Sentier de grande randonnée 10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GR 10
Localisation
Massif
Adresse
Désignation
Autre nom
D'Hendaye à Banyuls
Type
Sentier de grande randonnée Balisage blanc-rouge *
Tracé
Point de départ
Extrémités
Longueur
916 kmVoir et modifier les données sur Wikidata
Alt. maximale
Col de la Hourquette d'Ossoue
(2 734 m)
Utilisation
Saison
de mi-juin à fin octobre selon la météo

Le sentier de grande randonnée 10 ou GR 10 est un sentier de grande randonnée français qui traverse la chaîne des Pyrénées, reliant la mer Méditerranée à l'océan Atlantique.

Présentation[modifier | modifier le code]

D'ouest en est, il commence par grimper les flancs des collines du Pays basque depuis Hendaye au bord de l'océan Atlantique, sur la Côte basque, puis rejoint la mer Méditerranée à Banyuls-sur-Mer sur la Côte Vermeille, soit un parcours de 916 km[1].

Alternant la piste forestière, la route et le sentier de montagne, il permet au randonneur la découverte complète de ce massif.

Pour le parcours complet, un randonneur doit, en moyenne, compter une cinquantaine de jours, quelques petites variantes pouvant rallonger ou raccourcir la distance totale.

Le plus haut col emprunté par cet itinéraire est celui de la Hourquette d'Ossoue dans le massif du Vignemale (Hautes-Pyrénées) à 2 734 m d'altitude.

Le GR 10 a un jumeau, le GR 11, qui est son équivalent sur le versant sud (Espagne) ; le GR 10 est entièrement situé en France.

Le record de la traversée de Banyuls-sur-Mer à Hendaye est de 9 jours 9 heures et 30 minutes (record battu entre le 6 et 15 juillet 2020). Ce record a été réalisé par le traileur Français Erik Clavery pulvérisant l’ancien record de plus de 3 jours.[2]

Historique[modifier | modifier le code]

Départ du GR 10, à Hendaye.

Hendaye – Saint-Jean-Pied-de-Port[modifier | modifier le code]

Une première étude de ce tronçon a été réalisée dès 1965 par le bureau de Biarritz du Touring club de France par Claude Breguet, avec l'aide de Jean Gayon et Charles Etchepare. Le balisage débute avec la participation des Scouts de France et des Éclaireuses Éclaireurs de France de Bayonne. Cette portion occidentale du GR 10 ne donne alors lieu à aucune publication et tombe dans l'oubli.

En 1968, Charles Etchepare guide de la Pierre Saint-Martin à l'océan l'équipe de Georges Véron (fondateur de la Haute randonnée pyrénéenne) qui effectue sa première traversée intégrale de la chaîne.

Au printemps 1972, ces deux hommes proposent de réétudier le tronçon HendayeSaint-Jean-Pied-de-Port et de le compléter jusqu'à Larrau. À la fin de 1972, ils balisent en 11 journées consécutives les 130 km du parcours.

Une première édition du guide du GR 10 en Pays basque est publiée en 1973, et donne lieu par la suite à de nombreuses rééditions, à la suite des modifications de tracés et améliorations apportées pour s'éloigner des secteurs goudronnés, de plus en plus envahissants.

Pyrénées centrales[modifier | modifier le code]

Le GR 10 près de Barèges, en vue du Tourmalet.

Dans les Hautes-Pyrénées et l'ouest de la Haute-Garonne, le GR 10 a été créé en 1963 ; la cheville ouvrière en a été Jean Adisson. L'itinéraire est aujourd'hui toujours entretenu par des bénévoles avec l'aide du Conseil départemental des Hautes-Pyrénées, sauf dans l'emprise du Parc national et de la réserve naturelle nationale du Néouvielle où les interventions sont menées par les services du Parc national des Pyrénées. Dans le Parc national aussi, ce sont les bénévoles de la Fédération française de randonnée pédestre qui assurent l'entretien léger et le balisage.

Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

Le GR 10 quitte l'Ariège de Mérens-les-Vals via l'Estany de Lanós, le Lac des Bouillouses, Superbolquère, Planès-en-Cerdagne, traverse le Conflent par le massif du Canigou par Carançà, Mantet, Mariailles, Cortalets, Estanyol, pour se rendre en Vallespir par Batère et Arles-sur-Tech, puis devient frontalier à partir de Montalba-d'Amélie, en suivant par les hauteurs de Reynès, Céret, et Las Illas pour finir par s'engager dans le massif des Albères via Le Perthus en passant par la tour Madeloc jusqu'à la côte Vermeille à Banyuls-sur-Mer, où il se termine.

Association des Amis GR'distes[modifier | modifier le code]

Cette association gère le site internet gr10.fr et œuvre à la promotion de ce trek.

Les informations présentes sur ce site sont mises à jour régulièrement grâce à la collaboration des professionnels et des utilisateurs.

L'association "Les amis gr'distes" fait partie d'un mouvement dit des « communaux collaboratifs ». Une nouvelle forme d'organisation sociale fondée sur l'intérêt de la communauté plutôt que sur la seule satisfaction des désirs individuels.

Depuis 2015, l'Association des Amis Gr'distes met à disposition des randonneurs souhaitant conserver un souvenir de leur traversée, un pass'port gr'diste qui régulièrement tamponné valide la traversée et donne droit à l'obtention d'un certificat de traversée des Pyrénées par le GR10. Ce document permet ainsi de conserver une trace de ce voyage[3].

Patrimoine et sites remarquables[modifier | modifier le code]

On peut notamment citer :

Topoguide GR10[modifier | modifier le code]

  • Pyrénées Orientales : La Traversée des Pyrénées - GR10, FFRandonnée, , 130p, (ISBN 978-2-7514-1020-8)
  • Pyrénées Ariégeoises : La Traversée des Pyrénées - GR10, FFRandonnée, , 114p, (ISBN 978-2-7514-0985-1)
  • Pyrénées Centrales : La Traversée des Pyrénées - GR10, FFRandonnée, , 138p, (ISBN 978-2-7514-1054-3)
  • Pyrénées Occidentales : La Traversée des Pyrénées - GR10, FFRandonnée, , 130p, (ISBN 978-2-7514-1020-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « GR 10 : Randonnée dans les Pyrénées de l'Atlantiques à la Méditerranée », sur www.gr-infos.com (consulté le 11 mai 2020)
  2. « Running. Érik Clavery pulvérise le record de la traversée des Pyrénées », sur ouest-france.fr, (consulté le 15 juillet 2020)
  3. gr10.fr