Seymour Hersh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hersh.
Seymour Hersh
Description de cette image, également commentée ci-après

Seymour Hersh à la Trinity University de San Antonio en 2008.

Naissance (78 ans)
Chicago (Illinois), Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession
journaliste d'investigation

Seymour Myron « Sy » Hersh est un journaliste d'investigation américain, né le à Chicago, spécialisé dans les affaires militaires américaines et les services secrets. Il écrit notamment pour The New Yorker et le New York Times.

Il est à l'origine de nombreuses révélations comme le scandale de torture de Abu Ghraib ou encore le Massacre de Mỹ Lai au Viêt Nam pour lequel il obtient un Prix Pulitzer. Il est considéré par le monde universitaire comme un des meilleurs journalistes des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Seymour Hersh est né dans une famille juive parlant Yiddish et habitant Chicago.

En 1963 il est recruté à l'agence Associated Press et entre rapidement en conflit avec la direction car celle-ci souhaite censurer un article traitant du gouvernement américain et des armes bactériologiques. Il quitte rapidement l'Associated Press et fait ensuite ses premiers pas pour The New Republic.

Révélations célèbres[modifier | modifier le code]

Massacre de Mỹ Lai[modifier | modifier le code]

En 1969 il révèle le Massacre de Mỹ Lai au Viêt Nam qui choque le monde entier. Cela lui vaudra le prix Pulitzer en 1970

Activités illégales de la CIA sur le sol américain[modifier | modifier le code]

Révélation en 1974 des activités de la CIA sur le territoire américain contre les mouvements pacifiques et autres opposants sous le couvert de contre-espionnage, ce qui forcera à la démission James Angleton, le chef du contre-espionnage de la CIA.

Projet Jennifer[modifier | modifier le code]

Il est a l'origine des révélation sur le projet Jennifer.

Révélations sur le département de la défense[modifier | modifier le code]

Il est a l'origine de la révélation de l'Office of Special Plans ou OSP du département de la Défense américain dans l'article Selective Intelligence [lire en ligne]

Mort de Ben Laden[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, il prétend que l’affirmation par le gouvernement américain de l’élimination d'Oussama Ben Laden le 2 mai 2011, est un "énorme mensonge."[1] L'information sera relayée par de nombreux périodiques américains.

En 2015, il publie un long article dans la London Review of Books attaquant l'administration Obama sur la mort de Ben Laden[2].

L'assaut donné le 2 mai 2011 ne se serait pas du tout déroulé comme le scénario officiel. Les forces spéciales américaines seraient entrées dans la villa occupée par Ben Laden sans faire face à une résistance et ils auraient tué Ben Laden alors qu'il était très faible et désarmé. La dépouille de Ben Laden n'aurait ensuite pas été jetée en mer, comme l'affirme la version officielle.

Argent juif et présidentielles américaines[modifier | modifier le code]

Lors d'une conférence il affirme que la position de Hillary Clinton sur le nucléaire iranien est explicable par le poids financier de la communauté juive :

"L'argent. L'argent juif vient de New York. Sérieusement, il faut dire la vérité. Une partie importante de l'argent juif et des leaders juifs américains supportent la position Israélienne qui fait de l'Iran une menace existentielle. C'est aussi simple que ça. Quand vous venez de New York, vous prenez cette positon politique et quand vous commencez votre campagne électorale vous devez suivre cette ligne. Il n'y a aucune autre explication possible, Hillary Clinton est assez intelligente pour ça.[3]"

Armes chimiques syriennes[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, il avance que Barack Obama a menti quand celui-ci a « accusé le président Bachar el-Assad pour une attaque gaz sarin qui a tué des centaines de civils syriens en août [2013]»[4]. Son article avait été commandé par le New Yorker qui l’a refusé, puis présenté au Washington Post, qui l’a refusé aussi, pour être finalement publié au Royaume-Uni par la London Review of Books[5].

Critiques[modifier | modifier le code]

Dans un article paru dans le journal israélien Haaretz (traduit et publié par Courrier international sous le titre "Comment on fabrique l'info sur le Moyen-Orient" 5 juillet 2007), Emmanuel Sivan, professeur d’histoire islamique à l’Université hébraïque de Jérusalem, conteste les méthodes d'investigations de Seymour Hersh, lui reprochant, d'avoir écrit dans un article du New Yorker que les États-Unis finançaient indirectement au Liban des groupes proches d'Al-Qaïda comme Fatah al-Islam via le premier ministre sunnite Fouad Siniora, sans avoir vérifié les informations de sa source.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Ouvrages originaux en anglais[modifier | modifier le code]

  • Chemical and Biological Warfare: America's Hidden Arsenal, New York, Bobbs-Merrill, 1968
  • My Lai 4: A Report on the Massacre and Its Aftermath, Random House, 1970, ISBN 0-394-43737-3.
  • Cover-up: the Army's secret investigation of the massacre at My Lai 4, New York, Random House, 1972
  • Seymour M. Hersh, The Price of Power : Kissinger in the Nixon White House, Summit Books,‎ (ISBN 0-671-44760-2)
  • Seymour M. Hersh, “The Target Is Destroyed” : What Really Happened to Flight 007 and What America Knew About It, New York, Random House,‎ , 282 p. (ISBN 0-394-54261-4 et 978-0-394-54261-4)
  • The Samson Option: Israel's Nuclear Arsenal and American Foreign Policy, Random House, 1991, ISBN 0-394-57006-5
  • The Dark Side of Camelot, Little, Brown & Company, 1997, ISBN 0-316-36067-8
  • Against All Enemies: Gulf War Syndrome: The War Between America's Ailing Veterans and Their Government, Ballantine Books, 1998
  • Chain of Command: The Road from 9/11 to Abu Ghraib, HarperCollins, 2004, ISBN 0-06-019591-6

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

  • Le massacre de Song My : La guerre du Vietnam et la conscience américaine [« My Lai 4: A Report on the Massacre and Its Aftermath »], Gallimard, coll. « Témoins »,‎ (ISBN 978-2070270903)
  • Opération Samson : comment Israël a acquis la bombe atomique [« The Samson Option: Israel's Nuclear Arsenal and American Foreign Policy »], Olivier Orban,‎
  • La face cachée du clan Kennedy [« The Dark Side of Camelot »], L'Archipel,‎ (ISBN 978-2841871414)
  • Permission de tuer : Les nouveaux services secrets, Les Empêcheurs de penser en rond,‎ , 150 p. (ISBN 978-2846711067) Ce livre regroupe la traduction de trois articles de The New Yorker écrits par Hersh :
    • Manhunt : The Bush Administration's new strategy in the war against terrorism, sur les éliminations de membres d'Al-Qaïda (The New Yorker du 23 et 30 décembre 2002);
    • Selective Intelligence : Donald Rumsfeld has his own special sources. Are they reliable? sur l'OSP (12 mai 2003 [lire en ligne]); et
    • Moving Targets : Will the counter-insurgency plan in Iraq repeat the mistakes of Vietnam? sur les tentatives du renseignement US pour éliminer la résistance irakienne et le lancement de la Task Force 121 (15 décembre 2005
  • Dommages collatéraux : La face obscure de la « guerre contre le terrorisme » [« Chain of Command: The Road from 9/11 to Abu Ghraib »], Denoël, coll. « Impacts »,‎ , 624 p. (ISBN 978-2207256664)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]