Seconde vague de la pandémie de Covid-19 en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le rebond épidémiologique du coronavirus SARS-CoV-2 en Europe, vulgarisé sous la dénomination Seconde vague de Covid-19, concerne le rebond de la pandémie de coronavirus, suite au relâchement des mesures de distanciation physique (« dé-confinement ») qui avaient mis fin à la première vague à avoir touché l'Europe, au premier semestre 2020.

Selon les Modèles compartimentaux en épidémiologie, le rebond devient possible si le nombre reproductif de contrôle dépasse l'unité. Il existe un délai de trois à quatre semaines entre une résurgence du nombre de cas et une résurgence du nombre de décès[1].

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies estime que la pandémie peut reprendre si les mesures de distanciation physique ne sont pas respectées[2].

La résurgence du virus n'est pas liée à une seconde vague saisonnière, mais à un relâchement des mesures de restrictions et d'hygiène[1].

Nouveaux cas confirmés de COVID-19 pour 7 régions du monde
Décès confirmés quotidiens dus à la COVID-19 pour 7 régions du monde

D'août à novembre la seconde vague a causé 106 000 décès dans l'Union européenne, presqu'autant que durant la première vague (136 000), mais ce bilan pourrait dépasser celui de la première vague d'après le journal El País[3].

Au total, 400 000 personnes sont décédées[4].

Données statistiques[modifier | modifier le code]

L’appellation officieuse seconde vague est donnée en raison de la forme des courbes du nombre de cas testés positifs. Ces courbes font apparaitre pour l’Europe, une première remontée en mars / avril et une seconde qui commence en septembre / octobre 2020; pour les États-Unis on constate trois remontées : en avril / mai, en août et une remontée qui commence en octobre 2020.


Contexte[modifier | modifier le code]

L'arrivée d'un rebond (ou seconde vague) en Europe est redoutée dès mai 2020, par le directeur du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control - ECDC)[5]. L'ECDC estime que la seconde vague peut se maitriser si les règles de distanciation physique sont bien respectées, alors que beaucoup redoutent sa rapidité et son ampleur[6].

Cause et évitement[modifier | modifier le code]

Selon les recommandations du centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la seconde vague en Europe est due au fait que les gens se transmettent le virus et peut être évitée en adoptant des comportements appropriés mais simples tels que notamment l'hygiène des mains, la distanciation physique et l'hygiène respiratoire.[réf. nécessaire]

Caractère saisonnier[modifier | modifier le code]

D'après Antoine Flahault, épidémiologiste et professeur de santé publique à l’université de Genève, le virus aurait dans les zones tempérées un caractère saisonnier[7].

Anticipation d'une seconde vague et négation[modifier | modifier le code]

Lorsque le dé-confinement a été mis en place en Europe en mai 2020, le risque d'une nouvelle vague — dite seconde vague — a été anticipé. Les décideurs ont en particulier anticipé le risque que les températures et la baisse des infections conduisent à un relâchement des comportements qui conduirait à moins respecter l'hygiène et la distance sociale[8].

Le sujet est discuté au sein de la communauté scientifique[9],[10],[11], avec des prédictions pour certaines régions[12],[13],[14].

Au cours de l'été, la notion de seconde vague ou de rebond est combattue par ceux qui considèrent qu'une épidémie de cas de coronavirus sans maladie n'est ni une épidémie ni une seconde vague ni un rebond[15].

Anticipation française[modifier | modifier le code]

En juillet 2020, en France, le Conseil scientifique avise, dans un document de 42 pages[16], le gouvernement sur une seconde vague probable ou hautement probable, avec les outils suivants :

  • campagnes d’information sur le port du masque et les mesures barrières ;
  • mise en place opérationnelle de plans de prévention, de prise en charge, de suivi et de précaution ;
  • définir, clarifier et présenter une nouvelle doctrine d’utilisation des tests ;
  • rendre l’accès aux tests plus facile au « consommateur ». Tester de façon large ;
  • protocole « Grandes métropoles » : mobiliser et solliciter les autorités locales des 20 premières villes de France, pour opérationnaliser des plans locaux d’intervention en cas de menace sanitaire ;
  • plan de re-confinement local pour les vingt plus grandes villes de France[17].

Les 20 villes concernées par cet avis de 42 pages sont : Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Saint-Étienne, Le Havre, Toulon, Grenoble, Dijon, Angers, Nîmes et Villeurbanne[18].

Avis de l'ECDC[modifier | modifier le code]

Dans son rapport du , le ECDC estime que le risque d'une nouvelle escalade du Covid-19 dans tous les pays de l'UE / EEE et au Royaume-Uni est :

  • modéré pour les pays qui continueront de mettre en œuvre et d'appliquer des mesures barrière telles que la distanciation physique ;
  • très élevé pour les pays qui n'appliqueraient pas ces mesures[19].

Négation[modifier | modifier le code]

Des médias ont invité des médecins — dits rassuristes — pour qu'ils nient l’arrivée d’une deuxième vague. Cette attitude a été considérée comme irresponsable par certains[20].

Juillet - août 2020 : relâchement estival[modifier | modifier le code]

Nouveaux cas rapportés par pays juillet août[modifier | modifier le code]

Les deux pays les plus touristiques, l'Espagne et la France, ont été les plus touchés.

Durant l'été 2020, le virus circule beaucoup plus qu'au début de la première vague en janvier - avril[6]. D'après l'OMS, le nombre de cas en semaine 35 (fin août), 239 454 pour la région Europe de l'OMS est quasiment le double de la semaine 23 (début juin)[21].

En France, du 20 au 26 juillet, le nombre de nouveaux cas a augmenté de 54 % pour dépasser les 1 000 nouveaux cas journaliers, alors que le nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés en réanimation a augmenté de 13 cas[22].

En août 2020, beaucoup de pays de l'UE et de l'EEE ont observé une augmentation du nombre de cas mais tous ces pays n'ont pas observé une augmentation du taux d'hospitalisation et de mortalité[23]. Au 7 août, en France, la directrice stratégique du ministère de Santé, Lisa-Maria Voipio-Pulkki estime qu’une « forme de seconde phase avait commencé », mais qu'il est prématuré de parler de « seconde vague »[24].

Le 7 août, la Norvège place la France en quatorzaine de dix jours[24].

Le 7 août, la province belge d’Anvers est considérée comme zone à risque, avec quarantaine obligatoire par l'Allemagne[24].

L'Espagne ne se considère pas touchée par le seconde vague parce qu'il n'y a pas de définition exacte d'une seconde vague. L'Espagne n'a pas de transmission communautaire généralisée et incontrôlée : le pays reste très ouvert au tourisme international. Le nombre de cas a triplé en deux semaines et de nouveaux foyers d'infection sont apparus. Le Royaume-Uni place en quarantaine les voyageurs revenant d'Espagne. La France et l'Allemagne déconseillent les voyages en Espagne[25]. Du fait de cette seconde vague, les espagnols sont appelés à rester chez eux[25].

Un confinement a également été mis en place durant l'été au Portugal[26].

En Belgique, le nombre de cas a augmenté de 149% se qui conduit à réduire la bulle de contact belge de 15 à 5 personnes[26].

En Allemagne, le nombre de cas augmente de 33% et les autorités nationales continuent à permettre aux autorités locales de mettre en place des mesures de confinement.

En France, d'après la DGS, en août, le nombre de cas de contamination augmente, mais le nombre d'hospitalisation en France diminue de 0,75%. Dans la Sarthe, le nombre de cas chez les jeunes a doublé en onze jours seulement. Entre le 3 et le 9 août, 112 nouveaux clusters sont signalés[27]. Sur 926 foyers d'infection ou regroupements de cas, 49 % se trouvent en milieu professionnel, et 28 % en rassemblements publics ou privés, milieu familial élargi compris[27]. D'après Santé publique France au 13 août, dans le département de Paris l'incidence de 46.2 pour 100 000 habitants est inférieur au seuil de déclenchement d'alerte qui est à 50 pour 100 000 habitants, alors que dans les autres départements de l'Île-de-France le taux est de 30 pour 100 000, mais dans la tranche d'âge 20−29 ans, le taux d'incidence est entre 50 et 115 pour 100 000[28]. Le 14 août, Paris et le département des Bouches-du-Rhône sont classés zone active de circulation du coronavirus. Au 16 août, 3015 nouveaux cas en vingt-quatre heures ont été comptabilisés[29].

Surveillance des voyages estivaux[modifier | modifier le code]

Mi-août, en réaction à la recrudescence du nombre de cas, pour éviter les mesures strictes qu'entraineraient une escalade, des pays européens adaptent jour après jour des mesures ciblées :

voyages intra-européens

Sur le plan des échanges intraeuropéens, des tests PCR obligatoires aux frontières des quatorzaines ou mesures de restrictions de circulation se multiplient.

L'Espagne — lieu de villégiature particulièrement exposé — est particulièrement concernée.

Le l'Allemagne classe l'Espagne, sauf les Îles Canaries, parmi les zones à risques par crainte d'une deuxième vague alimentée par les touristes de retour de congés ; toute personne entrant sur le territoire allemand en provenance d'une zone à risques (Espagne, Ukraine et Serbie) est soumise à une quarantaine obligatoire et à un test PCR à effectuer dans les 72 heures suivant l'arrivée.

À l'intérieur de chaque État, des mesures telles que le port obligatoire du masque ou la limitation des rassemblements sont prises à une échelle régionale ou locale dans de nombreux États. À partir du , le gouvernement britannique réimpose 14 jours d'isolement aux voyageurs arrivant de France, mais aussi des Pays-Bas et de Malte, un peu plus d'un mois après avoir levé cette mesure[30].

Septembre 2020 : augmentation du nombre de cas[modifier | modifier le code]

Nombre hebdomadaire de décès dans trois pays, source JHU[S 1]

À la mi-septembre, différents pays européens sont confrontés à une montée de l'épidémie, notamment la France, le Royaume-Uni, l'Autriche, la République tchèque, la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, le Danemark et la Hongrie[31],[32].

Espagne[modifier | modifier le code]

Espagne en premier[modifier | modifier le code]

En septembre 2020, l'Espagne est le premier pays européen touché par la seconde vague avec dès le 4 septembre 9 000 nouvelles contaminations et une cinquantaine de morts chaque jour. En réaction, certains pays — Belgique, Allemagne et Royaume-Uni — ont placé l'Espagne en zone rouge interdisant ainsi la mobilité non essentielle. Les déplacements entre la France et l'Espagne restent possible[33].

Au 4 septembre 2020, les patients covid-19 occupent 16% des lits des hôpitaux madrilènes[34].

Mortalité espagnole[modifier | modifier le code]

L'Espagne a compté 191 décès entre le 28 août et le 4 septembre, dont 73 en région madrilène[35].

L'Espagne a compté 241 décès entre le 4 septembre et le 11 septembre[36],[37].

Préparation espagnole[modifier | modifier le code]

Pour faire face à la seconde vague, l'Espagne a entrepris diverses mesures:

  • réunion limitées à dix personnes à domicile comme en terrasse de café
  • baisse de capacité des lieux de culte de 75% à 60%
  • interdiction des cocktails debout et des danses en mariage
  • diminution de capacité en zoo et parc d'attraction
  • augmentation des personnes traceuses et du nombre de tests[35].

L’hôpital Isabel Zendal Gómez doit être livré en novembre pour traiter 1 000 personnes simultanément[35],[34].

Depuis le 21 septembre 2020, 850 000 espagnols sont confinés à Madrid[38].

France[modifier | modifier le code]

Stratégie des autorités après la première vague de décès du printemps 2020[modifier | modifier le code]

Le gouvernement souhaite en priorité le rédémarrage de l'économie et laisse les autorités locales prendre les mesures correspondant à la réalité locale[39],[40].

Préparation française

La France est le second pays européen le plus touché en nombre de cas début septembre 2020[41]: les quatre pays de l'UE qui au 4 septembre dépassent 60 cas pour 100 000 habitants sont l'Espagne, la France, la Roumanie et la Croatie[42].

Le 5 septembre, le ministre de la santé annonce s'attendre à une augmentation des admissions en réanimation lors de la première quinzaine du mois de septembre, , lors d'une seconde vague épidémique. Selon lui, les hôpitaux peuvent accueillir 12 000 malades en réanimation en même temps[43]

Début septembre 2020, en France, le nombre de cas double en 14 jours, et le nombre de décès de la maladie est de l'ordre de 100 par semaine. L'un des foyer d'infection les plus médiatiques est celui de la Saison 2020-2021 du Paris Saint-Germain (PSG): les performeurs contaminés de l'équipe sont au nombre de six, suite au non-respect des gestes barrières à Ibiza[44]. Pour autant, le virus du PSG ne provient pas d'Ibiza, certains joueurs ayant déjà le virus avant d'aller à Ibiza et d'en revenir[45].

Pour Karl Lauterbach l'augmentation du nombre de cas devrait entraîner dans la foulée une augmentation massive du nombre de décès[46].

Contamination et mortalité française

Fin septembre le nombre de morts et le nombre de personnes en réanimation a progressé très nettement par rapport au mois de juillet-août[47].

Au 11 septembre, la France compte recense 2 025 foyers de contamination (clusters); 5 096 personnes hospitalisées; 615 personnes en réanimation[48].

En une semaine l'incidence chez les plus de 75 ans a augmenté de 44%[49].

Au 11 septembre, le rebond épidémique du coronavirus tue déjà 40 personnes en 24 heures en France[50].

Préparation britannique[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni ayant eu l'expérience précédent veut éviter une seconde vague. Les modalités sont différentes selon les nations:

  • L'Angleterre interdit les rassemblements de plus de six personnes.
  • L’Écosse interdit les rassemblements de plus de huit personnes.
  • Le pays de Galles interdit de réunir plus de quatre foyers.

Les événements sportifs d'octobre sont reportés en novembre[51].

Seconde vague en Autriche[modifier | modifier le code]

Au dimanche 13 septembre 2020, le gouvernement autrichien pense être au début d'une seconde vague[52],[53]. Le chancelier Sebastian Kurz affirme que le pays est « au début de la seconde vague » et que le nombre de nouveaux cas confirmés va bientôt dépasser les 1000 par jour[52].

Résurgence italienne du coronavirus[modifier | modifier le code]

Une plus grande discipline et un déconfinement moins accéléré permettent à l'Italie d'être moins touché que la France ou l'Espagne par la seconde vague[54].

En septembre 2020, l'Italie connait une résurgence du coronavirus[55].

Rebond épidémiologique dans l'est de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Dans certains pays d'Europe centrale situés dans l'est de l'Union européenne qui avaient été relativement épargnés par la première vague, le rebond épidémiologique de septembre est d'une magnitude plus soutenue que la première vague, notamment en Roumanie, Hongrie et Croatie[56].

Octobre 2020: confirmation[modifier | modifier le code]

Dès la semaine 42 — relative au  — le nombre de décès est en Europe de 8 214, dont 4 406 dans l'UE, soit le double de ce qu'il était un mois auparavant[S 2]

Au 23 octobre, l'Europe atteint un taux de propagation du coronavirus de 42% par semaine, ce qui lui permet de redevenir le continent le plus touché[57].

Au 23 octobre, d'après l'ECDC, la situation épidémiologique s’est aggravée dans toute la région, affectant les services de soins de santé et la mortalité est devenue de plus en plus évidente. Les données sur l’hôpital et les unité de soins intensifs (USI) telles que les admissions et l’occupation sont incomplètes pour la plupart des pays de l’UE/EEE et le Royaume-Uni, mais les données disponibles indiquent que la situation se détériore, avec des tendances croissantes signalées dans la plupart des pays. Des estimations récentes suggèrent que les niveaux d’occupation des hôpitaux et des soins intensifs dans toute la région sont maintenant à environ un tiers du pic qui s’est produit au printemps.

De nombreux pays ont signalé une augmentation des taux de mortalité, et le taux global de notification de décès a augmenté pendant plus d’un mois.

Les taux de létalité sont inférieurs à ceux de l’année précédente, de par une sur-contamination des jeunes et/ou de meilleurs soins, l'augmentation des ces taux peut continuer avec la transmission du virus. En fait, avec des niveaux élevés de transmission communautaire, la protection des personnes médicalement vulnérables devient plus difficile et, il est inévitable que plus de personnes qui ne sont pas considérés comme médicalement vulnérables développeront une maladie grave[58].

D'après Martin Hirsch les rues de France sont remplies de personnes qui sont contaminées sans que cela ne se sache, en nombre trois fois supérieur au nombre de personnes qui sont déclarées[59].

Au 23 octobre, l'ECDC a classé les pays en trois groupes:

  • taux élevés ou croissants de notification des cas et/ou positivité des tests ≥ 3 % — dits serious concern —: Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Tchéquie, Danemark, France, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Espagne, Suède et Royaume-Uni.
  • concern: aucun pays
  • stable: Chypre, Estonie, Finlande, Grèce, Liechtenstein et Norvège[58].

Au niveau de l'Europe de l'OMS, la moitié des membres de la région européenne de l’OMS ont vu une hausse de 50 % du nombre d’infections, lors de la semaine précédent le 29 octobre[7].

Pologne[modifier | modifier le code]

En octobre 2020 la Pologne se considère concernée par une seconde vague de coronavirus[60].

« La deuxième vague est arrivée à nous et nous devons l'affronter de manière ferme »

— Mateusz Morawiecki, premier ministre polonais[60]

France[modifier | modifier le code]

En France, pour contenir le virus, une politique de couvre-feu est mise en place dans les zones les plus contaminantes, afin d'éviter le besoin de recourir à une politique de confinement[57].

Irlande[modifier | modifier le code]

Les irlandais n'ayant pas réussi à contenir le rebond épidémiologique, le pays se reconfine dès le jeudi 22 octobre 2020, pour une durée de six semaines, avec des écoles qui restent ouvertes. Le gouvernement irlandais souhaitent que les irlandais puissent se retrouver pour Noël[61].

Novembre 2020: anéantissement de l'économie européenne[modifier | modifier le code]

D'après le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, la seconde vague de la pandémie anéantit les espoirs d’un rebond rapide de l’économie de la zone euro, dont le PIB devrait chuter de 7,8% en 2020 et la dette publique dépasser les 100%[62].

Prévisions scientifiques[modifier | modifier le code]

Modélisation du rebond épidémiologique[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 2020, une équipe de l’université de Montpellier IRD/CNRS établit un modèle qui lui permet de considérer que le pays vit un rebond épidémiologique qui peut devenir une seconde vague.

Le rebond épidémiologique se caractérise par le fait qu'en moyenne un malade contamine au moins une autre personne, ce qui se produit en pratique lorsqu'une grosse moitié de malades ne contaminent personne et que l'autre moitié contamine de nombreuses personnes.

Au 12 septembre 2020, le rebond n'est pas aussi rapide que lors de la première vague de février 2020, mais il existe un risque de saturation du système sanitaire en cas d'inaction. L'équipe note aussi qu'au 9 septembre 2020, le nombre de décès est comparable à celui du 16 mars[63].

Le 23 septembre, la revue scientifique britannique rapport nature publie une modélisation simpliste qui anticipe le fait que chacun des pays européens simulés atteindra le pic de contamination avant janvier 2021[64], toutefois ce pic devrait être atteint début octobre en France et mi-novembre au Royaume-Uni et début janvier pour la Pologne et la Suède selon une logique de la physique des particules[64]. Toutefois, au 23 octobre, la France n'a pas atteint le pic.

Automne 2020[modifier | modifier le code]

L'OMS s'attend à une recrudescence à l'automne[65].

Hiver 2020-2021[modifier | modifier le code]

Jean-François Timsit, chef du service de réanimation médicale et infectieuse à l'hôpital Bichat, indique que le pic de la seconde vague sera probablement aux alentours du 1er janvier 2021[66].

Réactions[modifier | modifier le code]

« On avait prévu qu’il y aurait cette deuxième vague, on l’avait répété, dit, même si nous n’avions pas été crus début septembre »

— Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique[67].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.telegraph.co.uk/global-health/science-and-disease/second-wave-coronavirus-covid-19-cases-rising-europe/
  2. (en) Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, « Rapid Risk Assessment: Coronavirus disease 2019 (COVID-19) in the EU/EEA and the UK – eleventh update: resurgence of cases », sur ecdc.europa.eu, (consulté le 14 septembre 2020)
  3. https://elpais.com/politica/2020/11/27/actualidad/1606486774_748425.html
  4. https://information.tv5monde.com/info/virus-plus-de-400000-morts-en-europe-une-partie-du-continent-va-retrouver-ses-magasins-385509
  5. (en-GB) Daniel Boffey, « Europe should trace for second wave, says EU coronavirus chief », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020)
  6. a et b « Coronavirus : une seconde vague en Europe serait inévitable », Sud Ouest (consulté le 14 septembre 2020)
  7. a et b https://www.lefigaro.fr/sciences/l-europe-balayee-par-la-seconde-vague-de-covid-19-20201022
  8. Grégoire Lory, « L’UE veut se préparer à une seconde vague de coronavirus », sur Euronews, (consulté le 14 septembre 2020)
  9. (en) Jacqui Wise, « Covid-19: Risk of second wave is very real, say researchers », BMJ, vol. 369,‎ (ISSN 1756-1833, PMID 32518177, DOI 10.1136/bmj.m2294, lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  10. (en) « First-wave COVID-19 transmissibility and severity in China outside Hubei after control measures, and second-wave scenario planning: a modelling impact assessment », The Lancet, vol. 395, no 10233,‎ , p. 1382–1393 (ISSN 0140-6736, DOI 10.1016/S0140-6736(20)30746-7, lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  11. (en) Shunqing Xu et Yuanyuan Li, « Beware of the second wave of COVID-19 », The Lancet, vol. 395, no 10233,‎ , p. 1321–1322 (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, PMID 32277876, DOI 10.1016/S0140-6736(20)30845-X, lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  12. (en) « On forecasting the spread of the COVID-19 in Iran: The second wave », Chaos, Solitons & Fractals, vol. 140,‎ , p. 110176 (ISSN 0960-0779, DOI 10.1016/j.chaos.2020.110176, lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  13. (en) Jamie Solis, Carlos Franco-Paredes, Andrés F. Henao-Martínez et Martin Krsak, « Structural Vulnerability in the U.S. Revealed in Three Waves of COVID-19 », The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, vol. 103, no 1,‎ , p. 25–27 (ISSN 0002-9637 et 1476-1645, DOI 10.4269/ajtmh.20-0391, lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  14. (en) Marissa Renardy, Marisa Eisenberg et Denise Kirschner, « Predicting the second wave of COVID-19 in Washtenaw County, MI », Journal of Theoretical Biology, vol. 507,‎ , p. 110461 (DOI 10.1016/j.jtbi.2020.110461, lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  15. https://www.thedailybeast.com/the-mystery-of-europes-less-deadly-coronavirus-second-wave
  16. « Avis n°8 du Conseil scientifique COVID-1927juillet 2020 – Se préparer maintenant pour anticiper un retour du virus à l’automne », sur solidarités-santé.gouv.fr
  17. « Covid-19 : Saint-Denis doit établir un plan de reconfinement local pour faire face à une seconde vague », sur Clicanoo.re, (consulté le 14 septembre 2020)
  18. « Covid-19 : les 20 villes françaises pour lesquelles le Conseil scientifique veut préparer un plan de reconfinement en cas de seconde vague », sur Femme Actuelle (consulté le 14 septembre 2020)
  19. (en) « Coronavirus disease 2019 (COVID-19) in the EU/EEA and the UK – eleventh update: resurgence of cases », sur ecdc.europa.eu,
  20. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/11/09/covid-19-du-rejet-des-masques-a-la-remise-en-cause-de-la-deuxieme-vague-comment-le-discours-des-medecins-rassuristes-a-emerge_6059095_4355770.html
  21. https://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0009/462429/Week-35-COVID-19-surveillance-report-eng.pdf
  22. « Le conseil scientifique met en garde contre une seconde vague épidémique « à l’automne ou l’hiver » », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  23. https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/ECDC-30-day-projections-Sept-2020.pdf
  24. a b et c « L’Europe multiplie les mesures sanitaires pour éviter une seconde vague », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  25. a et b « "Pas de seconde vague" de Covid-19 en Espagne, selon le ministère de la Santé », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  26. a et b « Menace d'une seconde vague : l'Europe durcit ses mesures anti-Covid », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  27. a et b « La progression du coronavirus en France est au plus haut depuis la fin du confinement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  28. « Covid-19 : confrontée à un rebond épidémique, l’Ile-de-France sur le qui-vive », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  29. « Coronavirus : Emmanuel Macron et le gouvernement face à la peur de la deuxième vague », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  30. Steve Tenré, « Tests, quarantaine, pays «bannis» : face à la reprise de l'épidémie, les pays d'Europe se barricadent à nouveau », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  31. (es) « El virus no se detiene en Europa: “El otoño y el invierno serán duros para todos” », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  32. https://www.smh.com.au/world/europe/second-wave-of-coronavirus-continues-to-sweep-across-europe-20200914-p55v8x.html
  33. « La seconde vague prend de l’ampleur en Espagne », sur Journal International de Médecine - JIM.fr, (consulté le 14 septembre 2020)
  34. a et b Le Point magazine, « Covid-19 : à Madrid, le système de santé de nouveau à la peine », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  35. a b et c Thomas Liabot, « Coronavirus : pourquoi le rebond de l'épidémie à Madrid inquiète », sur msn.com, Le Journal du dimanche, (consulté le 14 septembre 2020)
  36. « Coronavirus : plus de 12 000 nouveaux cas notifiés ce vendredi en Espagne », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  37. Challenges
  38. https://fr.euronews.com/2020/09/21/en-europe-la-peur-d-une-seconde-vague
  39. https://www.ra-sante.com/covid-19-restrictions-situation-epidemie-lyon-actualites-seconde-vague-hospitalisations-150920.html
  40. Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet, « Covid-19: l’insouciance est finie », sur Mediapart (consulté le 30 septembre 2020)
  41. (es) « España es el país europeo donde más crece la epidemia del coronavirus », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  42. (en) Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, « Communicable disease threats report, 30 August - 5 Sep 2020, week 36 », sur ecdc.europa.eu, (consulté le 14 septembre 2020)
  43. « Coronavirus : Olivier Véran prévoit une hausse des admissions en réanimation "dans les quinze prochains jours" », sur Franceinfo, (consulté le 14 septembre 2020)
  44. « La « seconde vague » est toujours « sous contrôle » en France (pour l’instant) », sur Journal International de Médecine - JIM.fr, (consulté le 14 septembre 2020)
  45. « Coronavirus : cinq questions sur le cluster découvert au sein de l'effectif du PSG », sur Francetvsport (consulté le 14 septembre 2020)
  46. « Covid-19 : "En France, la seconde vague arrive massivement", les inquiétudes d'un épidémiologiste allemand », sur Planet, (consulté le 14 septembre 2020)
  47. Par P. R. Le 29 septembre 2020 à 20h59 et Modifié Le 29 Septembre 2020 À 21h07, « Covid-19 en France : plus de 8000 contaminations en 24 heures, 59 nouveaux décès », sur leparisien.fr, (consulté le 30 septembre 2020)
  48. « Direct 11 septembre : plus de 600 patients en réanimation | Le masque dès l'école primaire ? », Journal International de Médecine - JIM.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  49. « Santé publique France observe une « nette dégradation de la situation » épidémique », Journal International de Médecine - JIM.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  50. « Coronavirus : 30.893 morts en France, la circulation du virus continue », sur Europe 1 (consulté le 14 septembre 2020)
  51. « Le Royaume-Uni rattrapée par la reprise de l’épidémie », Journal International de Médecine - JIM.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  52. a et b « L’Autriche frappée par une «deuxième vague» de la pandémie », La Presse, (consulté le 14 septembre 2020)
  53. Radio télévision suisse, « Israël se reconfine pour trois semaines - Le suivi du Covid-19 dans le monde », sur rts.ch, (consulté le 14 septembre 2020)
  54. https://www.sudouest.fr/2020/09/25/covid-19-et-seconde-vague-en-europe-l-exception-de-l-italie-7887856-4803.php
  55. https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Explosion-des-cas-en-France-un-vaccin-obligatoire-en-Australie-Le-point-sur-le-coronavirus-1699368
  56. https://www.theguardian.com/world/2020/sep/10/czechs-face-second-coronavirus-wave-as-cases-soar-in-europe
  57. a et b https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/covid-19-pourquoi-le-reconfinement-est-in%C3%A9vitable-en-france-et-en-europe/ar-BB1akGaH?ocid=BingHPCTrend
  58. a et b https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/RRA-COVID-19-EU-EEA-UK-thirteenth-update-23-Oct-2020.pdf
  59. https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/covid-19-martin-hirsch-alerte-sur-la-possibilit%C3%A9-dune-deuxi%C3%A8me-vague-pire-que-la-premi%C3%A8re/ar-BB1ajYol?ocid=BingHPCTrend
  60. a et b https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-le-port-du-masque-obligatoire-dans-toute-la-pologne-a-partir-de-samedi-20201008
  61. https://www.lefigaro.fr/flash-actu/l-irlande-va-reconfiner-toute-sa-population-une-premiere-dans-l-ue-20201019
  62. https://www.euractiv.fr/section/avenir-de-l-ue/news/coronavirus-explosion-des-cas-en-europe/
  63. « Covid-19 : "Un rebond qui peut se transformer en seconde vague", affirme Mircea Sofonea », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  64. a et b https://www.msn.com/fr-fr/news/monde/covid-19-un-nouveau-mod-c3-a8le-scientifique-pr-c3-a9dit-les-pics-de-contamination-en-europe/ar-BB19ol3q
  65. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-y-a-t-il-une-seconde-vague-du-covid-19-en-europe-6974246
  66. « Coronavirus : un pic probable d'une seconde vague "aux alentours du 1er janvier" », sur Europe 1 (consulté le 14 septembre 2020)
  67. https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Le-Conseil-scientifique-avait-prevu-la-2eme-vague-mais-est-surpris-par-sa-brutalite-depuis-10-jours-1708930

Références statistiques principales[modifier | modifier le code]