Serge Poliart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Serge Poliart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Serge Poliart (né à Familleureux, le ) est un dessinateur et peintre humoristique et satirique belge[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Serge Poliart est né le [2],[3]. À quatorze ans, en 1967, il s’inscrit à l’école des Arts et métiers à La Louvière pour devenir menuisier. En même temps, il suit des cours de publicité, en cours du soir. C’est là que son professeur de dessin, Ernest Dhoosche, responsable des ateliers de la faïencerie Boch, le remarque et l’invite à s’inscrire à des cours de céramiste[réf. souhaitée]. Son professeur le forme essentiellement à la faïencerie Boch, où Serge Poliart a été engagé. En 1972, Il décroche son diplôme de céramiste. Il démissionne alors de la faïencerie.

De 1979 à 1990, il anime, à la Maison de la Culture de Mons, un atelier de céramique[réf. souhaitée]. Pendant ces années, il multiplie, en les variant, les activités créatrices, le plus souvent avec Duez. Il commence à participer à des expositions collectives. En 1982, il ouvre un bistrot, ''El Batia moûrt soû'' – qui reprend le titre de la traduction en dialecte du ''Bateau Ivre'' de Rimbaud[4]. Il y organise des concerts et des vernissages d’expositions. Il crée et/ou participe : par exemple, l’association de créateurs Quinconce[5], née en 1994, réunit des artistes belges prêts à exposer à l'étranger et présente aussi des artistes étrangers...

En 2003, le Musée des Beaux-Arts de Mons lui consacre une rétrospective[6].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Les gilles, qu'il (re)présente souvent dans des situations scabreuses (nudité, ivresse...), lui valent d'avoir été l'objet de plusieurs polémiques dans la région louviéroise[7]. Après près de trente années de censure (selon Robin Sanna de La Dernière Heure)[7], c'est à l'occasion de l'exposition Le Gille sens dessus dessous, en 2013, que Serge Poliart est invité à présenter deux œuvres[8], au Musée du Carnaval et du Masque de Binche, en compagnie notamment de Pierre Kroll et Jean Harlez[9].

Couverture du Batia moûrt soû 55
Couverture du Batia moûrt soû 55

El batia moûrt sôu[modifier | modifier le code]

En 1995, Serge Poliart lance un trimestriel : El batia moûrt sôu, sous-titré ‘Journal jovial, crédule, saugrenu mais outrecuidant’. Dans les années 2000, il est placé, pendant trois ans[10], en encart du journal Charlie Hebdo ; la collaboration s’arrête lors de l’affaire Val/Siné, quand le Batia prend le parti de Siné. Le Batia continue, et devient même un acteur important dans la région montoise, notamment à propos du projet d'une nouvelle gare[11] à Mons (gare Calatrava). Les collaborateurs sont de plus en plus nombreux[12] : Jacques Dapoz, Jean-Pierre Denèfve, Christine Béchet, Fanchon Daemers, ou encore Raoul Vanheigem, Noël Godin, André Stas, Théophile de Giraud, Philippe Decressac, Alain Wéry, Geneviève Van der Wielem, Philippe Moulin... En 2015, dans les bâtiments du Daily Bul, à La Louvière, une exposition fête les 20 ans du Batia[10]. Le vernissage a lieu quelques jours après l’attentat mortel qui a frappé Charlie Hebdo. Un hommage aux victimes est aussitôt ajouté. En 2015, le Batia s'associe à Zelium[13] : certains numéros sont associés au point que le verso est l'un et le recto l'autre - Batia/Zelium.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Il a réalisé plusieurs expositions personnelles[14].

  • 1973 : Galerie Le Creuset, Bruxelles
  • 1976 : M.J.T[Quoi ?], Cavaillon, France
  • 1980 : Galerie Cinabre, Valenciennes (France)
Dernier voyage d'un escargot cultivé dans un pays qu'il l'est un peu moins.
Dernier voyage d'un escargot cultivé dans un pays qu'il l'est un peu moins.
  • 1983 : Galerie La Forge, Bruxelles
  • 1984 : Galerie Tendances Contemporaines, La Louvière
  • 1985 : Galerie La Forge, Bruxelles
  • 1985 : Galerie Tendances Contemporaines, La Louvière
  • 1986 : Galerie Koma, Mons
  • 1989 : Hainaut Tourisme, Mons
  • 1989 : Galerie Tendances Contemporaines, La Louvière
  • 1990 : Médiathèque de Charleroi
  • 1992 : Galerie Ghislain Olivier, Place du Jeu de Balle, Bruxelles
  • 1998 : Exposition en l’Hôtel de Ville de Boussu, « Patrick Coppens, Commissaire d’un Jour »
  • 2000 : Galerie La Louve, Louftémont 2000
  • 2003 : Musée des Beaux-Arts de Mons du 27 juin au 14 septembre 2003 (rétrospective[15])
  • 2004 : 'Les mystères du Drapeau Blanc', Galerie du Drapeau Blanc, déc. 20004- janvier 2005
  • 2007-2008 : Peintures et Dessins, Galerie du Drapeau Blanc, La Louvière
  • 2009 : Auberge du Vieil Engreux, Académie internationale des nutons (Houffalize, Malompré)[16]
  • 2010 : Galerie du Drapeau Blanc[17], La Louvière2015 : A hue et à dia / Jacques Verly et Serge Poliart (exposition en duo[18])

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Il a aussi participé à plusieurs expositions collectives[14].

  • 1972 – 1976 – 1986 – 1987 : Galerie « Le Pilori », Ecaussines
  • 1973 : « De Magritte à Bury », Bruxelles
  • 1976 : « Les Artistes du Hainaut », Mons
  • 1976 : « Expo 3 X 3 », Mons – La Louvière – Nivelles
  • 1980 : « Constant Malva », Mons
  • 1980-1981 : « Exposition Marathon » avec Jacques Duez, Mons
  • 1980 : « Grange 80 », Bougnies (Coenen – Duez – Poliart )
  • 1981 : « Musée de Poche du C.A.C.E.F », Charleroi – Namur – Liège – Tournai – Bonsecours
  • 1981 : « Biennale de Quévy » (Saudoyez – Gomez – Duez – P’tit Luc...)
  • 1983 : « D’un Art Bul à l’autre », Centre Beau Nord, Paris
  • 1984 : « Truc Bazar », Casemates, Mons
  • 1985 : « André Balthazar », le Botanique, Bruxelles
  • 1985 : « Corps sabbatique », Liège – La Louvière – Mons
  • 1987 : « Totems », Casemates, Mons
  • 1987 : « Prix du Hainaut », Salle Maurice Herlemont, La Louvière
  • 1988 : « Acquisition du Patrimoine Provincial », Galerie d’Art du Grand Hornu, Hornu
  • 1989 : « Une œuvre, un Enfant, une Histoire », Musée Ianchelevichi, La Louvière
  • 1989 : « Parcs, Squares et Jardins », Musée Ianchelevichi, La Louvière
  • 1990 : « Figuration critique », Galerie Alsput, Sint-Pieters-Leeuw et Grand Palais, Paris
  • 1990 à 2016 : « Le Bon Vouloir », Mons
  • 1990 : « Reflet 90 », Athénée Royal, Gosselies
  • 1990 : « Le jeu de Balles », Salle Saint Georges, Mons (RTBF)
  • 1990 : « Tables gravées » de Coppens à Poliart, Le Ropieur, Mons
  • 1991 : « Figuration critique », Santilla (Espagne)
  • 1991 : « Salon d’Art Contemporain Marcel Pouvreau », Dammaries les Lys (Seine et Marne), France
  • 1993 : « Quinconce », Musée Ianchelevichi, La Louvière
gille aux mamelles (2003)
  • 1994 : Musée de l’Image Imprimée, Participation au Prix de la Gravure, La Louvière
  • 1994 « Exposition X3 » avec Duez et Stas, La Louvière
  • 1995 « Fantasme », Maison Culturelle, Philippeville
  • 1995 : « Quinconce », Musée Ianchelevichi, La Louvière
  • 1999 : « Quinconce », Maison de la Culture, Bucarest
  • 2000 : « Quinconce », Musée Ianchelevichi, La Louvière2000 : Musée Royal de Mariemont
  • 2001 : « L’Art dans l’Industrie », Musée Ianchelevichi, La Louvière
  • 2002-2003 : « Vanité des Vanités », Koma – Maison de la Culture, Tournai
  • 2003 : « Quinconce », Musée Ianchelevichi, La Louvière
  • 2013 : Le Gille sens dessus dessous, Musée du Carnaval et du Masque, Binche
  • 2016 : « Quinconce[19] », Musée Ianchelevichi, La Louvière

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1980, il reçoit la médaille d’or au Festival International des Arts Plastiques et Graphiques de Mouscron[Quoi ?][3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Poliart, S. Denefve, J.-P., Bleu mat, échec et sang ou /et L’enfant bleu ; éd Koma, 1977
  • Bauwens, Cl., Poliart, S., X2, R.A. Editions, 2015

Divers[modifier | modifier le code]

  • Cofondateur de "Koma"[20], Mons, 1976
  • Cofondateur de « Expérience 3 X 3 » [Quoi ?], Maison de la Culture de Mons, 1977
  • Cofondateur de la « Biennale de Quévy »[Quoi ?], 1981
  • Fondateur de l’a.s.b.l « El Batia Moûrt-soû », 1983
  • Organisateur de l’exposition de cent créateurs sur le thème « Les Buveurs »1990 et de l’exposition « le Bateau Ivre » 1992, Salle St Georges, Mons
  • Réalisation d’un film super 8 avec Louis Savary et Luc Herman[réf. nécessaire] : « Art gille, Terre fragile », Prix Antenne 2[Quoi ?] et RTBF
  • Participation au film « Les fous du Roi » de Richard Olivier (RTBF) 1992

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Serge Poliart (Familleureux, 1953) », sur Galerie du Pistolet d'Or (consulté le 17 mars 2016)
  2. Valéry Saintghislain, « Serge Poliart, « croqueur » de gilles « Le digne petit-fils du grand Thur » », sur lesoir.be, (consulté le 29 janvier 2018).
  3. a et b Christine Béchet, L'entre Haine et Trouille, ip Editions, , 122 p., (p.119)
  4. « Le Bateau Ivre/ Batia moûrt soû », sur www.numeriques.cfwb.be (consulté le 2 février 2019)
  5. « Quinconce. Œuvres récentes », sur lalouviere.be, (consulté le 9 avril 2016)
  6. « Serge Poliart, entre l'haine et trouille (paragraphe 5) », sur Culture et société - La revue Toudi (consulté le 28 mars 2016)
  7. a et b « Kroll et Poliart tombent le masque pour Binche », sur dh.be, (consulté le 11 avril 2016)
  8. « Le Gille de Binche, côté face et côté pile », sur Lesoir.be, (consulté le 11 avril 2016)
  9. « Binche : l'affiche de Kroll est exposée et il y a même plus provocant », sur rtbf.be, (consulté le 11 avril 2016)
  10. a et b « Serge Poliart se souvient de ses anciens collègues de Charlie », sur rtbf.be, (consulté le 9 avril 2016)
  11. « MONS 2015, UNE CULTURE LOCALE ET PARTICIPATIVE ? », sur arc-culture.be, (consulté le 9 avril 2016), p. 10
  12. « 20 ans de caricatures et d'humour à La Louvière », sur Hainaut.be, (consulté le 9 avril 2016)
  13. « Le Manifeste de Zelium », sur Zelium, journal satirique (consulté le 19 mars 2016)
  14. a et b « Serge Poliart », sur la galerie.be (consulté le 17 mars 2016)
  15. « Serge Poliart, entre l'haine et trouille », sur Culture et société - La revue Toudi (consulté le 17 mars 2016)
  16. « Les campagnes hallucinées de Serge Poliart », sur lavenir.net, (consulté le 29 janvier 2018).
  17. « Serge Poliart à la galerie du Drapeau Blanc à La Louvière », sur Que faire.be (consulté le 17 mars 2016)
  18. « A hue et à dia / Jacques Verly et Serge Poliart », sur Centre culturel régional du Centre (consulté le 17 mars 2016)
  19. « Quinconce, œuvres récentes », sur Musée Ianchelevici (consulté le 17 mars 2016)
  20. « Lieu d'art », sur asblkoma.be (consulté le 9 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]