Scriptor incertus de Leone Armenio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Scriptor incertus de Leone Armenio (en latin : « l'auteur à l'identité incertaine ayant écrit sur [l'empereur] Léon l'Arménien ») est un historien byzantin qui n'est pas identifié avec certitude, auteur d'un récit des règnes de Michel Ier Rhangabé et de Léon V l'Arménien (de 812 à 816), fragment coupé au début et à la fin.

Ce texte a fait l'objet d'une riche discussion entre spécialistes. Il est comme tel conservé dans un seul manuscrit, daté de 1013 (Paris. gr. 1711). Des passages ont été recopiés mot pour mot ou paraphrasés dans la chronique historique dite « du Pseudo-Syméon Magistros » qui se trouve elle aussi dans un seul manuscrit datant du XIIe ou du XIIIe siècle, le Paris. gr. 1712. Le texte se trouve dans le vol. 31 du Corpus scriptorum historiæ byzantinæ[1].

La discussion s'est nouée autour du rapport de ce texte et d'un autre, intitulé Chronique de 811, conservé également dans un seul manuscrit, du XIIIe siècle, le Vat. gr. 2014[2], et édité pour la première fois par Ivan Dujčev en 1935[3]. Le byzantiniste belge Henri Grégoire a soutenu dès 1936[4] que les deux textes sont deux fragments d'une même chronique perdue composée pendant la première moitié du IXe siècle, la Continuation de Jean Malalas (Malalas continuatus).

La Chronique de 811 relate la désastreuse campagne conduite cette année-là par l'empereur Nicéphore Ier contre les Bulgares et leur khan Kroum, aboutissant à la bataille de Pliska où l'empereur fut tué (26 juillet 811). Les deux textes fournissent des détails qui ne se trouvent ni dans la Chronique de Théophane le Confesseur, ni dans sa Continuation. En outre, H. Grégoire les a rapprochés pour des raisons de vocabulaire et de style : par exemple, dans les deux, Kroum est appelé le prôtos tês Boulgarias (« premier homme de Bulgarie »), titre inhabituel et péjoratif, au lieu du plus approprié archôn tês Boulgarias.

L'hypothèse de l'existence d'une Continuation de Malalas est répandue depuis la fin du XIXe siècle[5]. Le rapprochement de la Chronique de 811 et du Scriptor incertus avec Jean Malalas est notamment justifié chez H. Grégoire par l'existence dans les deux textes de portraits d'empereurs de « style malalien ». Cependant, l'argument a été critiqué, de tels portraits existant chez d'autres historiens byzantins. D'autre part, R. Browning, qui a examiné la partie 714-811 de la Chronique du Pseudo-Syméon Magistros (inédite), a observé qu'elle était essentiellement tirée de Théophane le Confesseur et de Georges le Moine, sans aucun emprunt visible à une partie perdue du Scriptor incertus, ce qui laisserait penser que ce dernier commençait son récit en 811. Il faut également noter qu'il n'y a aucune référence à la Chronique de 811 chez le Pseudo-Syméon, alors qu'il suit de près le Scriptor incertus. Cependant Cyril Mango, dans une étude portant sur les deux versions de la Vie de Joannice le Grand[6], soutient non seulement l'opinion d'H. Grégoire selon laquelle la Chronique de 811 est de la main du Scriptor incertus (les deux Vies rapportant des détails présents seulement dans les deux fragments), mais encore qu'il s'agissait à l'origine d'une compilation historique couvrant également la bataille de Markellai (792).

La Chronique de 811 contient une claire allusion au baptême des Bulgares au temps de Boris Ier (864), ce qui semble imposer une date postérieure de rédaction. Cependant il pourrait s'agir d'une interpolation due à un copiste ou liée à un usage liturgique du texte : les martyrs chrétiens torturés et massacrés sur ordre de Kroum après la bataille de Pliska sont fêtés le 23 ou le 26 juillet dans le synaxaire de Constantinople ; ce culte, qui est attesté le plus anciennement dans le Ménologe de Basile II[7], pourrait avoir motivé une récupération et une modification du texte, peut-être sous le règne de l'empereur Nicéphore Phocas, duquel datent des textes militaires animés de la même inspiration[8]. De fait, la Chronique de 811, sous la forme que nous lui connaissons, présente un caractère hagiographique très marqué, mais déjà selon H. Grégoire il s'agit d'une adaptation liturgique d'un texte à l'origine purement historiographique.

Quant au texte du Scriptor incertus lui-même, sa rédaction est sûrement postérieure à 820, puisqu'on relève une allusion à la mort de Léon V (sans qu'elle soit racontée). On ne peut guère en dire plus du fait du caractère fragmentaire du texte. La Vie de Joannice, qui emprunterait donc aux deux fragments, est datée, mais de façon très incertaine, d'entre 847 et 860[9].

Deux études plus récentes concluent inversement à la séparation complète de la Chronique de 811 et du Scriptor incertus. Selon Athanasios Markopoulos[10], le texte intitulé, donc improprement, Chronique de 811, est entièrement un texte hagiographique postérieur à 864, rédigé à partir d'un « dossier documentaire » rassemblant des récits de rescapés de la bataille de Pliska (Sabas, l'auteur de la Vie de Joannice, aurait pu puiser directement dans cette source). Alexander Kazhdan et Lee Sherry[11] sont plus précis dans le même sens et datent le texte de la fin du IXe siècle, suggérant une comparaison avec une autre hagiographie, le Martyre des vingt Sabaïtes.

Quant au texte du Scriptor incertus lui-même, selon A. Markopoulos il aurait été rédigé peu après 820 par un auteur dont on voit qu'il est très hostile à l'iconoclasme de Léon V (qualifié de « faussaire », d'« Antéchrist » et de « tyran ») et très favorable au patriarche Nicéphore et au clergé iconodule. Il s'agit d'autre part d'un personnage important qui a eu accès aux archives du palais et surtout aux archives patriarcales, et qui est très au fait du débat théologique. Georges le Moine (II, p. 780 sqq., éd. De Boor) cite un long passage d'une œuvre perdue du patriarche lui-même consacrée à Léon V[12]. Cependant, une autre hypothèse plus souvent citée évoque Serge le Confesseur, père du patriarche Photius[13].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Historia de Leone Bardæ Armenii filio », in Leo Grammaticus, Eustathius..., ed. B. Niebuhr, Bonn, 1842, p. 335-342. Texte établi à partir des éditions précédentes de François Combefis (1685) et de la Byzantine de Venise (1729). Corrections importantes dans : R. Browning, « Notes on the Scriptor incertus de Leone Armenio », Byzantion 35, 1965, p. 389-411.
  2. Ce manuscrit contient aussi des récits de deux sièges de Constantinople (celui de 626 et celui de 717/718), de brèves biographies des impératrices Irène et Théodora et un récit de l'absolution de l'empereur Théophile.
  3. I. Dujčev, « Novi žitijni danni za pochoda na Nikifora I v Bǔlgarija prez 811 god. », Spisanie na Bǔlg. Akad. na Naukitě 54, 1935, p. 147-188. Repris avec traduction française dans « La Chronique byzantine de l'an 811 », Travaux et mémoires I, 1965, p. 205-254. Entretemps H. Grégoire, « Un nouveau fragment du Scriptor incertus de Leone Armenio », Byzantion 11, 1936, p. 417-427.
  4. Également H. Grégoire, « Du nouveau sur la Chronographie byzantine : le Scriptor incertus de Leone Armenio est le dernier continuateur de Malalas », Académie royale de Belgique, Bulletins de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques 22, 1936, p. 420-436.
  5. Voir Edwin Patzig, Johannes Antiochenus und Johannes Malalas, Leipzig, 1892 ; « Leo Grammaticus und seine Sippe », Byzantinische Zeitschrift 3, 1894, p. 480-497 ; « Malalas und Tzetzes », Byzantinische Zeitschrift 10, 1901, p. 385-393.
  6. C. Mango, « The Two Lives of St. Ioannikios and the Bulgarians », Harvard Ukrainian Studies 7, 1983, p. 393-403.
  7. Non pas dans le fameux manuscrit enluminé Vat. gr. 1613, qui ne couvre que la période septembre-février, mais dans un manuscrit complémentaire de Grottaferrata.
  8. Voir John T. Wortley, « Legends of the Byzantine Disaster of 811 », Byzantion 50, 1980, p. 533-562.
  9. Voir Vitalien Laurent, La Vie merveilleuse de saint Pierre d'Atroa († 837), Subsidia hagiographica 29, Bruxelles, 1956, p. 15-16.
  10. A. Markopoulos, « La chronique de l'an 811 et le Scriptor incertus de Leone Armenio : problèmes des relations entre l'hagiographie et l'histoire », Revue des études byzantines 57, 1999, p. 255-262.
  11. A. Kazhdan et L. Sherry, « Some notes on the Scriptor incertus de Leone Armenio », Byzantinoslavica 58, 1997, p. 110-112 ; A. Kazhdan (avec L. Sherry et C. Angelidi), A History of Byzantine Literature (650-850), Athènes, 1999, p. 208-211.
  12. Peut-être une homélie selon Paul J. Alexander, The Patriarch Nicephorus of Constantinople, Oxford University Press, 1958, p. 180.
  13. Hypothèse introduite par A. Markopoulos (Ή Χρονογραφία τού Ψευδοσυμεών καί οί πηγές της, Ioannina, 1978, p. 155-157) et reprise par Warren Treadgold (The Byzantine Revival (780-842), Stanford University Press, 1988, p. 378) ; contestée par Ihor Ševčenko (« The Search for the Past in Byzantium around the year 800 », Dumbarton Oaks Papers 46, 1992, p. 280, n. 3). Selon le codex 67 de la Bibliothèque de Photius, Serge le Confesseur était l'auteur d'une Histoire couvrant les huit premières années du règne de Michel II (820-828) et revenant sur le règne de Constantin V (741-775).