Selma Meerbaum-Eisinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Selma Meerbaum-Eisinger
Nom de naissance Selma Merbaum
Naissance
Cernăuți
Décès (à 18 ans)
Michailowka
Auteur
Langue d’écriture allemand
Genres


Selma Merbaum — tel est son nom dans le registre juif des naissances, ainsi que dans tous les dossiers scolaires et d'après tous les témoignages — née le février 1924 à Cernăuți en Bucovine alors dans le royaume de Roumanie aujourd'hui Tchernivtsi en Ukraine, décédée le 16 décembre 1942 dans le camp de travaux forcés de Michailowka en Ukraine était une poétesse germanophone, qui, en tant que juive victime de persécutions, mourut du typhus à dix-huit ans. Son œuvre est souvent classée parmi la Littérature-monde.

Leben[modifier | modifier le code]

Monument commémoratif sur la maison située Siegmunds Hof 20 à Berlin, quartier Hansa

Selma Merbaum était la fille du vendeur de chaussures Max Merbaum et de son épouse Friederika, née Schrager. Elle était la cousine germaine de Paul Celan — les pères de leurs mères étaient frères. Max Berbaum mourut alors que Selma était âgée de neuf mois. Sa mère se remaria trois ans plus tard à Leo Eisinger. Selma a fréquenté jusqu'en 1940 le lycée privé de jeunes filles juives Hofmann, devenu public en tant que "Liceul Particular de Fete cu drept de publicitate".

Très jeune, Selma a commencé à lire les auteurs qui eurent une grande influence sur son œuvre : Heinrich Heine, Rainer Maria Rilke, Klabund, Paul Verlaine und Rabindranath Tagore. Certains poèmes de Selma Merbaum datent déjà de 1939. Elle a également traduit du français, du roumain et du yiddish en allemand. Après l'entrée des troupes allemandes dans la ville de Tchernivtsi, abandonnée en 1940 par la Roumanie à l'Union Soviétique Selma, sa mère et son beau-père Leo Eisinger ont été forcés, en octobre 1941, à vivre dans le ghetto de la ville. La famille échappa à la déportation jusqu'en juin 1942. Avec le dernier "convoi" le 28 juin Selma, sa famille et ses proches durent déportés dans le camp de transit de Cariera de Piatra, en Transnistrie. De là, comme des milliers d'autres et comme le peintre Arnold Daghani, elle fut transférée dans le camp de travail de Michailowka, à l'est du Bug, possession allemande en république soviétique d'Ukraine. Les déportés y étaient forcés à rassembler des pierres pour la construction de routes. Selma mourut à dix-huit ans du typhus.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Selma Merbaum est composée de 58 poèmes, qu'elle a écrits soigneusement au stylo chacun sur une page puis reliés en un album intitulé Blütenlese [Anthologie]. Elle le dédia à son ami Leiser Fichmann, membre du groupe de jeunesse sioniste Hashomer Hazair. Sur son chemin vers la déportation, elle put confier l'album à une connaissance, qui le donna à son amie Else en la priant de le donner à son tour à Leiser. Leiser Fischmann prit l'album avec lui au camp de travail, où il le rendit à Else, avant de fuir vers la Palestine. Son bateau fut torpillé, seuls cinq passagers survécurent, il ne fut pas parmi eux. Mais les poèmes de Selma furent transportés jusqu'en Israël par son amie. Son professeur de l'école de yiddish, Hersch Segal, les publia en 1976 à compte d'auteur.

La véritable découverte de Selma Meerbaum résulta du reportage du journal Stern, du journaliste Jürgen Serke, que Hilde Domin avait sensibilisé à ces poèmes. Serke fit publier les poèmes sous le titre Ich bin in Sehnsucht eingehüllt [Je suis enveloppée de nostalgie] chez l'éditeur Hoffmann und Campe. En novembre 2005 parut une nouvelle édition, ainsi qu'un livre audio avec Iris Berben. Ces projets furent initiés par David Klein, qui mit en musique douze des poèmes de Selma, interprétés par Xavier Naidoo, Reinhard Mey, Ute Lemper et beaucoup d'autres.

Les poèmes de Selma Merbaum qui ont pu être sauvés traitent avant tout de romances impressionnistes, d'élégie à la nature d'une maîtrise stylistique remarquable, imprégnée de mélancole. Hilde Domin a avoué avoir lu les poèmes de Selma Merbaum, "si purs, si beaux, si clairs, si menaçants" en "pleurant de colère". L’œuvre de la jeune autrice appartient avec les poèmes de Rose Ausländer et Paul Celan à l'héritage littéraire de la culture juive-allemande de la Bucovine.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Nous nous embraserons comme en rêve[1]. Recueil de poèmes sauvés de la disparition, avec estampes d’Anne Mounic. Édition bilingue allemand-français, traduction, préface et notes de Marc Sagnol. Atelier GuyAnne[2], Chalifert (Seine-et-Marne) 2018

Gedenken[modifier | modifier le code]

En mémoire de la jeune autrice les Bundesverband junger Autoren und Autorinnen, Armin T. Wegner Gesellschaft et Kölner Autorengruppe Faust créèrent fin 2010 le prix littéraire Selma Meerbaum-Eisinger, qui fut attribué en 2011 pour la première fois[3]. Le fonds Anne Frank soutient ce prix.

Iris Berben se rendit en 2011 nach Tchernivtsi et pour rapporter les poèmes où ils sont nés[4].

Le centre familial de l'église évangélique Kaiser-Friedrich situé au Siegmunds Hof 20 à Berlin a été nommé "Maison Meerbaum" en hommage à la poétesse.

Éditions de son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Selma Meerbaum-Eisinger, Blütenlese, Tel Aviv, 1979.
  • Selma Meerbaum-Eisinger, Ich bin in Sehnsucht eingehüllt: Gedichte, 2005, (ISBN 978-3-455-05171-1), Hambourg, 1980, puis 2005 et 2008.
  • Selma Meerbaum-Eisinger, Blütenlese. Gedichte, Stuttgart, 2013, (ISBN 978-3-15-019059-3)
  • Selma Meerbaum-Eisinger, Du, weißt du, wie ein Rabe schreit? Gedichte, Aix-la-Chapelle, 2013, (ISBN 978-3-89086-439-6).
  • Marion Tauschwitz, Selma Merbaum: „Ich habe keine Zeit gehabt zuende zu schreiben“. Biografie und Gedichte, 2014, Springe, (ISBN 978-3-86674-404-2).

Livres audio

  • Selma Meerbaum-Eisinger (Voix: Mirjam Heller. Musique: Klaus Burger, Arrangements: Frank Hertweck), Ich bin in Sehnsucht eingehüllt. Gedichte.
  • Selma Meerbaum-Eisinger (Voix: Iris Berben), Ich bin in Sehnsucht eingehüllt, Gedichte, Hambourg, 2005, (ISBN 3-455-30429-X).
  • Selma Meerbaum-Eisinger (Voix: Herman van Veen, Guitare: Edith Leerkes) Du, weißt Du ... , 2008, (ISBN 978-3-7857-3758-3).

En musique

  • Michael Albert, Blütenlese. Cycle de lieds pour chorale (Hanovre 2007)
  • Albino, Ich will leben, No Nation Mixtape 2007
  • Johannes Conen, Du, weißt du…. (Berlin 1985)
  • Michael Denhoff, Wie eine Linie dunkelblauen Schweigens. Sept chants pour accordéon (1997).
  • Albin Fries, Lieder op. 46/1-3 (2014).
  • Herbert Grönemeyer - The World Quintet, Trauer (2003).
  • Heinrich Hartl, Selma oder Die Reise um den Tisch. Dix lieder pour alto, quatuor à cordes, marimba et percussions (2002)
  • Daniel Hess: Welke Blätter. Violinsonate für Violine und Klavier, Viersätzige Sonate nach Gedichten von Selma Meerbaum-Eisinger (1924–1944) (1997)
  • Kolsimcha – The World Quintet, Selma – in Sehnsucht eingehüllt, Klezmer-Musikalbum, avec Sarah Connor, Xavier Naidoo, Yvonne Catterfeld, Reinhard Mey, Hartmut Engler, Thomas D (Die Fantastischen Vier), Joy Denalane, Jasmin Tabatabai, Volkan Baydar (Orange Blue), Inga Humpe (2raumwohnung), Stefanie Kloß (Silbermond), Ute Lemper (Basel 2005).
  • Felicitas Kukuck, Sieben Lieder zu Gedichten von Selma Meerbaum-Eisinger. Pour voix et piano (1999).
  • Norbert Linke, Ein kurzes Leben. Cycle de lieder pour voix et piano (Borken 2010).
  • Dietrich Lohff, Ich möchte leben. dans Requiem für einen polnischen Jungen (1998).
  • Hartmut Neubauer, Zwei Lieder für Frauenstimme mit Klavierbegleitung op. KL 3.1 Der Kelch und KL 3.2 Du, weißt du[5] (2009/2010).
  • Xaver Paul Thoma, lch bin in Sehnsucht eingehüllt. Sept Lieder pour soprano et piano (1984/86).
  • Karsten Troyke, Leg den Kopf auf meine Knie. Textes: Selma Meerbaum-Eisinger, Itzik Manger et Abraham Sutzkever (1994).

Interprétations scéniques

  • Heinrich Hartl (musique) / Jutta Czurda (chant et mise en scène): Selma oder Die Reise um den Tisch. Recherche avec Lieder d'après des poèmes de Selma Meerbaum-Eisinger (2002, Théâtre de Fürth)
  • Herman van Veen (musique) / Eva Schuurmann (libretto): Windekind. Conte musical. Ode à Selma Meerbaum-Eisinger, avec Edith Leerkes (guitare) et Lina Lindheimer (danseuse) (2008, Essen)
  • Saskia Brzyszczyk, Peter G. Dirmeier (acteurs) / Ewelina Nowicka (violon et musique), Shin-Ying Lin (flûte) / Christa Krohne-Leonhardt (Livret et mise en scène) / Anneke Gräper (décors) / www.echtzeit-entertainment.de (production): "Und die Sehnsucht singt mich zur Ruh - Lebenslieder" (5 novembre 2015 au théâtre Goldbekhaus Hambourg)

En images

  • Helga von Loewenich: Triptyque sur la vie de Selma Meerbaum – Eisingers Jeunesse - Rêve- Mort dans le cadre de l'exposition à la synagogue de Halberstadt de Helga von Loewenich "Ich lebe in meinem Mutterland Wort" 3 juin 2001 - août 2011

Biographies[modifier | modifier le code]

  • Ortrun Niethammer, Innere Differenzierung. Selma Meerbaum-Eisinger: Rezeption ihrer Gedichte nach 1980. dans Inge Hansen-Schaberg (Hrsg.): Als Kind verfolgt. Anne Frank und die anderen. Weidler, Berlin 2004, (ISBN 3-89693-244-6).
  • Mariana-Virginia Lăzărescu, „Schau, das Leben ist so bunt“. Selma Meerbaum-Eisinger, Karin Gündisch und Carmen Elisabeth Puchianu: drei repräsentative deutsch schreibende Autorinnen aus Rumänien. WVB, Berlin 2009, (ISBN 978-3-86573-445-7).
  • Claus Stephani, „Grüne Mutter Bukowina“. Deutsch-jüdische Schriftsteller der Bukowina. Documentation composée de manuscrits, livres et images. Catalogue de l'exposition du même nom du 22 avril au 25 juin 2010. Haus des Deutschen Ostens, Munich, 2010. (ISBN 978-3-927977-27-3).
  • Markus May, „Wie eine Linie dunkelblauen Schweigens“. Selma Meerbaum-Eisinger im Kontext der Lyrik der Bukowina der 1930er und 1940er Jahre. dans Walter Busch / Chiara Conterno, Weibliche jüdische Stimmen deutscher Lyrik aus der Zeit von Verfolgung und Exil, Würzburg, 2012, pages 27–44. (ISBN 978-3-8260-4982-8).
  • Francesca Paolino: Una vita. Selma Meerbaum-Eisinger (1924-1942)., Edizioni del Faro, Trente, 2013, (ISBN 978-8-86537-139-8).
  • Marion Tauschwitz: Selma Merbaum: „Ich habe keine Zeit gehabt zuende zu schreiben“. Biografie und Gedichte. préface d'Iris Berben, Springe 2014, (ISBN 978-3-86674-404-2).

Notes et références[modifier | modifier le code]