Seiryū Inoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Seiryū Inoue
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
IsenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
井上青龍Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Seiryū Inoue (井上 青龍, Inoue Seiryū?) ( - ) est un photographe japonais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1931 à Tosa dans la préfecture de Kōchi, Inoue est le premier apprenti de Takeji Iwamiya à Osaka en 1951. Tout en continuant à travailler avec Iwamiya, il commence à travailler en 1954 comme caméraman temporaire pour Asahi Broadcasting Corporation à Osaka.

Iwamiya reconnaît son talent et à partir de 1958 encourage le jeune Inoue à déambuler dans les rues de Kamagasaki dans l'arrondissement de Nishinari-ku à Osaka, et lui permet de développer son travail privé dans la chambre noire du studio. Durant les années 1950, Inoue développe une réputation en tant que jeune photographe documentaire. En 1959, il est lauréat du concours Fuji Photo Film dans la section professionnelle. À Tokyo en mai 1960, il réalise sa première exposition solo, « Les Cent Visages de Kamagasaki » et reçoit en 1961 le prix du débutant de l'Association des critiques photographiques du Japon. Également, en 1961, « Les Cent Visages de Kamagasaki » est couronné du prix des nouveaux arrivants du magazine Caméra Geijutsu.

En 1959 Daidō Moriyama rejoint l'atelier de Iwamiya avant de s'installer à Tokyo en 1961. Moriyama crédite Inoue de l'avoir orienté vers la photographie et d'avoir eu beaucoup d'influence dans l'élaboration de son style photographique.

À propos de l'exposition rétrospective d'Inoue en 2005, Moriyama écrit : « Ses mots - « Tu viens, Mori? » - m'appelant à l'accompagner à Kamagasaki m'ont mis sur la voie pour devenir un photographe » et « sans Inoue le pionnier, je ne me serais pas engagé sur la longue route de la photographie que j'ai suivie »[2].

Inoue continue à travailler à Osaka, devient professeur de photographie documentaire à l'université d'art Geijutsu pour finalement devenir professeur titulaire en 1987.

Après son travail dans Kamagasaki, Inoue photographie des Coréens d'origine quittant le Japon pour la Corée du Nord et les festivals et la ville de Kyoto, entre autres sujets. Il photographie la vie quotidienne dans les îles Amami de la préfecture de Kagoshima quand il décède de façon accidentelle à Tokunoshima en 1988.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja) Inoue Seiryū Shashinshū Kamagasaki (井上青龍写真集 釜ヶ崎?) / Seiryū Inoue Photography Book: Kamagasaki Ginga Shobo, Osaka, 1985. Includes poetry by Kamagasaki resident Higashibuchi Osamu (東淵修?).
  • Hysteric One: Inoue Seiryu Hysteric Glamour, Tokyo, 2005.
  • (ja) Shashinka Inoue Seiryū Kaikoten (写真家井上青龍回顧展?) / Retrospective Exhibition of Seiryū Inoue, Photographer. Amagasaki City Sogo Bunka Centre, 2005. Ce livre contient une biographie détaillée de Inoue ainsi que plusieurs articles en sa mémoire, dont un par Daidō Moriyama.
  • Inoue Seiryu / Kojima Ichiro Rat Hole, Tokyo, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nihon shashinka jiten (日本写真家事典?) / 328 Outstanding Japanese Photographers (Kyoto: Tankōsha, 2000; (ISBN 4-473-01750-8)). (ja) (En dépit du titre alternatif en anglais; tout le texte est en japonais.)
  2. (ja) Shashinka Inoue Seiryū Kaikoten (写真家井上青龍回顧展?) / Retrospective Exhibition of Seiryū Inoue, Photographer. Amagasaki City Sogo Bunka Centre, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]