 septembre 2009 au 8 juin 2010[1],[2].

La devise d'Ishibashi pour Bridgestone était de « servir la société avec des produits de qualité supérieure ». Il fonde le centre culturel Ishibashi ainsi que le musée d'art Bridgestone (à la même adresse 10 Kyobashi 1-chome, Chuo-ku, Tokyo 104) et est un des principaux bienfaiteurs du musée d'art moderne de Tokyo, ayant également construit le bâtiment dans lequel celui-ci est abrité.

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Kosuke Takahashi, « Japan on the brink of a new era », Asia Times,‎ (lire en ligne)
  2. « Japan's PM Yukio Hatoyama resigns », BBC News,‎ (lire en ligne)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]