Shōjirō Ishibashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shōjirō Ishibashi (石橋 正二郎, Ishibashi Shōjirō?, 1er février 1889 - 11 septembre 1976) est un homme d'affaire japonais, fondateur de la société Bridgestone, plus grand fabricant mondial de pneus[1], en 1931 dans la ville de Kurume, préfecture de Fukuoka au Japon. Bridgestone tient son nom de celui de son fondateur : En japonais ishi signifie « pierre » et bashi(/hashi) « pont »[1], d'où l'origine du nom de la société en anglais[1].

Yasuko Hatoyama (en), fille d'Ishibashi, devient héritière de sa considérable fortune et utilise l'héritage pour financer les causes politiques de sa famille[1]. Elle épouse Iichirō Hatoyama, ancien ministre des affaires étrangères du Japon [1]. Le couple a deux fils, les petits-enfants d'Ishibashi - les politiciens Kunio Hatoyama, qui sert comme ministre des affaires intérieures et des communications, et Yukio Hatoyama, premier ministre du Japon du 16 septembre 2009 au 8 juin 2010[1],[2].

La devise d'Ishibashi pour Bridgestone était de « servir la société avec des produits de qualité supérieure ». Il fonde le centre culturel Ishibashi ainsi que le musée d'art Bridgestone (à la même adresse 10 Kyobashi 1-chome, Chuo-ku, Tokyo 104) et est un des principaux bienfaiteurs du musée d'art moderne de Tokyo, ayant également construit le bâtiment dans lequel celui-ci est abrité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Kosuke Takahashi, « Japan on the brink of a new era », Asia Times,‎ 29 août 2009 (lire en ligne)
  2. « Japan's PM Yukio Hatoyama resigns », BBC News,‎ 2 juin 2010 (lire en ligne)