Communauté française du renseignement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Services secrets français)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La communauté française du renseignement, terme apparu dans les années 2000, est un ensemble de plusieurs services de renseignement de la République française[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Cette expression est apparue dans les années 2000 dans les milieux diplomatiques et militaires français.

Le décret no 2014-474 du et codifié à l’article D. 1122-8-1 du Code de la Défense désigne la liste nominative des six services spécialisés de renseignement (voir chapitre suivant) qui compose la communauté française du renseignement[1]. Ce même article D. 1122-8-1 indique que ces services « forment avec le coordonnateur national du renseignement et l’académie du renseignement la communauté française du renseignement »[1].

Coordination des services[modifier | modifier le code]

En , à la suite de la publication du Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale de 2008, un coordonnateur national du renseignement a été nommé par la Présidence de la République et le Conseil national du renseignement a remplacé le Comité interministériel du renseignement.

Le , à l'issue d'un conseil de défense, l’Élysée annonce la création du Centre national du contre-terrorisme, dirigé par le préfet Pierre de Bousquet de Florian, ex-directeur (2002-2007) de la Direction de la surveillance du territoire (DST). Le CNCT est placé au sein du conseil national du renseignement.

Le décret du 14 juin 2017 relatif au coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, à la coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme et au centre national de contre-terrorisme[2], précise le rôle du coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

Liste des services de renseignement[modifier | modifier le code]

Services spécialisés[modifier | modifier le code]

En , le Premier ministre a défini par arrêté la liste des six services spécialisés de renseignement[3]. À la suite de la substitution de la DCRI par la DGSI[4] et de la DPSD par la DRSD[5], à la date du , les six services sont[6] :

Autres entités participant à l’action de renseignement[modifier | modifier le code]

Aux six services spécialisés de renseignement, s’ajoutent de multiples services, centres de formation et unités militaires spécialisés dans le domaine du renseignement (observation par satellites, transmissions, guerre électronique, unités spéciales d’intervention, d’éclairage ou d’investigation)[8]. À ce titre, la Gendarmerie nationale participe aussi à l’action de renseignement[8].

Parmi les services concourant à l'action de renseignement, on retrouve aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

France :

États-Unis :

Liens externes[modifier | modifier le code]