Sedov (voilier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

STS Sedov
Image illustrative de l’article Sedov (voilier)
Autres noms Magdalene Vinnen, Kommodore Johnsen
Type Quatre-mâts barque
Fonction cargo, navire océanographique, navire école
Gréement Quatre-mâts barque
Histoire
Lancement 1921
Équipage
Équipage 65 marins + 164 cadets
Caractéristiques techniques
Longueur 117,5 m
Maître-bau 14,6 m
Tirant d'eau 6,5 m
Déplacement 3 500 t
Voilure 4 192 m2 (34 voiles)
Carrière
Propriétaire Université technique d'État de Mourmansk
Port d'attache Mourmansk - Russie
IMO 7946356

Le Sedov ou STS Sedov est un quatre-mâts barque de 117 m. C'est le plus grand voilier russe et le plus grand voilier navire-école du monde. Navire de commerce allemand construit en 1921, il est donné à la Russie en 1950 à titre de dommage de guerre et devient un navire océanographique, puis un navire-école.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Sedov est un quatre-mâts barque, long de 117,5 mètres[1], c'est le plus grand voilier russe et le plus grand voilier navire-école du monde. Son volume est de 6 148 tonneaux et son déplacement (masse) de 3 500 tonnes. Il peut atteindre la vitesse de 18 nœuds grâce à 34 voiles d'une surface portante totale de 4 192 m2 et à un moteur auxiliaire diesel de 128 chevaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Navire marchand allemand en 1921[modifier | modifier le code]

Il est construit en 1921 sous le nom de Magdalene Vinnen[2] dans les chantiers navals Germania de Kiel en Allemagne et navigue sous pavillon allemand de la flotte de l’armement Vinnen de Brême, comme navire de commerce, pour transporter du nitrate au Chili.

En 1936, le Magdalene Vinnen est vendu à la Norddeutscher Lloyd, rebaptisé Kommodore Johnsen, réaménagé en navire école de la marine marchande et est affecté au transport maritime de blé, de charbon, et de céréales vers l'Australie.

La Seconde Guerre mondiale met fin à ses voyages aux long-cours. Il navigue alors en mer Baltique.

Gueorgui Sedov (1877-1914)

Navire océanographique russe en 1950[modifier | modifier le code]

Après la capitulation allemande du 8 mai 1945, l'Allemagne remet en 1949 le navire à l'Angleterre, qui le donne à l'Union soviétique en 1950 à titre de dommage de guerre. La Russie le rebaptise du nom de son célèbre explorateur polaire Gueorgui Sedov disparu en 1914 lors d'une exploration polaire Arctique après avoir héroïquement tenté de rallier le pôle Nord en 1912. Le Sedov devient un navire océanographique jusqu'en 1966.

Navire école de pêche en 1966[modifier | modifier le code]

De 1966 à 1981, le ministère de la pêche russe le fait réaménager par les chantiers de Kronstadt, pour le convertir en navire-école d'équipage de chalutier de pêche avec pour port d'attache Rīga en Lettonie.

Actuel navire-école d'élèves officiers de marine Russe[modifier | modifier le code]

Avec la chute du mur de Berlin en 1989 et la proclamation d’indépendance de la Lettonie en 1991, le Sedov quitte Riga pour Mourmansk, son nouveau port d'attache de la mer de Barents, libre de la prise des glaces en hiver. Navire-école de l’université maritime de Mourmansk, il forme des cadets (élèves officiers), marins civils et ingénieurs de pêche des écoles navales de Kaliningrad et de Mourmansk avec un équipage de 65 marins et 164 cadets durant des voyages, en général longs de trois mois.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Photographie du quatre-mâts Sedov à Kiel en 2003
Le Sedov en 2008 à Bremerhaven
Barre du navire
Dessin du Sedov
Détail du pont (Brest, 2012)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Otmar Schaüfellen, Chapman, Great sailing ships of the world, New York, Hearst Books, , p. 293.
  2. (en) Chapman, Great sailing ships of the world (Otmar SCHÄUFFELLEN, Hearst Books, New York, 2002), p. 286.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Otmar Schäuffelen (trad. de l'allemand par Casay Servais), Chapman, Great sailing ships of the world, New York, Hearst Books, , 420 p. (ISBN 1-58816-384-9, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]