Scream 4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Scream 4
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film
Titre québécois Frissons 4
Réalisation Wes Craven
Scénario Kevin Williamson
Musique Marco Beltrami
Acteurs principaux
Sociétés de production Dimension Films
Corvus Corax Productions
Midnight Entertainment
Outerbanks Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre horreur
Durée 111 minutes
Sortie 2011

Série Scream

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Scream 4 (stylisé SCRE4M) ou Frissons 4 au Québec est un film d'horreur américain réalisé par Wes Craven et sorti en 2011. Il s'agit du quatrième volet de la franchise slasher Scream.

Comme ses prédécesseurs, Scream 4 mêle la comédie au whodunit ainsi qu'à la violence qui résulte du genre slasher. Cette fois-ci, ce quatrième opus met en avant les règles et clichés des remakes réalisés durant la décennie 2000 et début 2010 tout en analysant l'usage excessif des réseaux sociaux par les jeunes et leur obsession de la célébrité par le biais d'internet.

Le rôle de Sidney Prescott est de nouveau tenu par Neve Campbell, dix ans après sa dernière interprétation du personnage, tandis que David Arquette et Courteney Cox reprennent respectivement les rôles de Dewey Riley, shérif de Woodsboro, et Gale Weathers, journaliste en manque d'inspiration, qui sont désormais mariés et résidents à Woodsboro. Le film fait aussi appel à la prestation de l'actrice Emma Roberts sous les traits de Jill Roberts, la cousine de Sidney, ainsi qu'à l'actrice Hayden Panettiere qui tient le rôle de Kirby Reed, la meilleure amie de Jill.

L'intrigue du film se porte sur le retour de Sidney Prescott dans sa ville natale à Woodsboro, lieu des événements du film original, pour la promotion de son premier livre autobiographique alors qu'un nouveau tueur en série, caché sous le costume de Ghostface, fait son apparition. Un nouveau combat s'engage pour Sidney qui, bien qu'étant l'une des cibles principales du tueur, doit aussi protéger sa cousine Jill Roberts qui est elle aussi directement visée par les attaques de ce dernier, au même titre que son groupe d'amis.

Malgré une attente longue de dix ans et un accueil assez enthousiaste de la part de la critique, Scream 4 réalise le score le plus faible de la saga au box-office en réunissant 97 138 686 $ à travers le monde. En France, le film obtient 1 070 890 entrées, une première dans l'histoire de la saga; les trois premiers films ayant chacun dépassé les 2 millions d'entrées.

Par ailleurs, Scream 4 est le dernier film du réalisateur Wes Craven, décédé le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Toile de fond[modifier | modifier le code]

Dix ans ont passé depuis les tragiques et derniers événements qu'a connus Sidney Prescott (Neve Campbell) à Hollywood[1]. Cette dernière revient dans sa ville natale, Woodsboro, pour la promotion de son premier livre : Loin des ténèbres[1]. À cette occasion, elle retrouve Dewey Riley (David Arquette)[1], désormais shérif de la ville et Gale Weathers (Courteney Cox)[1], souffrant de son manque d'inspiration lié à une vie monotone qui lui cause problème dans sa carrière de journaliste.

Mais ces chaleureuses retrouvailles sont très vite perturbées par l'arrivée d'un tueur en série caché sous le costume de Ghostface qui assassine deux étudiantes[2] avant de s'attaquer à une bande de jeunes dont fait partie Jill Roberts (Emma Roberts), la cousine de Sidney[1].

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Premiers assassinats et retour de Sidney Prescott[modifier | modifier le code]

Le centre-ville de Northville, dans le Michigan, là où se trouve la librairie où Sidney fait la promotion de son bouquin au début du film.

Le soir de l'anniversaire des 15 ans du massacre de Woodsboro (Scream)[3], deux étudiantes du lycée de la ville, Jenny Randall (Aimee Teegarden) et Marnie Cooper (Britt Robertson), sont attaquées puis brutalement tuées par un nouveau meurtrier caché sous le costume de Ghostface[3].

Le lendemain, Sidney Prescott (Neve Campbell) revient à Woodsboro pour la promotion de son premier livre, accompagnée de Rebecca Walters (Alison Brie), son agent publicitaire[3]. Après que des pièces à convictions aient été retrouvées dans sa voiture de location, Sidney devient une suspecte dans l'affaire et est contrainte de rester à Woodsboro, le temps que l'affaire soit résolue[3].

En parallèle, la cousine de Sidney, Jill Roberts (Emma Roberts), qui vit en ce moment une période difficile après la trahison de son petit-ami Trevor Shelon (Nico Tortorella), reçoit un appel menaçant dans la matinée de la part de Ghostface, tout comme son amie Olivia Morris (Marielle Jaffe)[3]. Jill et Olivia, accompagnées de leur amie Kirby Reed (Hayden Panettiere), sont questionnées au commissariat de police par Dewey Riley (David Arquette), maintenant shérif de la ville, soutenu dans son interrogatoire par le shérif-adjoint Judy Hicks (Marley Shelton)[3].

De son côté, Gale Weathers-Riley (Courteney Cox), désormais mariée à Dewey, souffre de son manque d'inspiration et du déclin progressif de sa carrière de journaliste[3]. Elle décide de se servir de cette nouvelle affaire pour faire remonter sa carrière et s'immisce dans l'enquête malgré les protestations de Dewey qui n'est pas d'accord avec le choix de sa femme[3].

Nouvelles attaques et nouvelles règles[modifier | modifier le code]

Sidney prend ses quartiers auprès de sa cousine Jill et de sa tante maternelle Kate Roberts (Mary McDonnell) dans leur maison à Woodsboro. Un peu plus tard dans la soirée, Olivia, qui vit juste en face de chez Jill et Kate, est attaquée puis sauvagement assassinée par Ghostface alors que Jill et Kirby sont témoins de toute la scène depuis la fenêtre de la chambre de Jill[3]. Sidney et Jill se précipitent à la maison de la jeune femme mais Ghostface les y attend et les attaque, blessant Jill au passage, puis prend la fuite après un combat contre Sidney[3]. Elles sont amenées à l'hôpital. Puis, plus tard dans la soirée, Rebecca Walters est également tuée dans le parking de l'hôpital[3].

Gale, qui de son côté mène sa propre enquête, demande de l'aide à deux étudiants fanatiques de films d'horreur, Charlie Walker (Rory Culkin) et Robbie Mercer (Erik Knudsen) qui lui expliquent que le tueur suit les règles des remakes de films d'horreur pour élaborer ses plans d'attaques[3]. Charlie conclut que le tueur devrait une nouvelle fois passer à l'attaque lors de la fête prévue le soir-même. Gale décide de faire son apparition à la soirée mais est attaquée et gravement blessée par le tueur. Elle ne doit son salut que par l'arrivée de son mari Dewey qui l'amène à l'hôpital[3]. En parallèle, deux officiers de police, Anthony Perkins (Anthony Anderson) et Ross Hoss (Adam Brody), sont assignés à patrouiller autour de la maison de Jill mais sont tués à quelques secondes près l'un de l'autre[3]. Alors que Kate Roberts rentre de ses courses à la maison, Sidney reçoit un appel de Ghostface, la menaçant de tuer Jill. Sidney et Kate tentent de sauver Jill mais cette dernière ne répond pas au téléphone. Le tueur se révèle très vite être à l'extérieur de la maison et attaque les deux femmes. Il poignarde Kate dans le dos via la fente de la boite aux lettres de la porte d'entrée, la tuant. Sidney fuit de la maison vers celle de Kirby, tombant au passage sur Judy Hicks, qui devient suspicieuse[3].

La fête de Kirby et révélation du tueur[modifier | modifier le code]

Le tueur est plus rapide que Sidney et arrive à la soirée d'after de Kirby, prenant le temps de tuer Robbie, alcoolisé, devant la maison juste avant que Sidney n'arrive[3]. Pendant sa confrontation avec Ghostface, Sidney demande à Jill de se cacher sous un lit puis arrive à s'enfuir in-extrémis[3]. De son côté, Kirby est forcée par le tueur à répondre à un quiz sur les films d'horreur pour sauver Charlie, lui-même attaché dans le jardin. Après une série de questions, Kirby sort de la maison pour aller libérer Charlie, pensant avoir gagné le jeu. Soudainement, Charlie poignarde Kirby à l'estomac, révélant au passage être le tueur et la laissant pour morte au sol[3].

Sidney est à son tour elle aussi confrontée à Charlie puis à une deuxième personne cachée sous le costume de Ghostface, qui se révèle être Jill à la surprise générale[3]. Jill explique ses agissements en racontant à Sidney sa jalousie envers elle causée par la célébrité de cette dernière après la mort de sa mère, Maureen Prescott, et comment Sidney a réussi à survivre à tous les événements survenus dans sa vie[3]. Jill expulse ensuite Trevor, son ex petit-ami, d'un placard et lui tire dans l'entre-jambe pour se venger de la trahison de ce dernier dans leur précédente relation. Puis, elle lui tire une balle dans la tête, le tuant instantanément. C'est ensuite Charlie qui est tué par Jill dans le but de le faire passer pour le complice de Trevor[3]. Sidney est à son tour poignardée au ventre par Jill qui la laisse pour morte. Jill décide ensuite de causer plusieurs dégâts matériels dans la maison tout en se mutilant pour faire croire qu'elle est une victime et non l'un des deux tueurs[3].

Dénouement final[modifier | modifier le code]

Jill est transportée à l'hôpital pour être soignée[3]. Une fois là-bas, Dewey vient voir Jill pour lui apporter son soutien et du réconfort. Jill, qui pense être la seule survivante, prétexte vouloir écrire un livre avec Gale avec qui elle porte les mêmes blessures physiques[3]. Dewey lui révèle que Sidney est vivante et devrait s'en sortir bien qu'elle soit en soins intensifs[3]. Jill est en état de choc de découvrir que Sidney est en vie mais Dewey confond sa réaction, ayant le sentiment que la jeune fille se soucie de l'état de santé de Sidney[3]. Il la réconforte en lui disant que tout va bien se passer même si Sidney a des risques de ne plus rien se rappeler[3]. Puis, Dewey rend visite à Gale et discute avec elle des plans de Jill pour écrire un livre avec Gale et de leur blessures similaires. C'est à ce moment-là que Gale demande à Dewey comment Jill peut savoir qu'elle souffre également d'une blessure à l'épaule[3].

Pendant ce temps, Jill retrouve Sidney dans sa chambre dans le but de l'achever avant que Dewey, Gale et Judy n'interviennent un à un[3]. Distraite par Gale, Jill est choquée grâce à un défibrillateur puis tuée par balle par Sidney[3]. Dewey demande des renforts de son unité de police tandis qu'à l'extérieur de l'hôpital, les médias qui ignorent absolument tout, brossent le portrait de Jill aux caméras, la faisant passer pour la survivante de cette nouvelle affaire et d'une héroïne tout droit sortie d'un film[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[5] , Forum Doublage Francophone et la comédienne Béatrice Delfe.
 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[6]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Scream 4 est officiellement annoncé être en cours de développement en juillet 2008 par la Weinstein Company[7]. Wes Craven déclare qu'il est d'accord pour réaliser le film à condition que le scénario soit aussi bon que celui de Scream[8]. C'est le [9] que Wes Craven est annoncé comme réalisateur[10].

En mai 2010, Cathy Konrad, productrice des trois premiers films de la saga, intente une action en justice de 3 millions de dollars contre la Weinstein Company[11] en dénonçant le fait qu'ils n'aient pas respecté un accord écrit qui donnait à sa société Cat Entertainment le droit de produire tous les films de la saga[11]. La société des frères Weinstein à ensuite faite savoir que selon elle, ce contrat exigeait que les services de Konrad soient exclusifs à la franchise[11]. Hors Cathy Konrad était aussi créditée comme productrice au générique de Night and Day. Excuse selon elle qu'elle qualifie de « faux prétexte » en clamant que le film précédent ne comportait pas cette condition[11]. Pour Konrad, il s'agissait tout simplement de l'écarter du projet pour réduire les coûts de production et donner à la femme de Wes Craven, Iya Labunka, la place de productrice[11]. En avril 2011, il est communiqué que les frères Weinstein et Cathy Konrad ont réglé l'affaire à l'amiable, les détails restant confidentiels, bien qu'il ait été reporté que Konrad recevrait un paiement en espèce et un pourcentage des bénéfices de Scream 4[12].

Pour la quatrième fois, Wes Craven et le scénariste Kevin Williamson, qui avaient permis à Scream de remporter le Saturn Award du meilleur scénario en 1997, se retrouvent sur un film de la série Scream. On retrouve aussi Peter Deming, le directeur de la photographie des autres opus. Wes Craven affirme :

« Peter Deming est le socle sur lequel repose le style visuel global de notre film. Il est arrivé à la moitié du premier Scream, et il apporte à la franchise la richesse et l’intensité de ses images. Nous avons utilisé des objectifs anamorphiques qui donnent une ampleur inégalée, les images remplissent l’écran, on les dirait plus vraies et plus fortes que nature[13] »

Scénario[modifier | modifier le code]

Wes Craven déclare qu'au cours des dix dernières années écoulées entre Scream 3 et Scream 4, plus aucun meurtre lié à un Ghostface ne s'est produit[14]. En parallèle, plusieurs suites à Stab (inspirés des événements de la saga) ont été réalisées. Il commente également la vie de Sidney Prescott au cours de la décennie : « Elle a fait de son mieux pour pouvoir avancer suite aux événements de sa vie survenus dans les précédents films et viens tout juste de sortir un roman à succès. » Le réalisateur cite également les interminables suites aux films d'horreur, le fléau moderne des remakes ainsi que les studios de cinéma et les réalisateurs comme fond de parodie pour Scream 4. Les personnages principaux doivent comprendre où en est le genre de l'horreur dans la période actuelle pour qu'ils arrivent à comprendre les événements qui se produisent autour d'eux[14].

Dans une première version du scénario, Dewey et Gale ont un bébé mais cette idée est abandonnée[15], un bébé sur le tournage aurait rendu celui-ci « impossible » selon Wes Craven[15]. Dans une autre version du script, la scène d'ouverture devait présenter Sidney directement face à face avec Ghostface et laissée pour morte avec un bond de deux ans avant son rétablissement[15]. Bob Weinstein juge qu'il est préférable d'abandonner cette idée par peur que cela ralentisse le rythme de l'histoire[15], prétextant qu'une nouvelle bande de jeunes fonctionnerait mieux[15]. De nombreuses différences sont à noter entre la version originale du script et la version diffusée au cinéma. Notamment la séquence d'ouverture, qui fut considérablement changée et dont la scène originale est disponible dans les scènes coupées présentes sur le DVD du film[16]. Par ailleurs, la scène du Stabathon et l'attaque de Gale dans ce lieu ne figuraient pas dans le script original[16].

La fin originale n'était pas du tout la même non plus dans le scénario de base[16]. Le film devait se terminer avec l'évacuation de Jill vers l'hôpital alors qu'elle parle avec Dewey dans une ambulance[16]. Soudain un ambulancier aurait crié, de l'intérieur de la maison de Kirby, avoir retrouvé une femme en vie qui n'est autre que Sidney[16]. Le film se termine sur cliffhanger, laissant penser que Jill serait la principale antagoniste d'un potentiel Scream 5[16]. Certaine rumeurs font était que dans une potentielle suite, Sidney aurait souffert d'amnésie, incapable de se souvenir que Jill est la tueuse[16]. D'autres rumeurs font état du désarroi que Kevin Williamson a ressenti à la suite de l'abandon de cette fin. La scène de l'hôpital où Jill est tuée par Sidney sert de fin officielle au film[16]. Le personnage de Trevor Sheldon devait initialement être le tueur[9]. Mais étant le petit-ami de Jill, la production juge cette idée trop ressemblante à celle du premier film ou le tueur était Billy Loomis, le petit-ami de Sidney[9].

Le scénarise de Scream 3, Ehren Kruger, est engagé pendant la production du film pour ré-écrire certaine scènes[17]. Wes Craven déclare : « il y a eu une période chaotique dans la production lorsque le scénario est passé de Kevin à Ehren[17]. J'avais signé pour réaliser un script écrit par Kevin mais malheureusement cela n'a pas fonctionné jusqu'à la fin du tournage. Mais ça reste le scénario, les personnages, le concept et les thèmes de Kevin[17]. » Certaines réécritures du script appartiennent aussi à Paul Harris Boardman[18]. Sur les 140 pages du scénario[17], les acteurs du film sont autorisés à lire jusqu'à la 75e page de ce dernier pour préserver l'identité du tueur[19].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

photo d'une femme qui sourie
Neve Campbell, l'interprète de Sidney Prescott depuis le premier film de la franchise en 1996, ici au Fan Expo Canada à Toronto en 2015.

Le retour du trio d'acteurs de la saga, à savoir Neve Campbell, David Arquette et Courteney Cox, est confirmé par Variety en septembre 2009[20]. Wes Craven donne un aperçu de leur personnage dans le film à Entertainment Weekly : « C'est une totale intégration de ces trois personnages parmi la nouvelle génération. L'histoire de Sid, Gale et Dewey est une grosse partie du film[14]. » Lors d'une conférence de presse pour le film Repo Men, l'interprète de Cotton Weary dans les trois films précédents, Liev Schreiber, déclare qu'il ne fait pas partie du projet[21]. Lors d'une interview avec Fearnet[22], le scénariste Kevin Williamson dément les rumeurs au sujet d'un possible retour du personnage de Randy Meeks, interprété par Jamie Kennedy et aussi présent dans le trois premiers films de la saga : « Je n'aurais rien aimé de plus que d'avoir Jamie Kennedy pour ce film. Cependant, si je décide de faire revenir Randy dans le film, Scream 2 perds toute logique. Cela serait un mauvais pas. Alors je ne le ferai pas. Je ne peux pas[23]. ».

En avril 2010, plus de douze rôles sont dévoilés au public pour démarrer les auditions[24]. En mai, l'actrice Hayden Panettiere et l'acteur Rory Culkin signent pour le film[25], sans que leur rôles ne soient dévoilés. L'actrice Ashley Greene se voit offrir le rôle de Jill Roberts, la cousine de Sidney[26], avant que celui-ci ne revienne finalement à Emma Roberts[27]. Auparavant, l'actrice Scout Taylor-Compton auditionne aussi pour le rôle de Jill tandis que la chanteuse et actrice Selena Gomez est considérée[9]. Lake Bell est engagée pour le rôle du shérif-adjoint Judy Hicks mais à cause d'un conflit d'emplois du temps, l'actrice abandonne le rôle[28],[29] qui revient à Marley Shelton. Il est confirmé que la voix du tueur reste celle de Roger L. Jackson[30] tandis que Nancy O'Dell fera une apparition en tant que journaliste comme elle l'avait fait pour Scream 2 et 3[31]. Lauren Graham est embauchée pour le rôle de Kate Roberts[32], la mère de Jill[32], mais décide d'abandonner le rôle seulement quelques jours avant le début du tournage[33]. En juin 2010, l'acteur Anthony Anderson et le top-model Marielle Jaffe rejoignent la distribution[32]. Jenna Coleman auditionne aussi pour le rôle d'Olivia Morris mais Jaffe remporte le rôle[9]. Comme à son habitude, Wes Craven souhaite apparaître dans un caméo et fait la demande à ses fans sur le réseau social Twitter de décider quel rôle il pourrait interpréter quelques secondes à l'écran (toutefois, ce caméo est coupé au montage)[34].

Avant qu'Erik Knudsen ne soit choisie pour le rôle de Robbie Mercer, Shane Dawson auditionne pour le rôle, sans succès malgré un appel de la production peu après le casting[9]. C'est son manque d'expérience en tant qu'acteur à l'époque qui joue en sa défaveur[9]. Certaines rumeurs font aussi état que l'acteur Kevin Pennington est pressenti pour le rôle de Trevor Sheldon[9]. Hilary Duff est aussi attachée au projet pendant un temps dans un rôle inconnu[9]. Rutina Wesley signe également pour un rôle inconnu avant de quitter le casting pour un conflit d'emploi du temps[9]. Alyson Michalka se joint à un screen-test pour le rôle de Kirby Reed et Amanda Bynes est testée pour interpréter Rebecca[9].

Le Hollywood Reporter annonce l'arrivée au casting des actrices Anna Paquin et Kristen Bell dans deux caméos[35] qui apparaissent lors de l'ouverture du film, comme Drew Barrymore et Jada Pinkett Smith dans le premier et second volet. Il est dévoilé que Shenae Grimes et Lucy Hale apparaîtront elles aussi dans deux caméos lors de la scène d'ouverture[36]. En septembre 2010, Aimee Teegarden et Britt Robertson sont choisies pour jouer les deux premières victimes de la scène d'ouverture, Jenny Randall et Marnie Cooper[37],[38].

Tournage[modifier | modifier le code]

Un petit groupe d'acteurs sur le tournage d'une des scènes du film, le . Assis, de gauche à droite : Rory Culkin (Charlie Walker), Marielle Jaffe (Olivia Morris) et Hayden Panettiere (Kirby Reed).

Le tournage du film démarre le avec un budget de 40 millions de dollars[14]. Le tournage devait s'achever le 6 septembre, après 42 jours de tournage, mais s'est achevé le 24 septembre[39]. Ce dernier prend à place dans et autour de Ann Arbor, dans le Michigan[40],[41]. Pour les scènes qui ce passe au lycée de Woodsboro dans le premier film, le tournage se situe au Woodworth Middle School à Dearborn, toujours au Michigan[42]. L'ancien 16e tribunal du district de Livonia, dans le Michigan, est utilisé comme poste de police[43].

En avril 2010, alors qu'il recherche une librairie à utiliser pour le film, Wes Craven trouve une nouvelle librairie qui n'a pas encore ouvert ses portes au public dans le centre-ville de Northville nommé Next Chapter Bookstore Bistro. Craven est instantanément charmé par le lieu et décide de l'introduire dans le film, en gardant même son nom véritable. Il a également engagé le propriétaire de la librairie pour préparer de la nourriture et des pâtisseries pour une scène du film. Ces scènes sont tournées durant la première semaine de juillet[44].

La maison de Jill Roberts se trouve à la 1005 Lincoln Avenue à Ann Arbor dans le Michigan[9] et celle d'Olivia Morris à la 1007 Lincoln Avenue à Ann Arbor, Michigan, soit sur la même rue, les deux maisons étant côte à côte[9]. La maison de Kirby se trouve sur la 19223 Clement Road à Northville[9]. La maison de Dewey et Gale à la 537 W. Dunlap Street, aussi à Northville dans le Michigan[9]. Les scènes de l'hôpital fictif de Woodsboro sont tournées au Hutzel Women's Hospital à Detroit[9]. La scène où des masques de Ghostface sont suspendus aux lampadaires est tournée au Kellogg Park sur la South Main Street & West Ann Arbor Trail à Plymouth au Michigan[9].

Après une projection test en janvier 2011, Wes Craven et Bob Weinstein ont l'impression que deux scènes n'ont pas fonctionné auprès du public : la scène d'ouverture, où le personnage de Jenny Randall est traqué et celle du parking, où le personnage de Rebecca Walters est à son tour attaquée par Ghostface. Par conséquent, Aimee Teegarden et Alison Brie sont appelées à revenir tourner quelques scènes supplémentaires à Detroit sur une période de quatre jours de fin janvier à début février[45],[46].

Pour la première fois dans la franchise, des effets spéciaux numériques sont utilisés pour les besoins du tournage. Par exemple, au lieu d'utiliser des couteaux avec lames rétractables, la lame du couteau a été ajoutée pendant la post-production grâce aux effets spéciaux[47]. La scène de mort du personnage d'Anthony Perkins, qui est poignardé au front et qui continue à parler tout en agonisant avant de s'effondrer au sol, ne figure pas dans le scénario mais est inspirée par une urgence médicale réelle que Craven avait vu dans un documentaire sur une personne ayant reçu un coup de couteau dans la tête avant de rentrer lui-même aux urgences. Il s'imagine « c'est extraordinaire d'être poignardé en pleine tête tout en restant en vie pendant quelques instants après. » Craven ne prévient pas le studio quant à cette approche pour réaliser la scène de mort du personnage, plaisantant sur le fait de ne pas être viré le lendemain du tournage de celle-ci[48].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Marco Beltrami, qui avait travaillé sur les épisodes précédents de la série. Ce quatrième volet comporte pour la quatrième fois une version de la chanson Red Right Hand du groupe Nick Cave and the Bad Seeds.

La bande originale du film a été publiée le via le label américain Lakeshore Records[49].

Original Motion Picture Soundtrack[modifier | modifier le code]

Music From The Dimension Motion Picture[modifier | modifier le code]

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Avec l'aide du site communautaire Twitter, Wes Craven a pu largement faire la promotion de son film. Il déclare : « Je twittais tout le temps sur ce film. Toutes ces nouvelles technologies modifient notre monde et les événements qui nous entourent. C’est un des thèmes importants du film. La nouvelle génération possède de tout nouveaux moyens de communiquer ». Pour représenter cela, le personnage de Robbie, incarné par Erik Knudsen, a eu une importance particulière : « Une grande partie de cette histoire repose non seulement sur l’effet qu’ont les films d’horreur sur ces personnages, mais aussi sur la place qu’occupe Internet et les rapports entre le cinéma et Internet. Robbie est celui qui peut faire la jonction entre les deux générations. Erik s’est beaucoup amusé avec son rôle ».

En effet, Scream 4 est considéré pour beaucoup d'observateurs comme un exemple de promotion cinématographique. Des mois avant la sortie, le film a fait parler de lui, via Twitter, Facebook, des affiches dans le métro ou encore des extraits exclusifs. La phase de casting a également été un moment intense de communication, permettant d'annoncer la sortie du film plus d'un an avant sa sortie effective.

La première bande-annonce en version originale est dévoilée durant la cérémonie des Scream Awards en 2010, le [52]. La première bande annonce en français québécois a été révélée le [53]. Puis la seconde bande-annonce originale est mise en ligne le [54]. Quant à la bande-annonce version francophone, elle a été révélée par le distributeur français SND le [55].

Critiques[modifier | modifier le code]

Scream 4 est de façon globale bien reçu par la critique Outre-Atlantique. Le film obtient sur Rotten Tomatoes 60% d'avis favorables, basés sur 184 critiques recensé par le site[56]. Le site juge que « la franchise se fait vieille, mais Scream 4 est indéniablement meilleur que son prédécesseur avec juste assez d'humour méta et de bons meurtres. » Metacritic établie un score de 52 sur 100, basé sur 32 critiques, indiquant « des avis mixtes ou mitigés[57]. » Les sondages de CinemaScore indique que les internautes attribuent une note de « B - » sur une échelle allant de « A + » à « F »[58].

Roger Ebert donne au film une note de 2 étoiles sur 4. Il critique le film sur sa façon d'utiliser les clichés du genre slasher mais apprécie les dialogues de Kevin Williamson et la direction de Wes Craven[59]. Empire donne une note de 2 étoiles sur 5, critiquant une formule démodée et sa difficulté à faire peur[60]. Le New York Daily News estime le film être « démodé » et que le fait de « reprendre des clichés de films d'horreur n'est plus ingénieux mais simplement facile[61]. » Le Toronto Sun donne au film un avis mitigé, rapportant que « cet opus est loin d'arriver à la hauteur et à la bouffée d'air frais que nous à apporter le film original de 1996. Soudain, ça devient le film d'horreur dont tes parents se réjouissent. » mais la critique félicite tout de même Wes Craven pour son travail[62]. Colin Covert de Minneapolis Star Tribune donne au film une note parfaite de 4 étoiles sur 4, se réjouissant de la combinaison entre les frayeurs, la comédie et les twists[63]. Boston Herald écrit que le film est souvent amusant mais trop long[64]. Lisa Kennedy du Denver Post assure que Scream 4 « rends plusieurs fois hommage au film de 1996 sans pour autant se rapprocher de sa grandeur, bien que Scream 4 soit meilleur que la plupart des slashers[65]. » Lisa Schwarzbaum de Entertainment Weekly fait l'éloge du film en déclarant : « c'est un rappel vertigineux de tout ce qui a fait de Scream un "cri" si frais dans le genre[66]. » tandis que Betsy Sharkey du Los Angeles Times argue : « Scream 4 réussis à trouver le moyen de vivre à la hauteur de son passé sanglant tout en se forgeant de nouvelles terreurs[67]. » Peter Travers de Rolling Stone donne au film 2 étoiles sur 4, critiquant un ton trop comique[68].

En France, le film est aussi reçu de façon positive à mitigée. Il est noté 3,3 étoiles sur 5 côté presse et 3,2 étoiles côté spectateur sur le site Allociné[69]. Caroline Vié de 20 minutes déclare : « Humour ravageur et sens de la terreur sont au rendez-vous d'un quatrième volet plus réussi que les suites précédentes[70]. » Jean-François Rauger de Le Monde donne une bonne critique du film et une note de 4 étoiles sur 5, arguant « Film qui sort habilement du cadre strict du genre "Scream 4" organise avec une certaine virtuosité l’emboîtement des situations et des discours[71]. » Marie Sauvion, journaliste pour Le Parisien, déclare « Ce qui sauve l'affaire, ce n'est pas cet empilage répétitif de crimes sanglants, ni cette mise en scène rebattue, fondée sur le sursaut ; non, c'est l'humour. (..) la série " Scream " mise toujours sur la complicité avec un spectateur pas dupe[72]. » Pour Clément Ghys du journal Libération, « Craven joue avec l'impact de "Scream" et construit des mises en abyme jouissives, comme la jubilatoire séquence d'ouverture[73]. » Jean-Baptiste Herment donne une bonne critique du film dans les colonnes de Mad Movies : « Un fascinant exercice d'auto-analyse basé sur un jeu de poupées russes directement inspiré des trames de "Scream" et "Scream 2", dont ce quatrième opus se veut le pendant adulte[72]. » Pour Vincent Malausa de Cahiers du cinéma : « Du bâclage de "Scream 3" (2000) à ce quatrième et dernier volet, une décennie de déceptions aura été nécessaire pour que l'aigreur laisse place à une élégance sauvage et souveraine[72]. » Olivier Bonnard ajoute que « Le film, qui ressemble à un épisode de " Scooby-Doo " en plus sanglant, penche clairement du côté de la comédie. Une comédie noire où Craven, au-delà de ses cibles habituelles (la banlieue US et l'autorité), s'en prend cette fois aux réseaux sociaux et, partant, à notre obsession de la célébrité[72]. » Yann Lebecque ajoute pour L'Écran fantastique : « "Scream 4" poursuit gentiment sa route sans prise de risque, demeurant fidèle au principe de la saga, visiblement prévue pour pouvoir durer tant que les spectateurs montreront de l'intérêt pour ce principe de slasher grand public (...) mais auquel il manque un soupçon d'originalité[72]. » Selon Mathieu Carratier du magazine Première, « Il aura fallu tolérer quelques gags plus inégaux et des scènes de meurtres à l'inspiration variable mais, quand le générique de fin arrive, on ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire rassuré. Le frisson est intact[72]. » Philippe Rouyer ajoute « L'évolution de "Scream 4" tient plutôt au portrait de la jeunesse qu'elle dépeint (...). Cet aspect sociologique est peut-être le principal intérêt de ce quatrième volet qui, à l'instar des deuxièmes et troisième, privilégie l'effet de surprise au détriment du suspens. » pour Positif[72]. Julien Welter de L'Express donne une note moyenne de 3 étoiles sur 5 et déclare : « Même si l'humour l'emporte sur le frisson, on ne boude pas ce divertissement du samedi soir[74]. »

Fabrice Pliskin du Nouvel Observateur donne une très mauvaise note au film de 1 étoile sur 5 en déclarant : « Scary Movie ? Non, ennui movie[72]. » Pour Arnaud Mangin, de Filmsactu, la déception est au rendez-vous : « Alors qu'il y avait clairement matière à revigorer la franchise moyennant un peu plus d'ambition, cet opus commet la terrible erreur d'afficher une arrogance crasse envers le genre moderne alors qu'il ne le surpasse même pas[75]. »

Box-office[modifier | modifier le code]

Une affiche de Scream 4 au cinéma Beaumont-Palace à Beaumont-sur-Oise.

Sorti sur plus de 3 305 cinémas en Amérique du Nord et diffusé dans plus de 4 400 salles écrans[76], Scream 4 obtient 8,7 millions de dollars pour son premier jour de sortie, le vendredi 15 avril, avant d'obtenir 18,6 millions de dollars durant tout son premier week-end d'ouverture face à Rio qui le surpasse, laissant Scream 4 à la seconde place des plus gros succès de ce week-end la[77]. Accorder à plusieurs experts, les chiffres d'ouverture pour Scream 4 sont décevants[78],[79], devenant le second film de la saga à obtenir le plus faible démarrage après Scream et ses 6,3 millions de dollars obtenus[78],[58]. Lors de son deuxième week-end, Scream 4 chute à la 5e place, obtenant 7,2 millions de dollars[80]. En fin de carrière en Amérique du Nord, Scream 4 a obtenu au total 38 180 928 $, le plus faible score de tous les films de la saga.

Dans le monde entier, Scream 4 prends plus de 37,3 millions de dollars lors de son premier week-end, provenant de 30 pays[81]. Il finit derrière Rio qui obtient 53,9 millions de dollars de 62 pays différents[81]. Malgré tout, Scream 4 est premier au box-office du Royaume-Uni, avec 2 millions de £ obtenu[81]. Il est également 4e en Australie[81], 3e au Mexique[81] et second en France[81].

Lors de sa première semaine dans les salles obscures françaises, le film réuni 533 026 entrées[82], un chiffre énorme pour le genre, dont 109 095 entrées lors de sa première journée[82] de sortie le 13 avril sur plus de 440 copies[82]. Malgré sa seconde place, le film obtient la meilleure fréquentation de cette semaine-là avec 1 211 spectateurs par salles contre 901 pour Rio[83]. Il termine sa course avec 1 070 890 entrées au total, soit un très bon score pour un film de genre mais décevant face aux résultats des autres films de la franchise en France qui ont tous dépassé les 2 millions d'entrées.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
38 180 928 $[84] 11
Drapeau de la France France 1 070 890 entrées[85] -
Monde Total hors États-Unis 58 957 758 $[84] 25
Monde Total mondial 97 138 686 $[84] 25

Éditions en vidéo[modifier | modifier le code]

Scream 4 sort tout d'abord en DVD et Blu-Ray au Mexique le [86]. Le 22 août, il est distribué au Royaume-Uni et en Irelande[87]. Il sort ensuite aux États-Unis et au Canada le puis en Australie et en Nouvelle-Zélande le 13 octobre[88]. Les recettes des ventes du DVD aux États-Unis s'élèvent à 4 103 282 $[89]. Il entre en deuxième position cette semaine-là en termes de vente de DVD[90]. Le film passe ensuite 7 semaines consécutives dans le top vingt du classement[91]. Pour la promotion des sorties en DVD et Blu-Ray du film, Universal Studios produit la « Terror Tram: SCRE4M For Your Life » lors du Halloween Horror Nights qui se déroule de septembre à [92].

Le film est pour la première fois diffusé à la télévision le sur la chaîne câblée Showtime[93]. En décembre 2012 cette même chaîne présente Scream 4 lors d'un aperçu gratuit pour un week-end, disponible dans 80 millions de foyers américains[94].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Golden Trailer Awards : Meilleur poster de film d'horreur[95].
  • 2012 : Virgin Media Movie Awards : meilleur film d'horreur de l'année, troisième place pour Ghostface en tant que meilleur méchant de l'année.

Nominations[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Quand Scream 4 sort au cinéma, plus d'une décennie s'est écoulée depuis Scream 3. Le cinéma d'horreur s'est vu considérablement changer et évoluer vers des films beaucoup plus sombres et violents tels que Saw ou encore Hostel (souvent surnommés de films Torture porn)[97] tandis que des dizaines de remakes ont fait leur apparition : Halloween, Vendredi 13, Massacre à la tronçonneuse ou encore La Maison de cire ou Le Bal de l'horreur[97].

La société a également changé, avec l'arrivée des réseaux sociaux. C'est de ces sujets que le scénario de Scream 4 s'inspire pour pauser ses bases. Le film prend plaisir à commenter les règles des remakes de film d'horreur tandis que les personnages comparent les victimes de la génération précédente avec celles d'aujourd'hui[97]. Les téléphones portables et les réseaux sociaux sont aussi mis à l'honneur dans le scénario, et ce, dès la scène d'ouverture[97]. Les personnages commentent aussi les nouvelles pratiques cinématographiques et la mise en scène qui en découle[97].

Suite[modifier | modifier le code]

Peu avant la sortie de Scream 4, Wes Craven et Kevin Williamson garantissent que si le film est un succès au box-office, celui-ci ouvrirait la voie à un cinquième et un sixième film[98]. Mais à la suite du succès en demi-teinte du quatrième film[99] et du décès de Craven en 2015, des doutes sont émis de la part de certaines personnes quant à l'apparition d'un nouveau film à la saga[98]. En 2015, MTV développe et diffuse à l'écran une série d'anthologie en tant que spin-off à la franchise des films, sans qu'aucune personne du casting ou de la production de ces films ne soit impliquée dans la série[100]. Quant à Neve Campbell, elle exprime elle aussi de nombreux doutes quant à la réalisation d'un nouveau film[101]. David Arquette espère quant à lui un cinquième film pour rendre hommage à Wes Craven[102].

En juin 2015, Bob Weinstein dément toute rumeur concernant un film à venir, arguant que la place de la franchise est aujourd'hui à la télévision grâce à la série diffusée sur MTV[103]. Mais en 2019, Blumhouse Productions, qui a d'ailleurs produit Halloween en 2018, relance le débat et est très intéressée à l'idée de produire un nouveau film[104].

En , il est annoncé que les réalisateurs de la comédie d’horreur Wedding Nightmare, Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett, dirigeront le prochain film de la saga[105]. L’intrigue de Scream 5 « verra une femme retournant dans sa ville natale pour essayer de découvrir qui a commis une série de crimes vicieux »[106]. Scream 5 sera produit par James Vanderbilt qui co-écrit le scénario avec Guy Busick, ainsi que Paul Neinstein et William Sherak. Le scénariste original Kevin Williamson officie comme producteur exécutif aux côtés de Chad Villella[106].

En , Neve Campbell, l'interprète de Sydney Prescott, confie qu'elle est en pourparlers pour reprendre son rôle dans Scream 5[107]. À la suite des déclarations de la comédienne, l'acteur Matthew Lillard, Stu Macher dans le film original, confie son désir de revenir pour le cinquième opus[108]. David Arquette, l’interprète du shérif adjoint Dewey Riley, est le premier acteur du casting original ayant annoncé officiellement sa participation au cinquième opus[106].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Scream 4 ... déjà un carton au box office », sur purebreak.com (consulté le 1er novembre 2019)
  2. Jean TULARD, Le Nouveau guide des films -, Groupe Robert Laffont, , 1656 p. (ISBN 978-2-221-21927-0, lire en ligne)
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad et ae (en) « Scream 4 « The Official Site of Wes Craven, Filmmaker - Plot », sur wescraven.com (consulté le 12 juin 2020)
  4. « Scream 4 (2011) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le 29 octobre 2019)
  5. « Fiche de doublage français », sur RS Doublage (consulté le 28 septembre 2018).
  6. « Fiche de doublage québécois », sur Doublage Québec (consulté le 28 septembre 2018)
  7. (en-GB) Alex Fletcher, « Weinstein Company confirms Scream 4 », sur Digital Spy, (consulté le 1er novembre 2019)
  8. (en) « Scream 4: It's happening », sur pastemagazine.com, (consulté le 1er novembre 2019)
  9. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Scream 4 (2011) - IMDb (lire en ligne)
  10. Official: Wes Craven Back for Scream 4. DreadCentral. CraveOnline. 23 mars 2010.
  11. a b c d et e (en) « Producer Cathy Konrad says Weinsteins cut her out of Scream 4 », sur The Hollywood Reporter (consulté le 30 octobre 2019)
  12. (en) « Weinsteins Pay to Settle Producer Cathy Konrad's Scream 4 Lawsuit (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter (consulté le 30 octobre 2019)
  13. [1].
  14. a b c et d (en) « Exclusive: New Scream 4 poster, plus an interview with director Wes Craven », sur EW.com (consulté le 1er novembre 2019)
  15. a b c d et e (en) « Scream 4: What plot twists didn't make it to the final film? -- EXCLUSIVE », sur EW.com (consulté le 1er novembre 2019)
  16. a b c d e f g et h « "REAL" Scream 4 Screenplay | Leisure », sur Scribd (consulté le 1er novembre 2019)
  17. a b c et d (en) « Wes Craven Calls Scream Franchise "the 'Star Wars' of Horror" », sur The Hollywood Reporter (consulté le 1er novembre 2019)
  18. « Hopkins in Hollywood | Johns Hopkins Alumni », sur alumni.jhu.edu (consulté le 1er novembre 2019)
  19. (en-US) « Exclusive: Alison Brie, Mary McDonnell Join Scream 4 », sur TheWrap, (consulté le 1er novembre 2019)
  20. « Neve Campbell rempile dans Scream 4 ! », sur Premiere.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  21. (en-US) Brad Miska, « Who Won’t Be Returing in Scream IV? Cotton Weary », sur Bloody Disgusting!, (consulté le 1er novembre 2019)
  22. Joseph McCabe, « Exclusive: Kevin Williamson Talks Scream 4, 5 and 6. » FEARnet. Horror Entertainment. Le .
  23. (en-US) « Williamson: No Randy for Scream 4 », sur ComingSoon.net, (consulté le 1er novembre 2019)
  24. (en) « Role selection », sur showfax.com (consulté le 1er novembre 2019)
  25. (en) unclecreepy, « Hayden Panettiere, Rory Culkin Join Scream 4 », sur Dread Central, (consulté le 1er novembre 2019)
  26. Paris Match, « Ashley Greene rejoint le casting de Scream 4 », sur parismatch.com (consulté le 1er novembre 2019)
  27. « Emma Roberts : remplaçante d’Ashley Greene dans Scream 4 ? », sur Premiere.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  28. « Lake Bell quitte le casting de Scream... quatre jours avant le début du tournage ! », sur www.purepeople.com (consulté le 1er novembre 2019)
  29. (en) unclecreepy, « Lake Bell Won’t Scream 4 Wes Craven », sur Dread Central, (consulté le 1er novembre 2019)
  30. (en) unclecreepy, « Scream 4: Roger L. Jackson Back to Voice Ghostface; Behind-the-Scenes Images: Hayden Panettiere & Emma Roberts », sur Dread Central, (consulté le 1er novembre 2019)
  31. (en-US) Perri Nemiroff, « Nancy O'Dell Tweets From The Scream 4 Set », sur Shockya.com, (consulté le 1er novembre 2019)
  32. a b et c (en-US) « Gilmore Girl Lauren Graham Joins Body Count of Scream 4' », sur TheWrap, (consulté le 1er novembre 2019)
  33. « Scream 4 Loses Another Cast Member, Lauren Graham », sur CINEMABLEND, (consulté le 1er novembre 2019)
  34. (en) unclecreepy, « Scream 4: Determine Wes Craven’s Destiny », sur Dread Central, (consulté le 1er novembre 2019)
  35. teleobs, « Anna Paquin, bientôt dans Scream 4 », sur teleobs.nouvelobs.com, (consulté le 12 novembre 2019)
  36. (en) Terri Schwartz, « Lucy Hale And Shenae Grimes Join Scream 4? », sur MTV News (consulté le 1er novembre 2019)
  37. (en) « EXCLUSIVE: Scream 4 taps Aimee Teegarden », sur The Hollywood Reporter (consulté le 1er novembre 2019)
  38. (en) unclecreepy, « Britt Robertson Next to be Stalked in Scream 4 », sur Dread Central, (consulté le 1er novembre 2019)
  39. « WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 1er novembre 2019)
  40. Alex-Ben Block le . « Weinsteins ramp up release, production slate ». The Hollywood Reporter
  41. Julie Hinds, le « Michigan's a hot spot for making movies ». Detroit Free Press.
  42. (en-US) Brad Miska, « Michigan School Becomes a Stand-In for Flashback Scene in Scream IV », sur Bloody Disgusting!, (consulté le 1er novembre 2019)
  43. « WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 1er novembre 2019)
  44. Tom Walsh, le 5 juillet 2010. « Scream 4 gives owners of new Northville bookshop a huge thrill ». Detroit Free Press.
  45. Scream Returns!, Entertainment Weekly. Numéro 1150, page 35. .
  46. (en) « Scream 4 director Wes Craven on the horror flick resuming production: 'They're not reshoots' -- EXCLUSIVE », sur EW.com (consulté le 1er novembre 2019)
  47. « WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 1er novembre 2019)
  48. (en) Archive-Kara-Warner, « Scream 4 Stars Pick Their Favorite Death Scenes », sur MTV News (consulté le 1er novembre 2019)
  49. « Scream 4 Soundtrack ».
  50. (en) « Marco Beltrami - Scream 4 (Music From The Dimension Motion Picture) », sur AllMusic (consulté le 12 juin 2016)
  51. (en) Marco Beltrami – Scream 4 (Music From The Dimension Motion Picture) - Discogs
  52. (en-US) Jason Barr, « Leak of SCREAM 4 Trailer from 2010 Scream Awards », sur Collider, (consulté le 12 juin 2020)
  53. « Bande-annonce de Scream 4 en français québécois ».
  54. hollywoodstreams, « Scream 4 Trailer 2 », Youtube, 25 janvier 2011.
  55. La rédaction, « Bande-annonce de Scream 4 en français », sur premiere.fr, .
  56. (en) « Scream 4 (2011) » (consulté le 1er novembre 2019)
  57. « Scream 4 » (consulté le 1er novembre 2019)
  58. a et b (en) « Box office report: Rio grabs year's best opening with $40 mil, Scream 4 settles for $19.3 mil », sur EW.com (consulté le 1er novembre 2019)
  59. (en) Roger Ebert, « Scre4m movie review & film summary (2011) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le 1er novembre 2019)
  60. David Hughes, le 15 avril 2011. « Empire's Scream 4 Movie Review ». Empire.
  61. Elizabeth Weitzman, le 15 avril 2011. « Scream 4 Review: Wes Craven's Slashef Flick Returns to Old Stomping Grounds ». The New York Daily News.
  62. Kevin Williamson, le 15 avril 2011 : "Craven's Scream 4 very creaky". Toronto Sun.
  63. Colin Covert, le 15 avril 2011 : "Review: Scream 4 finds fresh blood". Minneapolis Star Tribune.
  64. James Verniere, le 15 avril 2011: "Scream 4 back for gore". Boston Herald.
  65. (en-US) « Movie review: Winking Scream 4 bleeds self-reference », sur The Denver Post, (consulté le 1er novembre 2019)
  66. (en) « Scream 4 », sur EW.com (consulté le 1er novembre 2019)
  67. (en-US) « Movie review: Scream 4 », sur Los Angeles Times, (consulté le 1er novembre 2019)
  68. (en-US) Peter Travers, « Scream 4 », sur Rolling Stone, (consulté le 1er novembre 2019)
  69. AlloCine, « Scream 4 » (consulté le 1er novembre 2019)
  70. « «Scream 4»: Wes Craven crie toujours aussi bien », sur www.20minutes.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  71. Jean-Francois Rauger, « Scream 4 : dans une salle de cinéma, tout le monde vous entend crier », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  72. a b c d e f g et h AlloCine, « Scream 4: Les critiques presse » (consulté le 1er novembre 2019)
  73. « À qui profite le «Scream» ? », sur Libération.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  74. « Scream 4, du sang dans le pop-corn », sur LExpress.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  75. Arnaud Mangin, « Critique Film : Scream 4 », FilmsActu,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  76. « Weekend Briefing: Scream 4, Rio Set to Perk Up Box Office », sur Box Office Mojo (consulté le 1er novembre 2019)
  77. « Weekend Report: Rio Leads, Scream Bleeds », sur Box Office Mojo (consulté le 1er novembre 2019)
  78. a et b « Box-office US : Scream 4 succombe à Rio », sur ozap.com (consulté le 1er novembre 2019)
  79. (en) Nikki Finke et Nikki Finke, « Rio 3D #1 In US And Foreign With $168M; Scream 4 Whimpers; Weekend Up Overall », sur Deadline, (consulté le 1er novembre 2019)
  80. leblogtvnews.com, « Box-office USA : Rio résiste à Tyler Perry, et Scream 4 s'écroule. », sur Leblogtvnews.com (consulté le 1er novembre 2019)
  81. a b c d e et f « WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 1er novembre 2019)
  82. a b et c « Box-office - Nombre d'entrées de Scream 4 », sur www.cinefeed.com (consulté le 1er novembre 2019)
  83. « Box-office du 19 avril : Scream 4 ne fait pas peur à Rio ! », sur Premiere.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  84. a b et c (en) « Scream 4 », sur Box Office Mojo (consulté le 22 mars 2018)
  85. « Scream 4 », sur JP's Box-Office (consulté le 22 mars 2018)
  86. "saharis.com". saharis.com. 2011-08-05.
  87. (en) Wes Craven, « SCRE4M », Entertainment in Video, (consulté le 1er novembre 2019)
  88. « Scream 4 | MyFunDVD » (version du 24 novembre 2011 sur l'Internet Archive), sur dvd.myfun.com.au,
  89. « Scream 4 (2011) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le 1er novembre 2019)
  90. "Top 20 Rentals for the Week Ended 10/09/11". Home Media Magazine.
  91. "Top 20 Rentals for the Week Ended 11/20/11". Home Media Magazine.
  92. Silas Lesnick, le 16 août 2011 « Halloween Horror Nights Plans Scream 4 Terror Tram - ComingSoon.net ». Shocktillyoudrop.com
  93. (en) Mark H. Harris Mark H. Harris has written about cinema et horror films since 2003 His work has appeared on PopMatters.com, « What Horror Movies Are on TV This Week? », sur LiveAbout (consulté le 1er novembre 2019)
  94. (en) « With its Biggest Free Preview Weekend Ever, Showtime Will be Available to Over 80 Million Homes Starting Friday January 11 », sur TV By The Numbers, (consulté le 1er novembre 2019)
  95. a b c d et e Scream 4 - IMDb (lire en ligne)
  96. « Teen Choice Awards 2011 : Toutes les nominations super cool », sur www.purepeople.com (consulté le 1er novembre 2019)
  97. a b c d et e « Critique : Scream 4, de Wes Craven », sur Critikat, (consulté le 1er novembre 2019)
  98. a et b Maxime Bedini, « David Arquette adorerait faire Scream 5 », sur CinéSéries, (consulté le 1er novembre 2019)
  99. « Scream 5 : le film annulé à cause des résultats de Scream 4 ? », sur Actu Ciné : Films, Séries, Blockbusters (consulté le 1er novembre 2019)
  100. Paris Match, « Ghostface a bien changé - Pourquoi le masque de la série Scream crée la polémique ? », sur parismatch.com (consulté le 1er novembre 2019)
  101. « Scream 5 : Neve Campbell n'y croit pas, mais n'est pas contre », sur Orange cinéma, (consulté le 1er novembre 2019)
  102. « Scream : une star de la saga aimerait fortement faire un Scream 5 - Actualité Film », sur EcranLarge.com, (consulté le 1er novembre 2019)
  103. « Bob Weinstein annonce que Scream ne reviendra jamais au cinéma - Actualité Film », sur EcranLarge.com, (consulté le 1er novembre 2019)
  104. « Après Halloween, Blumhouse songe bien à relancer Hellraiser et Scream - Actualité Film », sur EcranLarge.com, (consulté le 1er novembre 2019)
  105. (en-US) Coti Says, « Scream 5 In Development (EXCLUSIVE) », sur DiscussingFilm, (consulté le 19 mai 2020)
  106. a b et c Eklecty-City, « David Arquette rempile pour Scream 5 », sur Eklecty-City, (consulté le 19 mai 2020)
  107. Eklecty-City, « Neve Campbell en pourparlers pour Scream 5 », sur Eklecty-City, (consulté le 19 mai 2020)
  108. Eklecty-City, « Scream : Matthew Lillard est partant pour la suite », sur Eklecty-City, (consulté le 19 mai 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :