Aller au contenu

Sergueï Kirienko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sergueï Kirienko
Сергей Кириенко
Illustration.
Sergueï Kirienko en 2020.
Fonctions
Directeur adjoint de l'Administration présidentielle de la fédération de Russie
En fonction depuis le
(7 ans, 8 mois et 14 jours)
Président Vladimir Poutine
Prédécesseur Viatcheslav Volodine
Président du gouvernement russe
[N 1]
(5 mois)
Président Boris Eltsine
Prédécesseur Viktor Tchernomyrdine
Successeur Viktor Tchernomyrdine (Intérim)
Ievgueni Primakov
Premier vice-président du gouvernement russe

(1 mois et 1 jour)
Président Boris Eltsine
Président du gouvernement Lui même
Prédécesseur Boris Nemtsov
Successeur Iouri Maslioukov
Biographie
Nom de naissance Sergueï Vladilenovitch Kirienko
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Soukhoumi (RSS de Géorgie)
Nationalité Russe
Parti politique Parti communiste de l'Union soviétique
Union des forces de droite
Père Vladilen Iakovlevitch Izraitel
Mère Larissa Vassilievna Kirienko
Conjoint Maria Vladimirovna Kirienko
Enfants 3

Sergueï Kirienko
Présidents du gouvernement russe

Sergueï Vladilenovitch Kirienko (en russe : Сергей Владиленович Кириенко), né le à Soukhoumi en Géorgie, est un homme politique russe, qui est président du gouvernement de la fédération de Russie du au , succédant à Viktor Tchernomyrdine.

Il a le grade civil de conseiller d'État effectif de la fédération de Russie de 1re classe[1]. Il dirige une opération de désinformation et de déstabilisation à l'encontre de plusieurs pays occidentaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boris Eltsine eut du mal à l'imposer, la Douma ayant refusé de l'investir par deux fois. Kirienko fut au gouvernement lors du célèbre « krach » d'août 1998, et fut contraint de dévaluer le rouble de 34 % par rapport au dollar américain. Le remboursement de la dette extérieure fut suspendu pour 90 jours. Le , Boris Eltsine sacrifia Kirienko aux députés qui demandaient sa propre « démission volontaire ». Un mois après, le rouble avait perdu 61 % de sa valeur, malgré le remplacement de Kirienko par Ievgueni Primakov et de toute l'équipe gouvernementale.

Sergueï Kirienko a ensuite été élu président de groupe parlementaire à la Douma. Il a fait partie de l'Union des forces de droite. Il a occupé de 2005 à 2016 la présidence de l'Agence fédérale de l'énergie atomique. En , Kirienko est nommé premier directeur adjoint de l'administration présidentielle, poste qui s'occupe des questions de politique intérieure, en remplacement de Viatcheslav Volodine[2].

En décembre 2023, le Washington Post publie une enquête basée sur des documents officiels et de nombreux entretiens, qui révèle le rôle d'organisation de Sergueï Kirienko dans une opération de déstabilisation et de désinformation à destination de plusieurs pays, dont la France, l'Allemagne, l'Ukraine et les États-Unis. Cette opération de propagande vise à faire cesser le soutien à l'Ukraine et à faire accepter une victoire russe, tout en exacerbant les tentions sociales dans les pays en cours afin de diviser l'opinion publique, notamment via les réseaux d'extrême droite[3],[4].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Russie. « Указ Президента Российской Федерации от 23.12.2000 года №2040 "О присвоении квалификационного разряда федеральным государственным служащим Администрации Президента Российской Федерации" » [lire en ligne (page consultée le 30 avril 2023)]
  2. (en) « Rosatom Head Appointed As First Deputy Chief Of Kremlin Administration », Radio Free Europe,
  3. « Cette enquête du « Washington Post » sur la Russie gâche les fêtes du RN », sur Le HuffPost, (consulté le )
  4. (en-US) Catherine Belton, « Russia is working to subvert French support for Ukraine, documents show », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]