Secteur public en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le secteur public en France comprend les administrations publiques et les entreprises publiques. Les premières sont des services chargés de tâches d'intérêt général et sont financées par les impôts (ou des cotisations obligatoires). Les secondes, qui ont souvent le statut d'établissement public industriel et commercial, tirent l'essentiel de leurs revenus du marché, par la vente des biens et services qu'elles produisent. Le secteur public représente environ 5,95 millions de salariés soit 26,3 % de la population active du pays[1]. Les chiffres précis peuvent fluctuer selon les définitions retenues, ce qui est régulièrement critiqué comme une manipulation[2]. L'observatoire de l'emploi public a été créé en 2000 en réponse à ces critiques. Il continue à différencier l'approche juridique (5,2 millions de salariés) et l'approche économie (5,9 millions).

Décomposition[modifier | modifier le code]

Administrations publiques françaises[modifier | modifier le code]

En France, les administrations publiques, notées APU, regroupent les APU centrales (APUC : État, ODAC, universités, le CNRS, l'ANPE, …), les collectivités locales (APUL), les administrations de sécurité sociale, et les établissements publics administratifs, rattachés soit à l'État soit aux APUL.

L'ensemble représente environ 6,033 millions d'agents[1], les fonctionnaires et assimilés. En 10 ans, cet effectif a augmenté de 3 % environ, en hausse dans la fonction publique territoriale, en baisse dans la fonction publique d'état.

Entreprises publiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Entreprises publiques françaises.

Fin 2002, l'État contrôlait 1600 entreprises publiques employant environ 1,1 million de salariés. Ce secteur s'est fortement contracté du fait des deux vagues de privatisations en France intervenues en 1986-1988 et 1993-2000. Au total, près de 3 000 entreprises et 1,3 million de salariés sont sortis du secteur public. L'État s'est retiré notamment du secteur industriel qui avait été nationalisé en 1982. Les principales activités industrielles publiques sont aujourd'hui les explosifs avec la SNPE et le nucléaire avec le CEA. Il reste très présent dans les activités de réseau : chemin de fer, poste, électricité, gaz, télécommunications.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]