Saliou Mbacké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Serigne Saliou Mbacké)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mbacké.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Serigne Saliou Mbacké
Description de cette image, également commentée ci-après

Serigne Saliou Mbacké au début des années 2000

Nom de naissance Salihou ibn Ahmadou
Alias
Serigne Saliou Mbacké
Naissance
Diourbel (Sénégal)
Décès
Touba (Sénégal)
Nationalité Sénégalaise
Pays de résidence Drapeau du Sénégal Sénégal
Profession
Autres activités
producteur agricole - maitre coranique
Ascendants
Famille

Serigne Saliou Mbacké, né à Diourbel en 1915 et disparu à Touba le 28 décembre 2007[1], est une personnalité religieuse du Sénégal. Il est le 5e khalife des mourides, bénéficiant d'une grande aura dans cette communauté et dans le monde musulman.

Grand producteur, il a réalisé un énorme projet agricole (Khelcom) sur une surface de 45 000 ha. Il reprit de nombreux travaux de rénovations aussi bien internes qu'externes de la mosquée et la construction de l'université islamique qu'avait entamée son frère aîné Abdoul Ahad Mbacké.

Il met en œuvre un plan de viabilisation de terrains d'environ 100 000 parcelles et un réseau d'électrification de la ville. De même, des canalisations ont été construites pour une meilleure évacuation des eaux de pluie.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

D'abord l'éducation fut son occupation continue et depuis fort longtemps ; ses daaras où les étudiants travaillent dans les champs éparpillés à travers le pays (Ngott, Ndiapndal, Ndiouroul, Ndooka…) datent de plus d'un demi-siècle. Et enfin Khelcom acquis par le sang de beaucoup de villageois le dernier établissement leur a ravi la vedette en raison de ses dimensions. Dans ses écoles, l'enseignement du Coran et l'éducation religieuse étaient associés au travail pour indiquer qu'il s'agissait d'activités inséparables. Serigne Saliou a fait du mouridisme une voie soufi connue actuellement à travers le monde entier.

L'apprentissage du travail chez les jeunes leur confère la conscience qui permet à l'homme de s'accomplir, d'être utile à lui-même et à la communauté. Quant à l'éducation, elle a pour but dans ces daaras de faire connaître aux jeunes disciples le sens de la vie, les règles de comportement dans la société, les normes spirituelles et morales dont l'observation assure à chacun la sauvegarde de son humanité. L'accent est également mis sur les sciences religieuses car pour Serigne Saliou, la foi en Dieu est la principale dimension de l'homme. Cette entreprise d'éducation, qui s'adressait à des milliers d'élèves était entourée du plus grand soin de la part de Serigne Saliou qui y consacrait d'énormes ressources, donnant ainsi le signe d'un engagement personnel, profond.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Senegal brotherhood leader dies », BBC News, 29 décembre 2007 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :