Sergueï Magnitski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sergueï Magnitski
Sergei Magnitsky.jpg
Sergueï Magnitski.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalités
Soviétique (jusqu'en ), RusseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Autres informations
Lieu de détention
Boutyrka (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

Sergueï Leonidovitch Magnitski (en russe : Сергей Леонидович Магнитский), né le et mort le (à 37 ans), est un avocat fiscaliste ou - plus certainement - comptable russe dont le décès en prison a attiré l'attention des médias internationaux et lancé une enquête sur des accusations d'abus.

L'affaire Sergueï Magnitski[modifier | modifier le code]

Sergueï Magnitski a été accusé d’avoir fraudé pour le compte de Bill Browder[1], un homme d'affaires détenant Hermitage Capital Management, le plus grand fonds d’investissement étranger en Russie qui possède des parts dans des sociétés majoritairement publiques (Gazprom, Inter RAO, Rosneft, Sberbank) ou privées (Sidanko, Surgutneftegaz).

Les faits[modifier | modifier le code]

Après avoir approuvé la politique de Vladimir Poutine pendant dix ans, Bill Browder dénonce ensuite le président de la Fédération de Russie, les oligarques russes et le système politique de kleptocratie. Le 13 novembre 2005, il est refoulé à l'aéroport Cheremetievo de Moscou, son visa de séjour est refusé car il lui est reproché de constituer une menace pour la sécurité nationale russe.

En 2007, après une perquisition et la saisie de documents de la société ainsi que des filiales appartenant à Hermitage Capital Managment, Bill Browder mobilise Sergueï Magnitski, un des juristes d’Hermitage Capital Management (devenue entretemps une branche de la banque HSBC) afin de comprendre la raison de cette saisie. Sergueï Magnitski découvre et dénonce alors la plus grande fraude fiscale commise en Russie par des fonctionnaires, aussi bien policiers, juges, que fonctionnaires des impôts comme Artem Kuznetsov, Pavel Karpov, Olga Stepanova, Elena Anisimova et Olga Tsareva. Quelque soixante personnes corrompues sont identifiées et connues sous le nom des « Intouchables »[2]. Grâce aux documents saisis, dont les titres de propriété d’Hermitage Capital Management, toutes les sociétés ont été transférées à Viktor Markelov, un criminel établi au Tatarstan ayant notamment déjà été condamné pour meurtre[3]. Les nouveaux dirigeants de l'entreprise ont fait en son nom une demande de remboursement au fisc russe et ont obtenu en un délai record une somme de 5,4 milliards de roubles (quelque 135 000 000 euros). Bill Browder et ses associés ont décidé de porter plainte pour récupérer leur société. Cependant, les représentants de la justice ont clairement fait comprendre aux avocats de la société que c'était une mauvaise idée, puisque, comme il s'est avéré par la suite, beaucoup de hauts responsables russes étaient impliqués. Alors que les six autres avocats internationaux travaillant sur cette affaire préfèrent quitter la Russie, Magnitski porte plainte, mais est arrêté pour fraude fiscale et emprisonné à Boutyrskaïa[4].

La tombe de Sergueï Magnitski, cimetière de la Transfiguration à Moscou.

Magnitski est mort dans des circonstances non élucidées quelques jours avant la date limite d'un an où il pouvait être détenu sans procès. Au total, Magnitski est resté 358 jours en prison dans des conditions très dures (notamment dans la prison de Boutyrskaïa), privé d'aide médicale malgré sa pancréatite. Il est enterré à Moscou, au cimetière de la Transfiguration.

Suites judiciaires[modifier | modifier le code]

Circle-icons-check.svg
Le fond de cette section est à vérifier (septembre 2019).

Personne n'a jamais été arrêté dans l'affaire Magnistki, que ce soit pour son arrestation illégale ou pour les accusations proférées à son encontre.

Au sujet de sa mort, au terme de trois ans d'enquête, seul Dmitri Kratov, ancien médecin chef adjoint de la prison Boutyrka, a été inculpé « pour négligence ayant entraîné la mort » tandis que sept responsables de l'administration pénitentiaire ont été démis de leurs fonctions sans être plus inquiétés. Le 28 décembre 2012, suivant les réquisitions du parquet, le tribunal Tverskoï de Moscou a relaxé Dmitri Kratov au terme de son procès pour négligence[5].

Plusieurs personnes impliquées ont été promues à des postes supérieurs, et possèdent même depuis des appartements dans un complexe luxueux à Dubaï (Kempinski Resort, Palm Jumeirah)[6].

Le 11 juillet 2013, près de quatre ans après sa mort, Sergueï Magnitski est reconnu coupable d'« évasion fiscale à grande échelle en bande organisée » par un tribunal moscovite[7]. Le rapport sur l'affaire Magnitski est présenté le 28 janvier 2014 à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (ACPE) par Andreas Gross, mais n'est pas approuvé par la Russie. Leonid Soutski, membre de la délégation russe, déclare « L'auteur du rapport [Andreas Gross] affirme notamment que Magnitski a été condamné en 2013, or il n'a pas été condamné mais son affaire a été classée en raison de son décès » et aussi « La mort de Sergueï Magnitski est de plus en plus entourée de légendes et politisée »[8].

En 2019, la Cour européenne des droits de l'homme condamne la Russie pour plusieurs violations dans cette affaire, en particulier pour les mauvais traitements infligés, l'absence d'enquête efficace et pour l'inéquité d'un procès posthume[9],[10].

Cependant, la Cour européenne des droits de l’homme a jugé[11], dans le cadre d’un procès intenté contre la Russie par la famille Magnitski, que l’essence même de cette histoire est fausse. La Cour constate qu’il existait des preuves crédibles que Magnitskiy était effectivement impliqué dans une fraude fiscale, un complot avec son associé Browder, et qu’il a été inculpé à juste titre. La CEDH a également conclu qu’il existait des éléments de preuve crédibles indiquant que Magnitskiy présentait effectivement un risque de fuite et qu’il a donc été arrêté à juste titre. Et surtout, elle constate qu’il existait des preuves crédibles de fraude fiscale commise par Magnitskiy et d’action des autorités des «années» avant qu’il ne commence à lancer des contre-accusations de corruption à l’encontre des responsables de son enquête. Ce jugement détruit complètement le récit officiel et le fait très succinctement :

Les requérants soutenaient que l’arrestation de M. Magnitskiy n’était pas fondée sur un soupçon raisonnable de crime et que les autorités avaient manqué d’impartialité car elles voulaient en réalité le contraindre à retirer ses allégations de corruption par des agents de l'État. Le gouvernement [russe] a fait valoir qu'il y avait eu preuve d'évasion fiscale et que M. Magnitskiy présentait un risque de fuite.

La Cour a réitéré les principes généraux en matière de détention arbitraire, qui pourraient se poser si les autorités s'étaient conformées à la lettre de la loi mais avaient agi de mauvaise foi ou de façon mensongère. Elle n’a trouvé aucun élément de ce type dans cette affaire : l’enquête sur la fraude fiscale présumée ayant conduit à l'arrestation de M. Magnitskiy avait commencé bien avant qu'il ne se soit plaint de fraude de la part de fonctionnaires. La décision de l'arrêter n'a eu lieu qu'après que les enquêteurs ont appris qu'il avait déjà demandé un visa britannique, avait réservé des billets pour Kiev et ne résidait pas à son adresse enregistrée.

De plus, les preuves retenues contre lui, y compris les dépositions de témoins, étaient suffisantes pour satisfaire un observateur objectif qu'il pourrait avoir commis l'infraction en question. La liste des raisons données pour justifier sa détention ultérieure par le tribunal national avait été spécifique et suffisamment détaillée.

La Cour rejette donc le grief des requérants relatif à l’arrestation de M. Magnitskiy et à la détention comme manifestement mal fondés.

Escalade diplomatique et juridique[modifier | modifier le code]

En juillet 2011, le département d’État des États-Unis a interdit de séjour sur son territoire une soixantaine d’officiels russes impliqués dans cette affaire[12]. La Russie répond à ces interdictions dès le 25 octobre 2011 en établissant une liste de responsables américains interdits de visa en Russie. Cette liste noire comprendrait onze personnes « responsables de graves violations des droits de l'homme, notamment de personnes ayant infligé des tortures dans les prisons de Guantanamo, de Bagram et d'Abou Ghraib »[5].

En juin 2012, la procédure d'adoption d'un projet de loi Magnitski (Magnitski Act) est lancée à Washington et aboutit le 14 décembre 2012 à l'adoption d'une loi (signée par le président américain Barack Obama) qui dispose des sanctions contre les Russes qui, selon les États-Unis, violent les droits de l'homme. Vladimir Poutine, le président russe, a pour sa part dénoncé « un geste inamical et purement politique », tout en appelant les parlementaires de son pays à « éviter une réaction excessive »[5].

En réponse, le 21 décembre 2012, la Douma a adopté définitivement et à la quasi-unanimité la loi Dima Iakovlev interdisant aux Américains d'adopter des enfants russes. Cette loi prévoit également de dresser une « liste noire » des Américains indésirables en Russie car accusés, par exemple, de mauvais traitements contre leurs enfants adoptés en Russie, ainsi que des Américains impliqués dans les enlèvements de citoyens russes, comme le trafiquant d'armes Viktor Bout ou le pilote Konstantin Iarochenko (ru)[13], ainsi que les juges qui les ont condamnés à de longues peines de prison. Cette loi russe porte le nom de Dmitri Iakovlev, un enfant russe mort aux États-Unis en 2008, oublié par son père adoptif américain dans une voiture en plein soleil, le père adoptif ayant été acquitté par un tribunal de Virginie[5].

Doutes sur la réalité des faits[modifier | modifier le code]

Le 22 novembre 2019, Der Spiegel[14] publie un article intitulé « Le cas Magnitski. Qu'y a-t-il de vrai dans l'histoire sur laquelle sont fondées les sanctions américaines ? » et portant pour chapeau « Avec ses déclarations sur la mort d'un lanceur d'alerte, Bill Browder a monté les Américains contre Poutine. Mais sa version est pleine de contradictions. »

Récompense posthume[modifier | modifier le code]

Le 12 novembre 2010, Magnitski a reçu pour son intégrité un prix à titre posthume de l'organisation non gouvernementale internationale Transparency International[15]. Selon le comité, Magnitski croyait en la primauté du droit, ce qui lui a coûté la vie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mikhail Khodorkovski, Natalia Gevorkyan, Dans la maison des morts, prisonnier de Poutine, Denoël, janvier 2012

Film documentaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bill Browder est le fils du mathématicien Felix Browder et le petit-fils de Earl Browder, un des fondateurs du Parti communiste américain
  2. The Corrupt Officers Attempt to Arrest 8 Lawyers, site russian-untouchables.com.
  3. (en) « Dying in Agony: His Reward for Solving a $230 Million Fraud », The Sunday Times, 14 novembre 2010.
  4. Hélène Despic-Popovic, « L’agonie de Magnitski », sur Libération.fr,
  5. a b c et d L'affaire Magnitski empoisonne les relations entre Moscou et Washington, article du quotidien Le Monde, daté du 28 décembre 2012
  6. (en) Stop the Untouchables. Justice for Sergei Magnitsky : Olga Tsareva, site russian-untouchables.com
  7. Mort en 2009, condamné en 2013 : le cas Magnitski alimente la chronique judiciaire russe, Piotr Smolar, Le Monde.fr, 11 juillet 2013
  8. APCE : la Russie refuse d'approuver le rapport sur l'affaire Magnitski sur le site de l'Agence russe d'information internationale RIA Novosti
  9. Communiqué de la CEDH sur l'arrêt du 27 août 2019 : Plusieurs violations de la Convention européenne dans l’affaire du conseiller fiscal russe Magnitskiy
  10. [1], sur Le Figaro
  11. Communiqué de presse de la Cour, portant la date du 27 août 2019, en ligne.
  12. Vincent Jauvert, « Pourquoi Poutine a décidé de redevenir président », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le 28 septembre 2011)
  13. Moscou accuse Washington d'avoir enlevé un Russe au Liberia sur rewmi.com
  14. Benjamin Bidder, « Der Fall Magnitski. Wie wahr ist die Geschichte, auf der die US-Sanktionen gegen Russland beruhen? », Der Spiegel, 22 novembre 2019, en ligne. Article en accès libre dans sa version anglaise : Benjamin Bidder, « The Case of Sergei Magnitsky. Questions Cloud Story Behind U.S. Sanctions », Spiegel Online, 26 novembre 2019, en ligne.
  15. (en) Sergei Magnitsky: Tax lawyer - Russia (Posthumous) sur le site de Transparency International
  16. (en) Justice for Sergei sur l’Internet Movie Database
  17. Causeur.fr, « Le cinéaste Nekrassov déprogrammé au Parlement européen - Causeur », Causeur,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2017)
  18. « No Dissent from Anti-Russian Propaganda », sur Consortiumnews, (consulté le 24 juillet 2017)
  19. Rikard Jozwiak et Robert Coalson, « European TV Channel Puts Controversial Magnitsky Film On Hold », Radio Free Europe, 28 avril 2016, en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :