Serbonnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Serbonnes
Serbonnes
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Thorigny-sur-Oreuse
Intercommunalité Communauté de communes Yonne Nord
Maire
Mandat
Philippe Gourlin
Intérim
Code postal 89140
Code commune 89390
Démographie
Population
municipale
573 hab. (2015 en augmentation de 2,87 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 18″ nord, 3° 12′ 19″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 145 m
Superficie 9,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serbonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serbonnes

Serbonnes est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Serbonnes est située dans le canton de Sergines, l'arrondissement de Sens, le département de l'Yonne et la région de Bourgogne. La commune s'étend sur 9,9 km2. Entourée par les communes de Sergines, Michery, Courlon-sur-Yonne et Villemanoche, Serbonnes est située à 15 km au Nord-Ouest de Sens la plus grande ville des environs. Situé à 67 mètres d'altitude, la rivière Yonne est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Serbonnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Datant de l'époque du Hallstatt, une nécropole a été découverte sur le territoire de la commune lors de fouilles archéologiques[1].

Serbonnes est une paroisse du diocèse de Sens.

En 1567, naissance à Serbonnes du moine Jacques Clément, futur assassin du roi Henri III. Il poignarda ce dernier au bas ventre le 1er août 1589. Il fut exécuté sur place par la garde du roi. Henri III devait décéder le lendemain, 2 août 1589, mettant fin à la dynastie des Valois et installant sur le trône Henri IV, premier des Bourbon !

À Hauterive, un château est l'enjeu d'un assaut des Anglo-Navarrais durant la guerre de Cent Ans. Son emplacement laisse supposer que ce château pouvait tenter de contrôler le commerce fluvial sur l'Yonne. Le fief sera détenu par les familles Puthomme et de Raoul.

La seigneurie de Serbonnes est détenue par la famille Brunel (de Serbonnes) depuis le début du XVIe siècle[2]. Elle conserve son domaine malgré les drames révolutionnaires. La dernière descendante du nom, épouse du président du conseil régional Raymond Janot, s'est éteinte en 2009.

Un autre fief est détenu par la famille de Raoul sous Louis XIII. À partir de ce fief et d'autres situés sur le finage, Jehan de Raoul tente avec succès de s'emparer de la seigneurie de Thorigny. Mais pour cela, il s'endette pour participer à un véritable duel judiciaire. Décédé inopinément, il laisse à ses héritiers un montage financier instable qui affole les créanciers et provoque la ruine des siens[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Louis Bassot    
1947 1971 Raymond Janot    
1971 1974 Pierre Corday    
1974 1989 Pierre Grellet    
1989 1995 André Mathé    
1995 2003 Jacques Selmer    
2003   Anne Bouchet    
avant 2013   Jacques Dautun[5]    

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Serbonnois. Avec une densité de 56,9 habitants par km2 en 2010, Serbonnes a connu une nette hausse de 24,4% de sa population par rapport à 1999.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 573 habitants[Note 1], en augmentation de 2,87 % par rapport à 2010 (Yonne : -0,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
394445450528507522529573622
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
612585550540475472499498460
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
451427380368360348344338309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
278282269273383454520529538
2013 2015 - - - - - - -
588573-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Maison où vécu Jacques Clément
  • Jacques Clément (1567-1589), moine assassin d'Henri III est né à Serbonnes, probablement fils d'un hôtelier du village. Sa famille a pu assister au massacre de la population de Courlon, village voisin, par l'armée protestante commandée par le prince de Condé.
  • Louis-Édouard Pollet, alias Michel Corday, romancier français, y mourut le 12 janvier 1937, dans sa demeure.
  • Raymond Janot (1917-2000), maire, corédacteur de la Constitution de la Ve République, est mort à Serbonnes. Sa femme, Catherine de Brunel (1917-2009), membre active de la Résistance, est née à Serbonnes. Ils habitaient Serbonnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bataille 1992, p. 22
  2. La famille Brunel de Serbonnes. Société généalogique de l'Yonne
  3. Etienne Meunier. La dette et l'expropriation : la seigneurie de Thorigny de 1563 à 1673. BSAS, 7, 2011
  4. a et b http://www.francegenweb.org/mairesgenweb/resultcommune.php?id=23521
  5. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Eglise Saint-Victor », notice no PA00113886, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, (ISBN 2-86253-124-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]