Service européen pour l'action extérieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Service européen pour l'action extérieure
upright=Article à illustrer Organisation
Logo du Service européen pour l'action extérieure
Triangle Building front.jpg
Façade du siège du SEAE.
Histoire
Fondation
Prédécesseur
Direction générale des relations extérieures (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Cadre
Sigle
SEAEVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Siège social
Pays
Coordonnées
Langue
Organisation
Effectif
4 169 (2018)
Haut représentant
Drapeau de l'Espagne Josep Borrell (depuis 2019)
Secrétaire général
Drapeau de l'Italie Stefano Sannino (depuis 2021)
Directeur général de l'État-major de l'Union européenne
Drapeau de la France Vice-amiral Hervé Bléjean (depuis 2020)
Organisation mère
Agences
Organisation mère
Budget
657 000 000  € (2017)
Site web

Le Service européen pour l'action extérieure, ou simplement appelé Service extérieur ou SEAE (en anglaisEuropean External Action Service, EEAS) est un organe institutionnel de l'Union européenne, placé sous l'autorité du Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Il en constitue le service diplomatique, à la fois à Bruxelles et à l'étranger.

Son siège est basé à Bruxelles au rond-point Robert Schuman, face à la Commission européenne et à proximité du Conseil européen.

Historique[modifier | modifier le code]

Sa création découle du traité de Lisbonne entré en vigueur le . L'article 27, paragraphe 3 du traité sur l'Union européenne, introduit par le traité de Lisbonne prévoit en effet : « Dans l’accomplissement de son mandat, le haut représentant s’appuie sur un service européen pour l’action extérieure. Ce service travaille en collaboration avec les services diplomatiques des États membres et est composé de fonctionnaires des services compétents du secrétariat général du Conseil et de la Commission ainsi que de personnel détaché des services diplomatiques nationaux. L’organisation et le fonctionnement du service européen pour l’action extérieure sont fixés par une décision du Conseil. Le Conseil statue sur proposition du haut représentant, après consultation du Parlement européen et approbation de la Commission. »

Après sa confirmation dans ses fonctions fin 2009, la haute représentante, Catherine Ashton, a entrepris la préfiguration du SEAE[1].

Le SEAE (ou EEAS) a intégré en 2011 :

Le service devient pleinement opérationnel fin 2010, à la suite d'un accord avec le Parlement européen et le , Catherine Ashton annonce la nomination de Pierre Vimont comme secrétaire général exécutif ainsi que de David O'Sullivan en tant que directeur général administratif.

Suite aux élections européennes de 2014, la nouvelle commission est formée par Jean-Claude Juncker et c'est par un consensus des dirigeants des États membres que Federica Mogherini est nommée le en tant que haute représentante[3]. Le , Pierre Vimont est remplacé par Alain Le Roy[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège du SEAE est basé à Bruxelles dans le Triangle Building et divers bâtiments administratifs. Le SEAE compte un vaste réseau de représentants de l'UE avec un statut d'ambassadeur ; sous leurs ordres sont placés des fonctionnaires européens, des diplomates des services étrangers des États membres de l'UE et du personnel local.

Le SEAE est dirigé par le Haut représentant qui est également vice-président de la Commission européenne, il est chargé de coordonner l'action extérieure de l'UE et l'élaboration et l'exécution de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC)[5].

Il travaille en collaboration avec les ministères des Affaires étrangères et de la défense des États membres de l'UE et les autres institutions européennes telles que la Commission européenne, le Conseil et le Parlement. Il dispose également d'une solide relation de travail avec les différents organe des Nations unies et d'autres organisations internationales.

Poste Titulaire État Nomination
Membres du conseil d'administration du SEAE
Haut représentant Josep Borrell Drapeau de l'Espagne Espagne
Secrétaire général Stefano Sannino Drapeau de l'Italie Italie
Secrétaire général adjoint aux questions économiques et mondiales Lotte Knudsen Drapeau du Danemark Danemark
Secrétaire général adjoint aux affaires politiques Enrique Mora Benavente Drapeau de l'Espagne Espagne
Secrétaire général adjoint à la PSDC et à la réponse aux crises Charles Fries Drapeau de la France France
Administrateurs
Directeur général pour l'Asie et le Pacifique Gunnar Wiegand Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Directeur général pour l'Afrique Rita Laranjinha Drapeau du Portugal Portugal
Directrice générale pour l'Europe et l'Asie centrale Angelina Eichhorst Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Directeur général pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Fernando Gentilini Drapeau de l'Italie Italie
Directeur général pour les Amériques Brian Glynn Drapeau de l'Irlande Irlande
Directeur général pour les affaires mondiales et multilatérales Lotte Knudsen Drapeau du Danemark Danemark
Autres cadres supérieurs (Agences)
Directrice de la politique de sécurité et de défense (ex-CMPD) Joanneke Balfoort Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Directeur général de l'État-major de l'Union européenne (EUMS) Vice-amiral Hervé Bléjean Drapeau de la France France [6]
Directeur du Centre de situation et du renseignement de l’Union européenne (IntCen) José Casimiro Morgado Drapeau du Portugal Portugal
Président du Comité politique et de sécurité (CoPS) Sofie From-Emmesberger Drapeau de la Finlande Finlande

Missions[modifier | modifier le code]

Chargement d'aide humanitaire de l'ECHO.

L'Union européenne joue un rôle important dans la diplomatie, la promotion des droits de l'homme, le commerce international, le développement et l'aide humanitaire. Le rôle du SEAE est d'essayer d'apporter de la cohérence et de la coordination au rôle international de l'UE.

Le traité de Lisbonne établit clairement ce qui devrait guider l'Union européenne à l'échelle internationale : « L'action de l'Union sur la scène internationale doit être guidée par les principes qui ont présidé à sa création, au développement et à son élargissement, et qu'elle vise à promouvoir dans le monde : la démocratie, la primauté du droit, l'universalité et l'indivisibilité des droits de l'homme et des libertés fondamentales, le respect de la dignité humaine, les principes d'égalité et de solidarité, et le respect des principes de la Charte des Nations unies et du droit international. »

Voici quelques exemples des rôles de l'UE joue au-delà de ses frontières[7] :

  • Politique de voisinage (sécurité, stabilité et économie)
  • Partenariats de développement (aides humanitaires et au développement)
  • Partenariats avec l'Organisation des Nations unies
  • Réaction aux crises et l'aide humanitaire (ECHO)
  • Promotion des droits de l'homme
  • Action sur le changement climatique
  • Politique commerciale (accords commerciaux et libre-échange)

Contrôle politique et financier[modifier | modifier le code]

L'action du SEAE est menée dans le cadre financier de l'UE et conformément aux traités régissant son existence et ses missions ; quatre institutions sont chargées du contrôle de son action et du respect du budget alloué[8] :

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Camille Lépinay, « Le SEAE, un ministère européen des Affaires étrangères ? », sur Nouvelle Europe, .
  2. « À propos de la DG Coopération internationale et développement international », sur International Cooperation and Development, (consulté le 1er novembre 2016).
  3. Alain Salles, « Les cinq raisons à la nomination de Federica Mogherini », sur Le Monde, (consulté le 31 octobre 2016).
  4. Jean-Pierre Stroobants, « Passage de témoin à Bruxelles entre deux diplomates français », sur Le Monde, (consulté le 31 octobre 2016).
  5. « Who we are », sur le site du SEAE, (consulté le 31 octobre 2016).
  6. « Un amiral français nommé chef de l’état-major de l’Union européenne (V2) – B2 Pro » (consulté le 2 septembre 2020)
  7. (en) « The EU's international roles », sur le site du SEAE, (consulté le 1er novembre 2016).
  8. Wilga et Pawel Karolewski 2014, p. 130-132

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Politiques
Relations
Commission
Conseil
Représentants
Défense et armée
Divers

Liens externes[modifier | modifier le code]