Sebastián Sichel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sebastián Sichel
Illustration.
Sebastián Sichel en 2019.
Fonctions
Président de la Banque d'État du Chili

(6 mois et 14 jours)
Prédécesseur Arturo Tagle
Successeur Ricardo de Tezanos Pinto
Ministre du Développement social et de la Famille

(11 mois et 22 jours)
Président Sebastián Piñera
Prédécesseur Alfredo Moreno Charme
Successeur Cristián Monckeberg
Vice-président de CORFO

(1 an, 1 mois et 11 jours)
Prédécesseur Eduardo Bitran
Successeur Pablo Terrazas Lagos
Biographie
Nom de naissance Sebastián Andrés Sichel Ramírez
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Santiago (Chili)
Nationalité Chilienne
Parti politique Ciudadanos (2015-2018)
Chile Vamos (depuis 2018)
Diplômé de Université pontificale catholique du Chili
Profession Avocat

Sebastián Iglesias Sichel Ramírez, né le 30 juillet 1977 à Santiago, est un homme politique et avocat chilien.

Il a été président de la Banque d'État du Chili et ministre sous le second gouvernement de Sebastián Piñera. Il est le candidat de la coalition de droite Chile Vamos pour l'élection présidentielle de 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Sebastián Sichel est titulaire d'une maîtrise en droit public après avoir étudié à l'Université pontificale catholique du Chili. Il a été directeur des affaires publiques de l'agence Burson Cohn & Wolfe, et directeur associé de Paréntesis Estrategia.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Proche de la famille de l'ancien président Patricio Aylwin, il rejoint le Parti démocrate-chrétien (PDC) en 2003. Il est candidat aux élections législatives en 2005 et en 2009 mais n'est pas élu. Il n'obtient pas l'investiture de son parti pour les élections législatives de 2013, ce qui le conduit à le quitter et à se montrer dès lors très critique envers celui-ci, le qualifiant de « parti cannibale »[1].

Il fonde au coté de l'ancien ministre Andrés Velasco le parti Fuerza Pública, devenu plus tard Ciudadanos, et envisage de se présenter à l'élection présidentielle de 2017 avant d'y renoncer. Il apporte alors son appui à Sebastián Piñera, le candidat de la droite conservatrice.

Il est nommé vice-président de Corfo par le gouvernement, occupant cette fonction de mai 2018 à juin 2019. Il est ensuite ministre du Développement social et de la Famille jusqu'en juin 2020, puis président de la Banque d'État jusqu'en décembre 2020.

Il remporte en juillet 2021 la primaire de la coalition de droite Chile Vamos pour l'élection présidentielle de 2021, obtenant 49 % des voix. Il bat notamment Joaquín Lavín (31 %), le candidat ultraconservateur considéré comme le favori du scrutin. Sa victoire inattendue, alors qu'il n'appartient à aucun parti, est perçue comme un désaveu des partis traditionnels[2],[3]. Plus centriste que ses rivaux[4], il insiste sur le soutien à l'entrepreneuriat, le renforcement de l'esprit d'entreprise et de la libre concurrence, et la rationalisation de l'État[5].

D'après les analystes, il est apprécié des marchés financiers[6]. Considéré comme le favori du secteur privé, il reçoit le soutien de personnalités éminentes du monde des affaires[7]. Il s’efforce pendant la campagne présidentielle de prendre ses distances avec le président Sebastián Piñera, fortement impopulaire[8],[9].

Il prend la quatrième place du premier tour avec 12,79 %. Il apporte son soutien au candidat d’extrême droite José Antonio Kast pour le second tour[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hernán López, « Sebastián Sichel renuncia a la DC: "El partido es caníbal, cada vez que aparece un nuevo liderazgo lo destruyen" », sur La Tercera,
  2. « Présidentielle au Chili: six candidats se mesurent lors de primaires officielles », sur RFI,
  3. « Primarias en Chile: los votantes se volcaron por candidatos jóvenes y dialoguistas », sur Pagina12,
  4. (es) « Quiénes son y qué representan Gabriel Boric y Sebastián Sichel, los dos inesperados triunfadores de las primarias presidenciales en Chile », BBC News Mundo,‎ (lire en ligne)
  5. « Programa de Sebastián Sichel: impulso al emprendimiento, libre competencia y agilizarel Estado », sur La Tercera,
  6. (es) « Economistas coinciden en que derrota de Daniel Jadue "es tranquilizadora" para el mercado », sur BioBioChile,
  7. (es) « Derecha económica se cuadra con Sichel antes que los partidos políticos », sur El Mostrador,
  8. « Election présidentielle au Chili : une campagne ouverte avec de nombreux électeurs indécis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  9. « Campagne électorale au Chili dans un contexte politique chargé », sur RFI,
  10. (es) ADN, « Sebastián Sichel apoyará a José Antonio Kast: candidato republicano aceptó el petitorio con condiciones », sur ADN