Sermur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sermur
Sermur
Faces Ouest et Sud de la tour de Sermur
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Auzances
Intercommunalité Communauté de communes d'Auzances-Bellegarde
Maire
Mandat
Brigitte Gerbe
2014-2020
Code postal 23700
Code commune 23171
Démographie
Gentilé Sermuroise, Sermurois
Population
municipale
133 hab. (2017 en augmentation de 10,83 % par rapport à 2012)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 58′ 34″ nord, 2° 25′ 55″ est
Altitude Min. 607 m
Max. 725 m
Superficie 19,50 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Creuse
Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Sermur
Géolocalisation sur la carte : Creuse
Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Sermur
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sermur
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sermur

Sermur est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine, anciennement région Limousin. La commune est connue pour les vestiges de la tour médiévale rappelant le rôle militaire de Sermur au Moyen Âge central, qui était l’une des cinq châtellenies de Combrailles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une zone d'étangs, de ruisseaux, de terres agricoles et de forêts compose l'environnement du village et ses quelques hameaux et lieux-dits, situés à environ 23 kilomètres à l'Est d'Aubusson, sous-préfecture du département, et le chef-lieu du canton d'Aubusson. Bien que rurale, la commune de Sermur reste proche du réseau routier, par sa proximité avec la jonction des départementales D25 et D38.

Le cimetière communal est un fort indicateur des secteurs de Sermur, car les plaques funéraires déposées sur chaque caveau permettent souvent d'associer des individus à un secteur, un lieu-dit souvent, de la commune : le bourg, le Liberteix, le Masviers, le Zat, le Cluzet, Larboulière, Terrut, chez Rouchon, le Beauregard, les Vallettes, le Chazé, la Chassagne, les Mazeaux, Chaupeyre, la Villatte.

Communes limitrophes de Sermur
Lupersat Bussière-Nouvelle Le Compas
Sermur Brousse
Mautes Lioux-les-Monges

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Sermur en 1185, Sermurii en 1231, de Sinemuro en 1250[1].

Du bas latin sera murus, « mur d'enceinte »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean de Durat[2], 1er du nom, qualifié dans plusieurs actes Puissant Seigneur & Chevalier, Seigneur des Portes & de Saint Mion, fut Bailli du Pays de Combrailles, & Capitaine du Château d'Auzances par lettres du 15 septembre 1515, Écuyer & Chambellan de Charles de Bourbon Connétable de France, Capitaine de la Ville d'Aigueperse par Lettres de ce Prince du 4 octobre 1516, & du Château de Sermur dans le Pays de Combrailles, dont il obtint des Lettres de confirmation de Louise de Savoie, mère du roi François Ier, le 22 octobre 1528, tant à cause de ses sens, Noblesse.

François de Durat, Ier du nom, Seigneur des Portes & de Chazeaux, Bailly des Châtellenies de Chambon, d'Evaux, pourvu le 4 février 1522, est qualifié Puissant Seigneur & Bailly de Combraille et obtint d'autres Provisions le 21 février 1525 pour l'Office de Capitaine du Château d'Auzance, et fut encore pourvu le 22 décembre de la même année de celui de Capitaine de la Châtellenie de Sermur.

Dans la descendance de cette famille apparu au XIe siècle à Durat (Pionsat), Jean de Durât, 2e du nom, qualifié Puissant Seigneur, Seigneur des Portes, de Lascoutz, de Saint Mion, de Viers, de Chazeaux & de la Celette, Chevalier de l'Ordre du Roi, Lieutenant de cinquante hommes d'armes de ses Ordonnances, Bailli de Combrailles & Capitaine des Châteaux de Sermur.

Puis Sermur n’apparaît plus dans les documents.

Sermur et Auzances ont souffert lors de la guerre de Cent Ans, des bandes de routiers qui écumaient la Marche. Sermur est occupée par Bertucat d'Albret, et sert de base pour ses raids de pillages. Les États d'Auvergne achètent son départ 3000 écus.

Aujourd'hui la commune est essentiellement tournée vers l'agriculture. L'école, les brasseries et épiceries ont fermées par manque d'affluence. Cependant, la commune se tourne progressivement vers un tourisme culturel, par son implantation médiévale, et responsable, par son savoir de la paysannerie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Geneviève Bouchet    
mars 2008 mars 2014 Brigitte Lenoir    
mars 2014 En cours Brigitte Gerbe SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2017, la commune comptait 133 habitants[Note 1], en augmentation de 10,83 % par rapport à 2012 (Creuse : -2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
792650683777786856886895910
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
867816818784774754735698708
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
731669578503423386400345319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
27623820915513912897119131
2017 - - - - - - - -
133--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dates et événements[modifier | modifier le code]

  • 30-31 juillet 2011 : première fête médiévale incluant des mouvements d'infanterie, des combats, un marché, une messe, des adoubements et un campement.
  • 9 mai 2015 : la fête médiévale organisée durant l'été, proposant des instants de vie quotidienne autour du XIIIe siècle, installé en camp nomade à l'Est de l'église paroissiale, les comédiens gardant leur rôle pour la durée de l'événement, reproduisant des adoubements de chevaliers, des exécutions publiques de voleurs, des ateliers l'artisanat, des dégustations culinaires issues du Moyen Âge, et des jeux de camp adaptés aux visiteurs mineurs.
  • 11 août 2018 : concert de jazz par Francis Fowke dans l'église communale.
  • 7 juillet 2019 : vide-grenier et jeux de plein air.
  • 17 août 2019 : exposition d'arts et artisanats des Combrailles.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 392.
  2. Armorial général de la France Par Louis-Pierre d’Hozier, 1764 Vol. V
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. a et b journal La Montagne, 21 août 2011, p. 11
  8. Notice no PA00100201, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PA23000023, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no PA23000022, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :