Willis Tower

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sears Tower)

Willis Tower
Image dans Infobox.
La Willis Tower en 1998.
Histoire
Ancien(s) nom(s)
Sears Tower
Architecte
Ingénieur
Développeur
Construction
Ouverture
3 mai 1973
Coût
150 millions USD
Rénovation
Skydeck (2009)
Statut
Achevé
Usage
Bureaux, télécommunications, attractions touristiques
Architecture
Style
Matériau
Structure en acier, façade en verre et aluminium
Hauteur
Flèche : 527 m
Toit : 442,1 m
Dernier étage : 412,7 m
Surface
418 064 m2
Étages
108
Sous-sols
3
Nombre dʼascenseurs
104
Administration
Contracteur
Occupant
United Airlines, Willis Group Holdings, Schiff Hardin, Seyfarth Shaw LLP
Propriétaire
Site web
Localisation
Pays
Ville
Quartier
Adresse
233 South Wacker Drive
Coordonnées

La Willis Tower (anciennement Sears Tower ; en français « Tour Willis ») est un gratte-ciel américain situé à Chicago, dans l'État de l'Illinois, au 233 South Wacker Drive dans le secteur financier du Loop. Achevé en 1973 et œuvre de l'architecte Bruce Graham, il a été le plus haut immeuble du monde pendant 25 ans, et des États-Unis pendant 40 ans, avant d'être dépassé en 2013 par le One World Trade Center à New York. Il est à ce jour le troisième plus haut immeuble du continent américain et de l'Hémisphère ouest. La Willis Tower définit la ligne d'horizon de Chicago.

Dépassant l'ancien World Trade Center d'un peu plus de 24 mètres, c'était également le bâtiment le plus haut du monde (442 mètres et 108 étages ; 527 mètres avec ses antennes) entre 1973 et 1998, jusqu'à la construction des Tours Petronas de Kuala Lumpur en Malaisie.

Dans un sondage de 2005, les lecteurs du Chicago Tribune ont élu la Willis Tower comme l'une des « sept merveilles de Chicago », derrière le lac Michigan, le Wrigley Field et le métro de Chicago, mais devant la Water Tower, l'Université de Chicago et le Musée des sciences et de l'industrie (MSI)[2]. Chaque année, environ 1,7 million de personnes visitent le skydeck au 103e étage, l'observatoire le plus haut des États-Unis, ce qui en fait l'une des attractions touristiques les plus populaires de Chicago[3].

La structure abandonne son nom « Sears Tower » en 2009 et prend le nom de son occupant de l'époque, le Willis Group Holdings[4], courtier d'assurances basé à Londres. Cependant, beaucoup de gens refusent de l'appeler ainsi. En effet plus de 90 000 personnes rejoignent le groupe "People Against the Sears Tower Name Change" (littéralement « Les gens sont contre le changement de nom de la Sears Tower »). Le bâtiment servait de siège social à la société de vente au détail Sears (le plus important groupe de distribution aux États-Unis à cette période ; le troisième aujourd'hui derrière Wal-Mart et Home Depot) depuis son ouverture en 1974 jusqu'en 1994. Cependant, les habitants de la région de Chicago se réfèrent toujours au bâtiment par son ancien nom[5].

En 2015, le fonds d'investissement Blackstone Group rachète le gratte-ciel pour 1,3 milliard de dollars[6]. En 2017, Blackstone a annoncé un « lifting » de 500 millions de dollars pour le bâtiment, qui comprendrait la construction d'un complexe commercial de six étages[7].

En avril 2018, le plus grand locataire de l'immeuble est la firme United Airlines, qui a déménagé son siège social du 77 West Wacker Drive (alors appelé United Building) en 2012, et occupe actuellement environ 20 étages[8],[9]. D'autres locataires importants incluent l'homonyme du bâtiment Willis Towers Watson et les cabinets d'avocats Schiff Hardin et Seyfarth Shaw. Morgan Stanley déménage son deuxième bureau dans l'immeuble en 2019 et devient son quatrième locataire en importance en 2020.

Historique[modifier | modifier le code]

Planification et construction[modifier | modifier le code]

Structure du bâtiment.

En 1969, Sears, Roebuck and Company était de loin l'entreprise de commerce de détail la plus importante au monde, avec environ 350 000 employés[10]. Sears décide de réunir ses milliers d'employés éparpillés partout dans Chicago dans un seul édifice à l'ouest de la ville. La compagnie demanda un espace de 279 000 m2, et avec les prédictions d'agrandissement, les architectes de Skidmore, Owings and Merrill savaient que l'édifice deviendrait l'un des plus hauts gratte-ciel à bureaux au monde. Le cabinet a consulté les autorités locales et fédérales et la loi applicable, puis a proposé à Sears deux options : l'île-quartier de Goose Island au nord-ouest du Loop et une zone de deux pâtés de maisons délimitée par Franklin Street à l'est, Jackson Boulevard au sud, Wacker Drive à l'ouest et Adams Street au nord, avec Quincy Street qui traverse le centre d'est en ouest. Après sélection du second site, les permis de supprimer Quincy Street ont été obtenus[11]. Les avocats du cabinet Arnstein, dirigé par Andrew Adsit, ont commencé à acheter les propriétés parcelle par parcelle[12]. Sears a acheté 15 vieux bâtiments à 100 propriétaires et a payé 2,7 millions de dollars à la ville de Chicago pour la partie de Quincy Street absorbée par le projet.

L'espace intérieur de la tour devait être suffisant pour accueillir tous les employés de Sears dès le début. De l'espace réservé à l'extension des activités de Sears serait loué à de petites firmes jusqu'à ce que la compagnie puisse en profiter. Comme il est plus facile de louer des espaces avec fenêtre, le ratio d'espace sans fenêtre par rapport à celui avec fenêtre devait diminuer à mesure que la hauteur de la tour progressait.

La Sears Tower lors de sa construction en 1972.

Skidmore, Owings and Merrill proposèrent une tour d'une surface de 5 000 m2 par étage à la base[13] Construite au sol suivant la forme la plus harmonique et la plus équilibrée qui soit, la Sears Tower s'affine en montant vers le ciel et offre un profil unique sur chacune de ses façades. Cette masse découpée de 225 000 tonnes paraît dans son esthétique soudainement légère et s'imprime avec plus de force que les tours monolithiques de type « brique de lait » construites à l'époque et identiques quel que soit leur nombre d'étages. Chaque "étape" de l'immeuble semble le reproduire dans sa totalité, mais en miniature. De la base au sommet, la verticalité des façades forme un mur-rideau lisse et vitré typique du style international. Des bandes noires apparaissent sur la tour au niveau des 29e-32e, 64e-65e, 88e-89e et 104e-108e étages. Ces éléments sont des persiennes qui permettent la ventilation du bâtiment en faisant entrer et évacuer l'air. Elles sont construites de lames rétractables et de cadres faits d'aluminium extrudé. Les étages situés à ces niveaux ne sont pas composés de bureaux mais de locaux de maintenance de la tour.

À mesure que le temps passait, la hauteur de la Sears Tower augmentait sans cesse, dû aux plans optimistes de Sears. Elle dépassa la hauteur des tours du World Trade Center à New York, qui étaient à ce moment-là en construction[14]. La Federal Aviation Administration (FAA) imposa une limite (par une réglementation sur les immeubles de grande hauteur) pour protéger le trafic aérien[15], la ville de Chicago étant desservie par deux aéroports internationaux (tous deux situés sur le territoire municipal ; un milliardaire voulant construire une tour de plus de 500 mètres à Las Vegas fut lui aussi confronté au même problème de restriction en [16]. La tour fut entièrement financée par l'entreprise Sears, qui décida de finir la construction en posant deux antennes sur le toit de l'édifice pour permettre la diffusion de chaînes de télévision locales ainsi que de certaines stations de radio de la région chicagoane.

Sears et la ville de Chicago ayant approuvé le projet, la construction débuta en et fut terminée en . Au total, les coûts s'élèvent à 150 millions de dollars US de l'époque[17], soit environ à 950 millions de dollars en 2005. En comparaison, la tour Taipei 101 à Taipei, construite en 2004, a coûté environ 1,64 milliard de dollars en 2005[18].

Après l'ouverture[modifier | modifier le code]

La forme « rétrécissante » de la Willis Tower.

Les prévisions optimistes de l'entreprise Sears quant à l'agrandissement de l'immeuble n'eurent jamais lieu. Autrefois, le rival de Sears était Montgomery Ward (dont le siège de l'entreprise était également situé à Chicago : Montgomery Ward Company Complex), puis à cette liste s'ajoutèrent d'autres géants du commerce de détail comme Kmart, Kohl's et Walmart qui surpassèrent tous la compagnie Sears. La fortune de Sears, Roebuck & Company a diminué durant les années 1970 alors que la compagnie perdait des parts du marché. L'administration de la compagnie opta pour la prudence[19].

En février 1982, deux antennes de télévision ont été ajoutées à la structure, portant sa hauteur totale à 1 707 pieds (520,3 m). L'antenne ouest a ensuite été étendue, portant la hauteur totale à 1 729 pieds (527 m) le 5 juin 2000, pour améliorer la réception de la station National Broadcasting Company (NBC) locale WMAQ-TV.

La Sears Tower est restée à moitié vide durant environ dix ans alors que d'autres édifices de bureaux sortaient de terre à Chicago. Cette situation n'a pas profité au groupe autant qu'il l'aurait souhaité. Les dirigeants de Sears hypothéquèrent donc leur édifice-emblème à la fin des années 1980. En juillet 1990, sans acheteur potentiel apparent, Sears a contracté un prêt hypothécaire sur la tour de 850 millions de dollars auprès de la compagnie d'assurance MetLife et d'AEW Capital Management. En 1993, Sears commença à vider les lieux, et en 1995, ils l'avaient complètement déserté, déménageant à Hoffman Estates (Illinois). Dès lors, la Sears Tower changea plusieurs fois de propriétaire, mais Sears détenait toujours les droits concernant le nom de l'édifice jusqu'en 2009[20].

En 1997, l'entreprise torontoise Trizec Properties, à l'époque locataire de la Tour CN, a acquis les participations d'AEW dans l'immeuble pour 110 millions de dollars (USD), en supposant un passif de 4 millions de dollars et une hypothèque de 734 millions de dollars[21],[22]. Trizec prévoyait que la Sears Tower atteindrait rapidement une valeur d'un milliard de dollars USD.

Ces projections n'ont pas été atteintes, la tour étant confrontée au même taux d'inoccupation et à d'autres problèmes qui existaient déjà à l'époque de Sears, bien que Trizec ait fait des efforts pour attirer de nouveaux locataires mais les résultats étaient peu fructueux. À la suite des attentats du 11 septembre 2001, deux des plus gros locataires, Goldman Sachs et Merrill Lynch, ont immédiatement annoncé leur intention de libérer 27 870 m² d'espace et ont déménagé craignant que la Willis Tower ne subisse le même sort que les tours jumelles du World Trade Center. En 2003, Trizec Properties a vendu ses avoirs de la tour à MetLife pour 9 millions de dollars[23].

À ce jour, la Willis Tower représente toujours une destination de choix pour les entreprises américaines et du monde entier qui veulent implanter leurs sièges ou possèder des bureaux à Chicago. Plus de 100 entreprises y résident actuellement, incluant des firmes d'avocats importantes, des compagnies d'assurances et d'autres entreprises qui offrent divers services financiers.

Depuis les années 2000[modifier | modifier le code]

En juin 2006, sept hommes sont arrêtés par le Federal Bureau of Investigation (FBI) et accusés de conspiration visant à détruire la tour. Le directeur adjoint du FBI, John S. Pistole, a décrit leur complot comme « plus ambitieux qu'opérationnel[24],[25] ». L'affaire a été portée devant les tribunaux en octobre 2007. Après trois procès, cinq des suspects ont été condamnés et deux acquittés. Le chef présumé du groupe, Narseal Batiste, a été condamné à 13 ans et demi de prison[26]. En réponse à la menace perçue d'une attaque, le plus gros locataire de l'immeuble à l'époque, Ernst & Young (EY), a déménagé dans un gratte-ciel de Wacker Drive, dans la partie nord du Loop, au début de 2009[27].

En 2007, les propriétaires du bâtiment avaient envisagé des plans pour la construction d'un hôtel du côté nord de Jackson Boulevard, entre Wacker Drive et Franklin Street, près de l'entrée de la plate-forme d'observation (au-dessus du parking souterrain de la tour). Selon les propriétaires de la tour, le deuxième bâtiment a été pris en compte dans la conception originale. Le plan a finalement été annulé car le zonage de la ville ne permettait pas la construction d'un bâtiment aussi haut à cet endroit[28].

En mai 2020, de fortes pluies ont provoqué des inondations dans trois sous-sols de la tour, coupant l'électricité du bâtiment[29]. Les efforts de la ville ont empêché les eaux de la rivière Chicago de continuer de monter sur Lower Wacker Drive. La ville a entamé un processus de pompage visant à baisser le niveau de l'eau afin que les équipes de ComEd puissent entrer dans les niveaux souterrains de la Willis Tower. L'évacuation du gratte-ciel des employés a été décidé par les autorités municipales. La coupure d'électricité dû à la fermeture de l'immeuble a entraîné l'interruption de nombreuses chaînes de télévision et de stations de radio. Cette inondation a causé plus de 110 millions de dollars de dégâts au gratte-ciel[30].

Qui détient le record ?[modifier | modifier le code]

La Willis Tower vue du croisement de Wacker Drive et Jackson Blvd.

En 1998, les tours jumelles Petronas à Kuala Lumpur, en Malaisie, ont dépassé la hauteur de la Willis Tower du haut de leur 452 mètres, y compris leurs flèches décoratives, ce qui souleva une polémique quant aux différentes catégories concernant la hauteur des édifices. On créa donc quatre catégories. Les tours Petronas étaient les plus hautes dans une catégorie : celle qui inclut tous les éléments architecturaux essentiels, y compris les flèches décoratives[31].

En 2004, Taipei 101 à Taipei (Taïwan) a surpassé à son tour la Willis Tower dans presque toutes les catégories. Le record de hauteur de la base jusqu'au sommet incluant l'antenne n'est plus détenu par la Willis Tower depuis la construction de Burj Khalifa. Taipei 101 fut reconnu le plus haut gratte-ciel du monde. En 2008, le Shanghai World Financial Center à Shanghai, en Chine, a revendiqué avoir battu le record de hauteur pour le toit et du plus haut étage occupé.

Achevée en 2009, le Burj Khalifa récolte, avec ses 828 mètres de haut[32],[33], tous les records mondiaux en 2010 lors de son ouverture, toutes catégories confondues, surpassant la Willis Tower[34], Taipei 101 et la Tour CN à Toronto. La Chicago Spire, dont la construction a été annulée, aurait pu détenir plusieurs records de hauteur sur le continent américain en 2012, mais la crise financière de 2008 força les principaux concernés à renoncer à ce projet ambitieux, mais très coûteux[35]. Cependant, il n'est pas exclu que ces prochaines années, un nouveau projet de gratte-ciel à Chicago dont la hauteur pourrait dépasser celle de la Willis Tower, soit mis en avant.

La Willis Tower est à ce jour le troisième plus haut bâtiment du continent américain et de l'hémisphère ouest après le One World Trade Center (qui dépasse la Willis Tower en hauteur d'une quinzaine de mètres ; antenne comprise, mais la hauteur au niveau du toit est légèrement inférieure) et la Central Park Tower également située à New York. Avec une hauteur maximale de 1 729 pieds (527 mètres avec ses antennes), c'est la troisième structure autoportante la plus haute des Amériques, 86 pieds (26,2 m) plus courte que la Tour CN de Toronto. Il s'agit de la huitième structure autoportante la plus haute au monde en termes de hauteur de pinnacle.

Point culminant de l'Illinois[modifier | modifier le code]

De ses deux antennes, la pointe la plus élevée est le point culminant de l'Illinois (l'État dans lequel se trouve la ville de Chicago) à 527 mètres au-dessus du niveau de la rue (ou 709 m au-dessus du niveau de la mer). Son toit est à 442 m au-dessus du niveau de la rue (ou à 624 m au-dessus du niveau de la mer), la plate-forme d'observation du 103e étage (skydeck) est à 412 m au-dessus du niveau de la rue (ou 593,8 m au-dessus du niveau de la mer), et l'entrée de Franklin Street est à 181 m au-dessus du niveau de la mer. Le point naturel le plus élevé de l'Illinois est le Charles Mound (colline située dans le comté de Jo Daviess, à l'extrémité nord-ouest de l'État) et culmine à 376 m au-dessus du niveau de la mer.

Antennes[modifier | modifier le code]

Vue sur les antennes de la tour.

Tout en haut du bâtiment se trouvent deux antennes qui permettent d'émettre et de réceptionner les ondes pour la diffusion des chaînes de télévision et de stations de radio dans l'agglomération de Chicago. Elles sont dotées de lumières stroboscopiques d'avertissement des compagnies aériennes qui clignotent 40 fois par minute. Visibles par les pilotes sur de grandes distances, les ampoules sont changées environ tous les 18 mois par un grimpeur qui escalade les pylônes d'antenne[36]. De nouvelles antennes numériques ont récemment été installées pour les principales chaînes de télévision de Chicago afin qu'elles puissent diffuser la télévision en haute définition.

Depuis le début des années 1980, les antennes de la Willis Tower fournissent aux radiodiffuseurs les installations de pointe nécessaires pour desservir les marchés de la télévision et de la radio à Chicago[36] (Chicagoland Television, Chicago Public Media, WLS-TV, WLUP-FM, WGN-TV, WMAQ-TV, WBEZ, NBC Chicago entre autres) et des services de communication sans fil. La tour adapte et améliore continuellement son infrastructure de diffusion pour répondre aux exigences en constante évolution des nouvelles technologies.

En juin 2000, une nouvelle antenne de télévision, installée au moyen d'un hélicoptère, a porté la hauteur totale de l'immeuble à 1 730 pieds (527 mètres)[37]. À l'été 2009, la Willis Tower a achevé une conversion complète à la transmission de la télévision numérique[36].

Dès l'achèvement de la tour en 1973, l'installation de diffusion sur le toit de la Willis Tower est l'une des plus importantes au monde, répondant aux besoins des grandes stations de télévision et de radio en plus des stations de télévision de faible puissance[36]. L'installation abrite également des installations spécialisées d'émission et de réception micro-ondes et des systèmes de transmission radio bidirectionnelle. Tout cela fait de la Willis Tower l'une des installations de transmission de diffusion les plus denses et complexes au monde.

Éclairage[modifier | modifier le code]

De nuit, les antennes de la tour sont éclairées.

Depuis 2018, en plus des huit couleurs de base qui illuminent les antennes chaque nuit (ainsi que des couleurs utilisées en l'honneur de diverses fêtes nationales, événements spéciaux et causes caritatives), les antennes peuvent afficher une plus grande variété de couleurs ainsi que des animations complexes grâce à un système de diodes électroluminescentes (LED) puissant, à changement rapide et à basse consommation[38].

Par le passé, une équipe de deux personnes devait monter aux 109e et 110e étages du bâtiment et changer les palettes de couleurs sur chaque projecteur à la main ainsi que l'entretien et le remplacement de l'éclairage de la tour, composé initialement de lampes à incandescence. Ce nouveau système de LED permet le changement de couleur à distance et en quelques secondes seulement par un ordinateur central[38]. L'éclairage de chacune des LED peut être individuellement piloté, ainsi en plus des couleurs standards que sont le blanc, le bleu, le vert, le turquoise, le rouge, le jaune, le mauve et le rose, le système de LED produit des millions de couleurs différentes, offrant une très grande variété d'éclairages des antennes.

En comparaison, le processus précédent pouvait prendre jusqu'à quatre heures et dépendait de conditions météorologiques favorables. Le nouveau système devrait réduire de 70 % la consommation d'énergie liée à l'éclairage des antennes, selon les propriétaires du bâtiment[38].

Skydeck[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du skydeck les visiteurs ont l'impression de marcher dans le vide.

Inauguré en 1974, le skydeck est situé au 103e étage soit à 412 mètres de hauteur, il attire chaque année de nombreux touristes qui se rendent à ce point d'observation qui offre une vue imprenable sur les gratte-ciel de Downtown Chicago, le lac Michigan et le reste de la ville. Il s'agit de la plus haute plate-forme d'observation des États-Unis.Par jour de grand vent, les visiteurs peuvent sentir le bâtiment bouger légèrement. Les caissons en verre à cinq côtés permettent des vues dans toutes les directions et par temps clair on peut voir à une distance de plus de 80 kilomètres[39], permettant d'apercevoir les plaines de l'Illinois, le Wisconsin, et à travers le lac Michigan, l'Indiana et le Michigan.

Les rebords mesurent environ 1,219 mètre de profondeur, 3,048 m de haut et 3,048 m de large[39]. Les panneaux sont constitués de trois couches de verre feuilleté de 2,5 cm d'épaisseur et stratifié en une seule unité sans soudure. Les panneaux sont suspendus à un cadre en acier qui repose sur des rails, ce qui permet au caisson d'être rétracté dans le bâtiment pour le nettoyage et l'entretien. Une équipe multidisciplinaire de l'agence d'architecture Skidmore, Owings and Merrill (SOM) a conçu le design, créé les plans de construction des éléments fixes et travaillé en étroite collaboration avec le concepteur/constructeur des corniches mobiles en verre[39]. Officieusement surnommées « The Ledge », les caissons en verre du skydeck peuvent supporter un poids d'environ 4,5 tonnes métriques, et a été ouvert au public le 2 juillet 2009[40],[41]. Le 29 mai 2014, le sol en verre feuilleté de l'un des caissons s'est brisé alors que les visiteurs étaient à l'intérieur, mais il n'y a eu aucun blessé[42].

Il ne faut que 45 secondes pour atteindre ce niveau grâce à deux ascenseurs spéciaux à grande vitesse. Il constitue l'une des principales attractions touristiques de la ville, en effet selon le service municipal chargé des affaires culturelles de Chicago, environ 1,7 million de personnes se rendent au skydeck chaque année[43].

En , à la suite du rachat de la Willis Tower, les nouveaux propriétaires ont entrepris quelques travaux de rénovation et de modernisation du skydeck par l'installation de balcons rétractables entièrement vitrés qui ont la particularité de se décoller de 120 cm de la façade vers l'extérieur donnant l'impression aux visiteurs de plonger dans le vide.

Grimpeurs[modifier | modifier le code]

Le 25 mai 1981, Dan Goodwin, vêtu d'un costume de Spider-Man fait maison, escalade la tour à l'aide de ventouses, et malgré plusieurs tentatives des pompiers de Chicago pour l'arrêter, a réussi la première ascension extérieure de la tour. Goodwin a été arrêté au sommet après la montée de sept heures et a ensuite été accusé d'intrusion. Goodwin a déclaré que la raison pour laquelle il a effectué l'ascension était d'attirer l'attention sur les lacunes des techniques de sauvetage et de lutte contre les incendies en hauteur. Après un long interrogatoire par le procureur du district du comté de Cook et le commissaire aux incendies de la ville de Chicago, Goodwin a été officiellement libéré de prison[44],[45],[46].

En août 1999, le grimpeur urbain français Alain Robert (surnommé le « French Spiderman »), utilisant uniquement ses mains et ses pieds sans équipements ni protections, a escaladé le mur-rideau de verre et d'acier du bâtiment jusqu'au sommet. Un épais brouillard s'est installé vers la fin de son ascension, rendant les 20 derniers étages de l'extérieur en verre et en acier du bâtiment glissant[47]. D'une hauteur de 180 mètres, le Citigroup Center, un autre gratte-ciel de Chicago, sera le premier des nombreux gratte-ciel qu'Alain Robert escaladera à travers le monde.

Chiffres[modifier | modifier le code]

Descriptions de la tour.
Comparaisons avec la Burj Khalifa et la tour CN.

Ci-dessous une liste de faits et de chiffres sur la Willis Tower[48],[43] :

  • 3 ans de construction (1970-1973) et 2 000 ouvriers ;
  • 12e plus haut bâtiment du monde (1er de 1973 à 1998) ;
  • 3e plus haut bâtiment de l'hémisphère ouest (1er de 1973 à 2013) ;
  • 1450 pieds de haut (442 mètres) et 110 étages ;
  • 1730 pieds de haut (527 mètres) avec ses antennes ;
  • 418 064 m² de surface soit l'équivalence de 100 terrains de football ;
  • 76 000 tonnes d'acier utilisés pour sa construction ;
  • Le poids du bâtiment est de 225 000 tonnes ;
  • Son sommet peut bouger de 6 pouces (15,24 centimètres) par rapport à l'axe central ;
  • 16 100 fenêtres à double vitrage teintés recouvrent les façades de la tour ;
  • 6 robots automatisés nettoient régulièrement les vitres de la façade ;
  • 40 233 kilomètres de câble électrique ;
  • 40 kilomètres de plomberie ;
  • 205 kilomètres de câble d'ascenseur ;
  • 145 000 luminaires ;
  • 69 202 kilomètres de câble téléphonique
  • 150 millions de dollars USD (de l'époque) pour sa construction ;
  • 104 ascenseurs se déplaçant à une vitesse de 388 mètres par minute ;
  • Plus de 1 532 m² de salles de conférence ;
  • Espace événementiel au 99e étage ;
  • 4 entrées principales (Wacker Drive, Jackson Boulevard, Adams Street et Franklin Street) ;
  • 15 000 personnes travaillent dans les bureaux chaque jour ;
  • 12 millions de visiteurs chaque année (1,7 pour le skydeck).

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Bus CTA
Le réseau de bus urbain de la Chicago Transit Authority (CTA) possède plusieurs arrêts à proximité de la Willis Tower :

  • Franklin & Adams (S. Franklin Street à l'est),
  • Wacker & Adams (S. Wacker Drive à l'angle nord-ouest),
  • Jackson & Franklin (Jackson Boulevard au sud).

Métro

  • La station Quincy (sur les lignes     ) du métro de Chicago est située au 220 S. Wells Street, à proximité de la tour.
  • La station Clinton (sur la ligne  ) est située au 426 S. Clinton Street non loin de la tour.

Vélocation[modifier | modifier le code]

Le réseau de vélos en libre-service Divvy comprend plusieurs stations situées à proximité de la Willis Tower :

  • Franklin St. & Jackson Boulevard (juste au sud de la tour est la station la plus proche).

Gare[modifier | modifier le code]

  • La gare ferroviaire d'Union Station, située au 225 South Canal Street, se trouve non loin de la tour. Il est possible d'y faire des correspondances avec les réseaux ferroviaires Metra (RER ; trains de banlieue) et Amtrak (réseau national).

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Jeu de construction Lego (série Lego Architecture).

La Willis Tower apparaît dans de nombreux films, téléfilms, séries télévisées, jeux vidéo, clips musicaux, documentaires et reportages ; mais est également mentionnée dans la musique et la littérature. Ci-dessous, une liste non exhaustive de films dans lesquels on peut apercevoir le gratte-ciel :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael J. de la Merced, « Blackstone Group Purchases Landmark Willis Tower in Chicago », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Leroux, Charles, « The People Have Spoken: Here Are the 7 Wonders of Chicago », Chicago Tribune (Tribune Company), 15 septembre 2005. Consulté le .
  3. theskydeck.com/the-tower/facts-about-the-ledge/
  4. (en) « Sears Tower now named Willis Tower - CNN.com », sur edition.cnn.com (consulté le ).
  5. Edward McClelland, « Chicagoans Refuse to Call These Places by Their Real Names », sur Chicago Magazine, Chicago Magazine, (consulté le )
  6. Michael J. De La Merced, « Blackstone Group Purchases Landmark Willis Tower in Chicago », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  7. chicago.suntimes.com/willis-tower-in-line-for-a-500-million
  8. Brett Snyder, « A Day with United Management: Elite Status, Mileage Devaluation, and Increasing Change Fees », sur The Cranky Flier, (consulté le )
  9. (en) Danny Ecker, « Morgan Stanley moving second office to Willis Tower », sur Crain's Chicago Business, (consulté le )
  10. The Sears retail group has 350,000 employees. [1] Dernier accès le 21 novembre 2007.
  11. Arnstein & Lehr, The First 120 Years
  12. Chicago Tribune, December 28, 2003.
  13. [2] Sears Tower in Chicago Dernier accès le 21 novembre 2007.
  14. [3] The World Trade Center: Histoire et statistiques Dernier accès le 21 novembre 2007
  15. (a construction cap was set at 108 floors by the Federal Aviation Administration thanks in order to protect air traffic!) [4] Dernier accès le 21 novembre 2007
  16. [5] Packer's tower ruled a threat to air traffic Dernier accès le 21 novembre 2007
  17. [6] Databank: Sears Tower Dernier accès le 19 novembre 2007
  18. [7] Taipei 101 Dernier accès le 21 novembre 2007.
  19. Pour plus d'information sur cette transformation, voir Donald R. Katz The Big Store: Inside the Crisis and Revolution at Sears, New York (Viking), 1987.
  20. Mary Ellen Podmolik, « Sears Tower name change: Building today officially becomes Willis Tower », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  21. Barry Vinocur, « A Look at the Finer Points of the Sears Tower Sale », Barron's,‎ (lire en ligne)
  22. "Sears Tower may be for sale", Crains Chicago Business, October 31, 1997
  23. "Trizec to sell its last local asset", Crain's Chicago Business, September 27, 2006
  24. "FBI Killed Plot in Talking Stage". New York Times, June 24, 2006.
  25. "Seven charged over 'Chicago plot'". BBC News, June 23, 2006.
  26. "Sears Tower bomb plot leader Narseal Batiste jailed", BBC News, November 20, 2009.
  27. « Sears Tower to Lose Largest Tenant - The Chicago 77 », sur www.thechicago77.com (consulté le )
  28. (en) David Roeder. "Tall order for Tower?; Sears Tower owners to press city for zoning change, subsidy to add 2nd building as part of mega-million-dollar project next to landmark", Chicago Sun-Times, October 12, 2007. Retrieved February 25, 2009 from HighBeam Research
  29. (en) « How Much Water Does It Take to Knock Out the Sears Tower ? »
  30. (en) Willis Tower insurer sues city, sewer district over flood damage
  31. « Height: The History of Measuring Tall Buildings » [archive du ], sur Council on Tall Buildings and Urban Habitat (consulté le )
  32. (fr) Image: Burj Dubai Topped out.
  33. (en) « Burj Khalifa - The Skyscraper Center - Council on Tall Buildings and Urban Habitat », The Skyscraper Center.
  34. « Burj Khalifa surpasses the height of Sears Tower in Chicago » [archive du ], Visitdubai.info, (consulté le )
  35. L'Internaute.com
  36. a b c et d www.willistower.com history-and-facts/antennes
  37. Le Moniteur : La Sears Tower de Chicago : la tour de tous les records
  38. a b et c willis-tower-antenna-lights-new-led
  39. a b et c www.som.com/projects/the_ledge_at_skydeck_chicago
  40. "Sears Tower unveils 103rd floor glass balconies", USA Today, July 1, 2009
  41. « The Ledge at Skydeck Chicago » [archive du ] (consulté le ) SOM.com Project Page
  42. BJ Lutz, « Coating on Willis Tower Skydeck's Ledge Cracks Under Tourists », Nbcchicago.com, (consulté le )
  43. a et b Fun Facts : What Do You Know About The Willis Tower?
  44. « Chicago Cubs History and News – Welcome to Just One Bad Century » [archive du ], Justonebadcentury.com (consulté le )
  45. « Sears Tower in Chicago Is Scaled by Stunt Man », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « Spiderman scales Sears Tower w/Stan Lee interview », sur YouTube (consulté le )
  47. « 'Spiderman' scales Sears Tower in Chicago – August 20, 1999 », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. www.willistower.com/history-and-facts
  49. Captive State on IMDb

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]