Semaine tragique (Argentine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dégâts lors des émeutes de la semaine tragique.

La semaine tragique désigne une période allant du 7 au 16 janvier 1919, marquée par une série de grèves et de manifestations ouvrières en Argentine.

Ces mouvements sociaux animés par les anarcho-syndicalistes sont l'objet d'une sévère répression menée par le président argentin Hipólito Yrigoyen, qui utilise les Forces armées argentines ainsi que des commandos para-militaires regroupés au sein de la Ligue patriotique argentine (es).

Historique[modifier | modifier le code]

Enterrement d'une victime ouvrière.
Plaque commémorative à Buenos Aires en 2015.

Le 7 janvier 1919 à Buenos Aires, des ouvriers manifestent pour la journée de 8 heures, la police tire dans la foule faisant quatre morts et une trentaine de blessés. Les syndicats appellent à la grève générale. Le jour des obsèques de nouveaux affrontements font plus de cinquante morts[1].

Parti d’une grève de métallurgistes, ce mouvement insurrectionnel d’une importance quasiment sans précédent dans le pays permet aux ouvriers de prendre le pouvoir dans une bonne partie de Buenos Aires pendant plusieurs jours[2].

La répression des émeutes se transforme rapidement en pogrom contre la communauté juive de Buenos Aires.

Après la Révolution russe d'octobre 1917, les sentiments anti-révolutionnaires se muent en antisémitisme[3]. Les pogromistes s'attaquent alors aux juifs aux cris de « Mort aux Rusos ! » en référence aux juifs argentins souvent d'origine russe qu'ils imaginent être anarchistes et bolcheviks. Beaucoup sont battus et voient leurs biens brûlés et pillés. Certains réussissent à en réchapper en se présentant comme des italiens.

Le 16 janvier 1919, la grève est écrasée dans le sang, on dénombre plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Osvaldo Bayer, Argentine 1919, La Semaine Tragique, Página 12, Buenos Aires, 16 janvier 2006, lire en ligne.
  • Felipe Pigna, La Semaine tragique (7-14 janvier 1919), in Los mitos de la historia argentina, Planeta, 2006, lire en ligne.
  • Christian Ferrer, Une semaine de janvier 1919, in Los días rebeldes, Éditions Octaedro, Barcelone, 2009, lire en ligne.
  • Guillaume de Gracia, Onomastique des principales organisations libertaires en Argentine (1870-1943), Revue Dissidences, n°6, hiver 2013, lire en ligne.
  • Guillaume de Gracia, La Semaine tragique de janvier 1919 à Buenos Aires : Une démonstration de force du syndicalisme anarchiste en Argentine, in ¡Viva la Social ! Anarchistes et anarcho-syndicalistes en Amérique latine (1860-1930), Éditions Noir et Rouge, 2013, (ISBN 9791092457018).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Éphéméride anarchiste : 7 janvier 1919.
  2. Guillaume de Gracia, Onomastique des principales organisations libertaires en Argentine (1870-1943), Revue Dissidences, n°6, hiver 2013, lire en ligne.
  3. http://www.raoulwallenberg.net/wp-content/files_mf/1293026680lasemanatragica.pdf