Serqueux (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Serqueux
Serqueux (Seine-Maritime)
La gare de Serqueux.
Blason de Serqueux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité CC des 4 rivières
Maire
Mandat
Thomas Hermand
2020-2026
Code postal 76440
Code commune 76672
Démographie
Gentilé Sarcophagien(ne)
Population
municipale
985 hab. (2018 en diminution de 1,5 % par rapport à 2013)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 57″ nord, 1° 32′ 20″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 189 m
Superficie 5,76 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Forges-les-Eaux
(banlieue)
Aire d'attraction Forges-les-Eaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gournay-en-Bray
Législatives 6e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Serqueux
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Serqueux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serqueux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serqueux
Liens
Site web http://www.serqueux76.fr

Serqueux est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

L'avenue verte. Une signalisation ferroviaire rappelle que l'emprise fut une voie ferrée.

Serqueux est située dans le pays de Bray

Serqueux est limitrophe de Forges-les-Eaux, la zone commerciale du Pont de Charleval faisant le lien entre les deux agglomérations. La commune est située à 7 km de Gaillefontaine et à 15 km de Neufchâtel-en-Bray et de Buchy.

La Gare de Serqueux est un nœud ferroviaire à l'intersection des lignes Amiens—Rouen et Paris-Saint-Lazare—Dieppe. À la suite de la fermeture en 1988 de la ligne ferroviaire Serqueux-Dieppe, le parcours est emprunté par l'avenue verte, itinéraire cyclable qui relie Paris à Londres.

La voie verte du Pays de Bray, réalisée sur l'emprise de l'ancienne Ligne de Saint-Denis à Dieppe, relie Forges-les-Eaux à Dieppe, est une section de l'Avenue verte London-Paris[1]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Andelle, un affluent de la Seine prend sa source. à Serqueux.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 9,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 836 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Forges », sur la commune de Forges-les-Eaux, mise en service en 1959[8] et qui se trouve à 2 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,5 °C et la hauteur de précipitations de 827,2 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 36 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,5 °C pour 1981-2010[13], puis à 11 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Serqueux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Forges-les-Eaux, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[18] et 4 796 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Forges-les-Eaux dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 5 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (60,1 %), terres arables (19,6 %), zones urbanisées (14 %), forêts (6,2 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Serqueux entre 1165 et 1183, de Sarkeus au XIIe siècle, de Sarcophagiis (sans date), de Sarkeous (sans date), Sarkeux en 1207, ad Sarquex vers 1210, Ecclesia de Sarqueuz vers 1240, Sarquiex en 1433[25], Sarquieux en 1445 et 1446[26], Sarqueux en 1460[27], Sarqueux en Bray en 1485[28], Sarquieux Sanctus Martinus au XVIe siècle[29], Sarquieux en 1648, Saint Martin de Sarqueux en 1660, Sarqueux en 1691, Serqueux entre 1666 et 1699[30].

De l'ancien français sarqueu (« cercueil »), par extension « cimetière ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare, avant la Première Guerre mondiale.

Les 37 bombardements alliés visant la gare de Serqueux, en particulier celui du , ont détruit en grande partie le bourg, dont l'église (mais pas le bâtiment de la gare, qui a conservé son architecture typique de la Compagnie du Nord). La commune est décorée de la Croix de Guerre de 1939-1945[31].

La nouvelle église Saint-Martin a été inaugurée en 1959. Elle a été construite par l'architecte Michel Percheron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Forges-les-Eaux[32]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Gournay-en-Bray

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Serqueux était membre de la communauté de communes du canton de Forges-les-Eaux, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2001.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale precrit par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes des Quatre Rivières dont est désormais membre Serqueux.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[33]
Période Identité Étiquette Qualité
1793   Jacques Vincent Hurpy    
1800 1806 Jean Potel    
1806 1812 Jean Baptiste Dubuc    
1813 1816 Nicolas Marie Athanase Varnier    
Les données manquantes sont à compléter.
1821 1865 Jacques Pierre Hurpy    
1865 1878 Hildevert Léonidas Toussaint    
1878 1880 Alfred Courtin    
1881 1896 Edouard Hurpy    
1896 1900 Ernest Decaux    
1900 1919 Louis Denise    
1920 1929 Albert Feuillette    
1929 1947 Roger Robert    
1947 1952 Léon Gajol    
1952 1953 Cyprien Lecouflet    
1953 1959 Jules Cabasson    
1959 1964 Jean Bernard    
1964 1971 Bernard Poisson    
1971 2004 Bernard Le Blond centre Retraité commercial
2004[34] avril 2014 Jackie Dufresnoy[35] DVG Retraité de l'AP-HP
avril 2014 2014[36] Francis Deguine[37]   Démissionnaire
2014 mai 2020[38] Jean-Claude Dumouchel    
mai 2020[39],[40] En cours
(au 21 octobre 2020)
Thomas Hermand[41]   Enseignant-chercheur en droit
Vice-président de la CC des Quatre Rivières (2020 → )

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[43].

En 2018, la commune comptait 985 habitants[Note 7], en diminution de 1,5 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320369420430403374371381358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390304381391408540623603603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
638692723736809842947806846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8798167677648539881 064998999
2018 - - - - - - - -
985--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

La municipalité se dote d'une nouvelle mairie construite en 2019/2020, aux grandes ambitions environnementales, pour remplacer la mairie-école, qui ne répond plus aux normes d'accessibilité[45].

Une maison d’assistantes maternelles est implantée en 2021 par la municipalité et la SNCF dans une partie inutilisée du bâtiment de la gare de Serqueux, afin de contribuer à redynamiser la commune et rendre plus attractif l'usage du train[46].

Économie[modifier | modifier le code]

Serqueux a longtemps été une cité cheminote. Elle est le lieu d'embranchement vers les villes d'Amiens, de Rouen et du Havre.

Au XXIe siècle, la commune a deux principales activités, l'industrie et le commerce. Une importante usine NEXIRA (ex. CNI) produit la majorité de la production mondiale de gomme arabique. La commune comporte quelques petits commerces mais surtout une zone commerciale, la zone d'activités du Pont de Charleval, qui rayonne sur tout le canton de Forges-les-Eaux et même au-delà. Celle-ci comporte principalement un supermarché (Super U) et une GSB (grande surface de bricolage) (Espace Émeraude).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Hôtel de Ville, orné en 1950 d'une immense Croix de guerre 1939-1945 restaurée en 2020[47]
  • Église Saint-Martin, construite par l'architecte Michel Percheron après les destructions de la Seconde Guerre mondiale, est ferlée au public depuis 2015 et son clocher, qui menaçait de s'effondrer, a été démonté. La municipalité, qui en est propriétaire, a demandé sa désacralisation en 2020 après consultation de la paroisse de Forges-les-Eaux. Après, l'édifice pourrait être démoli ou restructuré pour devenir un équipement culturel[48]
  • Monument aux morts : y figurent les noms des victimes civiles et militaires des guerres 1914-1918 et 1939-1945 [49].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Serqueux

Les armes de la commune de Serqueux se blasonnent ainsi :

D'or à deux jumelles amincies posées en sautoir de sable cantonné aux 2e et 3e de deux locomotives anciennes du même, celle de dextre contournée et en pointe d'une lettre majuscule 'S' de sable, vidée du champ.[50]

Création Denis Joulain et Jean Paul Fernon. Adopté le 11 février 2011.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Serqueux », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Neufchâtel-en-Bray >Forges-les-Eaux », Les véloroutes et voies vertes de Seine-Maritime, sur http://www.voiesvertes.com (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Forges - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Serqueux et Forges-les-Eaux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Forges - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Serqueux et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Forges-les-Eaux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Forges-les-Eaux », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Archives départementales de la Seine-Maritime, G 3268.
  26. Archives départementales de la Seine-Maritime, G 44.
  27. Archives départementales de la Seine-Maritime, G 3269.
  28. Archives départementales de la Seine-Maritime, 20 H.
  29. Archives départementales de la Seine-Maritime, G 4.
  30. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 954.
  31. Laurent Hellier, « La Croix de guerre de Serqueux éclaire son histoire : Serqueux est l'une des 25 communes de Seine-Maritime à avoir reçu une Croix de guerre il y a 70 ans. Celle-ci a été restaurée et éclairée récemment sur le fronton de la mairie », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Archives départementales de Seine-Maritime : État civil de Serqueux de 1793 à 1915, et sur le site de la mairie de Serqueux pour les années suivantes
  34. M.G. Dartois, « Pas de promesses, mais des objectifs : Le maire sortant, Jacky Dufresnoy repart pour un tour. Il présente sa liste « Agir pour Serqueux » », Le Réveil, édition Oise normande, no 3335,‎ , p. 40.
  35. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008 (source : hebdomadaire Le Réveil du 3 avril 2008)
  36. Marie-Géraldine Dartois, « Trois semaines après son élection le maire démissionne : Il n’aura pas fallu attendre un mois avant que le nouveau maire de Serqueux n’annonce sa démission de son poste de premier magistrat. Il devait l’annoncer mardi soir lors d’une réunion informelle avec son conseil. (...) Après l’élection discutée du maire de Serqueux, il y a trois semaines, Francis Deguine s’apprête à donner sa démission », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’était le vendredi 4 avril vers 20 h 30. Ce soir-là, celui qui était encore président du comité des fêtes de Serqueux était propulsé maire de la commune de près d’un millier d’habitants. Presque une surprise pour le premier intéressé qui avouait lui-même que sa première adjointe était « la patronne » ».
  37. Marie-Géraldine Dartois, « Francis Deguine nous a quittés : Dimanche 25 octobre, Francis Deguine est décédé brutalement à l'âge de 65 ans. Il a été président du comité des fêtes et maire de Serqueux », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Francis Deguine était surtout connu pour son engagement en tant que bénévole au sein du comité des fêtes. Déjà en 1984, il y était membre. Il fera deux mandats en tant que président. L’un en 1991 lorsqu’il succédera à M Collet. Puis à partir de 2009 et jusqu’en 2014 : date à laquelle il sera élu maire. Une fonction qu’il endossera brièvement ».
  38. Marie-Géraldine Dartois, « Jean-Claude Dumouchel ne repart pas pour un second mandat à Serqueux », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Marie-Géraldine Dartois, « Municipales 2020. Thomas Hermand est candidat à Serqueux : 1er adjoint, Thomas Hermand sera candidat et tête de liste lors des prochaines élections municipales à Serqueux », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ) « En 2016, lors d’élection suite à la démission de la première adjointe, il se portera candidat et prendra le fauteuil de 1er adjoint ».
  40. « Thomas Hermand élu maire », Le Réveil, no 3660.,‎ , p. 20.
  41. Marie-Géraldine Dartois, « À 32 ans, Thomas Hermand, le maire de Serqueux est le plus jeune élu des 4 Rivières : Après la plus jeune élue, présentation du plus jeune élu de la com'com des 4 rivières : Thomas Hermand âgé de 32 ans est maire de Serqueux », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le nouveau maire de Serqueux a succédé à Jean-Claude Dumonchel. Lors du précédent mandat, suite à la démission de la première adjointe, il se portera candidat et prendra le fauteuil de 1er adjoint ».
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  45. Marie-Géraldine Dartois, « Le chantier de la nouvelle mairie de Serqueux débute le 6 janvier : Les travaux de la nouvelle mairie débutent le 6 janvier. La construction de 150 m2 est innovante. Elle fera la part belle à la basse consommation, son empreinte carbone restreinte », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Bientôt une maison d’assistantes maternelles dans la gare : La future Maison d’assistantes maternelles de Serqueux « Les p’tits bout en train » porte bien son nom. Située dans une aile de la gare, elle permet de valoriser un patrimoine emblématique de l’histoire locale et répond à un besoin des parents », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3694,‎ , p. 37 (lire en ligne, consulté le ).
  47. Laurent Hellier, « La Croix de guerre de Serqueux éclaire son histoire : Serqueux est l'une des 25 communes de Seine-Maritime à avoir reçu une Croix de guerre il y a 70 ans. Celle-ci a été restaurée et éclairée récemment sur le fronton de la mairie », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. Marie-Géraldine Dartois, « À Serqueux, vers une désacralisation de l'église Saint-Martin : L'église Saint-Martin de Serqueux est fermée depuis 2015. Dans l'attente de savoir si elle sera rénovée ou détruite, la municipalité a voté en faveur de sa désacralisation », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Site : Héros de Serqueux http://hérosdeserqueux.free.fr
  50. Le blason officiel de Serqueux présenté sur le site de TVNormanChannel