Aller au contenu

Semaine nationale de la culture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Semaine nationale de la culture
SNC
Genre Théâtre, spectacle vivant, danse, musique
Lieu Bobo-Dioulasso, Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Date de création 1983
Direction Sidi Traoré (Depuis 2013)
Site web https://sncbf.net

La Semaine nationale de la culture, également connue sous le nom de SNC , est une biennale culturelle qui se tient à Bobo-Dioulasso depuis 1990. C'est une manifestation pluridisciplinaire d'ampleur nationale, instaurée au Burkina Faso en 1983 sous l'égide du président Thomas Sankara, peu après la révolution voltaïque[1].

La genèse de la SNC remonte à la fin de l'année 1983, lorsqu'elle voit le jour pour la première fois à Ouagadougou du 20 au 30 décembre. Ce premier rendez-vous culturel a réuni près de 2000 artistes de différentes disciplines, incluant les arts du spectacle, les arts plastiques et la littérature. Dès ses débuts, la SNC suscite un engouement tant auprès des artistes que de la population, affirmant ainsi sa vocation de rendez-vous culturel majeur dans le pays.

Au cours des années suivantes, la SNC a entamé une itinérance à travers les différentes régions du pays, illustrant ainsi sa volonté de promouvoir la culture burkinabé dans toute sa diversité. La deuxième édition, organisée à Gaoua en 1984, a constitué un tournant significatif dans l'histoire de la SNC, marquant l'expansion géographique de l'événement et son impact sur le développement culturel des régions hôtes[2]. Des projets d'infrastructure majeurs, tels que la construction de salles de spectacles et d'un aérodrome, ont témoigné de l'engagement des autorités en faveur de la promotion de la culture à travers le pays. Après la quatrième édition qui s'est déroulée simultanément à Koudougou et à Réo, la manifestation connait une restructuration.

En 1985, la SNC fait une pause stratégique afin de réorienter ses objectifs et sa structure. Un séminaire national est ainsi organisé à Matourkou sous la supervision du secrétaire permanent de la SNC de l'époque, Prosper Compaoré, réunissant les acteurs culturels et les décideurs politiques autour de la redéfinition de la manifestation. À la suite de cette réflexion collective, la SNC reprend ses activités en 1986 à Bobo-Dioulasso, avec sa troisième édition, marquant ainsi le début de nombreux changements, notamment dans sa périodicité et sa localisation[3].

Évolution et Institutionnalisation

[modifier | modifier le code]

À partir de la cinquième édition en 1990, la SNC devient biennale et se fixe à Bobo-Dioulasso. Cette décision a permis de renforcer l'ancrage de l'événement dans la vie culturelle du pays et de développer des infrastructures destinées à la promotion de la culture burkinabè[4].

Cette sédentarisation de la manifestation confère à Bobo-Dioulasso un statut particulier en tant que foyer culturel du pays, renforçant son attractivité et son rayonnement à l'échelle nationale et internationale[5].

De fil en aiguille, la SNC va prendre une envergure institutionnelle avec la construction dans la ville hôte de son siège qui sera inauguré en 2000, lors de la 10e édition. Un secrétariat permanent a été institué, avec Prosper Compaoré comme premier secrétaire permanent. Cette institution a joué un rôle crucial dans la planification et l'organisation de la SNC, contribuant ainsi à sa pérennité et à son rayonnement national et international[1].

Le tout premier parrain de la biennale est Adama Fofana , alors conseiller spécial du président du Faso et ancien ministre chargé des relations avec le Parlement[1]. Au fil des années, la SNC devient l'une des manifestations culturelles d'envergure qui fait la renommée du Burkina Faso.

Éditions notables

[modifier | modifier le code]

2002: 12e edition

[modifier | modifier le code]

L'histoire de la SNC n'a pas été exempte de défis. Si jusqu'à l'édition 11, la manifestation s'est toujours déroulée sans incidents majeurs, ce ne sera pas le cas en 2002, à la 12e édition. La veille, une foire commerciale, introduite pour la première fois, va connaître des imprévus. Un incendie , provoqué par un court-circuit dû à des branchements électriques, a ravagé 46 stands d'exposition de textile et de produits de la pharmacopée traditionnelle. Le sinistre avait occasionné la perte de plusieurs millions de FCFA[1].

2020: 20e edition

[modifier | modifier le code]

Initialement prévue du 28 mars au 4 avril 2020 sous le thème "La diversité culturelle, ferment de l'unité nationale", la 20e édition a été reportée à cause de la pandémie de coronavirus. Quelques jours avant le début prévu, le gouvernement du Burkina Faso a décidé de suspendre les événements de grande envergure, conformément aux mesures sanitaires visant à limiter la propagation du virus[6]. Après plusieurs reports, la 20e édition s'est finalement tenue du 29 avril au 6 mai 2023[7].

Description

[modifier | modifier le code]

La semaine nationale de la culture offre l'opportunité aux artistes burkinabè d'exprimer leurs talents dans divers domaines. Ainsi, toutes les expressions culturelles des treize régions du pays se rencontrent pour magnifier le riche patrimoine, la diversité et célébrer le vivre-ensemble des populations. Musique, danse, théâtre, littérature, Slam et plusieurs autres formes artistiques se côtoient. L'art culinaire, la lutte traditionnelle, le tir à l'arc et bien d'autres formes d'expressions culturelles et cultuelles sont valorisées.

La SNC a pour mission d'identifier et valoriser le patrimoine artistique et culturel national; de promouvoir le rapprochement et le brassage harmonieux des différentes formes d'expressions culturelles du Burkina Faso; de promouvoir et valoriser les créations artistiques et littéraires du Burkina Faso et de sa diaspora; et de renforcer la coopération culturelle et artistique internationale.

Organisation

[modifier | modifier le code]

L’organisation pratique est confiée à une structure administrative publique, dénommée «secrétariat technique de la Semaine nationale de la culture». Depuis sa création, la SNC a été principalement conçue en deux volets:

  • Volet compétitif (Grand Prix national des arts et des lettres): cette compétition met en lice des artistes dans divers domaines tels que les arts plastiques, les arts du spectacle, l'art culinaire, la littérature et les sports traditionnels. Elle se déroule en deux phases, comprenant les Semaines Régionales de la Culture (années impaires) et la phase finale (années paires).
  • Volet festivalier: ce volet comprend une variété d'activités festives et de réflexion, telles que des foires commerciales, des conférences, des activités récréatives sur les plateaux off, ainsi que des manifestations littéraires et artistiques. Ces événements offrent une plateforme aux artistes pour exprimer leur créativité et leur talent, tout en favorisant le rapprochement et le brassage harmonieux des différentes expressions culturelles du Burkina Faso.

La Semaine régionale de la culture (SRC)

[modifier | modifier le code]

C'est une étape préliminaire importante pour la participation au Grand prix national des arts et des lettres à la SNC[8].

Cette compétition, considérée comme le cœur de la culture régionale, est organisée à travers 14 événements régionaux. Les artistes, les sportifs et les professionnels de la culture participent au concours sans quota prédéterminé. Son objectif principal est de sélectionner les représentants des 13 régions du pays (plus la région autonome de Houet) pour la phase finale de la SNC, conformément au règlement intérieur de chaque catégorie artistique.

Le Grand prix national des arts et des lettres

[modifier | modifier le code]

Le Grand prix national des arts et des lettres (GPNAL) est le cœur de la SNC. Il a été créé en 1974 avant le décret de création de la SNC en 1983. Il se déroule pendant la Semaine nationale de la culture (SNC)[9].

C'est un cadre d'expression culturelle artistique. Plusieurs artistes et groupes d'artistes venus des différentes régions du Burkina Faso rivalisent de talent devant un public et un jury. Les prestations sont retransmises sur la Radiodiffusion-Télévision du Burkina (RTB). Dans les arts du spectacle, il y’a les disciplines artistiques suivantes: orchestre, danse traditionnelle, Slam, musique traditionnelle instrumentale, vedette de la chanson traditionnelle, chœurs populaires, etc.

Plus d'une soixantaine d'ethnies se retrouvent pendant une semaine pour célébrer ensemble leurs valeurs culturelles.

Les compétitions du GPNAL sont organisées autour de cinq catégories comportant chacune des disciplines, genres ou rubriques et se déroulent en deux phases matérialisées par les Semaines régionales de la culture (année impaire) et la phase finale (année paire). La compétition va mettre en valeur des variétés d'arts, avec pour les arts du spectacle deux pools (adulte et jeune):

  • Catégorie A: les arts du spectacle comprenant deux (02) pools repartis en neuf disciplines:
    • Le Pool adulte (danse traditionnelle, musique traditionnelle instrumentale, chœurs populaires, vedette de la chanson traditionnelle, création chorégraphique, orchestre et slam)
      • Pool jeune (danses traditionnelles et ballet). Pendant trois jours, les enfants venus des différentes régions du Burkina Faso étalent leur savoir-faire et leur savoir-être en matière d'identité culturelle[10]
  • Catégorie B: Les arts plastiques : Les compétitions en arts plastiques sont constituées essentiellement de peinture, de sculpture et de Batik (technique d’impression des étoffes pratiquée au Burkina Faso).
  • Catégorie C: La littérature française et la langue nationale La catégorie de la littérature en français est composée de roman, nouvelle, poésie, théâtre, conte et de la littérature en langues nationales mooré, dioula et de fulfulde.
  • Catégorie D: L'art culinaire: Pour l’art culinaire, il y a les plats légers, les plats lourds, les boissons et les desserts.
  • Catégorie E: Les sports traditionnels: Dans la catégorie sports Traditionnels nous avons le tir à l'arc et la lutte traditionnelle.

Palmarès officiel du grand prix national des arts et des lettres de la SNC 2018: 19e édition

[modifier | modifier le code]
Catégorie lutte traditionnelle
[modifier | modifier le code]
Pool Catégorie poids Lauréats Prix Région
Jeune fille 1ère 41/45 Dianda Aminata 150 000F Sud-Est
Jeune fille 2ème 46/50 Da.Y.Loraine 150 000F Sud-Ouest
Jeune fille 3ème 55 Toni Sabine 150 000F Boucle du Mouhoun
Jeune garçon 1ère 41/45 Foro Armel Odilon 150 000F Boucle du Mouhoun
Jeune garçon 2ème 46/50 Toé Lamou Aimé 150 000F Boucle du Mouhoun
Jeune garçon 3ème 51/55 Zanté Dominique 150 000F Boucle du Mouhoun
Adulte 1ère 65/75 Diallo Serge 200 000F Boucle du Mouhoun
Adulte 2ème 76/85 Toni Ferdinand 200 000F Boucle du Mouhoun
Adulte 3ème 86+ Zerbo Eloi 200 000F Boucle du Mouhoun
Catégorie Tir à l’arc
[modifier | modifier le code]
Pool Lauréats Prix Région
Jeune garçon Kambiré Ollo Bouototé 100 000F Sud-Ouest
Adulte dame Ousse Ini Brigitte 100 000F Sud-Ouest
Adulte homme Kambiré Tho 150 000F Sud-Ouest
Catégorie Art culinaire
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Région
Plat léger Nikiema/Kabré Mamounata 200 000F Centre-Est (Koulpélogo)
Plat lourd Kouraogo Koudpoo 200 000F Sud-Ouest (Poni)
Dessert Zoungrana Cathérine 200 000F Centre (Kadiogo)
Boisson Konseibo T. Donalde 200 000F Plateau-Central (Oubritenga)
Catégorie Littérature
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Titre
Roman Alexis Pengwendé Yameogo 500 000F Moah, le fils de la folle
Nouvelle Wenceslas K. M. COMBARY 500 000F L’agression originelle et autres nouvelles
Poésie Joseph Sanou 500 000F Par-delà les dunes, l’Oasis
Catégorie Art plastique
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix
Sculpture Traoré Ibrahim 500 000F
Peinture André Sanou 500 000F
Batik Ouédraogo Samuel 500 000F
Catégorie art du spectacle sous la catégorie d'expressions culturelles traditionnelle
[modifier | modifier le code]
Pool Disciplines Lauréats Prix Région
Jeune Ballet Zoukana Création 1000 000F Haut bassins/ houet
Adulte Slam Minoungou Nathanael dit Melerd 500 000F Est/Gourma
Adulte Orchestre Douglipo 1000 000F Est/Gourma
Adulte Création chorégraphique Centre Guiré 1000 000F Centre/Kadiogo

Des prix d'une valeur de 500 000 à 600 000 FCFA ont été attribués aux ambassadeurs de chaque région[11].

Catégorie art du spectacle sous la catégorie disciplines des expressions culturelles modernes d'inspiration traditionnelle par régions

[modifier | modifier le code]

Boucle du Mouhoun

[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Nazounki de Dossi 600 000 F CFA Balés
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Yoropo 600 000 F CFA Mouhoun
Musique Traditionnelle Instrumentale Troupe Yiribasso 600 000 F CFA Mouhoun
Chœurs Populaires Chœur Populaire de Bounou 600 000 F CFA Balés
Vedette de la Chanson Moderne Drabo Sali 500 000 F CFA Sourou
Région des Cascades
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Manon de Takélédougou 600 000 F CFA Comoé
Danse Traditionnelle Pool Jeune NEANT -
Musique Traditionnelle Instrumentale Troupe Benkadi de Niangoloko 600 000 F CFA Comoé
Chœurs Populaires Fougniguè de Dakoro 600 000 F CFA Léraba
Vedette de la Chanson Moderne Traoré Ibrahim 500 000 F CFA Comoé
Région du Centre
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Soutong-nooma 600 000 F CFA Kadiogo
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Naba Kango 600 000 F CFA Kadiogo
Musique Traditionnelle Instrumentale Faso Culture 600 000 F CFA Kadiogo
Chœurs Populaires Troupe Tégawendé 600 000 F CFA Kadiogo/Pabré
Vedette de la Chanson Moderne ILBOUDO Awa 500 000 F CFA Kadiogo
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Wend-boulga de sabtenga 600 000 F CFA Boulgou
Danse Traditionnelle Pool Jeune TroupeTégawendé de Kando 600 000 F CFA Boulgou
Musique Traditionnelle Instrumentale NEANT -
Chœurs Populaires Troupe Toléa 600 000 F CFA Boulgou
Vedette de la Chanson Moderne LENGA Thérèse 500 000 F CFA Boulgou
Centre-Nord
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Wend-boulga de sabtenga 600 000 F CFA Bam
Danse Traditionnelle Pool Jeune NEANT -
Musique Traditionnelle Instrumentale Troupe Namagbzanga de Zéguedeguin Namentenga
Chœurs Populaires Troupe Maoré Rayim koudoumdé de Loaga 600 000 F CFA Bam
Vedette de la Chanson Moderne SAWADOGO Asséta de Namagbzanga 500 000 F CFA Sanmatenga
Centre-Ouest
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Yinezou de Goundi 600 000 F CFA Sanguié
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Nongtaaba de kologweogo 600 000 F CFA Boulkièmdé
Musique Traditionnelle Instrumentale Troupe Wend-panga de Nazoanga 600 000 F CFA Boulkièmdé
Chœurs Populaires Troupe Teegawendé de Nabadogo 600 000 F CFA Boulkièmdé
Vedette de la Chanson Moderne Energie Necré de Sapouy 500 000 F CFA Ziro
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Kaya de Tiébélé 600 000 F CFA Nahouri
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Sông-koglgo de Manga 600 000 F CFA Zoundwéogo
Musique Traditionnelle Instrumentale Windémita d'arroumbissi 600 000 F CFA Nahouri
Chœurs Populaires Troupe Sounoogo de Youka 600 000 F CFA Nahouri
Vedette de la Chanson Moderne TAPSOBA Inoussa 500 000 F CFA Zoundwéogo
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Todiyaaba 600 000 F CFA Komondjari
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Boaseli de Kantari 600 000 F CFA Tapoa
Musique Traditionnelle Instrumentale Ganta 600 000 F CFA Gnagna
Chœurs Populaires Troupe Todiyaba 600 000 F CFA Kompienga
Vedette de la Chanson Moderne Marie Gayéri 500 000 F CFA Gnagna
Haut-Bassins
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Kiensé de Koumbia 600 000 F CFA Tuy
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Kêwali 600 000 F CFA Kenedougou
Musique Traditionnelle Instrumentale Ensemble Artistique Kantigui 600 000 F CFA Kenedougou
Chœurs Populaires Troupe Lamôgôya 600 000 F CFA Kenedougou
Vedette de la Chanson Moderne NEANT -
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Koumnayargo yarm 600 000 F CFA Yatenga
Danse Traditionnelle Pool Jeune Ensemble Artistique Pluridisciplaire 600 000 F CFA Yatenga
Musique Traditionnelle Instrumentale Ensemble Instrumental Boudou 600 000 F CFA Yatenga
Chœurs Populaires Relwendé de Guiri-Guiri 600 000 F CFA Zandoma
Vedette de la Chanson Moderne Ratneeré- teonsgo 500 000 F CFA Yatenga
Plateau central
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Nambita de Tamissi 600 000 F CFA Oubritenga
Danse Traditionnelle Pool Jeune ODE / BF 122 600 000 F CFA Oubritenga
Musique Traditionnelle Instrumentale Ragnimy-koudemdé de naagréongo 600 000 F CFA Oubritenga
Chœurs Populaires Laafi la boumbou 600 000 F CFA Oubritenga
Vedette de la Chanson Moderne Troupe Naba Sanem de Tibin 500 000 F CFA Ganzourgou
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Le beli de tin-akoff 600 000 F CFA Oudalan
Danse Traditionnelle Pool Jeune NEANT -
Musique Traditionnelle Instrumentale Yewetère Suudu Baaba 600 000 F CFA Séno
Chœurs Populaires NEANT -
Vedette de la Chanson Moderne CISSE Oumarou Abdoulaye 500 000 F CFA Séno
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe Ikaa 600 000 F CFA Noumbiel
Danse Traditionnelle Pool Jeune Gazelle de Vourégane 600 000 F CFA Ioba
Musique Traditionnelle Instrumentale Troupe Yampala 600 000 F CFA Ioba
Chœurs Populaires Troupe Wootaa 600 000 F CFA Ioba
Vedette de la Chanson Moderne DA Ditaré dit Yoro 500 000 F CFA Poni
Région autonome du Houet
[modifier | modifier le code]
Disciplines Lauréats Prix Provinces
Danse Traditionnelle Pool Adulte Troupe ARAC (Association Réveil Art et Culture) 600 000 F Houet
Danse Traditionnelle Pool Jeune Troupe Eben-Ezer (du centre de développement pour enfants 600 000 F Houet
Musique Traditionnelle Instrumentale Ensemble artistique de Houet Bolomakoté 600 000 F Houet
Chœurs Populaires Troupe Sérékini de Siraba 600 000 F Houet
Vedette de la Chanson Moderne GNISSOU 500 000 F Houet

Des prix spéciaux tels que ceux de l'Assemblée nationale, de la municipalité de Bobo, du ministère des Sports et des Loisirs, etc. ont également été remis à certains candidats en guise d'encouragement[12].

Palmarès officiel du grand prix national des arts et des lettres de la SNC 2023: 20e édition

[modifier | modifier le code]

Déroulement des compétitions

[modifier | modifier le code]

Ces compétitions se tiennent essentiellement en deux phases:

Phase éliminatoire

[modifier | modifier le code]

Il faut d'abord passer par une phase éliminatoire. Les artistes s'inscrivent d'abord auprès du secrétariat technique de la Semaine nationale de la culture. La phase éliminatoire constituée par des Semaines régionales de la Culture se tient en année impaire dans les quatorze régions culturelles du Burkina Faso (13 régions administratives plus la province du Houet érigée en région autonome) et pour la diaspora burkinabè en Côte d'Ivoire depuis 2019. Enfin, l’organisation de la phase finale avec les candidats retenus comme meilleurs de chaque région pour le GPNAL.

La phase finale

[modifier | modifier le code]

Elle se tient en année paire et comprend deux grands volets. Il s'agit du volet Grand Prix national des Arts et des Lettres (GPNAL) constitué de la phase finale des compétitions dans les catégories ci-dessus citées et du volet festival qui imprime à la manifestation son caractère festif et populaire et totalise plus d'une douzaine d'activités.

Des règlements intérieurs sont élaborés à chaque édition pour le déroulement de la compétition dans les différentes catégories. Les compétitions aux différentes phases sont officiées par des jurys avec des critères et des barèmes de notation bien définis. Pour l’organisation de la phase finale, le secrétariat technique de la SNC bénéficie de l'appui d'un comité national d'organisation.

Après la phase finale, il y a cette phase appelée «la phase de promotion» de ces artistes. Ils bénéficient du soutien de l'État pour faire la promotion de leurs œuvres. Par exemple, pour la catégorie littérature, les premiers de chaque genre reçoivent un bond d'édition pour leurs œuvres. En art plastique, les meilleures œuvres sont immédiatement rachetées par l'État. C'est donc une forme de promotion de ces artistes[13]. Il n'y a pas de participation limitée pour un candidat ou un lauréat. Ainsi, le lauréat peut prendre part au GPNAL au temps de fois qu'il souhaite.

Le Comité national d’organisation (CNO) de la SNC

[modifier | modifier le code]

Le Comité, créé par arrêté du du ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme, est chargé d'assister le secrétariat technique dans l'organisation et le suivi des différentes activités de la phase finale. À cette fin, il est composé de vingt commissions, dont chacune s'est vu déléguer des responsabilités et des tâches spécifiques, et qui sont dirigées par un(e) président(e) et un(e) Vice-président(e).

Quant au budget de l'organisation, il est constitué de la contribution de l'État, de celles des partenaires et sponsors et des appuis et contributions divers[14].

Secrétariat permanent de la Semaine Nationale de la Culture

[modifier | modifier le code]

Le secrétariat permanent est appuyé par le comité national d'organisation, qui regroupe les représentants des artistes, des ministères et des institutions internationales partenaires. En collaboration et en synergie avec les autres services techniques du ministère, le secrétariat permanent participe à l’organisation et à la mise en œuvre de la politique culturelle nationale du Burkina Faso:

  • Promotion des activités culturelles et artistiques du Burkina Faso
  • Formation, encadrement et promotion des artistes;
  • Organisation des collaborations et des coopérations avec les structures nationales ou internationales.

Prosper Kompaoré a été le premier secrétaire permanent du SNC, de sa création en 1983 jusqu'en 1988. Kompaoré a jeté les bases de cet événement culturel, qui est devenu un incontournable du paysage culturel burkinabè[15].

Les secrétaires permanents

[modifier | modifier le code]

Au fil des ans, un certain nombre de personnalités ont évolué au sein de la SNC et ont contribué à son développement et à son influence. Depuis sa création en 1983, la SNC a été dirigé par un certain nombre de personnes qui ont apporté leur expertise et leur passion à la célébration.

Périodes Permanence
1983 - 1988 Prosper Kompaoré
1990 Jacques Prosper Bazié
1992 Désiré Conombo
1994 Désiré Ouédraogo
1996 Dionou Founawé
1998 - 2000 Salaka Sanou
2000 - 2012 Bitchibali Dansa
2013 Sidi Traoré

SNC 2024: 21e édition

[modifier | modifier le code]

Elle est prévue se tenir du 27 avril au 4 mai 2024. Le thème choisi est «Culture, mémoire historique et sursaut patriotique pour un Burkina nouveau» . Pour cette édition le pays invité d'honneur est la république du Niger[16]. Le Mali, la Guinée, le Brésil, la Russie et la Corée du Nord ont été également invités[17]. Sous la présidence du secrétaire général du ministère de la communication , Bètamou Fidèle Aymar TAMINI, et de la directrice générale de la SNC Christiane Sanon/Coulibaly, l'événement est organisé pour offrir aux festivaliers une expérience remarquable[17].

A la suite de cette édition, le ministre de la Culture Rimtalba Jean Emmanuel Ouédraogo annonce la transformation de la SNC en Établissement public de l'État (EPA) afin d'en améliorer l'efficacité[18].

Symbolique du visuel

[modifier | modifier le code]

Le visuel de l'édition 21 a été conçu par l'infographiste Adama Yabao, il symbolise la diversité et l'unité nationales à travers un masque représentant la joie et l'optimisme des festivaliers. Une échelle à sept niveaux évoque les sept jours de la semaine culturelle, tandis que les bâtons, groupés par quatre et trois, symbolisent respectivement les hommes et les femmes. Le visuel incarne les enjeux et les valeurs de cette année[19].

SNC 2020 - 2022

[modifier | modifier le code]

L’édition 2020 a été reportée en mars 2022 à cause de la pandémie de coronavirus . Initialement prévue du 28 mars au 4 avril 2020 sous le thème "La diversité culturelle, ferment de l'unité nationale". La 20e édition de la Semaine nationale de la culture S'est finalement tenue du 29 avril au 6 mai 2023 sous le signe de la résilience[20],[21].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a b c et d « La SNC de 1983 à nos jours : Une manifestation qui grandit au fil du temps - leFaso.net », sur lefaso.net (consulté le )
  2. « SNC : Semaine Nationale de la Culture », sur www.burkinatourism.com (consulté le )
  3. « Restructuration de la SNC », sur www.lenouvelafrique.net (consulté le )
  4. « Semaine nationale de la culture (SNC) : Vingt trois années d'expérience - leFaso.net », sur lefaso.net (consulté le )
  5. Antoine Sauvêtre, « Bobo-Dioulasso, capitale culturelle », sur africaa, (consulté le )
  6. Par Boudayinga J.-M. Thienon, « Burkina Faso: 20e édition de la Semaine nationale de la culture - Le comité d'organisation en ordre de bataille », Sidwaya,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Semaine nationale de la culture 2023 : sous le signe de la diversité culturelle », sur RJS (consulté le )
  8. « Semaine régionale de la culture: plus de 500 artistes compétissent dans différents domaines », sur Bafujiinfos.com, (consulté le )
  9. Kulture Kibaré, « Grand prix national des arts et des lettres/SNC 2023 : Artistes et groupes d’artistes rivalisent de talent », sur Kulture Kibaré, (consulté le )
  10. « Pool jeune »
  11. « PALMARES OFFICIEL DU GRAND PRIX NATIONAL DES ARTS ET DES LETTRES (SNC) 2018 » [PDF]
  12. « SNC 2018 : Le Palmarès officiel du Grand Prix National des Arts et des (...) - Hauts-Bassins », sur hauts-bassins.lefaso.net (consulté le )
  13. Mariam OUEDRAOGO, « SNC 2023 : Le GPNAL, instrument de paix de cohésion - Artistes.BF », sur ArtistesBF, (consulté le )
  14. « Semaine nationale de la Culture : les différentes catégories des compétitions », sur queenmafa, (consulté le )
  15. « Accueil », sur Semaine Nationale de la Culture, (consulté le )
  16. « Burkina / SNC 2024 : 700 000 festivaliers escomptés, le Niger pays invité d’honneur - leFaso.net », sur lefaso.net (consulté le )
  17. a et b « Semaine Nationale de la Culture (SNC) 2024 : le CNO annonce plusieurs innovations majeures | Quotidien Sidwaya », sur www.sidwaya.info (consulté le )
  18. Bz2 Aib, « SNC Bobo 2024: La semaine nationale de la culture désormais érigée en Établissement public de l’Etat (EPA) », (consulté le )
  19. « SNC 2024 : Les grandes lignes et le visuel présentés à la presse de Bobo-Dioulasso - leFaso.net », sur lefaso.net (consulté le )
  20. « Semaine nationale de la culture : La 20e édition lancée sous le signe de la résilience du peuple burkinabè - leFaso.net », sur lefaso.net (consulté le )
  21. Parfait Fabrice SAWADOGO, « COMMUNIQUÉ: la 20e édition de la Semaine Nationale de la Culture (SNC 2022) est reportée à une date ultérieure », sur Infos Culture du Faso, (consulté le )

Liens externes

[modifier | modifier le code]