Serin de Burton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Serinus burtoni

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Serinus burtoni par Keulemans

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Fringillidae
Genre Crithagra

Nom binominal

Crithagra burtoni
(G.R.Gray, 1862)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Synonymes

Serinus burtoni

Le Serin de Burton (Crithagra burtoni) est une espèce de passereau de la famille des Fringillidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

En trois poches principales et isolées, la première dans le golfe de Guinée, la deuxième dans l’est du Zaïre et la troisième au Kenya débordant sur les pays voisins. Une petite tache de présence encore plus isolée en Angola.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • S. b. burtoni (Gray, 1862) : ouest du Cameroun avec l’île Bioko, sud-est du Nigéria (plateaux Oboudou).
  • S. b. albifrons (Sharpe, 1891) : hauts plateaux du Kenya à l’est de la Rift Valley.
  • S. b. kilimensis (Richmond, 1897) : (gurneti incluse) hauts plateaux du Kenya à l’ouest de la Rift Valley, sud-est de l’Ouganda, nord de la Tanzanie.
  • S. b. tanganjicae Granvik, 1923 : extrême-est du Zaïre (hauts plateaux à l’ouest des lacs Mobutu, Idi Amin, Kivu et montagnes Ruwenzori) et jusqu’à mi-chemin de la rive ouest du lac Tanganyika, ouest de l’Ouganda (haut plateau de Lendu, Bwindi Impenetrable Forest).

Ottaviani (2011) illustre un individu, photo à l’appui, capturé sur le mont Moco en Angola avec un plumage nettement différent de celui de la sous-espèce S. b. tanganjicae. Reste à savoir s’il s’agit d’un individu aberrant ou d’un sujet appartenant à une sous-espèce non encore décrite mais cette population isolée à près de 2000 km de la zone de répartition de la sous-espèce type mérite des investigations plus approfondies.

Habitat[modifier | modifier le code]

Pour le Kenya, le serin de Burton est considéré comme franchement commun mais peu voyant, dans les étages inférieurs de la forêt et dans sa lisière ainsi que dans les formations de bambou entre 1700 et 3000 m, exceptionnellement aussi bas que 1200 m (Lewis & Pomeroy 1989). Il est globalement inféodé à la forêt de montagne alternant avec des prairies alpines et de petits buissons épars. Sur le mont Cameroun, il vit au-delà de la ligne des arbres, dans des zones ombragées d’arbres rabougris et disséminés, et de broussailles. Pour l’ensemble de l’Afrique de l’est, il fréquente les sous-bois de la forêt ouverte, les petits arbres des clairières et des lisières, les boisements éclaircis et les abords des forêts riveraines (Fry & Keith 2004).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Dowsett-Lemaire (1990) a apporté une intéressante contribution à l’alimentation des oiseaux de la forêt Nyungwe au Rwanda. Elle a montré que le serin de Burton est très friand des baies non mûres de Rubus sp., des graines du séneçon Senecio montuosum, des boutons floraux d’un autre séneçon S. mannii, des petits fruits de Musanga et Trema et de ceux non mûrs de Schefflera goetzenii. D’autres données complètent le tableau comme des baies mûres de Rubus volkensii sur le Kilimandjaro (Cordeiro 1994b), des graines de Nuxia et Gnidia au Nigeria (Ash et al. 1989) et des bourgeons de l’acacia Acacia abyssinica (Short & Horne 2005). D’autres plantes exploitées par l’espèce ont été rapportées par Ottaviani (2011), photos à l’appui, comme une euphorbiacée du genre Croton, une solanacée du genre Solanum, une astéracée du genre Bidens et Sambuscus ebulus africanus, adoxacée.

Mœurs[modifier | modifier le code]

Il se tient seul, en couples et souvent en petits groupes. Discret et effacé, il fourrage sur ou près du sol dans les clairières et les fourrés mais aussi plus haut dans les lianes et la canopée. Il se perche souvent près de la cime des buissons et des petits arbres à proximité de la forêt. Les couples peuvent rester de longs moments dans le sous-bois (Fry & Keith 2004).

Fry & Keith (2004) rapportent des bribes d’informations émanant du parc national d’Arusha en Tanzanie: un spécimen collectant des graines à aigrettes de Clematis et un autre transportant des particules de lichen, un nid découvert à deux mètres de hauteur dans un buisson le long d’une route, un deuxième trouvé à six mètres de haut dans la fourche d’un figuier de jardin, un troisième dans la touffe d’une plante épiphyte sur une branche horizontale et un quatrième au bout d’une branche de bambou. Au Kenya, une ponte contenant deux œufs a été répertoriée mais curieusement ils n’ont pas été décrits.

Short & Horne (2005) ont observé un nid à 12 m de hauteur dans la couronne d’un épais Acacia abyssinica en juillet 1991 et un autre à 6 m dans le feuillage dense d’un Apodytes dimidiata en août 1992. Ils relatent une apparente parade nuptiale observée en juin 1991 dans le centre du Kenya: le mâle chantait en abaissant et en relevant la queue face à la femelle. En juillet 1991, les deux adultes transportaient des matériaux à la jonction de branchettes incurvées et d’une cépée formant une coupe naturelle dans la frondaison d’un acacia. Le mâle apportait de la mousse et du lichen, prélevés sur l’acacia, dans la coupe de rameaux et de vrilles tandis que la femelle apparaissait avec de grosses becquées de fibrilles, fines herbes et fils d’araignées. Concernant le nid observé en août, ils décrivent une coupe de 10 x 5 cm tapissée extérieurement de lambeaux d’une écorce grise et de morceaux de lichen et de mousse. La femelle présumée apportait des fibres d’écorce de Rhus sp., un rameau de l’arbre Apodytes porteur de l’autre nid, du lichen et de la mousse, toujours accompagnée par le mâle. Alors qu’elle s’apprêtait à quitter le nid, le mâle s’empressa de la nourrir. Il chantait du haut des buissons et des arbres dans un rayon de 40 m autour du nid, émettant alors les imitations de chants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ash, J. S., Dowsett, R. J. & Dowsett-Lemaire, F. (1989). New ornithological distribution records from eastern Nigeria. Pp. 13-27 in Dowsett, R. J. ed. A preliminary natural history survey of Mambilla Plateau and some lowland forests of eastern Nigeria. Ely, U.K.: Tauraco Press.
  • Cordeiro, N. J. (1994b). Forest birds on Mt Kilimandjaro, Tanzania. Scopus 17: 65-112 [Corrigenda 19:8].
  • Dowsett-Lemaire, F. (1990). Eco-ethology, distribution and status of Nyungwe Forest birds, Rwanda. Pp. 31-85 in Dowsett, R. J., ed. Enquête faunistique et floristique dans la forêt Nyungwe, Rwanda. Ely, U. K. Tauraco Press.
  • Fry, C. H. & Keith, S. (2004). The Birds of Africa. Vol. 7, Sparrows to Buntings. Helm, London.
  • Lewis, A. & Pomeroy, D. (1989). A Bird Atlas of Kenya. Balkema, Rotterdam.
  • Ottaviani, M. (2011). Monographie des Fringilles (carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, volume 3. Editions Prin, Ingré, France, 320 p.
  • Short, L. L. & Horne, J. F. M. (2005). The Avifauna of an upland seasonal woodland in central Kenya: ecology, behavior, breeding. Bonner Zoologische Monographien n° 53.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :