Scott Pilgrim (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film d'Edgar Wright. Pour le comic de Bryan Lee O'Malley, voir Scott Pilgrim.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scott Pilgrim (homonymie).
Scott Pilgrim
Description de l'image Scott Pilgrim vs. The World logo.png.
Titre québécois Scott Pilgrim vs le monde
Titre original Scott Pilgrim vs. the World
Réalisation Edgar Wright
Scénario Edgar Wright
Michael Bacall
d'après les comics de :
Bryan Lee O'Malley
Sociétés de production Big Talk Productions
Closed on Mondays Entertainment
Marc Platt Productions
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Japon Japon
Genre Action, comédie fantastique
Durée 112 minutes
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Scott Pilgrim ou Scott Pilgrim vs le monde au Québec (Scott Pilgrim vs. the World[note 1]) est une comédie fantastique canado-américano-britannico-japonais réalisée par Edgar Wright, sorti le aux États-Unis et le en France. Il s'agit de l'adaptation de la série de comics Scott Pilgrim de Bryan Lee O'Malley, éditée chez Oni Press.

C'est le premier film du britannique Edgar Wright sans ses complices de Shaun of the Dead (2004), Hot Fuzz (2007) et Le Dernier Pub avant la fin du monde (2013) : Simon Pegg et Nick Frost.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Scott Pilgrim a 22 ans et est bassiste dans le groupe de rock amateur Sex Bob-omb. Il rencontre un jour la fille de ses rêves : Ramona Victoria Flowers. Mais Scott ne pourra conquérir le cœur de Ramona qu'après avoir combattu et vaincu les 7 ex maléfiques de cette dernière.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Edgar Wright, au Comic-Con de San Diego, en 2010
L'auteur Bryan Lee O'Malley, au Comic-Con de San Diego, en 2010

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[1] et Version québécoise (VQ) sur Doublage QC[2]

La Ligue des Ex Maléfiques[modifier | modifier le code]


Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film a débuté en mars 2009[3] et s'est déroulé à Toronto, au Canada, notamment aux Pinewood Toronto Studios[4].

Références du film à la pop-culture[modifier | modifier le code]

Billy Corgan le 6 août 2005
Panel du film au Comic-Con de San Diego, en 2010
  • Le film transcrit l'univers de la BD et du jeu vidéo par des effets visuels, représentant des pixels, des onomatopées ou des super pouvoirs. Le film contient beaucoup de références à la culture du jeu vidéo 8-bits et 16-bits, que ce soit dans les bruitages, les effets spéciaux visuels ou autres. Scott Pilgrim obtient des pièces (référence aux bornes d'arcade) quand il bat ses ennemis, et un certain score de jeu. Au bout d'un moment, son score lui permet d'obtenir un 1-up, c'est-à-dire une vie supplémentaire. Des indicateurs similaires à ceux des jeux vidéo accompagnent les combats : score, nombre de combos, versus, K.O, etc.
  • L'introduction de Universal Pictures est entièrement en 8-bit[5].
  • La bande-son du film utilise des morceaux reproduisant la musique 8-bits des vieilles consoles de jeux vidéo (voir Nintendocore). D'ailleurs pendant le film, Scott dit avoir appris la partition de basse de la musique de Final Fantasy II.
  • Quand Scott poursuit Ramona en rêve dans sa fac, des chœurs féminins reprennent le thème musical de la Grande Fée de la saga The Legend of Zelda. De manière similaire, plusieurs effets sonores issus des jeux sont utilisés dans le film. Le Nega Scott peut aussi faire référence au Dark Link, double maléfique du héros de Zelda.[réf. nécessaire]
  • On peut aussi entendre dans le film des effets sonores tirés des sagas Super Mario et Sonic.[réf. nécessaire]
  • La transformation des ennemis vaincus en pièces se retrouve aussi dans les versions européennes et japonaises du jeu No More Heroes, qui différaient de la version américaine par le remplacement de gerbes de sang par des pièces[6]. Cependant, la sortie de No More Heroes étant postérieure (2008) à celle du comic (2004), la référence ne peut être que visuelle.
  • Scott explique durant le film l'origine du nom Pac-Man donné au jeu vidéo éponyme, qui s'appelait au Japon Puck-Man, mais fut changé pour éviter que des plaisantins ne transforment le nom des bornes de jeu en Fuck-man en grattant le 'P'.
  • Au début du film, Scott et Knives jouent sur une borne d'arcade à tapis appelée Ninja Ninja Revolution, clin d'œil à la célèbre licence Dance Dance Revolution.[réf. nécessaire]
  • Comme expliqué dans la bande dessinée originale, le 'X' rouge et jaune sur l'anorak de Scott est un clin d'œil au symbole des X-Men.
  • Todd, bassiste de The Clash At Demonhead durant le concert, porte un T-shirt noir avec un crane blanc semblable au costume du Punisher de l'univers Marvel Comics.[réf. nécessaire]
  • Scott, quant à lui, porte un T-Shirt des 4 Fantastiques durant la répétition avant les jumeaux Katayanagi. On peut par ailleurs remarquer qu'un 1/2 est inscrit à côté du 4, référence au tee-shirt porté par le fils de Reed Richards, alias M. Fantastique, et de Susan Storm (plus connue sous le nom de Femme Invisible), Franklin Richards.
  • Lorsque Ramona évoque son passé avec ses ex, les flashbacks sont mis en scène sous forme de dessins-animés qui reprennent le graphisme de Bryan Lee O'Malley, l'auteur du comic original de Scott Pilgrim.
  • Une scène entre Scott et son colocataire Wallace est filmée comme un sitcom, avec les fameux rires enregistrés inhérents au genre, et en intro le thème de Seinfeld.
  • Lors de cette scène, Wallace fait référence à un acteur fictif Lucas Lee (qui se révèlera être un des 7 ex démoniaque de Ramona) dont il est montré une affiche d'un de ses films. Puis quelques secondes après, on peut apercevoir d'autres affiches dont il est la star au côté de la première. Ce sont bien entendu de fausses affiches parodiant de vrais films tels que : Fast and Furious, Mission impossible 3, La Mémoire dans la peau et La Dernière Chanson.[réf. nécessaire]
  • Durant le premier battle du film contre les Crash & The Boys, Scott porte un t-shirt Plumtree. Il s'agit d'un girl-band canadien de pop dont un des titres a donné son nom au héros.
  • Au début du film, on entend les bruitages de The Legend of Zelda: A Link to the Past à chaque fois qu'un élément se produit. En fait c'est l'ami de Scott qui y joue.
  • Le tee-shirt noir avec une tête de mort blanche que porte Scott lorsqu'il se bat contre Lucas Lee est un clin d'œil à la dernière salle du dernier donjon du jeu The Legend of Zelda. Effectivement cette salle est en forme de crâne de mort blanc. On peut également y voir une référence à la marque de skate-board Zero, dont le logo en forme de crâne aurait été pixelisé.[réf. nécessaire]
  • Le film contient également plusieurs références au groupe de rock The Smashing Pumpkins.
    • Scott Pilgrim apparaît avec deux tee-shirts du groupe :
      • Un t-shirt vert avec le logo « SP » en forme de cœur, devenu le logo « classique » du groupe sur une grande partie de leur merchandising, et sur plusieurs pochettes de singles et de disques, la compilation Earphoria entre autres ;
      • Un tee-shirt Zero, produit lors de la sortie de l'album Mellon Collie and the Infinite Sadness et du single Zero issu de l'album. Ce tee-shirt iconique fut porté par Billy Corgan dans le clip de la chanson, et durant la tournée suivant la sortie de l'album.
    • De plus pendant le film, un titre de chapitre apparaît également, Scott Pilgrim & The Infinite Sadness, nouvelle référence au double album des Pumpkins.
  • Les noms des groupes sont également des références à des jeux vidéo :
    • Le groupe de Scott, les Sex Bob-ombs, renvoie aux bob-ombs, des créatures en forme de bombes animées issues de la saga Super Mario ;
    • The Clash At Demonhead, le groupe de Envy Adams, tire son nom du jeu vidéo éponyme sorti en 1989 sur console Nes ;
    • Crash & The Boys, le premier groupe qui affronte les Sex Bob-ombs dans le film, tire également son nom d'un jeu vidéo de sport, sorti sur console Nes en 1992 ;
    • Les deux épées sortant du corps de Scott à la fin du film font référence au jeu Shining Wind, et donc également à l'anime Shining Tears X Wind. Dans Shining Wind, le pouvoir de l'amour (qui est d'ailleurs le nom de la première épée de Scott) permet aux personnages masculins de sortir une épée en provenance du cœur des personnages féminins qui leur sont rattachés.
  • Gideon Graves est connu sous le surnom de G-Man, qui est un personnage mystérieux du jeu vidéo Half-Life.
  • Gideon Graves possède une boîte de nuit nommée « Chaos Theatre » ; il s'agit d'une référence au jeu vidéo MOTHER 2, plus connu sous le nom de EarthBound en Occident. En effet, Ness, le héros du jeu, visite un club du même nom où joue le groupe des « Runaway Five », qui deviendront par la suite des alliés bien utiles.
  • Le logo de Gideon Graves est formé de trois G en forme de triangle. C'est une référence au symbole de la Triforce du jeu The legend of Zelda.
  • "Young" Neil, qui remplace Scott dans le groupe est une référence à Neil Young.
  • Stephen Stills, le chanteur et guitariste des Sex Bob-ombs fait référence à Stephen Stills, le célèbre chanteur des Buffalo Springfield et de Crosby, Stills & Nash (and Young).

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Un jeu vidéo basé sur le film est produit par la division d'Ubisoft basée à Montréal[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le sous-titre du film est en réalité celui du tome 2 de la série.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]