Seishirō Itagaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seishirō Itagaki
板垣 征四郎
Image illustrative de l'article Seishirō Itagaki

Naissance
Drapeau du Japon Morioka, Préfecture d'Iwate
Décès (à 63 ans)
Drapeau du Japon Tokyo
Origine Japonais
Allégeance Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Arme 5e division
Armée de Corée
7e armée régionale
Grade Général d'armée
Années de service 19041945
Conflits Guerre russo-japonaise
Seconde guerre sino-japonaise
Seconde Guerre mondiale
Commandement Drapeau de l'armée impériale japonaise Armée impériale japonaise
Autres fonctions Ministre de la Guerre

Seishirō Itagaki (板垣 征四郎, Itagaki Seishirō?) ( - ) est un général de l'armée impériale japonaise qui fut ministre de la Guerre. Il est condamné à mort en 1948 pour crimes de guerre et pendu la même année à la prison de Sugamo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Morioka dans la préfecture d'Iwate, Itagaki est issu d'une famille samouraï servant autrefois le clan Nanbu du domaine de Morioka. Il est diplômé de l'académie de l'armée impériale japonaise en 1904 et participe à la guerre russo-japonaise de 1904-05.

De 1924 à 1926, Itagaki est attaché militaire à l'ambassade japonaise en Chine. De retour au Japon, il sert à divers postes au sein de l'État-major de l'armée impériale japonaise de 1926 à 1927 avant de recevoir le commandement de la 33e brigade d'infanterie basée en Chine. Cette unité est attachée à la 10e division de 1927 à 1928. Itagaki est ensuite transféré à la tête du 33e régiment d'infanterie en Chine de 1928 à 1929 sous les ordres de l'armée japonaise du Guandong.

Itagaki devient chef de la section des renseignements de l'armée du Guandong en 1931, une position qui lui permet de participer à l'organisation de l'incident de Mukden de 1931 qui fournit le prétexte à l'invasion japonaise de la Mandchourie[1]. Il est ensuite conseiller militaire au Mandchoukouo de 1932 à 1934.

Itagaki devient vice-chef d'État-major de l'armée du Guandong en 1931 puis chef d'État-major en 1936[2].

De 1937 à 1938, Itagaki est commandant de la 5e division en Chine au début de la seconde guerre sino-japonaise. Son unité participe grandement à la bataille de Pékin-Tianjin (en), à l'opération Cháhāěr (en) et à la bataille de Taiyuan. Cependant, ses forces sont repoussées lors de la bataille de Taierzhuang près de Linyi, ce qui les empêchent de venir en aide à la 10e division de Rensuke Isogai[3].

Le nouveau ministre de la Guerre Itagaki (troisième à partir de la gauche) avec son vice-ministre Hideki Tōjō (à droite) et le ministre de la Marine Mitsumasa Yonai (à gauche, en uniforme noir).

Rappelé au Japon en 1938, Itagaki sert brièvement comme ministre de la Guerre de 1938 à 1939. Le , Itagaki propose une politique nationale en accord avec la doctrine d'expansion du Hakkō ichiu lors de la conférence des cinq ministres[4], le plus haut conseil du Japon[5],[6], et la décision est prise d'interdire l'expulsion des Juifs au Japon, en Mandchourie et en Chine[5],[6].

Itagaki retourne de nouveau en Chine pour devenir chef d'État-major de l'armée expéditionnaire japonaise de Chine de 1939 à 1941. Cependant, la défaite des forces japonaises contre l'Union soviétique à la bataille de Khalkhin Gol en été 1939 est un coup rude à sa carrière, et il est réaffecté à la tête de l'armée japonaise de Corée, ce qui est considéré comme une rétrogradation.

Face à la détérioration de la situation militaire japonaise au cours de la guerre, l'armée de Corée est élevée en 17e armée régionale en 1945, avec Itagaki pour commandant-en-chef. Il est ensuite réaffecté à la 7e armée régionale à Singapour et en Malaisie en avril 1945. Il commande la reddition des forces japonaises d'Asie du Sud-Est à l'amiral britannique Louis Mountbatten à Singapour le .

Après la guerre, il est emprisonné par les autorités d'occupation américaines et accusé de crimes de guerre, en particulier durant la conquête japonaise de la Mandchourie, pour l'escalade de la guerre contre les Alliés pendant son mandat de ministre de la Guerre, et pour avoir autorisé un traitement inhumain de prisonniers de guerre alors qu'il était commandant des forces japonaises d'Asie du Sud-Est. Il est jugé coupable des charges 1, 27, 29, 31, 32, 35, 36 et 54 et condamné à mort en 1948 par le tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient. Itagaki est pendu le à la prison de Sugamo à Tokyo[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Budge, the Pacific War Online Encyclopedia
  2. Ammenthorp, The Generals of World War II
  3. Fuller, Shokan, Hirohito's Samurai
  4. Kazutomo Wakase, 続・日本人が知ってはならない歴史, 朱鳥社,‎ , 41 p. (ISBN 4-434-11358-5, lire en ligne)
  5. a et b (en) « Question 戦前の日本における対ユダヤ人政策の基本をなしたと言われる「ユダヤ人対策要綱」に関する史料はありますか。また、同要綱に関する説明文はありますか。 », Ministère des Affaires étrangères (consulté le 6 octobre 2010)
  6. a et b (en) « 猶太人対策要綱 », Five ministers council, Archives nationales du Japon,‎ (consulté le 6 octobre 2010), p. 36/42
  7. Maga, Judgement at Tokyo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Fuller, Shokan: Hirohito's Samurai, London, Arms and Armor, (ISBN 1-85409-151-4)
  • Timothy P. Maga, Judgment at Tokyo: The Japanese War Crimes Trials, University Press of Kentucky, (ISBN 0-8131-2177-9)
  • Bruno Birolli (2012) "Ishiwara, l'homme qui déclencha la guerre", ARTE éditions/Armand Colin.

Liens externes[modifier | modifier le code]