Sermoise-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sermoise-sur-Loire
Sermoise-sur-Loire
La mairie.
Blason de Sermoise-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Nevers
Maire
Mandat
Manuel de Jesus
2020-2026
Code postal 58000
Code commune 58278
Démographie
Population
municipale
1 498 hab. (2018 en diminution de 5,55 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 09″ nord, 3° 11′ 09″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 277 m
Superficie 24,88 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Nevers
(banlieue)
Aire d'attraction Nevers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nevers-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Sermoise-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Sermoise-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sermoise-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sermoise-sur-Loire
Liens
Site web sermoise-sur-loire.fr

Sermoise-sur-Loire est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de Sermoise-sur-Loire et des communes proches.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sermoise-sur-Loire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nevers, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[4] et 59 069 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nevers dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (50,3 %), forêts (22,2 %), terres arables (11,3 %), zones agricoles hétérogènes (7,3 %), zones urbanisées (5,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,8 %), eaux continentales[Note 3] (0,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune viendrait du nom des Sarmates, peuple slave, colonie installée par les Romains vers le Ve siècle[11].

La première mention connue du village remonte à 903 : Sarmasia villa. On relève la forme Sermoize en 1608[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'église.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Roger Dubar    
mars 2008 mars 2014 Josiane Roger   Retraitée
mars 2014 2020 Daniel Bourgeois DVG-G.s Conseiller départemental (2015-2021)
2020 En cours Manuel de Jésus    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2018, la commune comptait 1 498 habitants[Note 4], en diminution de 5,55 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
445396423477525541551637693
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
877845841874845909888876897
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7867987687848118528479901 087
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1011 0571 0191 0781 5451 5231 6451 6571 588
2017 2018 - - - - - - -
1 5141 498-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade du Pré Fleuri entièrement consacré au rugby à XV ou réside l'USON Nevers rugby.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'aérodrome de Cheutinville

Le premier aérodrome permettant de desservir Nevers fut construit sur la commune de Sermoise-sur-Loire, au lieu-dit le Peuplier Seul  en 1910. Son nom fut inspiré par un grand pilote de l'époque Jean-Étienne Cheutin. Les plus grands pilotes y firent étape, démonstration ou course. C'est en 1935 que l'aérodrome dut passer le relais à l'aérodrome de la Sangsue à Nevers.

Bâti en trois ans, le château de Sermoise est achevé en 1753. Le premier propriétaire en est Pierre-Jacques Girard de Vanne, lieutenant des maréchaux de France pour le Nivernais, puis conseiller à la chambre des comptes et grand-Bailli d'épée du Nivernais. Le site a été choisi pour la vue qu'il offre sur Nevers et la vallée de la Loire[17],[18]. Le château fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques depuis le [19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Bourdiaux (-), général de brigade né à Sermoise.
  • Les Seigneurs de Sermoise : la Maison des Girard de Pacy (1415-1602) ; Christophe de la Chasseigne, Philibert de la Chasseigne

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sermoise-sur-Loire Blason
Écartelé : au 1er de sable à une barque d'argent soutenue de deux divises échancrées et alésées du même, au 2e d'azur à trois arbres de sinople*, sur une terrasse isolée du même* et fruités chacun de trois pièces d'or, au 3e coupé échancré au I d'azur et au II de sable à trois divises échancrées d'argent, à une touffe de trois roseaux à massettes d'or brochant sur le tout, au 4e de gueules à un lion d'or la tête contournée[20].
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (sinople sur azur).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Nevers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 1er avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 1er avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nevers », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 1er avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 1er avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Albert Dauzat et Charles Rostaing, Librairie Guénégaud, 1989.
  12. Dictionnaire topographique de la Nièvre, Georges de Soultrait, 1865.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Du Château de Sermoise....
  18. La Nièvre remarquable, numéro hors-série du Journal du Centre, Novembre 2012
  19. Notice no PA00113026, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « 58278 Sermoise-sur-Loire (Nièvre) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 19 février 2021).