Seymour Benzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Seymour Benzer
Seymour Benzer.gif
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
PasadenaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Prix Gairdner ()
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale ()
Prix Louisa-Gross-Horwitz ()
Prix Harvey ()
Prix Dickson de science (d) ()
Croonian Lecture ()
National Medal of Science ()
Prix Rosenstiel ()
Médaille Thomas Hunt Morgan (en) ()
Karl Spencer Lashley Award ()
Prix Wolf de médecine ()
Bristol-Myers Squibb Award for Distinguished Achievement in Neuroscience Research (d) ()
Prix Crafoord ()
Prix international de biologie ()
Robert J. and Claire Pasarow Foundation Award for Distinguished Contributions to Neuropsychiatric Research (d) ()
NAS Award in the Neurosciences ()
March of Dimes Prize in Developmental Biology (en) ()
Prix Gruber pour la neuroscience (en) ()
Albany Medical Center Prize (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Seymour Benzer (né le 15 octobre 1921 – mort le 30 novembre 2007) est un physicien, biologiste moléculaire et généticien comportemental américain. Il a mené ses recherches dans des laboratoires de l'université Purdue et au California Institute of Technology (Caltech)[1],[2],[3].

Il a été membre de l'Académie des sciences de France et des États-Unis, de la Société américaine de philosophie et de la Royal Society. Il est l'objet des livres Time, Love, Memory: A Great Biologist and His Quest for the Origins of Behavior (1999) de Jonathan Weiner[4] et Reconceiving the Gene: Seymour Benzer's Adventures in Phage Genetics de Lawrence Holmes[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Benzer naît à Bensonhurst de Meyer B. et Eva Naidorf, deux Ashkénazes[6]. Il a deux sœurs aînées[5].

L'une de ses premières expériences scientifiques consiste à avoir disséqué une grenouille qu'il avait attrapée. Benzer se souvient également d'avoir reçu un microscope comme cadeau pour son treizième anniversaire, ce qui aurait contribué à développer sa passion[7]. La lecture de Arrowsmith de Sinclair Lewis aurait également eu un fort impact sur le jeune Benzer, qui terminera ses études secondaires à l'âge de 15 ans[4].

En 1938, il commence à étudier au Brooklyn College. Il y rencontrera Dorothy Vlosky, qu'il épousera à New York en 1942[4]. Le couple aura deux filles : Barbie (Barbara) et Martha Jane.

Benzer obtient un diplôme en physique[3], puis déménage par la suite à l'université Purdue[2],[3],[8].

Seymour Benzer obtient un Ph.D. en physique de l'état solide en 1947 et est engagé comme professeur à Purdue. Cependant, inspiré par le livre Qu'est-ce que la vie ? d'Erwin Schrödinger, les intérêts de Benzer se déplacent vers la biologie. Il se met ainsi à étudier la génétique bactériophage[9]. Il est chercheur postdoctoral au laboratoire de Max Delbrück de Caltech, puis retourne à Purdue. Il y développe le système T4 rII (en)[10].

En 1967, Benzer retourne travailler à Caltech, cette fois en génétique comportementale.

Benzer meurt d'une attaque à l'hôpital Huntington (en) de Pasadena[8].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R. J. Greenspan, « Seymour Benzer. 15 October 1921 -- 30 November 2007 », Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Society,‎ (DOI 10.1098/rsbm.2012.0031)
  2. a et b (en) R. J. Greenspan, « Seymour Benzer (1921–2007) », Current Biology, vol. 18, no 3,‎ , R106–R110 (PMID 18345547, DOI 10.1016/j.cub.2007.12.039)
  3. a b et c (en) Carl Zimmer, « Seymour Benzer, geneticist, is dead at 86 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c (en) Jonathan Weiner, Time, Love, Memory: A Great Biologist and His Quest for the Origins of Behavior, New York, Knopf, (ISBN 0-679-44435-1)
  5. a et b (en) Frederic Lawrence Holmes et Summers, William C., Reconceiving the Gene: Seymour Benzer's Adventures in Phage Genetics, New Haven, Yale University Press, (ISBN 0-300-11078-2)
  6. http://oralhistories.library.caltech.edu/27/1/OH_Benzer_S.pdf
  7. (en) Seymour Benzer, « Seymour Benzer (1921-2007) Interviewed by Heidi Asputrian », Oral History Project, California Institute of Technology Archives, (consulté le 19 avril 2011)
  8. a et b (en) « Neurogenetics Pioneer Seymour Benzer Dies », California Institute of Technology, (consulté le 18 février 2008)
  9. (en) Y. -N. Jan et L. Jan, « Retrospective: Seymour Benzer (1921-2007) », Science, vol. 319, no 5859,‎ , p. 45 (PMID 18174427, DOI 10.1126/science.1154050)
  10. (en) S. Benzer, « On the Topography of the Genetic Fine Structure », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 47, no 3,‎ , p. 403–415 (PMID 16590840, PMCID 221592, DOI 10.1073/pnas.47.3.403, Bibcode 1961PNAS...47..403B)
  11. (en) « Book of Members, 1780–2010: Chapter B », American Academy of Arts and Sciences (consulté le 15 juin 2011)
  12. (en) The Louisa Gross Horwitz Prize Committee, « The Louisa Gross Horwitz Prize for Biology Or Biochemistry », Columbia University Medical Center, (consulté le 18 février 2008)
  13. (en) « Daniel Giraud Elliot Medal », National Academy of Sciences (consulté le 16 février 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :