Sean Spicer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sean Spicer
Image dans Infobox.
Sean Spicer en janvier 2017 à la Maison-Blanche.
Fonctions
Directeur de la communication de la Maison-Blanche
-
Michael Dubke (en)
Porte-parole de la Maison-Blanche
Donald Trump
-
Directeur de la communication de la Maison-Blanche
Donald Trump
-
Michael Dubke (en)
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Sean Michael SpicerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Newsmax TV (en) (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Parti politique
Armes
Grade militaire
Site web

Sean Michael Spicer, né le à Barrington (Rhode Island), a été le 31e porte-parole de la Maison-Blanche, en fonction du au . Il a également été le directeur de la communication de la Maison-Blanche du 20 janvier au .

Il a été directeur de la communication du Comité national du Parti républicain de 2011 à 2017, et son chef stratège de 2015 à 2017[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2012, il est diplômé d'un Master en « Sécurité nationale et études stratégiques » du Naval War College à Newport (Rhode Island). En février 2017, Melissa McCarthy caricature Sean Spicer, pour l'émission Saturday Night Live[2]. Le Sean Spicer annonce sa démission du poste de porte-parole de la Maison-Blanche[3].

Il a été approché durant l'été 2017 pour participer à la 25e saison de Dancing with the Stars, mais a dû décliner l'offre[4]. Il accepte finalement en pour la 28e saison[5].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Lors de sa prise de fonction, et après l'investiture à la présidence de Donald Trump, Sean Spicer a déclenché des critiques auprès des journalistes pour les avoir accusés de mensonge sur le nombre de participants lors de l'investiture du président américain[6].

Le il déclenche une nouvelle polémique en interdisant aux représentants de plusieurs grands médias, dont CNN, le New York Times, Politico, le Los Angeles Times et la BBC, l'accès à son point presse quotidien. En revanche, des media de moindre importance mais conservateurs et supportant Donald Trump comme Breitbart News ou One America News Network y sont conviés[7]. Le Washington Post note qu'en le même Spicer expliquait publiquement que le fait pour un gouvernement de laisser un accès libre à la presse est « ce qui fait d'une démocratie une démocratie et la distingue d'une dictature[8],[9] ».

Le , en référence à l'attaque chimique de Khan Cheikhoun une semaine plus tôt, il compare publiquement Bachar el-Assad à Adolf Hitler, indiquant qu'au moins ce dernier n'avait jamais utilisé d'armes chimiques contre son propre peuple. Les médias et des personnalités publiques ont alors rappelé l'emploi des chambres à gaz pendant la Seconde Guerre mondiale, et critiqué le fait que la comparaison avec la shoah était inappropriée : il présente des excuses officielles dès le lendemain[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sean Spicer: Executive Profile and Biography – Businessweek », sur Bloomberg.com, Bloomberg L.P.,USA (consulté le 3 janvier 2017)
  2. « Trump fait le bonheur des humoristes », sur Mediapart,
  3. « Sean Spicer, porte-parole de la Maison-Blanche, démissionne », leparisien.fr,‎ 2017-07-21cest18:19:04+02:00 (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017)
  4. Charles Decant, « Sean Spicer a refusé "Danse avec les stars" aux Etats-Unis », sur ozap.com, Puremédias, (consulté le 25 août 2020).
  5. Damien Mercereau, « Sean Spicer de la Maison-Blanche au parquet de Dancing with the stars », sur lefigaro.fr, TVMag, (consulté le 25 août 2020).
  6. « 10 infos sur Sean Spicer, le nouveau porte-parole de la Maison-Blanche », sur L'Obs,
  7. USA: plusieurs médias privés d'accès au briefing quotidien de la Maison Blanche, La Libre Belgique, 25 février 2017
  8. In December, Spicer said barring media access is what a ‘dictatorship’ does. Today, he barred media access., Philip Bump, Washington Post, 24 février 2017
  9. Des journalistes interdits à la Maison Blanche: le porte-parole parlait d'une méthode digne d'une « dictature », Mélissa Bounoua, Slate.fr, 25 février 2017
  10. (en) « Sean Spicer apologises after comparing Assad's gas attack to Hitler's 'Holocaust centres' », sur The Daily Telegraph,
  11. « Sean Spicer s’excuse pour ses propos sur Adolf Hitler », sur Metro,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :