Senna siamea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Senna siamea, appelé aussi Cassia du Siam ou casse du Siam, est une espèce d'arbre de la famille des Fabaceae originaire d'Asie du Sud-Est (Thaïlande, Siam), mais qui a été récemment largement diffusée et implantée en Afrique par l'Homme.

Description[modifier | modifier le code]

Gousses.

C'est un arbre dont la cime irrégulière peut atteindre 25 m de haut.

Les feuilles sont composées.

Les fleurs jaunes sont groupées en grappes denses de 15-30 cm de long.

Le fruit est une gousse linéaire-oblongue de 15-30 cm de long.

Culture[modifier | modifier le code]

Le Cassia est un arbre de zone semi-sèche, sur sols riches, profonds et bien drainés, de préférence proche d'une nappe phréatique. La température minimale est de 15 °C et la pluviométrie annuelle d'au moins 700 mm par an.

Les graines restent viables 2-3 ans dans des conditions chaudes. Les graines fraîches germent facilement, sans traitement, mais les anciennes graines doivent être scarifiées ou trempées dans l'eau chaude (80 °C) pour faciliter leur germination. Les semis et les jeunes arbres sont très sensibles au feu, le système racinaire très superficiel[1] est passible de divers dommages causés par divers insectes.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Cet arbre est utilisé lors d'opération de reboisement de zones sèches où il peut se naturaliser (au risque de devenir invasif s'il est utilisé hors de son aire naturelle de répartition). Dans la savane il capte le calcium de la roche-mère et augmente le pH de la surface du sol où il pousse[2].

Il est aussi utilisé comme brise-vent, arbre d'ombrage (mais évité en agroforesterie en raison de ses radicelles souvent très proches de la surface qui sont sources d'une concurrence excessive en eau et nutriments pour les cultures[1],[3]). C'est aussi un arbre d'ornement notamment dans les villages et les routes de l'Écozone afrotropicale soudanienne.
On le retrouve sur des jachères arborées, mais parmi 3 essences (Acacia polyacantha, Eucalyptus camaldulensis et Senna siamea) testées dans la zone soudanienne du Cameroun pour leur éventuelle capacité à augmenter la teneur du sol en carbone via la jachère arborée, seul l'acacia s'est avéré efficace[4].

La croissance de l'arbre est assez rapide pour la production de bois et de bois de chauffage, il se régénère vigoureusement par recépage (rotation de 4-7 ans pour la production de poteau). Il se fend facilement. Son bois sert également en ébénisterie mais il est rapidement attaqué par les insectes.

Les feuilles et les gousses peuvent servir de fourrage aux ruminants, mais sont très toxiques pour les porcs et éventuellement d'autres monogastriques[réf. nécessaire]. Les feuilles crues en grandes quantités peuvent être vénéneuses pour l'homme. Les jeunes feuilles et jeunes fleurs bien bouillies font partie de la cuisine traditionnelle de Birmanie et de Thaïlande (on en fait notamment une sorte de curry) ; elles contiennent du barakol [5],[6].

Cette essence a fait partie de celles testées en Inde sur un crassier de cendres volantes de plus de 10 ha, où après apport d’amendements organiques - par rapport aux autres plantes étudiées du point de vue de leur valeur en termes de bioremédiation - elle s'est montrée tolérante à ce sol pollué. Senna siamea a aussi été l'espèce végétale la plus hyperaccumulatrice de métaux dans ce contexte, et pour tous les métaux testés : Fe, Mn, Zn, Cu, Ni, Cr, Pb, Cd[7]. Dans les régions ou sites pollués par des métaux, il devrait donc être proscrit (ou utilisé avec prudence, c'est-à-dire après analyses chimiques[8]) dans l'alimentation humaine et animale.

Usages médicinaux[modifier | modifier le code]

Le bois de cœur a des propriétés laxatives probablement dû à l'anthraquinone, un glycoside produite par cette plante[9]. Cette plante est utilisée ou l'a été pour traiter une variété de maux des organes hématopoïétiques et des voies génito-urinaires, ainsi que contre l'herpès et la rhinite[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Vanlauwe, B., Akinnifesi, F. K., Tossah, B. K., Lyasse, O., Sanginga, N., & Merckx, R. (2002). Root distribution of Senna siamea grown on a series of derived-savanna-zone soils in Togo, West Africa. Agroforestry systems, 54(1), 1-12.
  2. Vanlauwe, B., Aihou, K., Tossah, B. K., Diels, J., Sanginga, N., & Merckx, R. (2005). Senna siamea trees recycle Ca from a Ca-rich subsoil and increase the topsoil pH in agroforestry systems in the West African derived savanna zone. Plant and soil, 269(1-2), 285-296.
  3. Schroth, G., & Lehmann, J. (1995). Contrasting effects of roots and mulch from three agroforestry tree species on yields of alley cropped maize. Agriculture, ecosystems & environment, 54(1), 89-101.
  4. Harmand, J. M., Forkong Njiti, C., Bernard-Reversat, F., Feller, C., & Oliver, R. (2000). Variations de stock de carbone dans le sol au cours du cycle jachère arborée-culture: zone soudanienne du Cameroun | Actes du séminaire international = Fallows in tropical Africa. Roles, management, alternatives. Floret Christian (ed.), Pontanier Roger (ed.). Sénégal-Ministère de l'agriculture, CORAF. Paris : John Libbey Eurotext, 706-713. ISBN 2-7420-0301-0|résumé.
  5. Padumanonda, T., & Gritsanapan, W. (2006). Barakol contents in fresh and cooked Senna siamea leaves. Southeast Asian journal of tropical medicine and public health, 37(2), 388
  6. Padumanonda, T., Suntornsuk, L., & Gritsanapan, W. (2007). Quantitative analysis of barakol content in Senna siamea leaves and flowers by TLC-densitometry. Medical Principles and Practice, 16(1), 47-52.
  7. Jambhulkar H.P & Juwarkar A.A (2009) Assessment of bioaccumulation of heavy metals by different plant species grown on fly ash dump | Ecotoxicology and Environmental Safety |Volume 72, Issue 4, Mai 2009, Pages 1122-1128 URL : https://doi.org/10.1016/j.ecoenv.2008.11.002 résumé
  8. Smith Y.A (2009). Determination of chemical composition of Senna-siamea (Cassia leaves). Pakistan Journal of Nutrition, 8(2), 119-121
  9. Sakulpanich, A., & Gritsanapan, W. (2009). Laxative anthraquinone contents in fresh and cooked Senna siamea leaves. Southeast Asian Journal of Tropical Medicine and Public Health, 40(4), 835
  • Kerharo et Adam, 1974 ; Dalziel 1955 ; Catinot 1967 ; Giffard 1974a ; Berhaut 1975 ; Weber et al. 1977 ; Von Maydell 1983-1986 ; Burkill 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]