Service central de la police technique et scientifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Service central de la police technique et scientifique est un service actif de la direction générale de la Police nationale du ministère de l'Intérieur français. Il assure la tutelle technique sur l'Institut national de police scientifique.

De 1985 à 2017, certaines missions de ce service étaient assurées par la sous-direction de la police technique et scientifique, qui dépendait alors de la direction centrale de la Police judiciaire[1], l'une des directions actives de la direction générale de la Police nationale.

Cette sous-direction était dirigée par le contrôleur général Eric Arella, depuis le 19 novembre 2012. Il a quitté ces fonctions le 20 mars 2015 [2] pour être nommé Directeur Interrégional de la Police Judiciaire à Marseille. Il a été remplacé par le commissaire divisionnaire Dominique Abbenanti.

Par un décret et deux arrêtés du , le nouveau service central est directement rattaché au directeur général de la Police nationale. L'inspecteur général Frédéric Dupuch, ancien directeur de l'Institut national de police scientifique, est placé à sa tête [3] , il est secondé par Dominique Abbenanti, promu entretemps contrôleur général [4].

Le , le nouveau chef du SCPTS quitte ses fonctions pour être nommé à compter du Directeur des Services Actifs de la Police Nationale, Directeur de la Sécurité de Proximité de l'Agglomération Parisienne à la Préfecture de Police[5].

Le service central est installé à Écully, mais il existe aussi une « résidence de direction » à Paris[6].

Il comporte[6] :

  • un état-major ;
  • deux divisions transversales
    • la division du pilotage et de la gouvernance ː elle définit la stratégie de la police nationale en matière de police technique et scientifique ; elle pilote les relations internationales de ce domaine de compétence, en participant à des instances et en organisant des prestations de coopération.
    • la division des ressources et des moyens ; elle assure la gestion prévisionnelle des effectifs et leur répartition et définit les référentiels des emplois et des compétences.
  • deux pôles centraux
    • le pôle central d'identité judiciaire ː il gère les deux applications nationales informatisées d'identification, effectue des prestations sur réquisition d'officiers de police judiciaire ou de magistrats du parquet. Il conseille et assiste les services territoriaux de la police nationale intervenant dans sa sphère de compétence.
    • le pôle central d'analyses des traces technologiques ; il réalise des prestations analytiques sur réquisition d'officiers de police judiciaire ou de magistrats du parquet, ou sur ordonnance de commission d'expert, dans tous les domaines des technologies numériques.
  • sept délégations zonales dans chaque zone de défense et de sécurité

Le service central de documentation criminelle, qui relevait précédemment de la sous-direction de la police technique et scientifique, demeure rattaché à la direction centrale de la police judiciaire.


Références[modifier | modifier le code]