Senkichi Taniguchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taniguchi.
Senkichi Taniguchi
Description de cette image, également commentée ci-après
En 1954
Naissance
Tokyo (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès (à 95 ans)
Tokyo (Japon)
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables La Montagne d'argent

Senkichi Taniguchi (谷口千吉, Taniguchi Senkichi?), né le et mort le , est un réalisateur et scénariste japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Senkichi Taniguchi, né à Tokyo le , est le plus jeune d'une famille de onze enfants. Il fait ses études à l'université Waseda, travaille dans une compagnie de théâtre avant de rejoindre la P.C.L. (Laboratoire photochimique de Tokyo) en 1933[1] qui deviendra la Tōhō en 1937[2].

La carrière de Senkichi Taniguchi a quelque peu été éclipsée par celle de son collègue et mentor, Akira Kurosawa. Tous deux se sont connus dans les années trente alors qu'ils étaient assistants réalisateurs de Kajirō Yamamoto à la P.C.L.[3]. Les deux hommes collaborent sur de nombreux projets, Akira Kurosawa est notamment l'auteur des scénarios de La Montagne d'argent (1947), de Jakoman no Tetsu (1949), de Le Déserteur l'aube (1950), d'Ai to nikushimi no kanata e (1951) et de Fukeyo harukaze (1953)[3], à l'inverse Senkichi Taniguchi a travaillé au scénario de Le Duel silencieux (1949) d'Akira Kurosawa[4].

Son film Kokusai himitsu keisatsu: Kagi no kagi (1965) a la particularité d'avoir servi de base à Lily la tigresse (1966) de Woody Allen. Ce dernier détourne les images du film de Senkichi Taniguchi pour en faire un nouveau montage et y adjoint des dialogues comiques en anglais[3].

Marié puis divorcé d'avec la scénariste Yōko Mizuki et l'actrice Setsuko Wakayama (de 1949 à 1956[4]), il se remarie une troisième fois en 1957 avec l'actrice Kaoru Yachigusa[4]. Il meurt à Tokyo le d'une pneumonie[4].

Senkichi Taniguchi a réalisé 35 films et écrit vingt scénarios entre 1938 et 1971[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Affiche japonaise de La Montagne d'argent (1947)

Réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1946 : Tōhō shōbōto (東宝ショウボート?)
  • 1947 : La Montagne d'argent (銀嶺の果て, Ginrei no hate?)
  • 1949 : Jakoman to Tetsu (ジャコ萬と鉄?)
  • 1950 : Le Déserteur l'aube (暁の脱走, Akatsuki no dassō?)[6]
  • 1950 : Ma no ōgon (魔の黄金?)
  • 1951 : Ai to nikushimi no kanata e (愛と憎しみの彼方へ?)
  • 1951 : Dare ga watashi o sabaku no ka (誰が私を裁くのか?)
  • 1951 : Shi no dangai (死の断崖?)
  • 1952 : Muteki (霧笛?)
  • 1952 : Gekiryū (激流?)
  • 1953 : Fukeyo harukaze (吹けよ春風?)
  • 1953 : Yoru no owari (夜の終り?)
  • 1953 : Akasen kichi (赤線基地?)
  • 1954 : Shiosai (潮騒?)
  • 1955 : Sanjūsangōsha ōtō nashi (33号車応答なし?)
  • 1956 : Rangiku monogatari (乱菊物語?)
  • 1956 : Kuroobi sangokushi (黒帯三国志?)
  • 1956 : Furyō shōnen (不良少年?)
  • 1956 : Hadachi no seishun (裸足の青春?)
  • 1957 : Arashi no naka no otoko (嵐の中の男?)
  • 1957 : Saigo no dassō (最後の脱走?)
  • 1957 : Haruka naru otoko (遙かなる男?)
  • 1960 : Kunisada Chūji (国定忠治?)
  • 1960 : Otoko tai otoko (男対男?)
  • 1961 : Kurenai no umi (紅の海?)
  • 1962 : Kurenai no sora (紅の空?)
  • 1962 : Yamaneko sakusen (やま猫作戦?)
  • 1963 : Dokuritsu kikanjūtai imada shagekichū (独立機関銃隊未だ射撃中?)
  • 1963 : Samurai Pirate (大盗賊, Daitōzoku?)
  • 1965 : Kokusai himitsu keisatsu: Kagi no kagi (国際秘密警察 鍵の鍵?)
  • 1966 : Les Aventures de Takla Makan (奇巌城の冒険, Kigan-jō no bōken?)
  • 1967 : Kokusai himitsu keisatsu: Zettai zetsumei (国際秘密警察 絶体絶命?)
  • 1968 : Kamo to negi (カモとねぎ?)
  • 1971 : Koshiki chohenron kiroku eiga: Nihon bankokuhaka (公式長編記録映画 日本万国博?) (documentaire)
  • 1975 : Asante sana/Waga itochino Tanzania (アサンテ サーナ/わが愛しのタンザニア?)

Scénariste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Senkichi Taniguchi », The Times,‎ (lire en ligne)
  2. Jean Narboni, Mikio Naruse, les temps incertains, Cahiers du Cinéma, , 288 p. (ISBN 978-2-8664-2283-7), p. 31
  3. a b et c (en) Alexander Jacoby, A Critical Handbook of Japanese Film Directors - From the Silent Era to the Present Day, Stone Bridge Press, , 398 p. (ISBN 978-1-933330-53-2), p. 305-306
  4. a b c et d (en) Gavin J. Blair, « Director Senkichi Taniguchi dies at 95 », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  5. (ja) « Filmographie », sur JMDB (consulté le 22 juillet 2018)
  6. Le Déserteur de l'aube (1950) : titre du film lors de la rétrospective "L'Écran japonais" du 14 septembre 2016 au 25 juin 2017 à la Cinémathèque française

Liens externes[modifier | modifier le code]