Secousse hypnique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La secousse hypnique, myoclonie d'endormissement, myoclonie hypnagogiques ou encore sursaut du sommeil est un sursaut avec contraction soudaine des muscles qui adviennent à l'endormissement lorsque son cerveau envoie une impulsion au corps parce qu’il croit que l'individu est en train de mourir[1]. 60 à 70 % de la population mondiale en ont déjà fait l'expérience[2] ; les témoins disent que, pendant leur sommeil, ils ont « l'impression de tomber » et se réveillent en sursaut[1]. Sauf dans de rares cas où elles sont très handicapantes, elles sont tout à fait normales et ne constituent pas à proprement parler un trouble du sommeil.

Définition[modifier | modifier le code]

Il s'agit de secousses musculaires rapides, survenant lors de l'endormissement. Elles peuvent être généralisées ou ne concerner qu'un groupe musculaire (les membres inférieurs essentiellement). Elles peuvent ou non réveiller le sujet. Elles peuvent être accompagnées d'hallucinations hypnagogiques, le plus souvent de type vestibulaire (sens de l'équilibre) : une impression de chute. D'autres types d'hallucinations y sont parfois associées (visuelles, auditives).

Il faut distinguer des myoclonies hypnagogiques, les mouvements périodiques des jambes, le syndrome des jambes sans repos, ainsi que certaines formes d'épilepsie nocturne.

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine de ce phénomène est mystérieuse. Différentes hypothèses ont été proposées :

  • La première est qu'il arriverait lorsque le sujet est prêt à s'endormir et qu'au lieu de passer par les différents stades, le sujet tombe soudain dans un sommeil profond sans explication : c'est le sommeil paradoxal. Durant ce sommeil, le cerveau pense que la personne est en train de mourir et envoie une impulsion dans tout le corps ce qui provoque le réveil. En réalité le dormeur n'est pas en train de dormir, il est dans un état de demi-sommeil.
  • Une autre théorie explique le réveil en sursaut : une modification cérébrale pourrait provoquer une erreur dans l'activité musculaire ce qui causerait le réveil en panique[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Perets Lavie, Le monde du sommeil, p. 28
  2. Le Forum santé féminine voir lien externe

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]