Sergueï Mikaelian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mikaelian.
Ne pas confondre avec Sergey Mikayelyan, fondeur arménien.
Sergueï Mikaelian
Сергей Герасимович Микаэлян
Naissance
Moscou
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité russe
Décès (à 93 ans)
Saint-Pétersbourg
Drapeau de la Russie Russie
Profession réalisateur
scénariste
Films notables La Prime

Sergueï Guérassimovitch Mikaelian (russe : Сергей Герасимович Микаэлян), né à Moscou le et mort le à Saint-Pétersbourg[1], est un réalisateur et scénariste du cinéma soviétique, artiste du Peuple de la RSFS de Russie en 1983[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père du futur artiste, Guérassim Sergueïevitch Mikaelian, écrivain d'origine arménienne, est arrêté lors des purges staliniennes. La famille attend longtemps de ses nouvelles, en vain. Seul un petit mot leur parvient de Vologda en 1940. Plus tard, Mikaelian fils apprend que son père est mort à la gare de Zouïevo, lors du transfert de la prison de Vologda au camp de Viatlag (ru) dans l'Oblast de Kirov, en 1942.

Lors de la Seconde Guerre mondiale Sergueï Mikaelian fait partie de la brigade de prévention des incendies lors des bombardements sur Moscou, puis, il est mobilisé. Il participe entre autres à la bataille de Rjev (en). Blessé à plusieurs reprises, il est décoré de l'Ordre de la Guerre patriotique, l'Ordre de la Gloire, la Médaille pour la victoire sur l'Allemagne.

De retour à la vie civile, Mikaelian s'inscrit à l'Académie russe des arts du théâtre où ses professeurs sont Boris Zakhava, Andreï Popov et Maria Knebel. Diplômé en 1951, il travaille comme metteur en scène des théâtres de Saratov et Gorki. Il occupe le poste de directeur artistique au Théâtre russe Maxime Gorki de Tachkent de 1954 à 1956. À partir de 1956, commence sa carrière de réalisateur du studio Lenfilm. En 1959, il suit une formation de réalisateur à Mosfilm. De 1959 à 1961 de il travaille à Gorki Film Studio. En 1976, on lui attribue le prix d'État de l'URSS pour le film La Prime sorti en 1974 et mettant en vedette Evgueni Leonov[3],[4].

Son film Vol 222 réalisé en 1985, basé sur le fait réel, la défection à l'ouest d'Alexander Godunov, artiste du Bolchoï en août 1979, créant ainsi un incident diplomatique entre les États-Unis et l'URSS[5],[6],[7].

En 1989, Mikaelian devient directeur artistique du studio cinématographique Petropol à Saint-Pétersbourg.

Dans son style, le réalisateur évite les dénouements tragiques, à l'exception du film J'accepte le combat (Принимаю бой, 1965). Ses scénarios se déroulent principalement dans le contexte social où les héros s'opposent à la routine qui tente leur ôter leur personnalité. Il s'y glisse imperceptiblement la critique des pratiques du régime en place. Toutefois, après la perestroïka, quand il devient aisé de pointer du doigt les failles du socialisme, Mikaelian délaisse ses sujets pour se tourner vers les drames de guerre et même vers la comédie[8].

Du 24 au 28 septembre 2012, l'artiste participe au XXe Festival du cinéma national Vivat Kino Rossii ! (Виват кино России!)[9].

Mort le 10 décembre 2016 à Saint-Pétersbourg, Sergueï Mikaelian est enterré au cimetière Serafimovski.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru)« Скончался режиссер Сергей Микаэлян », 10.12.2016 sur tass.ru
  2. (ru) « Микаэлян Сергей Герасимович », sur kino-teatr.ru (consulté le 25 octobre 2015)
  3. La Primesur premiere.fr
  4. Marcel Martin, Le cinéma soviétique: de Khrouchtchev à Gorbatchev, 1955-1992, L'Age D'Homme, coll. « Collection Histoire et théorie du cinéma », (ISBN 9782825104415, lire en ligne), p. 116
  5. (en)David Caute, The Dancer Defects: The Struggle for Cultural Supremacy during the Cold War, OUP Oxford, (ISBN 9780191554582, lire en ligne), p. 705
  6. (en)Anna Lawton, Kinoglasnost: Soviet Cinema in Our Time, vol. 9, CUP Archive, coll. « Cambridge Russian Paperbacks », (ISBN 9780521388146, lire en ligne), p. 47
  7. (en)Birgit Beumers, Directory of World Cinema: RUSSIA, Intellect Books, (ISBN 9781783200108, lire en ligne), p. 261
  8. (ru) Александр Шпагин. Новейшая история отечественного кино. 1986-2000. Кино и контекст. Т. II. СПб, “Сеанс”, 2001, « Микаэлян Сергей Герасимович. », sur russiancinema.ru,‎ (consulté le 25 octobre 2015)
  9. (ru) « ХХ Всероссийский кинофестиваль «Виват кино России! », sur peterburg-kino.spb.ru,‎ (consulté le 25 octobre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]