Selles-Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Selles et Saint-Denis.
image illustrant une commune de Loir-et-Cher
Cet article est une ébauche concernant une commune de Loir-et-Cher.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Selles-Saint-Denis
La chapelle Saint-Genou.
La chapelle Saint-Genou.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton La Sologne
Intercommunalité Sologne des Rivières
Maire
Mandat
Pierre Maurice
2014-2020
Code postal 41300
Code commune 41241
Démographie
Gentilé Sellois
Population
municipale
1 293 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 12″ nord, 1° 55′ 25″ est
Altitude Min. 89 m – Max. 129 m
Superficie 50,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Selles-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Selles-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Selles-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Selles-Saint-Denis
Liens
Site web http://www.sellessaintdenis.com/

Selles-Saint-Denis est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de Sologne disposant d'un terroir très forestier. Sa mise en valeur agricole passe par l'exploitation du bois, les domaines de chasse et l'élevage.

Localisation de la Commune de Selles-Saint-Denis dans l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher)
Localisation de la Commune de Selles-Saint-Denis dans le canton de La Sologne (Loir-et-Cher)
Localisation de la Commune de Selles-Saint-Denis dans la Communauté de communes de la Sologne des Rivières (Loir-et-Cher)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Selles-Saint-Denis
Loreux Marcilly-en-Gault Salbris
Romorantin-Lanthenay,

Villeherviers

Selles-Saint-Denis La Ferté-Imbault
Mennetou-sur-Cher Châtres-sur-Cher Theillay,

Vierzon

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de la Gare de Selles-Saint-Denis desservie par les trains du réseau TER Centre-Val de Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village s'appelait auparavant[Quand ?] Saint-Genouph[1], ce saint, dénommé plus fréquemment saint Genou ayant vécu à proximité (une fontaine, bâtie sur une source, porte encore son nom et fait l'objet d'un pèlerinage à la Pentecôte). Située au centre du bourg, une chapelle, où des peintures médiévales ont été redécouvertes lors d'une restauration, porte également ce nom. Le village a pris ensuite le nom de Saint-Denis[Quand ?], autre saint qui a fourni son aide pour l'église du même nom[réf. nécessaire]. Enfin, le village a pris le nom de Selles-Saint-Denis.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Celles-sur-Saudre[2].

Créée en 1860, la commune voisine de La Ferté-Imbault avait auparavant fait partie de Selles-Saint-Denis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 Michel Leroux UDF Conseiller général (1998-2012)
mars 2001 mars 2008 Jean-Michel Genest    
mars 2008 en cours Pierre Maurice    

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 293 habitants, en augmentation de 5,55 % par rapport à 2009 (Loir-et-Cher : 1,71 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 640 1 711 1 656 1 737 1 868 2 032 1 928 1 979 1 954
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 049 1 113 1 165 1 211 1 219 1 320 1 284 1 214 1 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 245 1 234 1 224 1 237 1 141 1 087 1 162 1 182 1 062
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 014 1 024 1 071 1 172 1 199 1 193 1 205 1 256 1 293
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,5 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 30 %) ;
  • 52,4 % de femmes (0 à 14 ans = 14,4 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 15,7 %, 45 à 59 ans = 23,8 %, plus de 60 ans = 33,7 %).
Pyramide des âges à Selles-Saint-Denis en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90  ans ou +
2,7 
11,1 
75 à 89 ans
14,4 
17,9 
60 à 74 ans
16,6 
22,5 
45 à 59 ans
23,8 
20,4 
30 à 44 ans
15,7 
12,5 
15 à 29 ans
12,4 
14,5 
0 à 14 ans
14,4 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Selles-Saint-Denis est située dans l'académie d'Orléans-Tours. La commune dispose d'une école élémentaire publique[9].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une stade.

Économie[modifier | modifier le code]

  • L'auberge du Cheval Blanc, hôtel et restaurant gastronomique recommandé par plusieurs guides.
  • Chèvrerie Malfilatre.
  • Usine MBDA de fabrications de missiles s'étendant sur 270 hectares et comptant 200 salariés en 2008. Un millier d'engins sont construits par an sur ce site[10].
  • Jardin d'entreprises.
  • Un artisan fabricant de girouettes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle dédiée à saint Genou, édifice du XVe siècle classé monument historique en 1872.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archiprêtré du Blanc, "Bulletin de la Société académique du Centre : archéologie, littérature, science, histoire et beaux-arts", avril 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5675665b/f22.image.r=Larochemillay.langFR
  2. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 11 octobre 2010)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Évolution et structure de la population à Selles-Saint-Denis en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  9. « Loir-et-Cher (41), Selles-Saint-Denis, école », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 novembre 2015).
  10. (fr) Reportage : Au cœur d'une usine de fabrication de missiles, 28 décembre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]