Serge Martinez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Jean-Claude Martinez.
Serge Martinez
Defaut.svg
Fonctions
Vice-président
Mouvement national républicain
-
Yves Dupont (d)
Secrétaire général
Mouvement national républicain
Conseiller régional du Languedoc-Roussillon
-
Conseiller municipal
Nîmes
-
Secrétaire général
Fédération du Gard du Front national (d)
-
Conseiller régional d'Île-de-France
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Serge Martinez, né le à Oran, est un chef d'entreprise et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Serge Martinez est d'origine pied-noire.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il passe brièvement au Rassemblement pour la République, avant d'adhérer au Front national en 1987.

Au FN, Serge Martinez occupe plusieurs fonctions d'appareil, devenant responsable des ressources humaines du parti, de la gérance du siège et de diverses questions logistiques. Il est également à partir de 1994 responsable de la fédération du Gard, et conseiller régional du Languedoc-Roussillon. Il est enfin conseiller municipal de Nîmes de 1995 à 2001[1].

En 1998, il prend le parti de Bruno Mégret lors de la scission du Front national, et rejoint le Mouvement national républicain. Il est candidat sous ses couleurs aux élections européennes de 1999[2]. Il est secrétaire général du parti de janvier à , puis vice-président jusqu'en 2000[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Serge Martinez est d'abord patron d'une entreprise de maintenance informatique, qu'il revend pour 60 millions de francs[4].

Il est un temps patron de presse, ayant racheté l'hebdomadaire Minute, qu'il rebaptise Minute-La France; il doit cependant revendre le journal trois ans plus tard, faute de succès de ventes de la nouvelle formule.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il revendique son athéisme[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le sortable et le sortant », dans Mégret, facho devant : la montée du petit brun qui veut la peau du gros blond, Paris, Le Canard enchaîné, coll. « Les Dossiers du Canard » (no 69), (notice BnF no FRBNF3717482), p. 68-69.

Liens externes[modifier | modifier le code]