Seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Seigneurie de Bellefeuille)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Région/Province Laurentides, Drapeau : Québec Québec
Subdivisions Mirabel, La Rivière-du-Nord, Les Pays-d'en-Haut
Statut Seigneurie
Date de fondation 1752
Date de disparition 1854
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 03″ nord, 74° 00′ 34″ ouest
Divers
Concessionnaire Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière et François Bigot
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles
Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)
Voir sur la carte administrative de la zone Laurentides
City locator 14.svg
Seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles
Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)
Voir sur la carte topographique de la zone Laurentides
City locator 14.svg
Seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles

La seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles[1] était une seigneurie canadienne. Elle avait été concédée à Eustache Lambert Dumont, seigneur des Mille-Îles, en 1752 puis a été abolie en 1854, en même temps que le régime seigneurial lui-même. Son chef-lieu était Saint-Jérôme.

Géographie[modifier | modifier le code]

La seigneurie prenait la forme d’un polygone irrégulier ressemblant à un trapèze, dont la longueur se trouvait dans l’axe perpendiculaire au fleuve Saint-Laurent et dont les côtés n'étaient pas parallèles. La limite avec la seigneurie de Terrebonne, voisine à l’est et au nord-est, était perpendiculaire au Saint-Laurent, alors que la limite avec la seigneurie d'Argenteuil et la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, au sud et au sud-ouest, était parallèle à la rivière des Outaouais. Au sud-est se trouvait la seigneurie de Blainville, détachée de la seigneurie des Mille-Îles en 1718[2], dont la partie résiduelle avait conservé le nom de Mille-Îles, mais était aussi appelée seigneurie de la Rivière-du-Chêne ou encore seigneurie Dumont[3].

La seigneurie de l'Augmentation-des Mille-Îles s'étendait de la côte Saint-Pierre à Mirabel, au sud[4], jusqu’au mont Gabriel à Sainte-Adèle, au nord[1]. Traversée par la rivière du Nord, elle était située dans les basses-terres du Saint-Laurent et dans les montagnes des Laurentides.

Seigneuries limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
Seigneurie d'Argenteuil N Seigneurie de Terrebonne
O    Seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles    E
S
Seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes Seigneurie de Blainville

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1752, le gouverneur La Jonquière et l'intendant Bigot concèdent à Eustache Lambert Dumont, déjà seigneur des Mille-Îles, un fief situé au nord de sa seigneurie, lequel sera appelé l'Augmentation des Mille-Îles[4]. Cette nouvelle seigneurie fait alors partie de la division administrative de Montréal[5].

La seigneurie des Mille-Îles, concédée à Sidrac Dugué de Bois-Briant en 1683, avait été reconcédée à ses gendres, Jean Petit et Charles-Gaspard Piot de Langloiserie, en 1714[6]. En 1718, la seigneurie est divisée en deux[6]. La moitié est, qui deviendra la seigneurie de Blainville et aura comme chef-lieu Sainte-Thérèse, est attribuée à la famille Piot de Langloiserie[2]. La moitié ouest, qui gardera le nom de seigneurie des Mille-Îles, mais sera aussi appelée seigneurie de la Rivière-du-Chêne, et aura comme chef-lieu Saint-Eustache, est attribuée à Jean Petit[6]. Elle sera aussi surnommée seigneurie Dumont à partir de 1733, année où Charlotte-Louise Petit, fille et héritière de feu Jean Petit, épouse Eustache Lambert Dumont[6], celui qui obtiendra la seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles en 1752.

En 1789, le seigneur Eustache-Louis Lambert Dumont, fils des précédents, fait arpenter les premières terres dans la seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles en raison du manque de terres disponibles dans la seigneurie des Mille-Îles (ou de la Rivière-du-Chêne)[4]. Une centaine de terrains sont concédés dans la partie sud du fief entre 1790 et 1807[4]. Vers 1800, le seigneur fait construire un moulin à farine et un moulin à scie sur la rivière du Nord, dans ce qui allait devenir le centre-ville de Saint-Jérôme[7].

En 1807, à la mort d’Eustache-Louis Lambert Dumont, la seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles est partagée entre ses deux enfants encore vivants : Nicolas-Eustache obtient deux tiers du fief et en devient le seigneur primitif, et Louise-Angélique, épouse d'Antoine Lefebvre Bellefeuille, obtient le tiers restant[4]. En 1810, Nicolas-Eustache Lambert Dumont établit un pied-à-terre sur un emplacement prometteur au bord de la rivière du Nord, quelques kilomètres en aval des moulins[8], près de l'actuelle rue de la Chapelle à Mirabel. Quelques colons s'installent à proximité, dont Casimir Testard de Montigny, considéré comme le fondateur de Saint-Jérôme[8],[9],[10]. La première église de la seigneurie, la chapelle Saint-Jean-Chrysostome, est construite dans ce secteur en 1821[11] et donne son nom au hameau de La Chapelle[12]. Elle était desservie par les prêtres de Sainte-Anne-des-Plaines[11]. Un poste de traite des fourrures est implanté par Montigny en 1824[9],[10].

Vers 1830, la population commence à se concentrer non pas au hameau de La Chapelle, mais plus en amont de la rivière du Nord, près des moulins[10]. L'embryon de village, qui deviendra Saint-Jérôme, est alors appelé Dumontville, du nom de la famille seigneuriale[13]. En 1831, la seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles compte 2 020 habitants[4]. Trois ans plus tard, la paroisse de Saint-Jérôme-de-la-Rivière-du-Nord est érigée canoniquement[14]. La même année, un premier hôtel est ouvert près des moulins[11]. En 1839, un second lieu de culte, l'église Saint-Jérôme, est inauguré pour remplacer la chapelle Saint-Jean-Chrysostome[11]. Par contre, cette nouvelle église est érigée près de l'hôtel et des moulins à scie et à farine, dans ce qui est aujourd'hui le parc Labelle, tout près de l'actuelle cathédrale de Saint-Jérôme[15]. À partir de ce moment, le village de Saint-Jérôme se développe définitivement dans ce secteur.

En 1854, à l’abolition du régime seigneurial, la seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles appartient à Elmire Dumont Laviolette, Virginie Dumont Globensky[16], Joseph Lefebvre de Bellefeuille, Angélique Lefebvre de Bellefeuille Harwood, Eustache-Antoine de Bellefeuille et Charles Lefebvre de Bellefeuille[17], tous descendants du premier seigneur, Eustache Lambert Dumont.

Toponymie[modifier | modifier le code]

À Saint-Jérôme, ancien chef-lieu de la seigneurie de l'Augmentation-des-Mille-Îles, plusieurs toponymes témoignent du passé seigneurial de la ville. Le nom du secteur Bellefeuille rappelle la famille Lefebvre de Bellefeuille, copropriétaire du fief[5]. On retrouve aussi des noms de rues : le boulevard des Seigneurs-Dumont[18], la rue Dumont[19], la place Nicolas[20], la montée Saint-Nicolas[21], la rue De Bellefeuille[22], la rue Globensky[23], la rue Laviolette[24], la rue de la Seigneurie[25], etc.

Ailleurs dans les Laurentides, sur l'ancien territoire de la seigneurie, on retrouve une ferme de Sainte-Anne-des-Lacs qui reprend le nom de Seigneurie de Bellefeuille[26] ainsi que le lac des Seigneurs[27]. Il y a aussi la municipalité de Mille-Isles[28], la côte Saint-Nicholas à Saint-Colomban[29], la rue de la Seigneurie à Prévost[30], le chemin Saint-Lambert[1], la montée Sainte-Elmire[1] et l'avenue des Seigneurs à Saint-Sauveur[31], le mont Gabriel à Sainte-Adèle, nommé en l'honneur de l'agent seigneurial Gabriel Roy[1], etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Marc-Gabriel Vallières, « Les Chroniques de l'Augmentation et des Cantons du Nord 2. Toponymie », sur mgvallieres.com (consulté le 8 juillet 2020)
  2. a et b Jean Cournoyer, « Blainville (municipalité de ville) », sur La Mémoire du Québec (consulté le 7 juillet 2020)
  3. « Le village de Saint-Eustache en décembre 1837 », sur 1837.qc.ca, (consulté le 1er février 2017)
  4. a b c d e et f André Giroux, « Eustache-Nicolas Lambert-Dumont », Revue de Deux Montagnes, no 6,‎ , p. 43-69 (lire en ligne)
  5. a et b Mémoire du Québec, « Bellefeuille (seigneurie) », (consulté le 20 mars 2013)
  6. a b c et d Jean Cournoyer, « Saint-Eustache (municipalité de ville) », sur La Mémoire du Québec (consulté le 8 juillet 2020)
  7. Marc-Gabriel Vallières, « Site du moulin Dumont-Laviolette », sur www.mgvallieres.com (consulté le 8 juillet 2020)
  8. a et b W. Stanford Reid, « Lambert-Dumont, Nicolas-Eustache », sur Dictionnaire biographique du Canada en ligne (consulté le 22 mars 2013)
  9. a et b Jean Cournoyer, « Saint-Jérôme (municipalité de ville) », sur La Mémoire du Québec (consulté le 8 juillet 2020)
  10. a b et c Michel Paquin, « Testard de Montigny, Casimir-Amable », sur Dictionnaire biographique du Canada (consulté le 8 juillet 2020)
  11. a b c et d Léopold Nantel, « Histoire d’un pays merveilleux : St-Jérôme de Terrebonne », sur Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, (consulté le 8 juillet 2020)
  12. « La Chapelle », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  13. André Giroux, « Histoire du territoire de la ville de Saint-Jérôme 1752-1877 », sur leseditionsgid.com, (consulté le 8 juillet 2020)
  14. « Saint-Jérôme », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 9 juillet 2020)
  15. Marc-Gabriel Vallières, « Parc Labelle, site de la 1re église », sur www.mgvallieres.com (consulté le 8 juillet 2020)
  16. Henry Judah, « Cadastre abrégé de la partie de l'Augmentation de la seigneurie des Mille-Isles, (2/3) possédée par indivis par dame Virginie Dumont, épouse de C. A. M. Globensky, écuyer, (1/2), et dame M. Elmire Dumont, veuve de feu Pierre Laviolette, écuyer, (1/2). », sur numerique.banq.qc.ca, (consulté le 8 juillet 2020), p. 1
  17. Henry Judah, « Cadastre abrégé de la partie de l'Augmentation de la seigneurie des Mille-Isles, (1/3) possédée par indivis par Joseph Lefebvre de Bellefeuille, écuyer, (1/2) et Eustache M. A. L. de Bellefeuille, écuyer, Louis Charles L. de Bellefeuille, écuyer, et dame M. A. L. de Bellefeuille, épouse de A. C. de Lotbinière Harwood, écuyer, (1/2) », sur numerique.banq.qc.ca, (consulté le 8 juillet 2020), p. 83
  18. « Boulevard des Seigneurs-Dumont », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  19. « Rue Dumont », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  20. « Place Nicolas », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  21. « Montée Saint-Nicolas », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  22. « Rue De Bellefeuille », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  23. « Rue Globensky », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  24. « Rue Laviolette », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  25. « Rue de la Seigneurie », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  26. « Ferme Seigneurie de Bellefeuille », sur MRC des Pays-d’en-Haut (consulté le 9 juillet 2020)
  27. « Lac des Seigneurs », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  28. « Mille-Isles », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  29. « Côte Saint-Nicholas », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  30. « Rue de la Seigneurie », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)
  31. « Avenue des Seigneurs », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 8 juillet 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]