Sedrata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sedrata
Sedrata
Sedrata
Noms
Nom arabe سدراتة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Souk Ahras
Daïra Sedrata
Président de l'APC Debaza Lazhar alias Boubarnita
Code ONS 4102
Indicatif 037
Démographie
Population 91 356 hab. (2016)
Géographie
Coordonnées 36° 07′ 42″ nord, 7° 31′ 53″ est
Altitude 811 m
Localisation
Localisation de Sedrata
Localisation de la commune dans la wilaya de Souk Ahras

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Sedrata

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Sedrata

Sedrata est une commune de la wilaya de Souk Ahras en Algérie, située à environ 49,7 km au sud-ouest de Souk Ahras et à environ 57 km au sud de Guelma.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Sedrata se situe au nord-ouest de la wilaya de Souk Ahras.

Distance Sedrata[modifier | modifier le code]

Distance (en kilomètre) entre Sedrata et les plus grandes villes de Algérie.

  • Alger: 504 km
  • Annaba: 117 km
  • Guelma: 57 km
  • Constantine: 116 km
  • Oran: 898 km

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Sedrata est composée de dix-sept localités[1] :

  • Aïn Laabassi (partie ouest)
  • Bouakez Mezaz
  • Djedaïde
  • Draa Tigladine (partie nord)
  • Chaabet El Baïda
  • Chaabet El Klekh Essenghira
  • Chaabet El Klekh Kebira
  • Chaabet Essaïd
  • El Gorsi
  • El Hodh
  • Medaoura
  • Mezez El Amri
  • Oued El Krab
  • Ras El Kef (partie ouest)
  • Sedrata
  • Sejra
  • Tizahafine


Communes limitrophes de Sedrata
Aïn Soltane (Ain Souda) Khemissa
Zouabi Sedrata Khemissa
Bir Bou Haouch Oum El Adhaim Ragouba

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux environs de 1229, Sadrāta est dévastée par les troupes almoravides. Selon un manuscrit arabe, la commune a été détruite en 1274 par un chef de troupes, qualifié de « Qaïd El-Mançoûr El-Machriq ». Celle-ci marquerait la fin de la prospérité connut au X° et XI° siècles[2].

Le territoire était une base militaire de l'armée française et une commune mixte en 1893.[réf. nécessaire]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Souk Ahras, page 1568 .
  2. Virginie Prevost, « Une tentative d’histoire de la ville ibadite de Sadrāta », Mélanges de la Casa de Velázquez, nos 38-2,‎ , p. 129–147 (ISSN 0076-230X et 2173-1306, DOI 10.4000/mcv.822, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]