Seagram Building

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seagram building
Seagrambuilding.jpg

Seagram building

Histoire
Architecte
Ingénieur
Severud Associates (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
1954-1958
Ouverture
Usage
Bureaux
Architecture
Style
Statut patrimonial
Inscrit au NRHP ()
New York City Landmark (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Hauteur du toit
156,9 m
Surface
90 000 m2[1]
Étages
38
Administration
Propriétaire
Aby Rosen (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de New York
voir sur la carte de New York
Red pog.svg

Le Seagram Building est un gratte-ciel, situé dans le quartier Midtown de New York (plus précisément à l'adresse 375 Park Avenue), et réalisé par l'architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe, en collaboration avec l'architecte américain Philip Johnson, entre 1954 et 1958.

Le Seagram Building est inscrit au National Register of Historic Places depuis le 24 février 2006.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le projet[modifier | modifier le code]

La genèse du projet doit beaucoup à Phyllis Lambert[2].

Implantation[modifier | modifier le code]

Le Seagram building est implanté en retrait de 28 m par rapport à Park Avenue, en vertu des règlements de zonage en vigueur entre 1916 et 1961, et qui obligeait les architectes à adapter la hauteur des immeubles à la largeur des rues. « Devant le Seagram se trouve donc un espace semi-public qui prend la forme d’une immense place en granit, flanquée de deux larges bassins d’eau et d’un aménagement paysager épuré mais subtil[3]. »

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Le bâtiment se présente comme un parallélépipède de couleur bronze posé sur sa plaza en granit.

La structure est exprimée en façade : selon son architecte Ludwig Mies van der Rohe, les éléments structurels d'un bâtiment devaient être visibles. Le Seagram (comme la majorité des grands immeubles de l'époque) a une ossature en béton armé sur laquelle est suspendue la façade-rideau. Mies van der Rohe voulait une ossature métallique apparente, cependant le code de la construction américain demandait que toutes les structures soient ignifugées, il fallut donc cacher l'ossature[4] — ce qu'il voulait éviter à tout prix — et utilisa donc des poutres en « I » non structurelles, de couleur bronze, afin de signifier la structure en façade. Ils filent verticalement sur la façade comme des meneaux sur une grande fenêtre. La structure visible est donc simulée. Cette méthode de construction mettant en œuvre une structure porteuse intérieure en béton armé portant une enveloppe non structurelle est devenue un lieu commun. 1 450 tonnes de bronze ont été mises en œuvre.

Les baies ont une proportion de 3 : 5.

Ludwig Mies van der Rohe cherchait une régularité totale pour l'apparence du bâtiment. Il n'aimait pas l'irrégularité des stores plus ou moins baissés, qui donne aux bâtiments un aspect désorganisé. Il utilisa donc des stores à trois positions : ouvert, mi-ouvert, et fermé. De même, l’éclairage est composé de dalles de plafond lumineuses disposées selon le plan de la structure, et elles s’allument toutes en même temps. De cette façon, les plafonds visibles de la rue sont réguliers. 

Le minimalisme de la composition illustre la devise de l'architecte : « Less is more » (« Moins c'est plus »).

Le Seagram building fut, lors de sa construction, le bâtiment le plus cher du monde[5], à cause du prix des matériaux et de la somptueuse décoration intérieure : inclusions de bronze, travertin, marbre. De plus, l'édifice n'utilisant que la moitié de la parcelle qui lui a été allouée, n'utilise pas tout le droit à bâtir qu'il peut, ce qui a pu être considéré dans un premier temps comme du gaspillage par les prometteur. Néanmoins, il se trouve aussi être le seuil gratte-ciel à disposer d'un parvis, ce qui lui donne un effet monumental et permet d'accueillir les visiteurs. La rareté étant chère, une autre façon de comprendre "less is more", cela a permis vendre les bureaux les plus chers du monde et de largement rentabiliser l'opération.

Aujourd'hui, il affiche la pire cote Energy Star de tout immeuble de New York, ayant obtenu seulement 3 points sur 100[6].

Four Seasons Restaurant[modifier | modifier le code]

Le restaurant The Four Seasons Restaurant, situé dans le Seagram building, a également été conçu par Ludwig Mies van der Rohe et Philip Johnson. L'intérieur a été conservé depuis l'ouverture en 1959. Une série de tableaux avait été commandée à Mark Rothko en 1958. Il accepta l'avance et résolut de faire « quelque chose qui va gâcher l'appétit de chaque fils de pute qui mangera jamais dans cette pièce »[7]. Il abandonna cependant le projet, rendit l'avance et garda les toiles ; la série a été dispersée entre la Tate Gallery, la National Gallery of Art et le Kawamura Memorial Museum au Japon.

Divers[modifier | modifier le code]

Entre 1961 et 1965, à l'Université de Sheffield, une réplique du Seagram building fut construite à l'échelle moitié par les architectes Gollins, Melvin, Ward & Partners : la Arts Tower.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seagram Building sur Structurae.
  2. New-York Times 2013
  3. Emmanuelle Vieira, « Dialogue avec la ville », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  4. L'acier dont le point de fusion est bas ne résiste pas au feu.
  5. August 26, 2008 13:30 ET Landmark Seagram Building Celebrates 50 Years
  6. « Why Green Architecture Hardly Ever Deserves the Name », ArchDaily
  7. « something that will ruin the appetite of every son-of-a-bitch who ever eats in that room », http://artsy.net

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]