Selwyn Lloyd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Selwyn Lloyd
Illustration.
Selwyn Lloyd, en 1960.
Fonctions
Président de la Chambre des Communes

(5 ans et 22 jours)
Monarque Élisabeth II
Législature 45e, 46e et 47e
Prédécesseur Horace King
Successeur George Thomas
Chancelier de l'Échiquier

(1 an, 11 mois et 16 jours)
Premier ministre Harold Macmillan
Prédécesseur Derick Heathcoat-Amory
Successeur Reginald Maudling
Secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth

(4 ans, 7 mois et 7 jours)
Premier ministre Anthony Eden
Harold Macmillan
Prédécesseur Harold Macmillan
Successeur Alec Douglas-Home
Secrétaire d'État à la Défense

(8 mois et 13 jours)
Premier ministre Anthony Eden
Prédécesseur Harold Macmillan
Successeur Walter Monckton
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 73 ans)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti conservateur

John Selwyn Brooke Lloyd ( - ), baron Selwyn-Lloyd, fut un membre du Parti conservateur britannique.

Secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth de 1955 à 1960, puis chancelier de l'Échiquier jusqu'en 1962, il fut le président de la Chambre des Communes de 1971 à 1976.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Selwyn Lloyd est né le 28 juillet 1904 à West Kirby de John Wesley Lloyd (1865–1954), dentiste, et de sa femme Mary Rachel Warhurst (1872–1959). Par sa mère, il est apparenté à John French. Il fit ses études au Fettes College d'Édimbourg puis au Magdalene College de Cambridge où il devint en 1927 président du groupement étudiant du parti libéral. Aux Élections générales britanniques de 1929, il fut candidat, sans succès, pour ce parti dans la circonscription de Macclesfield[1].

Après cette défaite électorale, il se concentra sur sa carrière juridique à la suite de son admission à Gray's Inn en 1926 qui lui permit d'accéder au barreau en 1930. Il continua néanmoins à s'intéresser à la politique, participant à la gestion de la municipalité de Hoylake et rompant avec les libéraux en 1931 sur la question de la crise financière[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale, avec le grade de lieutenant-colonel, il fut chef de cabinet adjoint de la 2e armée. À ce titre, il débarqua en France au côté de Miles Dempsey le Jour J. Nommé Général de Brigade en mars 1945, il fit partie des premières forces alliées à entrer dans Bergen-Belsen et fut chargé, ensuite, d'identifier le corps de Heinrich Himmler peu après son suicide[1].

En octobre 1944, il fut invité par l'association conservatrice de Wirral à se présenter à la Chambre des communes où il fut élu en juillet 1945. Comme membre de l'opposition, il se fit remarquer en juillet 1948 par son opposition à la peine de mort et en 1949 par un rapport minoritaire remettant en cause le monopole de la BBC, ce qui en fait l'un des pères de la télévision commerciale. Côté vie privée, Selwyn Lloyd épousa en mars 1951 sa secrétaire, Elizabeth, dont il eut une fille et dont il divorça à en 1957[1].

Membre du gouvernement britannique[modifier | modifier le code]

À la suite de la victoire de Winston Churchill aux Élections générales britanniques de 1951, Selwyn Lloyd fut nommé ministre d'état aux affaires étrangères sous la direction du Secrétaire d'État des Affaires étrangères, Anthony Eden. À ce poste, il s'occupa de la question du désarmement aux Nations Unies et traita la question de l'autodétermination du Soudan. En février 1953, il signa un accord permettant aux Soudanais de recourir à l'autodétermination à l'issue d'une période de 3 ans. Il eut par ailleurs à s'impliquer dans l'accord de 1954 organisant le retrait des troupes britanniques du canal de Suez. Il fut brièvement ministre du ravitaillement d'octobre 1954 à avril 1955, date à laquelle il accéda au poste de ministre de la Défense[1].

Sa promotion, en décembre 1955, au Secrétaire d'État des Affaires étrangères en fait un des acteurs clés de la Crise du canal de Suez. À la suite de la nationalisation du canal par Gamal Abdel Nasser le 26 juillet 1956, il fit partie des membres du cabinet opposés au recours à la force et participa activement à la première (16-23 août) et seconde (19-21 septembre) conférences de Londres visant à trouver une solution diplomatique à la crise. Mais devant la volonté d'Anthony Eden de recourir à la force, il fut l'un des négociateurs des Protocoles de Sèvres scellant l'alliance entre le Royaume-Uni, la France et Israël[1].

À la suite de l'invasion israélienne de l'Égypte le 29 octobre et de l'intervention franco-britannique qui suivit, il choisit, contrairement à son collègue Anthony Nutting, de rester au gouvernement malgré son opposition au projet. Dans les semaines qui suivirent, il s'efforça de limiter les dégâts diplomatiques pour Londres en préservant un rôle pour les Anglais dans la gestion du canal. Son échec le conduisit à présenter sa démission le 28 novembre, mais elle fut refusée. Il eut donc la charge d'assumer, en lieu et place d'Anthony Eden, malade et en convalescence à la Jamaïque, la tempête politique qui suivit l'échec de l'intervention de Suez[1].

Lors du remplacement d'Anthony Eden par Harold Macmillan au poste de Premier ministre, le 14 janvier 1957, Selwyn Lloyd concevra le poste de Secrétaire d'État des Affaires étrangères. Il joua un rôle fondamental dans la résolution de la crise chypriote qui déboucha sur l'indépendance de l'île le 16 août 1960. Le 27 juillet 1960, il fut nommé Chancelier de l'Échiquier et sa décision de juillet 1961 gelant les salaires afin de lutter contre l'inflation le rendit fortement impopulaire. Le 13 juillet 1962, dans ce que les Anglais ont surnommé "la nuit des longs couteaux", Harold Macmillan limogea sept ministres, dont Selwyn Lloyd, dans l'espoir que son gouvernement pourrait retrouver sa popularité[1].

Après la démission d'Harold Macmillan le 19 octobre 1963, Selwyn Lloyd fut l'un des promoteurs de la nomination d'Alec Douglas-Home au poste de Premier ministre, ce qui lui permit de revenir dans le cabinet comme Lord du Sceau Privé et Leader de la Chambre des communes[1].

Président de la Chambre des Communes[modifier | modifier le code]

Après la défaite des conservateurs aux Élections générales britanniques de 1964, Selwyn Lloyd fut membre du cabinet fantôme qui s'opposa à la politique d'Harold Wilson. Après la victoire d'Edward Heath en 1970, il se voit proposer le poste d'ambassadeur à Washington qu'il refuse. En janvier 1971, il est élu à la présidence de la Chambre des Communes, poste qu'il occupa jusqu'à sa démission le . Il siégea ensuite, jusqu'à sa mort le à la Chambre des lords après avoir été créé pair à vie dans la pairie du Royaume-Uni en tant que baron Selwyn-Lloyd.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i D. R. Thorpe,Lloyd, (John) Selwyn Brooke, Baron Selwyn-Lloyd (1904–1978), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]