Servius Sulpicius Similis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Servius Sulpicius Similis est un haut chevalier romain, préfet d'Égypte puis préfet du prétoire sous Trajan.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'empereur Trajan (98 à 117).

L'estime que Sulpicius Similis inspie à Trajan tient sans doute à ses faits d'armes dans la première campagne contre les Daces. Elle transparaît dans la préséance que Trajan lui accorde sur des officiers supérieurs en l'appelant à son audience[1], comme le montre une anecdote rapportée par Dion Cassius, alors qu’il est un simple centurion[2] :

« Un jour, lorsqu'il n'est encore que centurion, Trajan l'ayant appelé dans sa tente avant les tribuns, il lui dit : “C'est chose honteuse, César, que tu t'entretiennes avec un centurion, tandis que les préfets se tiennent debout au dehors”. »

— Dion Cassius, Histoire romaine, livre LXIX, 19.

Sorti du rang, il est d'abord promu préfet de l'annone sans doute en 106, puis transféré à Alexandrie comme préfet d'Égypte du 29 août 107 au 22 mars 112[3],[4], succédant à Caius Vibius Maximus. Il y publie un édit en l'an 109 pour confirmer une disposition prise par un prédécesseur[5]. Son successeur est Marcus Rutilius Lupus.

Conformément à l'usage, sa qualité de préfet d'Égypte lui donne accès à l'une des deux préfectures du prétoire, vraisemblablement vers 112-113. Il est en effet promu préfet du prétoire, mais selon Dion Cassius, il choisit de quitter sa charge très rapidement[2],[6]. Dans son Panégyrique de Trajan, dans une version revue et augmentée à la fin de sa vie, Pline le Jeune évoque en effet la démission que Trajan accepte de Sulpicius Similis :

« Tu as donné congé à un homme excellent que tu aimais entre tous, malgré toi, avec tristesse, comme si tu ne pouvais le retenir. C'est là une action méritoire et digne d’être écrite : choisir comme préfet du prétoire non un de ceux qui se poussent, mais un de ceux qui se dérobent et rendre ce préfet au repos qu'il aime avec obstination »

— Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, LXXXVI, 1 et 2[7]

Si l'on en croit l’Histoire Auguste, sujette à caution sur ce passage[6], il est préfet jusqu'au début du règne d'Hadrien aux côtés de Publius Acilius Attianus, et est seulement remplacé avec son collègue à ce moment-là par Quintus Marcius Turbo et Caius Septicius Clarus[8]. Selon la notice controuvée de la Vie d'Hadrien, le rédacteur de l’Histoire Auguste a faussement transformé Similis en préfet du prétoire jusqu’à Hadrien[9].

Dion Cassius dresse un portrait de Similis[10] :

« Il y a aussi, en ce temps, d'autres hommes distingués dont les plus illustres sont Turbo et Similis, qu'Hadrien honore de statues. [...] Pour ce qui est de Similis, personnage plus avancé que Turbo en âge et en dignité, il ne le cède, je crois, à personne de ceux qu'on renomme le plus pour leurs mœurs. »

— Dion Cassius, Histoire romaine, livre LXIX, 18-19.

Il donne aussi des explications sur sa célèbre épitaphe[2] :

« [après sa démission de la préfecture du prétoire] il passe paisiblement sept ans, c'est-à-dire le reste de sa vie, à la campagne ; de plus, il compose pour son tombeau l'inscription suivante : “Ci-gît Similis, qui exista tant d'années et en vécut sept”. »

— Dion Cassius, Histoire romaine, livre LXIX, 19.

Il décède donc vers 119-120 pour une préfecture vers 112-113, et entre 125 et 132 si l'on prend en compte le passage controversée de l’Histoire Auguste.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Carcopino, Rencontres de l'histoire et de la littérature romaines, Flammarion, , p. 171 à 231 : Les surprises du testament de Pline le Jeune.
  • PIR¹ S 735

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carcopino 1963, p. 227.
  2. a b et c Dion Cassius, Histoire romaine, livre LXIX, 19.
  3. Joseph Mélèze-Modrzejewski, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques, 1976, Papyrologie et histoire des droits de l'antiquité, p. 319.
  4. Carcopino 1963, p. 228.
  5. Joseph Mélèze-Modrzejewski in Girard & Senn, Les lois des Romains, Naples, 1977, pp. 385-388, n.9 Édit du préfet d'Égypte Servius Sulpicius Similis sur la publicité foncière (8 novembre 109).
  6. a et b Carcopino 1963, p. 227 et note 192.
  7. [1]
  8. Histoire Auguste, Vie d'Hadrien, 8.
  9. Carcopino 1963, p. 227. et note 192.
  10. Dion Cassius, Histoire romaine, livre LXIX, 18-19.